Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

dimanche 3 octobre 2010

Kat et Linux

Après une semaine de grisaille, les chiens ont pu se dégourdir un peu les pattes.

vendredi 1 octobre 2010

Scriptorium

J'ai écrit le Scriptorium - une application web libre -  pour aider les enseignants du primaire à corriger et à commenter les textes des élèves. Cette semaine, j'ai fait un rapide screencast qui fait le tour de l'outil. Le voici :

mercredi 29 septembre 2010

Un plaisir délicat

Ces deux premiers textes (1) (2) de mon collègue conseiller pédagogique François m’interpellent énormément. Il faut vraiment que nous, intervenants en technologie éducative dans nos CS, réfléchissions très sérieusement sur nos offres de formation.

Les textes de François reflètent fort bien ce que j’appelle les « éternels débutants ».

François possède un ordinateur portable depuis 4 ans. Il fait du courriel (parfois en joignant des fichiers), du traitement de texte, du PowerPoint. Il arrive à lire parfois des vidéos sur le web. Il a une adresse courriel professionnelle et même un courriel personnel (genre hotmail). Il ignore à peu près tout du web 2.0 ; il ne sait pas comment se brancher sur un réseau inhabituel, il ne participe à aucun forum de discussion, il n’a jamais clavardé ; il n’a pas de page Facebook ou de compte Twitter, et ne sait pas encore que Google Doc existe. Les fils RSS sont un mystère pour lui et les formats de fichiers sont une jungle dont il ignore l’existence. Il serait aussi fort démuni si on lui demandait d’installer un logiciel sur son Windows. L’envoi de message d’erreurs de Windows lui sont indéchiffrables. Il ne sait pas comment protéger son ordinateur de virus et d’espiogiciels.

François est donc un analphabète informatique. Bien sûr, il arrive à fonctionner avec sa machine, mais dans un contexte toujours très limité. Et sa fameuse machine devient rapidement objet de frustration aussitôt qu’elle se met à « faire des siennes ».

Je n’ai pas fait une étude sur le sujet, mais, d’après moi, François est un cas typique ; il représente probablement 80% de la population, c’est-à-dire tous ces gens (et j’inclus les « e-natifs ») qui utilisent un ordinateur depuis quelques années, mais font toujours la même chose : courriel, surfing web, suite bureautique et, populairement, Facebook.

Peut-on dépasser ce stade ? Comment faire pour aller plus loin ? Suivre un cours universitaire est certainement une idée intéressante, quoique je doute énormément de son efficacité : les étudiants font les travaux obligatoires pour des points et développent quelques connaissances dans certains logiciels. Mais accroitront-ils significativement des stratégies de type « débrouillardise quand on ne sait pas trop quoi faire » ? Là est la grande question.

Est-il possible de prendre le taureau par les cornes en informatique ? Je crois que oui, et voici mes suggestions.

1 - Se donner un bloc de 45 heures. Pas pour réussir un cours universitaire ; non pas pour performer dans une tâche. Mais bien pour nager en petit chien dans une eau profonde. Pour cela, il suffit de pouvoir entrer dans Google et d’apprendre à poser des questions.
- Où est le gras dans mon Word ?
- Comment faire un dossier dans Windows ?
- Comment lire un aif ?
- Qu’est-ce qu’un fil RSS ?
- Etc.

En fait, il s’agit de reconnaître son propre problème et de savoir poser la question à Google (ou tout autre moteur de recherche.)

2 - Apprendre à lire une page web. On ne lit pas sur le web comme on lit un livre, un article de loi ou une publicité. Lire une page web demande un nouvel apprentissage : reconnaître les ascenseurs, circuler rapidement de bas en haut, de gauche à droite, reconnaître les messages internet (se connecter, lire la suite, la case recherche, aide, accueil, pour en savoir plus, etc.). Il faut aussi lire rapidement les résultats de recherche de Google, reconnaître qu’il nous envoie vers une page web ou un fichier PDF. Savoir se sortir d’un cadre (frame) ; apprendre à capturer une page intéressante. Il faut aussi bien connaître les facilités de son navigateur web. Il faut s’habiliter à répondre à des formulaires et comprendre sa syntaxe. On peut en profiter pour se créer, par exemple, des comptes Google, Facebook, Twitter, Dropbox, etc., quitte à ne pas les utiliser. L’idée est d’apprendre à garder son calme devant un formulaire web. Et d’apprendre aussi à gérer de nombreux comptes d’utilisateur et des mots de passe. Mais, surtout, l’apprentissage principal consiste à se donner le temps de perdre du temps, car, que voulez-vous ? apprendre est généralement un processus lent qui exige une certaine dose de taponnage.

3- Je pourrais vous parler très longtemps du merveilleux système d’exploitation Linux, mais d’après moi, pour aider l’éternel débutant à dépasser son état, il n’y a rien de mieux qu’un Mac. Pourquoi ? Parce qu’après un 45 heures de manipulations et d’explorations variées sur ce type de machine, on peut déjà créer des productions plus que convenables. Rapidement (et j’insiste sur cet adverbe !), on voudra « faire plus » ce qui, vous en conviendrez, en une bonne occasion d’exercer son « vouloir apprendre ». Et pour « faire plus », comment fera-t-on ? En posant une question à Google, en weblisant la page des résultats, en sélectionnant un tutoriel, etc. L’apprentissage doit devenir un mouvement perpétuel. L’apprentissage est d’abord un état d’apprentissage.

4- Et puis, pour apprendre à passer du paradigme papier (pensée séquentielle) au paradigme informatique (pensée chaordique), il faut développer le réflexe suivant : « la tâche que j’effectue actuellement, pourrais-je la « penser autrement» avec un ordinateur ? » Il faut alors prendre le temps de poser la question à Google, qui, selon toute probabilité, offrira des réponses intéressantes.

Ceci dit, que faire alors de nos fameuses formations TIC ? Je pense qu’il faut les imaginer différemment. Il faut former nos enseignants à la débrouillardise. Montrer comment fonctionne un logiciel, étape par étape, à l’aide d’un beau TBI ou non, ne donne absolument rien. Accompagner un enseignant dans la réalisation d’un de ses projets n’est guère mieux, car l’enseignant, le projet terminé, ne pourra transposer dans d’autres situations son expérience, cette dernière étant généralement beaucoup trop agglutinée à des apprentissages pointus. À mon avis, le formateur qui croit à ce transfert fait preuve de pensée magique.

Donc ? La débrouillardise, c’est se démerder quand on est seul, et savoir en tirer les leçons. Pour cela, il faut que le problème soit perçu comme une occasion d’apprentissage - en usant, parfois, de quelques jurons. Il faut cultiver la patience et la persévérance.

Par exemple, il arrive très souvent de ne pas être capable de faire ce qu’on veut avec un logiciel. Cependant, je crois qu’il est presque impossible de ne pas résoudre un problème issu de l’utilisation d’un logiciel. En effet, à l’aide de Google, il est très rare que la solution au problème ne s’y trouve pas.

Nous rencontrons aussi régulièrement des problèmes de connexion internet ou de hardware. Les causes peuvent être multiples et la frustration risque de monter très vite. Bien sûr, il n’y a pas d’algorithme garantissant une solution. On se met alors en route pour trouver le « solutionneur » qui nous sauvera. Ne le laissez pas toucher votre ordinateur sans qu’il vous explique toutes ses actions. Observez-le bien. Remarquez ses méthodes. Vous bâtirez ainsi votre expérience.

L’an passé, dans ma CS, l’équipe technique a volontairement traficoté un labo avec des problèmes sur chaque machine. L’apprenant devait passer d’une machine à l’autre en tentant de solutionner le problème. Formation utile s’il en est une !

Il faut aussi comprendre qu’en informatique, le syndrome du « savoir partiel » peut devenir un véritable obstacle à chercher un peu plus loin. Deux exemples suffiront à expliquer ce syndrome :

Pour envoyer une image issue d’une caméra, on envoie un document WORD avec l’image intégrée au document. Cette « erreur » est commune chez les gens qui apprennent à tout faire avec un logiciel (ici un traitement de texte) s’évitant de chercher une manière plus efficace.

Autre cas. On désire intégrer à son document une image partielle de l’écran. Plusieurs procèdent ainsi : à partir d’un PrintScreen, on entre dans un genre de Paint , on y découpe l’image pour obtenir la portion désirée, on enregistre l’image, et finalement on l’ajoute à son document. Voir maintenant cette solution, de loin supérieure, trouvée grâce à Google : MAJ-CMD-4 (sur Mac) permet de capturer immédiatement la portion de l’écran voulue.

Ce syndrome apparaît chez les personnes qui croient que connaître une manière de résoudre un problème suffit. C’est une grave erreur qui fut (et est encore) souvent renforcée par l’école : Un problème, Une méthode de résolution, Une solution. Cette pensée est déplorable en informatique. Les logiciels s’améliorent toujours, d’autres s’inventent. Or le rôle d’un logiciel est de résoudre des problèmes. Si on se limite à une seule méthode, on risque de perdre grandement en efficacité en n’étant pas perpétuellement ouvert à d’autres possibilités. Connaître mal est pire que de ne pas connaître, dit-on. Gardons en tête ce dicton qui se révèle particulièrement vrai en informatique.

Alors, qu’en est-il de nos formations ? Peut-on vraiment amener un éternel débutant significativement plus loin ?

Oui. À la condition de former à la résolution de problèmes à l’aide de l’informatique. Accompagner les enseignants ou les collègues CP au moment où ils utilisent l’ordinateur dans leur projet ne donne absolument rien. Bien sûr, cela les aide à résoudre leur problème à cet instant précis (et ils en sont bien heureux), mais cela ne les aide pas à devenir autonomes dans la résolution de problème en général. L’accompagnateur demeure une béquille pour eux, sachant qu’à leur prochain projet, il sera toujours là pour leur donner le coup de main approprié.

La beauté-problème ne fait pas partie de notre culture. L’école nous a toujours enseigné qu’un problème était une occasion de douleur qu’il fallait au plus vite endiguer. Cette attitude est fort loin du tough fun qu’on devrait ressentir à l’approche d’un problème à résoudre. Je suis pour ma part convaincu que l’informatique est un excellent moyen d’initier l’être humain (et en particulier nos enfants) au délicat plaisir d’apprendre.

mardi 28 septembre 2010

Twitteries 2

Reality Dot. Retweet (from C. Pickover) to friends.
#Scratch Filter for #Moodle
Mathematics Resources (Nova Scotia Department of education : Learning resources and Technology)
Lego WeDo and #Scratch Tutorial Videos
Très belle réplique «Le simplisme des médias» d'une élève de 17 ans à une chronique de M. Dubuc
J'aime pas Facebook. Le concept d'amis m'embête. Préfère, et de loin, les abonn(és,ements) de Twitter.
UdM passe de WebCT à Moodle. Parlant de #Moodle, la 2.0 RC1 vient de sortir.
Rapport sur l'utilisation des blogues en milieux scolaires primaire et secondaire.
Vraiment intéressant ce #Moodle XML Converter Ça peut sauver beaucoup de travail !
« L'art difficile de ne presque rien faire. » Ça va m'le prendre, celui-là !
Scratch ou la programmation facile au lycée.
Les nouvelles pratiques numériques en classe: le manuel avec l'exemple de @lelivrescolaire (via @frompennylane)
Début de mes cours en danse sociale ce soir. J'entame ma 6e année... qui l'eut cru?
Access to #Moodle: Hints, Tips and Walkthroughs
Je viens de tomber sur le logiciel #screensteps. Pas pire pantoute !!!
#screenflow est difficile à battre comme logiciel de screencasting. Voyez par exemple les 2 vidéos sur ce blogue.
# beverycool : Tutoriels #Geogebra «Autour de GeoGebra»
« One of the chiefest triumphs of modern mathematics consists in having discovered what mathematics really is. » B. Russell
Les manuels des éditeur de math en ligne ne n'impressionnent pas. http://recit.org/ul/1cx Du PDF, c'est du papier sur écran. Il faut les publier sur un forme dynamique comme, par exemple, le Descarta2D L'élève EXPÉRIMENTE dans ce livre!
« [...] le rythme sco­laire est com­plè­te­ment mas­sa­cré en France. » B. Cyrulnik.

vendredi 17 septembre 2010

Twitteries 1

J'entame mes twitteries, une nouvelle catégorie qui contiendra une sélection de mes gazouillis.

«[...] si Dieu fait vendre, une polémique sur Dieu fait vendre plus encore.» Dieu, Hawking et la physique... hélas !

Vidéo comparant la vidéo sur Iphone4 et IpodTouch4

Suite à un commentaire sur mon blogue, j'ai réécouté le discours de S. Jobs en 2005.



Une pub anti McDo. Il commence à être temps !

Il est des sites dont je ne me lasse pas de visiter. Celui de Xah Lee est un de ceux-là. Je le visite depuis 1996 !

Article sur la classe mac sur info07.

Le Lorem Ipsum des bases des données.

[...] bureaucratie. Je rappelle cette très belle définition trouvée dans le Grand Dictionnaire Terminologique.

Deux collègues démarrent un blogue: Sonia et François. Encourageons-les !

#jQuery ou #YUI ? #Moodle a décidé d'intégrer ce dernier.

jeudi 16 septembre 2010

Classe de madame Christine



Dans la classe de cinquième année de madame Christine (École St-Michel de Gatineau-Buckingham) tous les élèves ont un notebook Dell sur leur pupitre. C'est le début pour eux d'une aventure qui durera deux ans. La vidéo illustre quelques séquences relatives à l'envoi d'un fichier via gmail.

L'adversité

Dans la salle du personnel, sur le babillard, cette pensée :



Vous le savez, j'aime bien les citations. Mais pourquoi afficher celle-ci en particulier ? Quel message se trouve derrière ? Je ne me trouvais pas dans une industrie, mais bien dans les locaux d'un établissement d'éducation.

Bien sûr, on peut prendre la chose tout en légèreté, ce qui sans doute était l'intention de la personne en transcrivant cette phrase.

Mais je n'aime pas l'idée d'associer la réussite à l'adversité. Car pour être premier de classe, il faut bien sûr qu'il y ait un deuxième, un troisième, etc. Ne peut-on, dans notre système d'éducation, valoriser pour tous le plaisir d'apprendre, sans que pour cela il faille qu'un autre apprenne un peu moins à côté de nous ?

Ne peut-on apprécier l'hiver pour ce qu'il est, et le printemps pour ce qu'il est ? Dans nos écoles, on vit beaucoup trop en fonction des résultats qui viendront et qui nous compareront (sur le bulletin, aux examens) plutôt que sur l'apprentissage hic et nunc.

Que voulez-vous ? j'en ai marre que l'école joue le rôle de tri social.

mardi 14 septembre 2010

Lancement à la CSCV

L'école du Sacré-Coeur de la CSCV (Gatineau) a invité journalistes et dignitaires de la CS au lancement de sa classe Mac. Ci-dessous, une petite vidéo réalisée très rapidement, mais qui vous donnera tout de même une petite idée de la classe.
À notre cs, nous avons cinq classes au primaire dans lesquelles tous les enfants ont un ordinateur portable en permanence sur leur bureau !

dimanche 12 septembre 2010

Ximénès Doudan

« Il y a longtemps que je pense que celui qui n'aurait que des idées claires serait assurément un sot. Les notions les plus précieuses que recèle l'intelligence humaine sont tout au fond de la scène et dans un demi-jour, et c'est autour de ces idées confuses dont la liaison nous échappe que tournent les idées claires pour s'étendre, et se développer et s'élever. Si nous étions coupés de cette arrière-scène, il ne resterait guère que des géomètres et des animaux intelligents dans ce monde, et encore les sciences exactes y perdraient-elles de cette grandeur qu'elles tirent de leurs rapports secrets avec d'autres vérités infinies que nous soupçonnons et croyons entrevoir par moments. L'inconnu est le plus riche patrimoine de l'homme, et je pense avec Platon, bien ou mal entendu, que tout ici-bas est image et une image affaiblie de toute une économie supérieure. Il me semble même que tout l'effet du beau que nous pouvons voir est de faire penser à quelque chose de plus beau que nous ne voyons pas, et peut-être que la magie des grands poètes, par exemple, n'est pas tant dans les tableaux qu'ils peignent que dans les échos lointains qu'ils réveillent et qui viennent d'un monde invisible encore. »
Ximénès Doudan, Lettre à M. Guizot du 24 juin 1868.

samedi 4 septembre 2010

Métamorphose chez les entiers

En suivant cette vidéo, cela m'a donné l'idée de faire un premier essai avec iWork.Keynote. Cela demanderait sans doute encore un peu de raffinement, mais j'en suis tout de même assez content. C'était la première fois que j'essayais de faire un quelconque montage avec ce logiciel. Avec le taponnage classique du débutant autodidacte, j'ai pris environ 90 minutes à le réaliser.

jeudi 2 septembre 2010

L'insignifiance

Le mépris qui rend méprisable,
le respect qui rend respectable.
Joseph Joubert



« La communication sociale est devenue une immense toile d'insignifiances crochetées sur la place publique par des intervenants de tout acabit. Ils estiment avoir le mandat de nous fournir du tissu crocheté, comme nos grands-mères, jadis, se sentaient obligées de tricoter des bas de laine pour la Croix-Rouge.
[...] Les gouvernements ont beau se lamenter que les gens se désintéressent de la politique et ne votent plus, tant et aussi longtemps que notre discours « collectif » sera arnaqué par des jokers, politiques ou médiatiques, il serait présomptueux d'envisager un changement significatif.
Entre-temps, nous sommes happés par un tourbillon d'insignifiances inouïes. »
Rino Morin Rossignol, Un tourbillon d'insignifiances.

dimanche 29 août 2010

Vidéo Jeux-Triboulet 2

Chez Jeux-Triboulet, on adore Battlestar Galactica. Un petit extrait d'une partie disputée vendredi soir.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 >