Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

lundi 12 mars 2012

AutoHomme

Hier soir, pendant le cours de danse, alors que j'en arrachais sur un pas de tango :

Marie : Demande de l'aide à Jean-Paul.
Jean-Paul, c'est notre prof.
Moi : Non ! J'essaie d'être autonome.
Marie (levant les yeux au ciel, un peu découragée de ma performance.) : Me semble que tu gagnerais parfois à être autofemme !

Prometheus



Se trouve dans le portfolio de Marie.

La recherche web

Sur son blogue, Martine Peters a publié un billet sur la recherche web. Elle mentionne l'importance des opérateurs booléens. Je me suis permis le commentaire suivant :

Il faudrait que tu définisses rechercher « efficacement ».

Pour ma part, je connais bien les opérateurs et la recherche avancée, mais je ne m'en sers absolument jamais, car je trouve toujours sans.

Et quand je ne trouve pas… (ce qui est très rare), c’est que l’info est très très très bien enfouie (ou n’existe tout simplement pas sur le web.) Et, donc, opérateurs booléens ou pas, je n’arriverais pas plus à trouver.

Je ne connais AUCUN cas où la recherche en posant une question adéquate à Google n’a pas réussi là où les opérateurs ont trouvé ! Mais je suis preneur si tu as de tels exemples.

Conclusion : il ne faut pas perdre son temps à enseigner ces bidule ! Mieux vaut enseigner l’art de poser adéquatement à Google (ou autres) sa question.

dimanche 11 mars 2012

pgn2mysql version 0.2

Quelques jours après la sortie de la version 0.1, voici la version 0.2 de mon script.

J'en ai profité pour rédiger une bonne page web à l'ancienne pour les joueurs désirant l'utiliser.

C'est ici : http://www.gillesjobin.ca/pgn2mysql/index.html.

Mon exemple est intéressant et vous remarquerez sans doute l'absence de rafraichissement de la page en modifiant le choix de la partie. Cela veut simplement dire qu'il n'y a pas de « reload » lors d'une nouvelle requête mysql !

Chemin faisant, page 73

Si la ronce me déchire, je m'en prends à la ronce et non au chemin ; si l'homme me blesse, pourquoi en accuserais-je la vie ?

Derrière mon dos c'est votre champ, mes amis ; mais devant moi, c'est le mien !

Le monde nous permet le bonheur jusqu'à un certain point et devient nerveux si nous le dépassons.

La patience n'a qu'un mot dans son code : attendre ! Oh ! le cruel mot qui vous cloue les bras, qui compte lentement vos pulsations, qui s'amuse de vos larmes, qui semble se réjouir de vos angoisses !

Dans tout ce qu'on nous offre de bon coeur, n'acceptons tout au plus que la moitié.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

samedi 10 mars 2012

pgn2mysql

MISE À JOUR 13 mars 2012 : La version 0.2 est maintenant disponible.

Les fichiers pgn (portable game notation) sont de simples fichiers en format texte qui, respectant une certaine convention, contient des parties d'échecs. Voir Wikipédia pour plus d'informations.

Cependant, il est bien difficile de manipuler le contenu de ces fichiers à l'aide d'applications web n'utilisant que le Javascript.

Voilà pourquoi depuis plusieurs mois déjà je cherchais un script pour importer toutes les parties d'un fichier PGN dans une base de données MySql. À moins que j'ai fort mal cherché, ce script n'existe pas. J'ai donc profité de mes quelques jours de congé pendant la relâche pour m'en écrire un. Je vous le partage aujourd'hui.

La vidéo montre comment utiliser ce fichier. Attention, cela demande tout de même une connaissance (quoique minime) de PHP et de Mysql.

Dans le zip (téléchargement !), vous trouverez le fichier pgnToMysql.php de même que le fichier pgn.sql qui contient déjà plusieurs champs représentant les caractéristiques pgn.

N'hésitez pas à m'écrire pour des infos supplémentaires.



Prière de noter que j'ai aussi publié cet article sur le site de la Ligue d'échecs de l'Outaouais.

Chemin faisant, page 72

On garde toujours mal un secret quand on ne le garde pas par respect pour soi-même.

Au mot de génie, les fronts se découvrent d'eux-mêmes, les étoiles s'inclinent, et les cieux se demandent ce que l'élu fera du don.

Pour louer la création, les oiseaux ont leurs chants, les fleurs leurs parfums, les éléments leurs mystères et l'homme son coeur.

On ne peut pas pleurer pour l'assassin et pour la victime ; il y a une logique dans les larmes.

Un bel automne ne fait pas plus oublier un vilain été qu'une caresse ne fait oublier une injure.

Un riche qui pleure fait toujours plaisir à quelqu'un.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

vendredi 9 mars 2012

Miette 21 : Le bien nous vient en dormant.

Le sommeil

Le bien nous vient en dormant

Sommaire. — Louis XI et les seigneurs. — Le sommeil du moine. — Cadeau royal et mot de roi. — Pêches nocturnes. — Paillasse explique le proverbe.

Louis XI allait un jour, accompagné de seigneurs qui l'importunaient a l'envi, sollicitant de sa générosité royale un bénéfice très productif, que la mort du titulaire venait de rendre vacant.

Lassé de leur insistance par trop indiscrète, le roi aperçoit un moine qui s'était doucement endormi sur son bréviaire : « Par la pasquedieu ! s'écria-t-il, aucun de vous ne l'aura ; il revient de droit à ce pauvre moine, pour prouver que le bien nous vient en dormant. »

Telle serait l'origine du proverbe.

Le conte est joli, le mot est charmant; mais, je le regrette pour Louis XI, il n'en a pas la paternité que certains lui ont attribuée et qu'il ne revendiqua sans doute jamais pour sa part.

Les anciens, connaissaient ce proverbe, qu'on lit dans Plutarque et qu'avait reproduit tout au long Cicéron dans l'une de ses Verrines, la dernière : « Non idem mihi licet quod iis qui nobili génère nati sunt, quibus omnia populi romani bénéficia dormientibus deferuntur : Je n'ai pas le même privilège que ces nobles, auxquels toutes les faveurs du peuple romain viennent en dormant. »

Il est plutôt permis de penser que l'allusion en remonte aux pêcheurs qui tendent leurs filets pendant la nuit et vont les relever à leur réveil.

Le bien leur est réellement advenu pendant leur sommeil.

Paillasse me souffle à l'oreille une autre explication appuyée sur un raisonnement qu'il me prie de vous communiquer. Je cède à ses instances, mais qu'il n'y revienne pas ! Or, d'après ce pître de la foire, la fortune vient en dormant, parce qu'en dormant on fait des sommes, et que beaucoup de sommes font la fortune.

.

Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

Chemin faisant, page 71

Reprendre sans amertume sa béquille devant ceux qui marchent tout seuls, endosser doucement son deuil devant des habits de fête, voir son désir le plus légitime aux bras de tous sans pouvoir le saisir jamais, et donner encore aux autres sa pitié ; je ne crois pas que l'héroïsme du coeur puisse aller plus loin.

On poétise même la flèche empoisonnée quand on est jeune; on voudrait mourir de telle et telle mort, on voudrait mourir de telle et telle main : jeunes âmes, restez-en là!

L'envie n'est pas méchante : donne-moi ce que tu as et je ne te ferai pas de mal.

Ballotter son coeur en tous sens, le promener ici, le ramener là, chercher à le tromper parce qu'on n'ose pas l'entendre, lui donner tort parce qu'on ne doit pas lui donner raison, l'accuser quand il se plaint justement, c'est pourtant ainsi qu'il faut le traiter dans certaines occasions.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

jeudi 8 mars 2012

Chemin faisant, page 70

Vouloir, non, ce n'est pas toujours pouvoir ; mais c'est faire trembler l'ennemi.

Les vertus sans qualités sont des beautés sans grâce.

Dans l'indépendance du qu'en dira-t-on il n'y a que le premier pas qui coûte ; on s'amuse ensuite de la chanson et même de la variété de ses couplets.

La vie a tous les aspects de nos sentiments.

Un bon coeur allemand, comme un bon musicien allemand, ne ressemble à aucun autre ; il a dix fois la puissance de sentir, d'aimer et d'exprimer : le tout est de le trouver.

Nos forces doivent céder avant notre courage.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

Un quintilliard

Le décillion américain est le quintilliard européen. Il s'agit du nombre 1 suivi de 33 zéros :

1000000000000000000000000000000000


Les nombres commençant par 1 et se terminant par des zéros sont appelés des puissances de 10.

Par exemple, 100 est la deuxième puissance de 10. On note la chose ainsi 102.

Un quintilliard est donc la 33e puissance de 10. 1033

Jusqu'à preuve du contraire, ce quintilliard aurait une caractéristique bien spéciale. En effet, ce serait la plus grande puissance de 10 qui peut se partager en deux nombres dont aucun des deux ne possède de zéro :

8589934592 x 116415321826934814453125


Quoique parfaitement inutile, c'est tout de même fascinant, n'est-ce pas ?

Question. Vous me lisez certainement sur un ordinateur ou une tablette en ce moment ; puisque je n'aime pas vraiment qu'on me croie sur parole, comment vous y prendriez-vous pour vérifier que le produit mentionné plus haut donne bel et bien 1 quintilliard ?


Réf. C. Pickover, Keys to Infinity, p. 135, Wiley, 1996.

mercredi 7 mars 2012

Chemin faisant, page 69

L'égoïste peut être heureux, si le bonheur peut exister sans rayonnement.

On a le même titre, la même fortune, le même entourage, sans avoir le même prestige ; donc, le prestige vient surtout de nous-même.

Je crois aux revanches de la vie, parce que je crois à l'utilité de l'effort.

C'est sur les peines des autres qu'on exerce surtout la puissance de sa philosophie.

L'argent nous est bien moins cher par l'indépendance qu'il donne que par l'indifférence qu'il permet.

Vouloir, c'est régner sur soi.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 >