Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

mardi 3 janvier 2012

Marilise dessinée par Marie

Ma belle Marilise dessinée par ma belle Marie.



Logiciel utilisé : Sumo Paint
Outil : Wacom Bamboo Create

Miette 1 : L'oeil du maître engraisse le cheval

La vue

L'oeil du maître engraisse le cheval



Sommaire. - Un oeil vaut mieux que deux yeux. - La réponse du Persan. - Maison « trop lourde ». - Le serviteur nègre et le domestique blanc. - Je l'ai chassé !

« Si vous voulez faire votre affaire, dit Franklin1, allez-y vous-même ; si vous voulez qu'elle ne soit pas faite, envoyez-y. Le laboureur qui veut s'enrichir doit conduire lui-même sa charrue. » Et il conclut : « Ce sont les yeux des autres qui nous ruinent. »

Franklin était homme d'expérience et de bon conseil ; il entendait par là qu'il faut s'en rapporter à soi-même et à ses propres yeux pour surveiller ses affaires et ses gens.

Quelque bonne volonté que l'on trouve en ses serviteurs, quelle que soit leur capacité, il est bien rare qu'ils prennent nos intérêts comme nous-mêmes et que leurs yeux soient aussi attentifs que notre oeil sur ce qui nous appartient.

Notre erreur est extrême
De nous attendre à d'autres gens que nous.
Il n'est meilleur ami ni parent que soi-même2.

On demandait à un Persan ce qui engraissait le plus un cheval. « L'oeil du maître », répondit-il sans hésiter.

Phèdre sur ce sujet dit fort élégamment :
Il n'est pour voir que l'oeil du maître3.

La surveillance personnelle est une bonne chose ; un moyen préférable encore et beaucoup plus sûr pour que nos biens soient gérés à notre gré, c'est de ne les confier à quiconque et de les administrer nous-mêmes. De la sorte on sait ce qu'on fait et ce qu'on entend faire ; nul mieux que nous ne s'acquittera de la tâche que nous rêvons.

Les hommes les plus heureux et les mieux servis sont ceux qui se passent de domestiques. Le moyen, il est vrai, n'est pas apprécié de tout le monde.

Alphonse Karr avait un serviteur nègre qui ne lui donnait pas entière satisfaction et se plaignait que la maison fût « trop lourde ». Chaque fois qu'un ordre lui était envoyé, une commission prescrite, il grognait, geignait, jérémiadait. Impatienté, l'auteur des Guêpes lui dit un jour par sarcasme : « Si tu ne peux faire ton service seul, prends un domestique ! »

À quelques jours de là, le nègre se plante devant son maître, épanouissant largement ses dents blanches dans un rictus formidable. « Eh bien ! qu'y a-t-il ? — Il y a que j'ai trouvé mon affaire. — Quelle affaire ? — Mon domestique ! » Alphonse Karr rit jaune, il était pris, mais comptait se rattraper avec un service supérieurement soigné. Erreur ! Le noir ne faisait plus rien du tout ; il commandait au blanc jusqu'au nettoyage de ses propres chassures, à lui nègre.

Le blanc finit par se lasser de cette domesticité à rebours et ne fit plus rien à son tour ; le noir le gourmandait, l'injuriait et n'obtenait rien, moins que rien ; il finit par le congédier.

Le lendemain, Alphonse Karr, ayant une lettre pressée à porter, dit à son nègre : « Tiens, donne vite cela à ton domestique et il se dépêche ! — Je porterai moi-même cette lettre. — Et pourquoi ? — Parce que je l'ai chassé ! — L'as-tu remplacé au moins ? — Ah ! Monsieur, il n'y a pas de danger ! j'aime mieux faire mon service seul. Croyez-moi : on n'est jamais si bien servi que par même. »


1 [GGJ] Le texte de Benjamin Franklin se trouve dans The way to wealth : « If you would have your business done, go ; if not, send. And again. //He that by the plough would thrive,//Himself must either hold or drive. »
2 La Fontaine, L'Alouette et ses petits avec le Maître d'un champ, livre IV, fable 22.
3 La Fontaine, L'oeil du Maître, livre IV, fable 21.


Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

Préface

Préface

... La forme d'une ville
Change plus vite, hélas ! que le coeur des mortels !

a dit un poète1.

Bien des villes changèrent d'aspect ou de forme, beaucoup disparurent complètement depuis la première ; mais les hommes, depuis leur venue au monde, conservèrent impitoyablement mêmes instincts, mêmes appétits, mêmes désirs, mêmes joies, mêmes douleurs.

De tous temps et dans tous pays les impressions physiques et morales de l'humanité n'ont pas varié ; douces ou pénibles, gaies ou tristes, elles se sont reproduites, sans discontinuer, semblables ou identiques.

Les mêmes effets constatés, on fut graduellement amené à en rechercher les causes que l'on reconnut invariablement pareilles à elles-mêmes.

Qu'il s'agisse de phénomènes révélés par la Vue, l'Ouïe, le Goût, le Sommeil ;

Que la nécessité de pourvoir à sa subsistance ait provoqué le Travail, amenant avec soi la Propriété, puis la Richesse, celle-ci éveillant à son tour le désir de l'accroître encore, fût-ce par le Jeu ;

Que le côté moral intervienne et développe l'Orgueil, la Fierté et la Modestie ;

Que l'Expérience entraîne la Prudence à sa suite ;

Que la Charité soit une vertu, et l'Espérance une consolation ;

Quels que soient ces impressions, ces sensations ou ces sentiments, constamment renouvelés, mais jamais nouveaux, puisque déjà connus ou éprouvés ; quelle qu'en soit la cause ou l'origine, l'homme a, dès le début, éprouvé le besoin d'en fixer le souvenir.

Quand, à l'aide du langage, il parvint à exprimer sa pensée, il se complut à résumer peu à peu ses premières observations ; les proverbes avaient pris naissance.

Il en fait l'application à lui-même pour ce qu'il voit, entend, ressent ou rêve ; à autrui quand il commence à vivre en société.

Par cela seul que les proverbes énoncent des vérités de chaque jour, de chaque instant, leur alliance avec, la morale est toute naturelle ; ils tendent au même but : instruire l'homme et l'améliorer,

L'Ecclésiaste disait, il y a trois mille ans :

« Le sage tâchera de pénétrer dans le secret des proverbes et se nourrira de ce qu'il y a de caché dans les paraboles. »

Il n'est donc pas surprenant qu'à l'Ecclésiaste et au Livre de la Sagesse Salomon ait ajouté celui des Proverbes qui, sous forme de sentences morales et philosophiques, trace des règles de conduite pour toutes les circonstances de la vie.

Cinq à six siècles plus tard, les penseurs de l'antiquité, Socrate, Platon, Aristote, Théophraste, pour ne citer que les plus fameux, ne craignirent pas d'imiter l'exemple du grand Salomon ; leurs leçons, leurs discours, leurs écrits s'émaillèrent de maximes, de préceptes et de conseils, empruntant la forme proverbiale qu'ils regardaient comme inspirée parles divinités ;

Car le mot, c'est le Verbe, et le Verbe, c'est Dieu2

N'est-ce pas de cette façon que s'exprimaient les prêtres d'alors ; n'usait-on pas de ce procédé pour rendre les oracles?

Au moyen âge, nous trouvons les proverbes fort goûtés, appréciés, commentés par les savants ; Erasme les considérait comme le « compendium des vérités humaines » résumant la « sagesse des nations ».

Et maintenant, comment ces proverbes, dont l'origine est si lointaine, — puisqu'elle a le droit de se dire contemporaine du langage, — comment ont-ils pu se perpétuer et devenir immortels?

De prime abord, la tradition orale suffit à les empêcher de tomber dans l'oubli ; commençant par être transmis de bouche en bouche, ils passent d'une génération à la suivante, d'un peuple au peuple voisin, jusqu'au jour où, la civilisation et la science aidant, les philosophes s'ingénièrent à les condenser dans une formule concise dont le sens précis et clair frappa les intelligences et se grava dans les esprits.

Pour ne parler que des nôtres, ceux de France, qui nous tiennent plus directement au coeur, les troubadours les colportèrent de ville en ville, de campagne eu campagne ; puis les poètes les ont rimés ; les prosateurs leur donnèrent un tour particulier, une sorte de rythme qui en firent « une prose cadencée ou des manières de vers libres ». Rimes, prose cadencée, vers libres, autant de moyens favorables à faciliter le souvenir des mots et, par suite, de la pensée.

Beaucoup de ceux arrivés jusqu'à nous portent cette empreinte caractéristique ; et l'on peut observer que bon nombre sont devenus tels, parce que les vérités qu'ils énoncent ont trouvé place sous la plume des poètes.

Pour avoir exprimé leur pensée dans le langage des Muses, les Molière, les La Fontaine, les Regnard, les Boileau ont vu leurs vers

... passant du peuple aux princes,
Charmer également la ville et les provinces ;
Et par le prompt effet d'un sel réjouissant
Devenir quelquefois proverbes en naissant3.

C'est que la rime donne du charme et de la grâce a l'idée qu'exprime le vers ; celui-ci est une mélodie qui vous berce, vous captive, vous transporte et vous enivre tour à tour ; séduit par elle nous nous sommes laissé aller à de nombreuses citations en vers, au cours de cet ouvrage, partageant le goût du poète :

J'aime surtout les vers, cette langue immortelle.
C'est peut-être un blasphème et je le dis tout bas ;
Mais je l'aime à la rage. Elle a cela pour elle
Que les sots d'aucun temps n'en ont pu faire cas,
Qu'elle nous vient de Dieu, - qu'elle est limpide et belle,
Que le monde l'entend et ne la parle pas4.

Aussi bien, les réflexions qui suivent et qui nous ont été inspirées par les proverbes qu'elles commentent, peuvent ne pas être lues couramment, sans aucun arrêt ni interruption, comme on serait tenté de le faire pour une histoire, une nouvelle, un conte, un roman. Il est loisible de feuilleter le volume à son temps, à son heure, de le laisser et le reprendre.

Eh ! depuis quand un livre est-il donc autre chose
Que le rêve d'un jour qu'on raconte un instant ;
Un oiseau qui gazouille et s'envole ; - une rose
Qu'on respire et qu'on jette, et qui meurt en tombant ; -
Un ami qu'on aborde, avec lequel on cause,
Moitié lui répondant et moitié l'écoutant5?

Nous n'avons eu d'autre dessein que de distraire un instant avec l'espoir cependant qu'on retirera quelque fruit de celle lecture, cherchant à suivre en cela le précepte du vieil Horace :

Omne tulit punctum qui miscuit utile dulci6,
« C'est mériter le prix
Que de savoir mêler l'utile à l'agréable. »

Avons-nous atteint le but ? Loin de nous cette prétention ! Nous serions heureux d'avoir réussi tout au moins à nous en approcher.

E. G.


1[GGJ] Il s'agit de Baudelaire dans Les Fleurs du mal.
2 Victor Hugo, Réponse à un acte d'accusation.
3 Boileau, Épître X. A. ses vers, vers 9 à 12.
4 Alfred de Musset, Namouna. Chant II, 2e strophe.
5 Alfred de Musset, Namouna. Chant II, 7e strophe.
6 Horace, Ars poetica, vers 343.


Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

Note du transcripteur



« Mademoiselle de Langeac, qui était plus libre qu'aucune de nous avec elle, l'arrêta et lui exposa assez [Note du transcripteur: mot illisible] ment le danger qu'il pouvait y avoir pour moi d'ignorer les conditions de la nature humaine. »
Honoré de Balzac, Contes Bruns, Gutenberg


Au cours de l'année 2012, je mettrai en ligne l'intégrale du livre d'Émile Genest, Miettes du passé, publié il y a tout près de 100 ans dans la collection Hetzel. De deux à trois fois par semaine, vous aurez droit à un dicton populaire français et seront groupés sous la nouvelle catégorie mietteries. Le bouquin en contient cent.

Pourquoi ce projet ?

  • Parce que Miettes du passé est un livre tombé, tout comme son auteur, complètement dans l'oubli et qu'il mérite d'être « déterré » ;
  • Parce que Miettes du passé est bien écrit ;
  • Parce que c'est toujours un plaisir de lire des histoires sur l'origine de proverbes célèbres ;
  • Parce que, tout simplement, j'avais le goût d'offrir ces Miettes aux lecteurs des Jobineries.

Qui est Émile Genest ?

Depuis plusieurs années déjà, je recherche les dates de naissance et de mort de M. Genest. Mais peine perdue. J'ai écrit à plusieurs bibliothécaires ; j'ai écrit aussi à Nathan, éditeur du toujours publié Contes et légendes mythologiques ; j'ai fait d'intenses recherches, mais toujours elles sont restées infructueuses.

Récemment, je suis tombé sur cette notice sur la zone BDFI (Base de Données Francophone de l'Imaginaire). Tout ce qu'on sait sur Genest s'y trouve, et je retranscris ici une partie de ladite notice.

Né après 1850 (Paris) - mort avant 1930, France.

D'Émile Genest, il existe peu d'informations. L'essentiel de ses publications a lieu entre 1873 et 1930, les années suivantes ne donnant lieu qu'à des rééditions. L'auteur semble s'être passionné par les proverbes et les dictons auxquels il a consacré plusieurs monographies très détaillées, il est lauréat de l'Académie Française (sans plus de précision) et pratique l'aide à l'écriture pour certains ouvrages d'étude qu'il signe en collaboration.

Cependant, l'on apprend à la Bibliothèque Nationale qu'il déposa une thèse pour la licence de Droit le 19 décembre 1873, “De Acquirendo rerum dominio”, De l'acquisition de la propriété par suite de conventions (Paris, Impr. E. Donnaud, 1873). Par ailleurs, plusieurs de ses livres sont préfacés par des personnalités venues du Droit également et qui semblent être ou des condisciples ou des collègues. On peut donc situer sa date de naissance après 1850 et celle et de son décès probablement aux environs des années 1930. La thèse imprimée mentionne également le lieu de naissance de Genest : Paris.

Quand Émile Genest fournit l'unique volume qu'il écrira pour les débuts de la collection, Les Contes et légendes mythologiques, Nathan a déjà publié ses premiers ouvrages consacrés aux proverbes qui entrent dans le programme parascolaire des années 1920 de la maison d'édition. Ces livres seront réédités jusque dans les années 1950, mais c'est finalement le recueil pour la jeunesse qui obtiendra la longévité la plus notable en étant édité jusqu'à la fin du XXe siècle.

À part les Miettes du passé, je possède presque tous ses livres dont :

  • Les plus belles citations de la littérature française (séries 1 et 2) ;
  • Où est-ce donc ? (séries 1 et 2) ;
  • Les plus belles citations de la littérature latine ;
  • Les plus belles citations de la littérature étrangère ;
  • Les plus belles citations de la littérature grecque.

Vous pouvez sans doute en trouver quelques-uns sur Abebooks, mais attendez-vous à payer le prix fort.

Émile Genest était fin collectionneur ; dans tous ses recueils, la source des citations est toujours donnée ce qui en fait, somme tout, un personnage sérieux et rigoureux. C'est certainement cette rigueur qui m'a incité à en savoir un peu plus sur l'homme. Ma quête est toujours sans réponse, mais, qui sait, un jour, peut-être, un digne descendant du monsieur lira-t-il cette page et prendra-t-il le temps de m'éclairer sur la vie de son illustre ancêtre.

Technicité

J'ai numérisé le livre avec ABBYY, logiciel de reconnaissance de texte (OCR). On le sait, ces logiciels sont loin d'être parfaits et il faut évidemment tout relire et corriger les très nombreuses erreurs de transcription.

J'ai numérisé les images avec Aperçu.

J'ai utilisé Textmate pour coder en php, mysql et html. En fait, tout le livre se trouve dans une table Mysql qui contient quelques champs.

Pour chaque « miette », il faut compter de 2 à 3 heures de travail.

À plus long terme, je rendrai disponible le livre en format Epub.

Les notes de bas de page indiquées par [GGJ] sont de moi.

J'ai utilisé la deuxième édition des Miettes du passé publiée en 1913. Je n'ai pas pu trouver la date de la première édition. De même, à ma connaissance, cette deuxième édition fut la dernière. On sait qu'un livre, au Canada, tombe dans le domaine public 50 ans après la mort de son auteur. Or, dans le cas de Genest, la date de sa mort demeure un mystère complet. Mais, n'ayant rien publié après 1933, il a fort à parier qu'il serait décédé au cours de cette décennie.

Gilles G. Jobin, 3 janvier 2012.

Citations quotidiennes 03.01.12

Nous avons justement autant de religion qu'il nous en faut pour nous haïr les uns les autres ; nous n'en avons pas assez pour nous porter à la tendresse mutuelle.
Jonathan Swift (Pensées détachées, morales et divertissantes in Le conte du tonneau II, p.130, Henri Scheurleer, 1757)

Ses yeux clignaient sans arrêt, avec une irrégularité d'essuie-glaces défectueux [...].
Mikkel Birkegaard (La Librairie des ombres, trad. Inès Jorgensen, p.127, Fleuve Noir, 2010)

Ils s'étaient rencontrés un jour d'automne. Un de ces jours curieux où l'on n'a le goût de rien dire, où les choses habituelles affichent ouvertement leur vanité et où le moindre événement sortant de l'ordinaire revêt une importance extrême.
Gilles Vigneault (La petite heure, p.64, Les nouvelles éditions de l'ARC)

La curiosité d'être enfin sur le point de savoir peut-elle soutenir nos derniers instants ?
Hubert Reeves (L'Espace prend la forme de mon regard, p. 31, Éditions l'Essentiel, 1995)

Voir Au fil de mes lectures.

lundi 2 janvier 2012

Citations quotidiennes 02.01.12

Nécessité fait loi quand c'est le diable qui mène la danse.
Deon Meyer (Jusqu'au dernier, trad. Robert Pépin , p.317, Seuil/Points P1072)

Il faut dire la vérité à quelqu'un qui va mourir... Il faut qu'il sache la vérité, sans cela il ne pourrait pas dormir...
Maurice Maeterlinck (Pelléas et Mélisande, p.66, Éd. Fasquelle)

Se contenter d'être heureux, c'est plafonner. Peut-être plafonner un peu bas.
Marcel Aymé (Les Maxibules (Ludovic, première partie), p.70, Gallimard/nrf, 1962)

Ce n'est guère que le bas style dans les arts, tant en peinture qu'en poésie et en musique, qui plaît naturellement à la multitude. Les plus sublimes efforts de l'art n'affectent point les esprits incultes. Un goût fin et délicat est le fruit de l'éducation et de l'expérience. Nous recevons seulement en naissant la faculté de nous donner ce goût et de le cultiver, ainsi que nous naissons avec la disposition de recevoir les lois de la société ou de nous conformer à ses usages. C'est jusqu'à ce point, mais pas plus loin, qu'on peut dire que le goût nous est naturel.
Jean-Auguste-Dominique Ingres (Notes et pensées in « Ingres, sa vie, ses travaux, sa doctrine » par H. Delaborde, p.120, H. Plon, 1870)

La raison nous trompe plus souvent que la nature.
Vauvenargues (Réflexions et maximes, in Oeuvres, Garnier-Flammarion n° 336, p.195)

Voir Au fil de mes lectures.

Décembre 2011

Mes gazouillis de décembre 2011, en ordre antéchronologique.


RT pickover Pavel Boytchev falls in love with ellipses and their creation. tinyurl.com/37mesj4

@FrancoisBourdon @zecool RE Zite // Merci pour la suggestion.

iStencyl bit.ly/vZudmW Programmation à la Scratch. C'est fou ce qu'on peut faire aujourd'hui !

Une expérience - Jobineries bit.ly/utxJDF Et votre opinion m'intéresse : utilisez les commentaires !

La Folie de Charles Pougens (1775-1833) - Jobineries bit.ly/rVbv1C

Je relis mon billet de nov. 2004: Portables, petits pas, etc. bit.ly/uOtP3F Je pensais faire mon bilan TIC en janvier. Je me tairai.

Défi web : Le piano et le silence - Jobineries bit.ly/spty7t

@zecool Mathination montre l'absurdité d'enseigner des algorithmes. Ce qui compte c'est «POURQUOI» l'algèbre, non pas «COMMENT» l'algèbre.

@zecool Actuellement dans nos programmes, les TIC sont vues comme un enrichissement, non pas comme outil d'apprentissage, de création, de compréhension.

@zecool Jacques, qui, en ce moment, repense le curriculum en fonction du potentiel des TIC ? Pourtant, il y a urgence !

@zecool Ceux qui ont la charge ? Ne sont-ce point les profs qui sont responsables des évaluations qu'ils donnent ?

@ThierryArseneau @zecool Toutes les questions des ex. du MELS pour mesurer les «connaissances» sont insignifiantes si on a droit aux TIC.

@ThierryArseneau @zecool pas très différent d'un examen à livre ouvert selon moi. \\ Alors, pourquoi on ne le fait pas ?

Question. Imaginez que les élèves aient le droit aux TIC lors d'examens. En quoi cela modifierait-il le curriculum actuel ?

Je me demande à quoi ressembleront les examens de maths lorsque les élèves auront le droit d'utiliser les TIC en les subissant.

À propos de mathination.com : je suppose que les profs de maths voudront l'interdire dans leur classe... #ironie

Mathination ! Vite, à mettre entre les mains des élèves en 2012 ! mathination.com via RT @dgvincent

«Certes, l'homme ment, mais plus franchement.» Simone Routier #citation

Actuellement, une émission à Radio-Canada sur les TIC à l'école.

À la recherche de Michelle de Saint-Antoine - Jobineries bit.ly/sIi7cR

RT @jbernatchez Eduquer au XXIe siècle (Michel Serres) lemonde.fr/idees/article/…

Jolie chapelle. bit.ly/vkYe29

Pratique à savoir lorsque l'on reçoit. bit.ly/t49lUc

La ville la plus «cool» de Chine ! bit.ly/uZtZHs Je me demande si Martine Peters la visitera... bit.ly/sgdtm8

[ITW] Bent Objects, le retour » #OWNI bit.ly/rute7y Quelle créativité !

#Citations quotidiennes du 23.12.11 - Jobineries bit.ly/sMNw46

How The Greyhounds Saved Christmas bit.ly/w1yKqW Peinture digitale de mon illustr(atric)e Marie.

Fiat: Churchill | Ads of the World™ bit.ly/uDYfTx Prudence sur les routes !!!

Un livreur FedEx lance un ordinateur par-dessus une clôture bit.ly/sTmf4K

Être créatif demande du temps bit.ly/uT7tb1

@PimpetteDunoyer @GallicaBnF Vous le trouverez chez Google Books : bit.ly/uMqKsg (Nuit et le Moment).

@stephanemlavoie Twitter est indispensable. Une habitude à prendre : écrire un gazouillis pour jour. Bonne journée !

#caqlt Si je comprends bien, vous ne pensez pas que nos enseignants sont _actuellement_ des passionnés??? Ils sont quoi alors ???

RT explicitement Qui va être le patron des directions d'école? Qui va les évaluer? À qui vont-elles rendre des comptes ? Vous ne dites rien là-dessus. #CAQLT

ScreenFlow New blog post tip: How to replace a sloppy mouse cursor in your screencasts bit.ly/uovGWN

RT @Endroiteligne La ministre Line Beauchamp exige un coach franco au CH mais tolère les écouteurs anti-son d'une fillette musulmane dans une école publique

RT @royanlee Benefits of Screencasting with iPads j.mp/vl0NJE @mrt_ro

Marie qui peint dans Sumo Paint notre beau Linux. sumopaint.com/image/?id=1736…

Petite anthologie des mathématiques #Livres bit.ly/vCOZh2 [...] cette poésie sans mots que sont les mathématiques.

Je sais que rien n'est parfait, mais sur MAC, vous suggérez ABBYY ou READIRIS comme OCR? Les critiques de Readiris ne sont pas fameuses !

30 Fantastic Geeky Tricks to Get The Most From Your Mac bit.ly/uxtfR4

Beautiful/Decay Cult of the Creative Arts bit.ly/vZR4HT

A Big List of Interesting Mathematics Books Released in 2011 bit.ly/vy8nwY \\ Pour toutes les curiosités et tous les niveaux.

RT @FrancoisGuite When Less Is More: The Case for Teaching Less Math in Schools (Psychology Today) zite.to/vnKjiD via @zite

@fortrel J'aime SF à saveur philo genre Barjavel, Huxley (meilleur des mondes), ou apocalyptique Ex. Malévil de R. Merle.

@fortrel Je lis en Fr. et (honte à moi) presque pas de québécois...

@fortrel Bravo pour publ. de ta nouvelle ! Question : J'ai lu BEAUCOUP de SF dans les années 70. Si je veux m'y remettre, qui dois-je lire?

#Scratch and Systems Thinking | #ScratchEd bit.ly/rNgRrb

La fin des miniportables pour Dell? bit.ly/uqDAP5

Jobineries bit.ly/sCVEj5 L'art de la conversation sur Twitter. Archive (et commentaires) d'une intéressante discussion.

Un outil diagnostique en français et en mathématiques pour la formation aux adultes — RIRE bit.ly/urwcMQ

Le 14, j'ai tenu une longue conversation sur l'enseignement du français. J'en ai fait une jobineries.


«Mathematical Girls» bit.ly/uYPGUC Ce livres ont apparemment un succès fou au Japon. T1 en anglais sur Amazon: amzn.to/rLO7ZR

Francis Bacon et les études - Jobineries bit.ly/thIvic Un bon vieux texte.

@sstasse @zecool @pgiroux RE Au vu des portails de CS ... \\ Bien vrai. D'ailleurs, les portails ne sont-ils pas un échec ?

@zecool @pgiroux Cette question d'ouverture est intéressante. Ne sont-ce pas les universitaires qui protègent le plus leurs travaux?

@pgiroux Tu crois que Twitter ne devrait pas permettre aux gens de protéger leurs tweets ?

@pgiroux RT POURQUOI AVOIR DES FILS PROTÉGÉS? \\ Hum, je sens une certaine frustration chez toi. Pourquoi cela te choque-t-il ?

2011 au microscope | Wired #science bit.ly/rIdjq4

RT @RadioCanadaInfo [ C'est arrivé le... ] Des millions pour informatiser les écoles bit.ly/rFCO5m

Le KO de Knol, le « Wikipédia de Google »- Ecrans bit.ly/rFRMTL

Le syndrome de la maman de Caillou | Dimension éducative bit.ly/ue5dBd

QuoteBot - Jobineries bit.ly/uyci5v Ma critique.

Champion des maths bit.ly/tdEcMU

La leçon de vie d'Albert Jacquard - SudOuest.fr "« La compétition, c'est le suicide de l'humanité ! »" bit.ly/vWBLJX

RT @pickover The Best Science Fiction Books (According to Reddit). tinyurl.com/3bnotc5

December 7, 2011 is.gd/qxaf09 #Pencilchat un mème qui origine de Papert.

Google se met aux graphiques mathématiques bit.ly/u3yXSd

RT @BrigitteProf La vraie intelligence selon Albert Jaquard. J'aime beaucoup son discours. youtube.com/watch?v=2o-VQp…

@RonCanuel La job d'un administrateur, c'est d'enlever les bâtons dans les roues de ceux qui veulent innover et qui ont de la vision.

@RonCanuel C'est aux acteurs sur le terrain à intégrer les TIC. Commençons par dire aux dir. école et aux CS d'appuyer les profs!

@RonCanuel Mais fournir un TBI et un portable à tous les profs, n'est-ce pas là une «expression publique» ? #CdnEd

I refuse to use pencils in my classroom until manufacturers figure out a way to limit what studnts can write with them. bit.ly/uiM9kA

@RonCanuel Pkoi un appui publique? Les dir. école et les CS peuvent agir MAINTENANT, car ce sont eux qui gèrent le budget.

@RonCanuel C'est le problème du MELS : il pointe vers le ciel, mais ne regarde que son doigt !

Suicide des enfants : un rapport remis à Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (Injep) bit.ly/uDTVBK

@RonCanuel De plus, les RÉCIT sont là dans chaque CS. Et comme la plupart trippent fort sur TBI, je suppose que la formation sera donnée.

@RonCanuel En 1995, le plan Marois (TIC). Résultats? pitoyables. Un plan de formation ne donne pas grand'chose quand la vision est absente!

RT @ProfNoel Il me semble qu'avec ses 14 abonnements (dont aucun n'est lié à l'éducation) @MELSQuebec passe à côté du truc non?

RT @nathalie101 Superbe texte brillamment écrit. J'aime aussi la réponse de Pierre Poirier. / À tous les homophobes citant la bible … wp.me/p1CnYn-61

Le GMI Shirov à Gatineau bit.ly/w0rigy

«Quand on peut faire le tour du Monde en 8 ou 15 jours, pourquoi le faire ? Dans le voyage il y a le temps du voyage.» bit.ly/tBI9Y6

15 Key Facts about Homeschool Kids in College theinnovativeeducator.blogspot.com/2011/12/15-key… sur le blogue Innovative educator.

AEPQ07 recit.org/ul/2z1 : la vie au préscolaire en Outaouais.

dimanche 1 janvier 2012

Problème 8




H. L. Musante
1er Prix, «Spanish Problem Society Tourney»
1949

Les Blancs jouent
et matent en 2 coups

Citations quotidiennes 01.01.12

L'expérience prouve que les livres les plus sérieux se réduisent, quand on les analyse, à quelques citations de quelques phrases.
Edmond Lablénie (Montaigne auteur de maximes (Au lecteur), p.5, Société d'édition d'enseignement supérieur, 1968)

Dieu merci, les échecs ne sont pas une science définitive, mais un être vivant qui se développe sans arrêt.
Reuben Fine (Les idées cachées dans les ouvertures d'échecs, trad. Denise Catozzi, p.17, Payot, 1972)

Est-ce donc un sang vil qu'un roi doit ménager?
Et quiconque peut tout craint-il de se venger.
Antoine Leblanc (Manco Capac, acte 1, sc. 4 (Tamzi), 1763)

Le monde est plein de cadavres de types qui ont désiré ce qu'ils n'auraient jamais dû avoir.
Richard Matheson (Jour de fureur, trad. F. M. Watkins , p.25, 10|18 n°2016)

Enseigner, enseigner, jusqu'à l'abrutissement, jusqu'à perdre toute faculté de création, jusqu'à devenir un automate, répétant à l'infini les mêmes platitudes à des générations d'innocents, d'étudiants incapables de comprendre pourquoi leur professeur est si ennuyeux. Et rejaillit sur la société tout entière. Si les collèges fonctionnent de cette façon, c'est parce que c'est la façon la plus habile de faire des économies, tout en donnant l'illusion d'un enseignement de qualité.
Robert M. Pirsig (Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes, trad. Maurice Pons, André et Sophie Mayoux , p.159, Seuil/Points P456, 1978)

Voir Au fil de mes lectures.

samedi 31 décembre 2011

À la maison

Ils sont beaux, mes petits-enfants !







Citations quotidiennes 31.12.11

Les écoles sont des bureaucraties retranchées dont les membres n'ont affaire à aucune concurrence commerciale, n'ont pas besoin d'être réélus ou d'attirer des patients, des consommateurs ou d'autres clients.
Marylin Ferguson (Les enfants du verseau, trad. Guy Beney, p.208, Calmann-Lévy)

« Mon seul regret dans la vie, c'est de ne pas être quelqu'un d'autre. » Woody Allen
« Mon seul regret dans la vie, c'est de ne pas être Woody Allen. » Francis Dannemark
Francis Dannemark (Sans nouvelles du paradis, p.187, Éd. Robert Laffont,1988)

Il y a des gens que leur intelligence embarrasse. Ils la sentent en eux comme un petit renard spartiate ; elle est affamée, cruelle, inassouvie ; il leur faut sans cesse la nourrir, et ils tremblent à l'idée qu'un jour elle pourra dépérir, sentir branler ses dents.
Jacques Lemarchand (Préface du Théâtre complet de Eugène Ionesco, p.10, in Théâtre I, Gallimard NRF 1954)

Qui veut fait le bien reconnaît qu'il existe.
Jean-Louis Laya (L'Ami des Lois, acte 4, sc. 1 (Filteau), 1793)

À bonne tête, cent mains.
Proverbes russes (Quelque six mille proverbes (par le P. Ch. Cahier), trad. Ch. Cahier , p.115, Éd. Julien, Lanier et Cie, 1856)

Voir Au fil de mes lectures.

vendredi 30 décembre 2011

Mat en un coup fois quatre

Dans chacun de ces diagrammes, les Blancs font mat en 1 coup.

Notez qu'il n'y a aucune erreur de transcription dans ces diagrammes, mais il faut tout de même vous attendre à des surprises.

C'est tiré de la revue anglaise CHESS de décembre 1950. On y suggère de vous chronométrer, car une réussite en 5 minutes ou moins indique que vous êtes un maître !





Les solutions sont dans le premier commentaire.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 >