Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

mercredi 11 février 2009

Encore la réforme

Je me demande bien ce que cela veut dire exactement appliquer totalement la réforme.

BDD

Une grande oubliée dans nos écoles : l'application « base de données ». Je me rappelle (2001) qu'un enseignant d'une école secondaire avait monté un projet dans lequel ses élèves en construisaient une sur le thème des oiseaux. Si ma mémoire est bonne, c'était à l'aide de FileMaker. Dans leurs bases, les élèves collectionnaient des oiseaux selon plusieurs caractéristiques et interrogeaient ensuite la base selon différents regroupements.

Je rechercherai sur l'application Base d'OpenOffice. J'ai bien l'impression qu'elle me servirait à illustrer plusieurs possibilités pédagogiques aux enseignants.

Un exemple : les élèves possèdent tous plus ou moins une collection qu'ils affectionnent (cartes de hockey, pièces de musique, jeux d'ordinateur, etc.) En leur demandant de mettre le tout dans une bdd, ils apprendraient à structurer leurs pensées (les champs à considérer), à analyser (étudier des corrélations entre les données, faire des hypothèses), produire (créer des rapports significatifs) et sans doute plus encore.

Au point de vue strictement technique, ils apprendraient à manipuler plusieurs types de fichiers (ex. comment intégrer des données format .txt dans une base de données) ce qui peut amener l'utilisation efficace d'un éditeur de texte. Je souligne qu'un éditeur est très différent d'un traitement de texte.

Bon, j'entends déjà des enseignants me dire « Encore quelque chose de nouveau ! » Heureusement que je sais que l'apprentissage, c'est de 80% à 90% émotif...

mardi 10 février 2009

Mélange

Bien content d'apprendre qu'Alexandre Tharaud enregistrera du Satie.

Le livre comme le web ou le web comme le livre ? Ni l'un, ni l'autre.

« Dieu soit loué - et s'il est à vendre, achète, c'est une valeur en hausse ! »
Guy Bedos, Petites drôleries et autres méchancetés sans importance, 2003

dimanche 8 février 2009

Mister Cylon

Vendredi dernier, j'ai rejoué à Scotland Yard - ma dernière partie remonte aux années 80 -, jeu coopératif où les joueurs tentent de localiser le fameux Mister X joué par l'un d'entre eux. J'ai pu me faufiler au travers les mailles des inspecteurs pour remporter la partie.

Puis, vers les 21 h 30, nous avons entamé une partie de Battlestar Galactica, partie qui s'est terminée à 1 h 30 du matin. Carolane jouait Helo, François jouait Baltar, Denis incarnait Tyrol, Marc (que nous avons initié au jeu) était la présidente Roslin, Nicholas Starbuck. Quant à moi, je jouais le commandant Adama.

J'adore ce jeu parce qu'il permet une belle interaction entre les joueurs, parce qu'il y a des rebondissements, parce que la mécanique est originale et respecte parfaitement bien l'esprit de la série, parce que c'est un jeu où les enjeux sont déterminés par les votes des joueurs, parce qu'on peut être Cylon sans le savoir et surtout, surtout, surtout parce qu'on a un plaisir fou à y jouer !

Ah ! oui ! Marc et moi étions Cylons et nous avons vaincu les malheureux humains.

samedi 7 février 2009

La religion

Quand il est question de religion, je deviens incontrôlablement émotif. J'essaie de me comprendre en recherchant l'origine de cette rage, mais je ne trouve pas grand'chose.

Ma dernière montée de lait intérieure est en lien avec les récentes dé-excommunications du Pape.

«Le Vatican répète que Benoît XVI ne connaissait pas les déclarations de Richard Williamson au moment de lever son excommunication.» lit-on dans plusieurs articles sur le web.

Deux possibilités :

1° Le Vatican ment. Ce qui signifie qu'il commet un péché, et, surtout, que la politique passe au-dessus des valeurs chrétiennes comme l'honnêteté. Ce qui veut assi dire que le Pape savait, et qu'il a tout de même signé le retour au bercail de Williamson.

2° Le Vatican ne ment pas. Ce qui veut dire que le Pape accepte n'importe qui dans son Église sans examiner les valeurs profondes des leaders (Williamson est évêque) qu'il autorise à dispenser des Sacrements.

Cela manque terriblement de sérieux. Dire que l'on croit est facile. Vivre sa foi est une autre histoire ; et si j'étais membre de l'église catholique, de ce pas, je la quitterais.

jeudi 5 février 2009

Web log de JP

Discuter avec un adepte des conspirations (style : "Le 11 Septembre 2001 a été fait par les USA", ou "Les Américains ne sont jamais allés sur la lune") est épuisant. D'abord parce que le moteur de ces gens est extrêmement puissant : c'est la certitude absolue d'être plus malin que les autres - qui se réduisent à "la masse qui croit tout". Rien ne peut les destabiliser, sauf l'idée que leurs théories sont peut-être véhiculées par d'autres "officiels méchants" comme un os aux chiens et que, surtout, on n'en a rien à battre, de savoir si on a marché sur la lune ou non. Pour m'amuser, je lance toujours quelques hochets supplémentaires (par exemple : la Terre, en fait, est plate). Le "On veut nous faire croire que" est en fait bien naïf, car il signifie bien que quelque part, on s'occupe de vous...
Journal de Jean-Pascal, décembre 2008

mercredi 4 février 2009

Portable LG

Je viens tout juste de recevoir un courriel m'informant que mon LG 150 de Virgin Mobile est rappelé.

« Ce cellulaire qui est très basic fait maintenant l’objet d’un rappel par LG Canada dû à des fréquences sans fil trop fortes et qu’il ne respecte pas la spécification Radio 102 (CNR 102). »

J'ai un cellulaire depuis environ 1 an, et je pense l'avoir utilisé tout au plus 60 minutes... Mon cerveau n'est sans doute pas trop affecté !

mardi 3 février 2009

Bernard Arcand, 1945-2009

J'appris ce matin le décès de l'anthropologue. Vous trouverez plusieurs citations sur mon Au fil, citations toutes tirées d'une série de livres qu'il a coécrit avec Serge Bouchard.

samedi 31 janvier 2009

Et son nom est ...

L I N U X
Nous avons laissé tomber Bon Gars et Roof. En suggérant Linux, tout le monde (Philippe, Anne et surtout Marie, évidemment) a trouvé le nom génial.

mercredi 28 janvier 2009

Du pareil au même

Comment peut-on prendre nos politiciens au sérieux ? Une chose est certaine, ce n'est pas Ignatieff qui atténuera mon cynisme envers la gent politique.

mardi 27 janvier 2009

Rooftop Eagle

C'est le nom du lévrier que nous adoptons. C'est un véritable champion ayant disputé 159 courses ! Il aura cinq ans le 19 mars. J'ai bien hâte de voir la réaction d'Ubuntu face à ce nouvel ami.

La question que nous nous posons maintenant : allons-nous le rebaptiser Bon Gars comme nous le pensions ou garderons-nous simplement le nom Roof ?

dimanche 25 janvier 2009

Citations de Jules Payot

[...] toutes ces belles disciplines, qui devaient être un instrument de culture, n'ont été pour beaucoup qu'un instrument de torture. (p. 21)

L'art de se servir des livres a une importance capitale. On peut dire que tous les hommes de talent se sont formés par les livres. C'est que les livres respectent l'originalité : chaque lecteur s'assimile ceux qui correspondent à ses inclinations profondes. D'autre part, le livre attend, ce que le professeur ne fait jamais. (p. 62)

N'est-il pas manifeste que nos programmes avec leur entassement de matières hétéroclites, avec la hâte trépidante qu'ils imposent aux professeurs et aux élèves, sont directement contraires à toute méthode fructueuse ? Ils donnent aux enfants des habitudes de travail bâclé et détruisent en eux tout essai d'énergie mentale. (p. 69)

La mise en oeuvre de nos énergies profondes est la source des plus grandes joies de la vie et quand l'enfant a goûté à cette allégresse il est sauvé : il ne pourra plus galvauder son énergie à des besognes somnolentes. Nous disons que la réforme urgente est de cesser de gaver les élèves de vocables morts et d'utiliser leur cerveau comme un entrepôt des pensées d'autrui. Il est urgent d'en faire des esprits libres. (p. 100)

Dans une lettre, Combarieu, inspecteur de l'Académie de Paris, me signalait combien l'enseignement abstrait de la grammaire était vain et il ajoutait : « Les Grecs ont eu quatre ou cinq siècles de grande production littéraire avant de savoir distinguer un substantif d'un adjectif et de savoir ce qu'est un mode. » (p. 167)

Les mathématiques ne sont qu'un outil. Que dirait-on d'un ouvrier qui passerait sa vie à aiguiser son outil sans jamais s'en servir ? Le calcul est une machine qui ne rend que ce qu'on y a mis. Si l'on n'y met aucune réalité, il ne rend que du vent. (p. 196)

Plusieurs autres extraits sur Au fil de mes lectures.

Nota. Dernier paragraphe corrigé suite au commentaire ci-dessous.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 >