Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

lundi 20 mai 2013

2013.20

Échecs

«Also worth noting is the Rabar opening classification attached to the game ('R00'). I discussed the Rabar codes once before in Explaining Dynamics with Symbols, and the first Informant used around 75 of its 240 pages to explain the classification system. (It used 140 pages to present its 466 games.)
When we consider that, in the 1960s, the Informants and their symbols were a revolutionary system for distributing chess knowledge, we can appreciate how far our knowledge of the game has progressed in the nearly 50 intervening years. The language of logic transcends words.»

Source.

Je termine avec 1 1/2 en 5 dans la Réserve. J'ai décidé de ne pas jouer la dernière ronde... question d'arrêter l'hémorragie. Je me prépare maintenant pour le TORO. Espérons que je pourrai faire un peu mieux.

Je suis toujours en décision en ce qui concerne ma participation au championnat canadien qui se déroute, cette année, à Ottawa.

Pub

Il faut donner ça à Apple : ils font de jolies pubs. Je ne me tanne pas de voir celle dans laquelle les gens prennent des photos à l'aide du IPhone.

Politique

Le maire de Toronto attend avant de s'expliquer. Pourquoi, si, comme son avocat l'a indiqué, cette vidéo est un canular, attendre avant de rencontrer la presse ???

Conservateurs, Libéraux, sénateurs, ministres, députés, etc... Comment ne pas penser qu'ils sont tous pourris en politique?

mercredi 15 mai 2013

Pour Paul de Bruxelles

Cher monsieur, J'ai bien reçu votre commentaire mais vous avez oublié de me laisser votre courriel. Vous pouvez m'écrire à gilles.jobin@gmail.com Au plaisir, Gilles

lundi 13 mai 2013

2013.19

Version 2.0

J'ai essayé un peu la version 2.0 de Scratch. J'espère bien qu'il y aura un version «poste de travail». Comme c'est écrit en Flash, ça ne fonctionne absolument pas sur Ipad. Dommage. Je suis convaincu que Flash est un mauvais choix technologique en 2013.

Citation

“There are four kinds of people in the world, Ms. Harper. Those who build walls. Those who protect walls. Those who breach walls. And those who tear down walls. Much of life is discovering who you are. When you find out, you also realize there are places you can no longer go, things you can no longer do, words you can no longer say.”
P.S. Baber, Cassie Draws the Universe.

Politique

Ça me fait sourire cette dissolution d'Union Montréal. La même petite gang va sans doute repartir sous un autre nom, croyant (sans doute avec raison) que toutes les crocheries seront oubliées.

Retraite

Les papiers sont signés. Encore 2 mois, et c'est fini pour moi à la commission scolaire. Ouf !

Échecs

Une autre défaite pour moi mardi soir. Vraiment, je connais un mauvais tournoi. Capablanca disait que la seule manière de devenir un bon joueur d'échecs, c'est de perdre des centaines de parties. Espérons qu'il ait raison.

La résilience

Naki'o from Aaron Pendergast on Vimeo.

lundi 6 mai 2013

2013.18

Il y a beaucoup de matière à réflexion dans ce billet de Laurence Juin.

Échecs

«Two hundred years ago, the great mathematician Euler estimated the value of the chess pieces as: king 200, queen 9, rook 5, bishop and knight 3 and pawn 1 . In general, one can agree with these values; one only needs to make one correction. If the king is worth 2 0 0 , its actual strength is no more than 4, whilst if the strength of the pawn is 1, its value increases from 2 to 8 (that is, 3-1=2 to 9-1=8) as it ap­ proaches the eighth rank.»
Barsky, The Ragozin Complex, p. 8.

Je ne savais pas que Euler avait contribué aux échecs !

En passant, il y quelques semaines, Google a honoré l'homme :


J'ai perdu ma partie de mardi soir. J'ai toujours le même problème avec mes ouvertures. Mais je sens que d'ici quelques mois, tout ira mieux. En apprentissage, il faut être patient avant de voir des résultats.

Hockey

Je suis toujours étonné de voir qu'on peut laisser des gars se battre sur la glace. Et j'avoue avoir un profond dégoût pour les coups vicieux. Le hockey est pourtant un beau sport dans lequel on peut apprécier l'habileté sportive.
Testostérone ? Ok ! Tant que ça ne nuit pas à l'utilisation des neurones.

Retraite

J'ai fixé la date de ma retraite : ce sera en fin septembre. Avec les vacances et les divers congés qui me reviennent, le 22 juillet devrait être ma dernière journée de travail ! Ouf.

vendredi 3 mai 2013

Miette 101 : Il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier

La prudence

Il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Sommaire. - Bonne nourriture, belle ponte. - Je me précautionne. - Mésaventure du fermier voisin. - Divisez pour garder. - La fortune du philosophe Bias.

Au lieu de laisser mes poules, mes dindons, mes oies et mes canards vaguer à l'aventure dans les champs d'alentour et picorer çà et là au hasard de... la fourchette, je leur distribue généreusement grains d'avoine et de sarrasin, pâtées de pommes de terre bien cuites, assaisonnées de son d'excellente qualité. En retour, mes gentilles volailles, pleines de nourriture et de reconnaissance, me rendent quantité d'oeufs frais et beaux. J'en fais régulièrement l'abondante récolte; puis, loin de les mettre dans un seul et même panier, je les range soigneusement dans plusieurs.

- Pourquoi? me direz-vous.

- Pourquoi? Pour éviter la mésaventure survenue au fermier d'à côté :

Mon homme avait des oeufs et voulait s'en défaire ;
Pour ne pas à la foire arriver des derniers,
Quoiqu'il pût en remplir trois ou quatre paniers,
Il mit tout dans un seul et ne pouvait pis faire.
Sa mule, qui suait sous le poids du fardeau
Fragile comme du verre,
Pour en décharger sa peau,
À quatre pas de là donna du nez par terre.
« Hélas ! s'écria l'homme, à qui son désespoir
Inspira de vains préambules,
Que n'ai-je mis mes oeufs sur trois ou quatre mules !
Je mérite un malheur que je devais prévoir.
Si le ciel veut me permettre
De faire encore le métier,
Je jure de ne plus mettre
Tous mes oeufs dans un panier».1

Ce n'est pas seulement pour les oeufs qu'il faut ainsi procéder, mais pour toute espèce de choses.

N'embarquez pas toutes vos marchandises sur un seul vaisseau, un naufrage peut tout engloutir.

Ne placez pas toutes vos valeurs chez le même banquier ; celui-ci peut faire faillite ou avoir l'idée d'entreprendre un voyage au long cours et vous voilà ruiné.

Ne cachez pas tout votre argent dans un même endroit; des voleurs vous rendent visite, un incendie éclate; il ne vous reste plus rien.

Divisez, séparez, morcelez.

Si, après cela, vous n'êtes pas encore tranquille et rassuré, il n'y a plus qu'un seul moyen d'apporter le calme et le repos à votre âme inquiète : ne possédez ni marchandises, ni valeurs, ni économies.

Vous serez alors heureux et léger, à l'instar du philosophe Bias.

Priène, sa patrie, ayant été prise par Cyrus, tous les habitants emportèrent dans leur fuite ce qu'ils avaient de plus précieux. Bias seul n'emportait rien. On lui en demanda la raison :

« C'est, dit-il, que je porte tout avec moi : Omnia mea mecum porto. »

Sa fortune était sa sagesse.


1 Boursault.

Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

jeudi 2 mai 2013

Miette 100 : Avoir la puce à l'oreille

La prudence

Avoir la puce à l'oreille.

Sommaire. - Insomnie certaine. - Impressions militaires. - Insecte poétisé.

Quand une puce a entrepris de vous faire des caresses au milieu de la nuit, quelle que soit la partie de votre individu sur laquelle se soit jeté son dévolu, il y a de grandes chances que le sommeil vous abandonne ; on a jugé bon de ne retenir que l'oreille, ainsi que cela est consigné au XVIe siècle, dans un proverbe de Bouvelles :

Puce en l'oreille
L'homme réveille.

À la tête ou ailleurs, sa visite est des plus désagréables, et le tourlourou mécontent de sa garnison, ne faisait pas de distinction quand il résumait ses souvenirs de caserne :

Le jour, des muches (mouches),
La nuit, des puches (puces),
Sale régiment !

D'une manière moins brutale, Berlioz a poétiquement décrit, dans la Damnation de Faust1, les inconvénients multiples qu'entraîne avec soi ce minuscule animal aux jarrets d'acier, qui lui permettent de sauter mieux qu'un cabri. Méphistophélès démontre, avec exemple à l'appui, qu'il faut se méfier de lui et de toute sa famille; il a recours, pour cela, au procédé de l'apologue dans cette chanson :

1er couplet.
Une puce gentille
Chez un prince logeait.
Comme sa propre fille
Ce brave homme l'aimait,
Et, l'histoire l'assure,
Chez son tailleur un jour
Lui fit prendre mesure
Pour un habit de cour.

2e couplet.
L'insecte plein de joie,
Dès qu'il se vit paré
D'or, de velours, de soie,
Et de croix décoré,
Fit venir de province
Ses frères et ses soeurs
Qui par ordre du prince
Devinrent grands seigneurs.

3e couplet.
Mais ce qui fut bien pire,
C'est que les gens de cour
Sans oser en rien dire
Se grattaient tout le jour.
Cruelle politique !
Ah! plaignez leur destin,
Et dès qu'une nous pique
Écrasons-la soudain !

Une affaire vous préoccupe, l'inquiétude vous poursuit, vous ne pouvez dormir, comme si vous aviez réellement « la puce à l'oreille ». C'est alors que vous seriez heureux de mettre en pratique le conseil du Méphisto de Berlioz.

Malgré les désagréments et même la douleur que nous cause ce petit insecte, quelqu'un a trouvé le moyen de le poétiser :

La puce est un caprice ailé,
Des cieux il est la fantaisie,
C'est un miracle ciselé,
C'est un bijou de poésie.

L'auteur devait avoir l'âme bien bonne ou l'épiderme fort peu sensible.


1 La Damnation de Faust, légende dramatique en quatre parties (1846).

Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

mercredi 1 mai 2013

De toutes les Paroisses, page 240

Plaire est plus avantageux que mériter.

Tout ce qu'on a longtemps rêvé sans l'avoir, fait presque l'effet d'un patrimoine perdu.

La concision, c'est du poing.

La volupté regarde de près ; le sentiment, de haut.

Les âmes s'appellent par le désir et la conformité.

La contemplation nous fait oublier la terre, la méditation nous apprend à nous y conduire.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913



NDLR : Ce billet complète la transcription du livre de Madame Barratin.

mardi 30 avril 2013

De toutes les Paroisses, page 239

Avant de planter, on pioche ; avant de convaincre, on ébranle.

La distinction nous sauve des ans auxquels elle résiste.

Toutes ces lèvres peintes sont en train de tuer le baiser.

Plaindre, c'est comprendre.

Les rêveurs sont toujours au bord d'un abîme.

Ma force appartient à mes devoirs avant de m'appartenir.

Les répits que laisse la douleur semblent en être la respiration.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

Miette 99 : Il ne faut pas parler de corde dans la maison d'un pendu

La prudence

Il ne faut pas parler de corde dans la maison d'un pendu.

Sommaire. - On ne se pend pas par excès de bonheur. - Sujets à éviter. - Renseignez-vous. - Un an de moins chaque année. - Cordes et machinistes.

Un homme se pend pour des motifs généralement étrangers à toute idée folâtre.

Il est poussé à cette extrémité par le désespoir que provoquent les souffrances morales ou physiques, toutes causes pénibles et cruelles pour la famille et l'entourage du suicidé, indépendamment des sentiments d'affection que le malheureux inspirait aux siens.

Réveiller le souvenir de sa mort dans sa propre maison, rappeler les circonstances dont elle fut entourée n'est pas une preuve de tact et doit être évité avec soin.

De même il ne faut pas parler devant quelqu'un d'un sujet qui peut lui être désagréable ou prêter à des allusions désobligeantes.

Afin de ne pas tomber dans ce travers, il est bon d'être renseigné sur les goûts et les habitudes des personnes avec lesquelles on est en rapport fréquent et journalier.

Un grand seigneur, gentilhomme jusqu'au bout des ongles, n'omettait jamais, le premier jour de l'an, en venant présenter ses voeux à la châtelaine, son épouse, de lui demander : « Quel âge désirez-vous avoir cette année? »

La chose entendue, il ne manquait pas de se le rappeler pendant trois cent-soixante cinq jours; et ne manifestait jamais la moindre surprise quand, au début de l'année suivante, on lui déclarait avoir une année de moins.

S'il ne faut pas parler de corde dans la maison d'un pendu, il n'en faut pas davantage prononcer le mot sur la scène d'un théâtre, devant les machinistes, à moins qu'on ne veuille régaler ces braves gens. Il est d'usage en effet que ceux-ci apportent un bouquet à quiconque parle de « corde » sur les planches ; et - une politesse en vaut une autre - il est non moins d'usage qu'on y réponde par l'offre de généreuses libations.

Connaissiez-vous cette coutume? il est probable que non ; en ce cas je suis heureux de vous l'apprendre.

Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

lundi 29 avril 2013

De toutes les Paroisses, page 238

La paresse mitige la méchanceté ; un méchant paresseux est moins redoutable qu'un autre.

J'aime l'ouverture des grands chemins et les confidences des petits.

Toutes les cendres se ressemblent.

Le gros de l'affaire, c'est de savoir se passer des éloges des autres.

Il y a des vieillards si pleins d'urbanité qu'ils ont l'air de demander à la jeunesse la permission de continuer à vivre.

La vie intérieure nous rend gourmands de nous-mêmes.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

2013.17

Belle journée du dimanche



Farce plate

Les cégeps cherchent des solutions à la baisse démographique, lit-on ici. Ma solution : Rapetisser les cégeps!

Citation

« C’est un asile de fous, pas un asile de cons. Il faudrait construire des asiles de cons, mais vous imaginez un peu la taille des bâtiments... »
(tiré du film Tais-toi !)

Maths

Pas mauvais du tout ce petit jeu Flash sur les fractions.

Twivailles





Remarque : Je n'ai pas pris le temps de vérifier l'origine de la citation de Lennon.

Échecs

Victoire pas très convaincante mardi soir : mon adversaire avait tout le centre, mais il n'a pu l'exploiter correctement. Il a aussi abandonné un peu trop rapidement, croyant perdre une pièce sans compensation. Vous pouvez suivre le tournoi ici.

Je suis avec grand intérêt le Mémorial Alekhine. Pour une fois qu'on a droit à des commentaires en français, j'en profite grandement.

dimanche 28 avril 2013

De toutes les Paroisses, page 237

L'effort a toujours le droit d'être content de lui.

Sans trop les craindre, respecte les difficultés.

L'amour est toujours bon à chanter.

Tu ne peux plus croire au bien, pourquoi? - J'ai trop trompé.

La Parque à l'orgueilleux : « Pour tous les hommes j'ai les mêmes ciseaux. »

Un parti pris, c'est un borgne : il ne voit que d'un oeil.

Il faut avoir plus peur de sa vie que de sa mort.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 >