Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

vendredi 17 juillet 2015

Le respect mal placé

«Barack Obama a souhaité jeudi aux musulmans un "joyeux Aïd", en référence à la fête de l'Aïd el-Fitr marquant la fin du mois du jeûne du ramadan et que le président américain veut voir devenir un jour férié pour les écoliers de son pays. "Un jour férié est un moyen de rappeler à tous les Américains qu'il est important de respecter toutes les croyances et religions", a affirmé Barack Obama dans un communiqué louant l'initiative de la ville de New York d'ajouter deux fêtes musulmanes aux jours de congé dans ses écoles.» (Source)

Je ne suis vraiment pas d'accord. Il faut, bien sûr, respecter les CROYANTS, mais pas les croyances !!! Qu'une personne croit au p'tit jésus, à krishna, zeus, le dieu de la pluie, le lapin de pâques, le père noël, l'astrologie, la télépathie, c'est son affaire. Mais ce n'est pas parce quelqu'un croit dans ces niaiseries qu'on doit respecter lesdites niaiseries...

dimanche 12 juillet 2015

Superfétation

Lisez cet article.

Puis mon billet de 2008 (retranscription ci-après) de Recit.org.

Le TBI...

En un mot, voici ce que j'en pense : un belle superfétation.

Je me demande bien quel est cet engouement pour un outil aussi dispendieux et qui, ma foi, n'ajoute rien à un enseignement magistral avec ordinateur et canon.

Car, le tableau blanc interactif, ce n'est que cela : un tableau tactile. Au lieu d'utiliser le clavier et la souris, on utilise son doigt ou un crayon directement sur le tableau. Payer plus de 1500$ pour ça démontre soit l'ignorance pédagotechnique de l'acheteur soit sa très grande richesse et son goût pour les futilités.

Le TBI demande nécessairement un ordinateur et un projecteur. Et, je le répète, il n'y a à peu près rien que l'on ne puisse réaliser avec le TBI qu'on ne peut déjà faire si l'on a l'ordinateur et le projecteur.

Le vendeurs nous en mettent plein la vue en utilisant des logiciels interactifs, mais c'est derniers sont utilisable avec clavier et souris. Le TBI n'est juste qu'un gadget.

Et, à mon avis, le TBI est absolument inutile si on utilise des logiciels genre Squeak qui demande pour certaines fonctions des combinaisons du type MAJ-click ou CTRL-clic droit...

On tente aussi de nous impressionner avec des gadgets où les élèves sont appelés à voter sur des questions à l'écran. Diable ! moi, je demande de lever la main... c'est pareil.

Y a-t-il quelque chose de pédagogique avec le TBI? Réponse : les avantages pédagogiques du TBI sont identiques aux avantages pédagogiques SANS le TBI en tenant pour acquis que vous avez déjà un ordinateur et un projecteur.

lundi 15 juin 2015

Kind of boring

Allez à 9 min. 45 sec. La vérité sort de la bouche des enfants.

Notez cependant que Star Realms est un excellent jeu ! Mais pour tenir compte des dégâts infligés à l'adversaire, utiliser des cartes est ridicule.

samedi 13 juin 2015

Parole

Parole

Entre gens d'honneur, la parole est un contrat.
La Rochefoucauld

Note du transcripteur.
Non pas La Rochefoucauld, mais l'Abbé de la Roche dans Mélanges de maximes, de réflexions et de sentences chrétiennes, politiques et morales, Paris, 1767.
J'ai peur que l'homme à qui vous vous êtes adressé ne vous ait donné des paroles, et non une parole.
Voltaire

Note du transcripteur.
Dans une lettre à M. le Chevalier de Lally-Tolendal du 21 mai 1773. Citation exacte : «J’ai peur que l’homme puissant a qui vous vous êtes adressé ne vous ait donné des paroles, et non pas une parole.»
Cette citation fut retirée des éditions subséquentes.
Parler, c'est semer; écouter, c'est recueillir.
Plutarque

Note du transcripteur.
Sous cette forme, c'est dans «Maximes, réflexions et pensées» de Beauchêne. Cepandant, chez Plutarque, on trouve : «Qui parle sème, qui écoute recueille» (OEuvres morales.)
La meule qui tourne sans moudre fait plus de bruit que celle sous laquelle il y a du grain. La langue sur laquelle il n'y a point de pensée donne plus de paroles que celle du sage.
Charles Sainte-Foi

Note du transcripteur.
Le Livre des Peuples et des Rois, Paris, 1839.
N'usez que de pièces d'or et d'argent dans le commerce de la parole.
Joubert

Note du transcripteur.
Pensées.
Les paroles de l'homme qui se vante sont comme le bruit d'une scie qu'on aiguise, elles agacent l'esprit de ceux qui l'écoutent.
Charles Sainte-Foi

Note du transcripteur.
Le Livre des Peuples et des Rois, Paris, 1839.
Le véritable usage de la parole, c'est de servir la vérité.


Note du transcripteur.
Marquise de Lambert, Avis d'une mère à son fils, 1726.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

lundi 1 juin 2015

L'École



Un excellent film qui illustre toute l'importance des compétences transversales.

Il est tellement dommage que nos services éducatifs n'aient pas été capables de les promouvoir. Incapables aussi d'expliquer aux différents ministres et aux nombreux journalistes qui les ridiculisaient ce qu'elles étaient réellement. Oui, dans nos commissions scolaires, les services pédagogiques, au lieu de prendre sérieusement les coups et d'y répondre adéquatement par de l'ÉDUCATION, se sont écrasés sous la pression populaire.

J'en aurais long à dire sur toute la frustration que j'ai pu vivre quand elles ont été plus ou moins reléguées aux oubliettes et sur cette légitime, mais o combien perverse question de l'évaluation des compétences.

- Mais Gilles, on me demande de mettre une note dans le bulletin.
- Crisse-t'en
- ???
- N'en mets pas.
- Mon boss me demande d'en mettre une.
- Dis-lui que c'est stupide. Dis-lui que tu préfères laisser des traces des forces de l'enfant et de quelques défis. De grâce, ne catégorise pas les enfants dans des cotes ou des notes. C'est ridicule de faire ça.

Mais on me répétait qu'il fallait suivre les directives du ministère et de l'organisme qui produisait les bulletins. Comme services pédagogiques, on aurait dû se tenir debout, et résister. Nous avons été lâches.

Je me rends compte que même après 2 ans de retraite, la frustration est encore bien présente.

Je dois me calmer...

mercredi 27 mai 2015

Première partie

Avec François, je joue à ma première partie de Summoner Wars.

vendredi 13 mars 2015

Enchâssement Google Livres

Je ne connaissais pas cette possibilité d'enchâsser des livres Google sur notre site. Cela ouvre d'intéressantes perspectives.


samedi 27 décembre 2014

Liberté d'expression

Le film The Interview deviendrait un symbole de la liberté d'expression aux USA.

Hum... Et si on mettait en film le roman de Saramago «L'Évangile selon Jésus-Christ», je me demande bien comment les américains prendraient la chose !

jeudi 18 décembre 2014

Lettre ouverte à M. Alexandre Iracà, député de Papineau

Monsieur,

Je ne peux rester insensible relativement aux offres déposées par le gouvernement du Québec à ses enseignants.

J’aimerais connaître votre opinion à cet égard. Je vous ai souvent entendu dire, dans le temps où vous étiez président de la CSCV, comment importants étaient pour vous les enseignants et leur travail. Cela était-il de la bullshit ?

Si votre réponse est positive, je comprends évidemment votre position de demeurer au sein de ce gouvernement.

Mais si, à l’époque, un tant soit peu, vous étiez sincère, comment puis-je tolérer que vous demeuriez mon représentant à Québec au sein d’un gouvernement qui méprise ses enseignants? Je sais bien qu’être député libéral en Outaouais vous garantit un emploi à vie, mais n’avez-vous pas une certaine conscience ? des valeurs auxquelles vous tenez ? une volonté d’être un politicien intègre ?

Je vous demande donc de vous lever en chambre et de définir clairement votre position. (Si c’est pour nous assommer avec une langue de bois, restez confortablement assis !). J’y vois trois phrases possibles :

1- En tant que député et ancien président d’une CS, je crois que les enseignants ne méritent pas d’augmentation de salaire et qu’ils doivent travailler plus d’heures et avec plus d’élèves en classe ;
2- En tant que député et ancien président d’une CS, je crois qu’il faut modifier à la hausse notre offre salariale aux enseignants et ne pas augmenter leurs tâches;
3- (SILENCE COMPLET).

Évidemment (et tristement), je connais déjà l’option que vous choisirez...

Gilles G. Jobin
Ex-travailleur à la CSCV.

dimanche 2 novembre 2014

L'enfant-roi

Ce n'est pas d'hier. Voyez :

«Pauvre petit ! de l'école chassé,
Viens, mon fils! Ces maîtres sévères
N'ont point des entrailles de mères.
Viens donc, et, dans mes bras pressé,
Disait la mère, oublions leurs colères.»

Dix ans après «Va-t'en! Maudit !
Pour le prix de mes sacrifices,
Dans le plus amer des calices,
Tu ne m'as fait boire, ô bandit!
Que des larmes et des supplices,
Disait-elle au pauvre petit.
(Louis Temblay, L'Ésope chrétien, 1852.)

vendredi 1 août 2014

2004-2014 : 10 ans de billets

Déjà 10 ans depuis mon premier billet.

Ce blogue, c'est mon portfolio. Mes Jobineries, ce sont mes pensés, mes réflexions, mon travail de compilateur, mes petites passions.

Je me souhaite de continuer encore longtemps, car, voyez-vous, je m'y m'aime.

J'en ai, finalement, pas grand'chose à dire de cet anniversaire : je crois toujours que tous les êtres humains devraient posséder ce type d'espace «privé-public» auquel il a un quasi parfait contrôle.

vendredi 11 juillet 2014

Helvétius à Aylmer

En lisant cette réflexion d'Helvétius, j'ai pensé à la maison de la discorde de Gatineau.

« C'est à la loi à protéger l'égalité. Remontez à la source des privilèges, ils sont tous fondés sur des préjugés ou sur des injustices. Ceux qui par hasard ont été accordés comme récompenses, sont l'effet d'une vue courte et peu sensible au bonheur des autres; car il n'y a aucun privilège, qui ne nuise à un tiers. Il est injuste de favoriser une partie de la nation aux dépens du reste, et cela est toujours ainsi. Quant à l'ancienne possession, c'est un titre presque toujours vicieux dans son origine; et, aux yeux d'un philosophe, on ne prescrit jamais contre les vrais intérêts du peuple. Il est toujours sage, en rachetant ou en indemnisant les particuliers, de travailler à l'anéantissement de tout privilège. Les places seules doivent avoir des distinctions, et jamais de privilèges ni d'exemptions. »
Pensées et Réflexions dans Oeuvres complètes, T.3, 1818.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 >