Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

mardi 8 mai 2012

Miette 37: Contentement passe richesse

La richesse

Contentement passe richesse.

Sommaire. - Le but de la vie. - À la recherche d'un homme heureux. - Pas de chemise. - Bonheur du pauvre. - Ce que je n'ai pas n'existe pas. - Le soir d'un beau jour. - Un peu de gaîté ne nuit pas. - Tout pour la vie champêtre. - Aurea mediocritas. - Causes diverses, même effet.

Quel est le but visé par chaque mortel ici-bas? C'est le bonheur, il n'y a qu'une voix à cet égard. Mais comment atteindre ce but? Quels moyens faut-il employer pour y parvenir? Quel est le meilleur procédé, la meilleure recette ?

Là-dessus chacun a sa petite idée, qu'il croit la bonne.

Tout le monde connaît l'histoire de ce potentât des Mille et une Nuits1, qui jouissait de tous les biens possibles et imaginables, hormis du bonheur ; il s'en désespérait. Les plus savants docteurs de son temps, consultés, lui dirent : « Pour être heureux, sire, c'est bien simple, mettez la chemise d'un homme heureux. - Qu'à cela ne tienne ! Vite, en campagne ! » Et l'on se met en quête de la fameuse chemise, ou plutôt du mortel aimé des dieux, et possesseur de la félicité; On le trouve sous la peau d'un berger faisant tranquillement paître ses moutons au son de son agreste musette. Malédiction ! le berger n'avait pas de chemise! Le satrape resta somptueux et boudeur, et le pâtre content, sans richesse.

Connaissait-il cette histoire, Sénèque, en déclarant que posséder un bien ou ne pas le souhaiter était même chose? Ce passage du livre du philosophe a été traduit par Regnard pour le faire lire par le valet Hector.2

Chapitre VI, Du Mépris des richesses :

La fortune offre aux yeux des brillants mensongers.
Tous les biens d'ici-bas sont faux et passagers ;
Leur possession trouble et leur perte est légère ;
Le sage gagne assez quand il peut s'en défaire.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Moins on a de richesse et moins on a de peine,
C'est posséder le bien que savoir s'en passer.

Même son par une autre cloche :

Dans un lieu du bruit retiré
Où, pour peu qu'on soit modéré,
On peut trouver que tout abonde,
Sans désir, sans ambition,
Exempt de toute passion,
Je jouis d'une paix profonde
Et, pour m'assurer le seul bien
Que l'on doit estimer au monde,
Tout ce que je n'ai pas, je le compte pour rien.

Dans son poème mythologique intitulé Philémon et Baucis, La Fontaine a fait le portrait du sage :

Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux.
Ces deux divinités n'accordent à nos voeux
Que des biens peu certains, qu'un plaisir peu tranquille,
Des soucis dévorants, c'est l'éternel asile.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste;
Le sage y vit en paix et méprise le reste.
Content de ses douceurs, errant parmi les bois,
Il regarde à ses pieds les favoris des rois ;
Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne
Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne.
Approche-t-il du but? Quitte-t-il ce séjour?
Rien ne trouble sa fin, c'est le soir d'un beau jour.

Quelle douceur! quel calme! quelle touchante simplicité! Combien on voudrait en jouir!

Le proverbe latin consent à ce que l'on soit pauvre, mais il pense qu'un brin de gaîté ne messiérait pas en même temps :

Paupertas, cum loeta venit, ditissima res est.

« Quand la pauvreté est joyeuse, c'est la chose la plus riche du monde. »

Racan, dont la muse bucolique se complaisait à

Chanter Philis, les bergers et les bois,3

ne comprend le bonheur que dans les douceurs de la vie champêtre :

Le bien de la fortune est un bien périssable ;
Quand on bâtit sur elle on bâtit sur le sable ;
Plus on est élevé, plus on court de dangers :
Les grands pins sont en butte aux coups de la tempête,
Et la rage des vents brise plutôt le faîte
Des maisons de nos rois que les toits des bergers.

O bienheureux celui qui peut de sa mémoire
Effacer pour jamais ce vain espoir de gloire,
Dont l'inutile soin traverse nos plaisirs,
Et qui, loin retiré de la foule importune,
Vivant dans sa maison, content de sa fortune,
A selon son pouvoir mesuré ses désirs!4

Le sceptique et folâtre Dorat, fabuliste à ses heures, partageait cette manière de voir :

Si le bonheur nous est permis,
Il n'est point sous le chaume, il n'est point sur le trône.
Voulons-nous l'obtenir, amis,
La médiocrité le donne.5

Médiocrité, soit, mais avec un peu d'or autour, n'est-ce pas : aurea mediocritas ?

En résumé, il faut, pour être heureux, savoir se contenter de peu, ou tout au moins de ce qu'on a, quand on a quelque chose.

Autrement il peut vous en coûter la vie.

Ainsi, un financier, dont la fortune s'élevait à plusieurs millions, perdit en un seul jour ses immenses richesses. Il ne lui restait plus que cent mille francs. Il mourut en apprenant cette terrible nouvelle. Son frère, qui avait toujours langui dans la pauvreté, hérita de cette somme et mourut à son tour de la joie de se voir si riche.


1 Les Mille et une Nuits, recueil de contes arabes traduits en français par Galland (1704).
2 Le Joueur, acte IV, scène XIII.
3 Boileau, Art poétique, chant I, vers 18.
4 Les Bergeries, poème de Racan.
5 La Linotte, fable, in fine.

Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

lundi 7 mai 2012

Chemin faisant, page 134

L'honorabilité du vainqueur ajoute à la gravité de la défaite.

Une preuve de délicatesse d'âme dans l'être qui n'a pas souffert, c'est de se sentir un peu endetté, un peu honteux devant ceux qui souffrent.

Les penseurs ne connaissent la solitude qu'à demi.

Deux genres d'absolution : celle qu'on se donne et celle qu'on reçoit.

Le contraste, un fard comme un autre : voyez le collier de perles blanches au cou d'un nègre, les perles en semblent plus blanches et le cou d'un plus bel ébène.

Vénus se trouverait chaste si elle revenait. Mars doux, Jupiter patient, et surtout Mercure honnête.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

dimanche 6 mai 2012

Chemin faisant, page 133

Il y a des moments où toute une révolution d'idées se lève en nous et, comme un essaim de guêpes, part dans toutes les directions.

Les gens sans générosité sont, comme les gens sans vaccin, à la merci du premier cancan.

On porte la vieillesse suivant son caractère, cette seconde peau de l'être humain.

L'ami auquel on ose faire certaine question sur son ami a l'amitié peu virile.

Ceux qui sont plaints sont souvent moins à plaindre que ceux qui les plaignent.

L'inspiration se lève à ses heures comme l'enfant gâté.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

Miette 36 : Prendre la pie au nid

La richesse

Prendre la pie au nid.

Sommaire. - Des couverts dans un clocher. - Erreur judiciaire. - À la cime des arbres.

La pie présente certaines particularités : elle babille, jacasse, claquète; aussi lui assimile-t-on certains êtres humains, « bavards comme une pie ».

Elle a le goût de dérober ce qui brille ; ce qui a fait condamner à mort et exécuter une brave servante de Palaiseau faussement accusée d'avoir volé des couverts d'argent qu'une pie avait pris dans son bec et cachés dans un clocher. Ce larcin de l'oiseau et l'erreur judiciaire qui en fut la conséquence nous valurent un drame à succès : La Pie Voleuse, et un bel opéra : La Gazza Ladra.1

La pie possède aussi la manie d'affectionner, pour établir son nid, la branche la plus haute de l'arbre le plus élevé qu'elle puisse trouver. Une fois ainsi perchée, elle ouvre l'oeil et l'oreille et guette. Bien agile, bien adroit, bien rusé qui pourrait monter jusqu'au nid et l'y surprendre. Quiconque se targuerait d'avoir réussi passerait pour vantard et se ferait gausser de lui.

Mathurin Régnier se moquait de même de « ces resveurs dont la muse insolente censure les plus vieux » :

Il semble en leurs discours hautains et généreux
Que le cheval volant2 n'ait passé que pour eux;
Que Phoebus à leur ton accorde sa vielle;
Que la mouche du Grec leurs lèvres emmielle ;
Qu'ils ont seuls icy bas trouvé la pie au nit,
Et que des hauts esprits le leur est le zénit.3


1 La Gazza Ladra, opéra de Rossini (1817)
2 Pégase.
3 Mathurin Régnier, À Monsieur Rapin, satire IX.

Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

Avril 2012

Une sélection de mes gazouillis d'avril 2012 en ordre antéchronologique.




Surface Tension // Deux belles photos.

L'envers des négociations derrière les portes closes à Québec par le comité de négociation de la CLASSE !

S. Baillargeon (2012) Brûler pour ne pas s’éteindre [ou "sur la désobéissance civile"] | Le Devoir #ggi

La notion de fonction : Le fameux f(x) - Jobineries

«Les amitiés politiques sont souvent des haines en commun.» J. Petit-Senn #citation

Le mur | Michèle Ouimet

@CGalipeauTJ Points de vue? Ça faisait pitié. Je vous suggère d'inviter des philosophes. Là, au moins, la conversation serait intelligente.

Au Québec, on a un urgent besoin que les philosophes prennent de grands espaces dans les médias traditionnels.

Tanné de voir toujours les mêmes «analystes» politiques à la tv. J'ai hâte qu'on invite du monde un peu plus... intelligents.

Plus je l'écoute, plus je trouve Lisa Frulla ridicule.

Professor devotes his life to the study of a single mystery number: 6174.

Grève étudiante: le dégoût LIANE via @lp_lapresse

Jean Charest préfère envoyer dans le nord ceux qui ne partagent pas ses valeurs. Quelle décadence ! Les politiciens me donnent mal au coeur.

quebec_rouge.jpg Pas pire comme image de @Deslaure !

Plusieurs ministres de l'éducation ont maltraité des profs... L. Beauchamp, elle magane des étudiants.

@stremblay2 Ma mémoire n'est pas parfaite, mais je pense que P. Marois était assez correcte. Elle a promu la Réforme et les TIC.

Je sens la colère et la tristesse monter en moi. Où sont nos politiciens? Je crois que l'esprit de parti rend les hommes idiots.

J'entame ma liste des pires ministres de l'éducation: 1-L.Beauchamp 2-F.Legault 3-M.Courchesne 4.C.Laurin 5-P.Reid...

La notion de fonction : Quelques définitions - Jobineries

« Que de gens n'iraient pas à l'église si Dieu seul les y voyait. » Jules Petit-Senn #citation

Paroles de Gallicanautes // J'aime de plus en plus Gallica. Un jour, il sera aussi rapide que Google Books !

La notion de fonction : 1. Introduction - Jobineries

« The nature of math vs the nature of school math » LIANE Lisez Lockhart. C'est inspirant et si... vrai...

En écoutant Mac Millan à #RDI, je n'ai pu m'empêcher de penser à : "L'esprit de parti, égoïsme à plusieurs, fausse le jugement."

Après une série âprement disputée au #hockey, j'aime toujours voir les joueurs se donner la main.

MY FLIPPED CLASSROOM by Crystal Kirch on Prezi Intéressante présentation !

8 Ways to Assess without Standardized Tests // Nous avons les moyens de sortir au plus vite des tests standardisés.

The 50 Best Science Writers of All Time (Online Colleges) À mon avis, il manque S. Wolfram.

Charest dit qu'il a été cité hors contexte... il nous prend pour des épais ou quoi?

Carnets québécois de pédagogie critique: VIOLENCE

34 Interesting Ways to Use Audio in your Classroom

Daily Papert: "[...] the computerists are custodians of a momentous intellectual and technological revolution.” (1971)

Deuxième exemple de la soustraction chez les entiers : (-2) - (+3) - Jobineries

Les mots de la grève … ou faut-il dire du boycott? – Normand Baillargeon – Voir.ca

Un exemple de la soustraction chez les entiers : (-2) - (-5) - Jobineries

@zecool @Infobourg Drôle d'étude dans laquelle le chercheur est incapable de dire si les élèves ont appris quelque chose !

«Sur un théorème, il n'y a pas de droit d'auteur.»

Si négociation MELS-Etu, je propose qu'elle soit publique, pour qu'on puisse juger nous-mêmes de la bonne foi des deux partis.

Libre opinion - Ce mépris qui m'attriste | Le Devoir 500000 $ pour les libéraux http://bit.ly/J1dWhS M. Letendre nous prend pour des tartes !

Diviser pour mieux régner... Voilà une profonde stratégie !

RT Diviser pour régner, gagner du temps, avoir l'air magnanime en accordant si peu: same old crap du gouv Charest... #assnat #ggi

GrabMyBooks LIANE Excellente extension Firefox qui transforme des pages web en fichiers epub.

«Les rassasiés sont toujours les plus intolérants.» - Anne Barratin #citation

«La politique est l'art de faire prendre aux citoyens des vessies pour des lanternes. » Georges Picard #citation

«Ce qui est le plus pénible en politique c'est l'interdiction de douter.» Grégoire Lacroix #citation

«En politique, s'expliquer c'est mentir, mais en beaucoup plus de mots.» Albert Brie #citation

Dès la 1re secondaire, on devrait enseigner l'art de réfuter les sophismes.

Je le dis : au moins 90% des politiciens me dégoûtent...

RT @Missmath Pour comprendre la situation au Québec, le texte de mon ami Lazure.

Zygote Body Explorateur du corps humain en #html5

«Mathématicien», le 10e meilleur métier !

RT @APachot Internet fait place nette dans la pédagogie (LeMonde) « Ce n'est pas le numérique qui doit s'adapter à l'école […] »

Formation #Scratch ce matin au Centre Le vallon. Du plaisir, du plaisir, du plaisir !!!

«[Ens. à l'aide d'Internet] dévalorise l'enseignement en classe. On n'a plus besoin des profs.» in Le Devoir. Pas fort!

82% de satisfaction à AMT, mais TVA nouvelles passe 98% du temps à nous parler des plaintes ! Ah, ces médias ...

RT @pcouillard Course: Basic Programming & Game Development with SCRATCH

«Affirmer hardiment, nier de même, voilà toute la science du politicien.» - A. Chavanne. #citation

Mandelbulber (open source) Si l'exploration de fractales 3D vous intéresse !

"Connected educators are relevant educators." Article fort intéressant !

« [...] les longs trajets pour se rendre au travail et les réunions avec les patrons nuisent au bonheur. »

Stager-to-Go "If mathematics is a way of making sense of the world, computing is a way of making mathematics."

Projet de fds: tenter de moderniser mes «jeux littéraires» sur Au fil de mes lectures avec JQuery. Pour apprendre, faut se donner un projet!

@zecool Le plaisir d'écrire n'est pas enseigné à l'école. Éducateur: 1. demandez aux élèves s'ils aiment écrire 2. donnez résultait ici.

@JacquesTondreau Occupés? Bien sûr. Mais pourquoi le blogue ne fait-il pas partie du choix des occupations? (au lieu de p.e. tv et starac.)

@zecool Il y des mathophobes, c'est certain. Mais je pense qu'il a encore plus de scriptophobes ! Que faire?

@zecool Rester à l'affût = observer. Ce qu'il faut, ce sont des éducateurs qui publient leurs réflexions. Et deviennent ainsi des modèles!

@zecool Je pense plutôt que l'école a écoeuré les gens par rapport à l'écriture. Aujourd'hui, ils restent avec cette répugnance tenace.

@zecool Jacques, comment expliques-tu que les éducateurs bloguent si peu. Et lorsqu'ils le font, ils préfèrent l'anonymat ?

Le nombre minimal de cases préremplies pour que le sudoku n'ait qu'une seule solution a été déterminé. C'est 17!

hum... c'est quoi la rech. collaborative? Mes collaborateurs à moi sont Google, Twitter, g+... #claved

#claved Un outil est toujours contournable. Il faut plutôt apprendre à notre cerveau à douter intelligemment. C'est le rôle de l'école...

"Enseigner l'activité de publication et en faire le pivot de l'apprentissage [...] des savoirs et des connaissances."

Je viens de voir passer le terme «tablonautes» pour utilisateurs de tablettes numériques. J'ai pas encore décidé si c'était joli...

REGARDS SUR LE NUMERIQUE | L'homme qui explique les mathématiques aux ordinateurs

Bon colloque à tous mes copains présents à l'#AQUOPS2012 ! Tweetez, tweettez ! je vous suivrai à distance.

RT @Missmath Appuyer l'heure des enfants et ne pas avoir une heure à leur donner quand ils sont grands. Beauchamp de vision.

Pourrir ou mûrir ? - Jobineries

samedi 5 mai 2012

Chemin faisant, page 132

Les prétentions se regardent en ennemies, pourquoi? Elles sont pourtant de même race.

La naïveté est comme la robe rose ; elle a besoin de jeunesse et de fraîcheur.

La lumière est indiscrète, et les femmes n'aiment pas l'indiscrétion.

On a malgré soi bonne opinion de soi-même, - quand on dévore une peine tout seul.

Les niais aimeront toujours à enseigner.

Écrire son âge derrière son dos, ce n'est pas encore être vrai; le vrai n'a pas besoin d'écriteau.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

vendredi 4 mai 2012

Chemin faisant, page 131

Les pacifiques ne sont-ils pas un peu de la grande famille des paresseux?

N'en vouloir à personne, comme c'est simplifier sa tenue de livres !

De tous les sentiments, le plus difficile à jouer me semble être la timidité.

Dès qu'un convive s'est assis à ta table, il t'oblige à plus de générosité envers lui, à plus de prudence dans ton jugement; fais-toi tirer l'oreille avant de l'accuser, et laisse décrocher ta langue plutôt que de le vendre.

Avril est le mois où la fleur rêve le papillon, où l'orphelin rêve un frère, où le rayon rêve un front.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

jeudi 3 mai 2012

Chemin faisant, page 130

Les fruits verts n'ont que les passionnés pour clients ; ainsi de la laideur.

Quand je voulais me confesser en pays étranger, je choisissais généralement l'ecclésiastique le plus dodu, persuadée qu'il n'en était pas arrivé là sans avoir vidé quelques bonnes coupes, savouré quelques longues heures de sommeil, et qu'il serait peut-être plus indulgent pour les péchés d'autrui.

L'embonpoint est le riche le moins envié.

Nos organes sont nos victimes, mais des victimes qui se vengent.

On finit par se tasser dans sa peine.

Pouvoir lire dans les yeux ce que la bouche va dire, ou tout au moins deviner en eux qu'elle va lui parler, qu'importe après cela la couleur de ces yeux? Ils sont beaux.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

mercredi 2 mai 2012

Chemin faisant, page 129

Qui vous dit que cette femme que vous rajeunissez voudrait être rajeunie? Il y a des gens qui aiment tous leurs titres de propriété.

Il faut croire au mal pour savoir bien faire le bien.

On connaît tout le prix des convenances quand on leur sacrifie le suc d'une bonne réplique.

Certaines lèvres sont comme la rose qui s'ouvre ; on n'en attend que des parfums.

Se rajeunir ! c'est renier - oh ! la vilaine action ! et renier des choses si évidentes, des vérités si catholiques, pour adopter des prétentions!

L'esprit ne guérit pas le coeur, mais il fait comme la bonne d'enfant, il l'amuse.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

mardi 1 mai 2012

Chemin faisant, page 128

Les fiertés ont de la race, les vanités n'en ont pas.

Pour payer leur dette à la terre, les dieux ont créé l'amitié.

Mourir sans aigreur, c'est avoir bien digéré la vie.

On peut facilement tirer l'horoscope d'un pédant : déplaire partout.

Et même les vertus ont un cabinet de toilette et se fardent aujourd'hui.

La discrétion augmente en raison de la distinction.

En mûrissant, le fruit doit apprendre à tomber.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

lundi 30 avril 2012

Chemin faisant, page 127

Les plus honnêtes assurances se trompent comme les plus douces promesses.

Tout imbibé de rosée, tout botté de fleurs, le chevalier printemps conduit l'hiver à la frontière en lui baisant son capuchon.

Quand on ne craint plus l'opinion, on est bien tenté de la défier.

L'hiver n'a pas beaucoup d'amis ; que lui importe? Il a ses rigueurs.

S'apitoyer sur soi, c'est saigner son courage.

Un ami de notre âge pour nous comprendre, un jeune ami pour élargir notre horizon.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

Miette 35 : Qui a de l'argent a des coquilles

La richesse

Qui a de l'argent a des coquilles.

Sommaire. - Pèlerinages et croisades. - Coquillages et coquilles. - Payer cher pour en avoir. - Il y a coquilles et coquilles. - Poète et joueur. - Consolation posthume. - Thésaurisez.

L'organisation de trains spéciaux pour pèlerinages est de date relativement récente. Au temps où florissaient les croisades, de pieux pèlerins rapportaient de leurs visites aux lieux saints des coquillages ou coquilles dont ils ornaient leur chapeau et leur pèlerine de bure.

Pour venir de si loin et de semblables contrées, ces coquilles avaient un prix inestimable; n'en obtenait pas qui voulait. Il fallait les payer et les bien payer. Pour ce, de l'argent, beaucoup d'argent était nécessaire. D'où le proverbe : Qui a de l'argent, a des coquilles, c'est-à-dire peut en avoir, ou, a les moyens d'en avoir.

Une fois passée la mode des pèlerins aux coquilles, le sens fut dénaturé et signifia qu'avec de l'argent on obtient ce qui plaît, et l'on se mit à dire, perdre ses coquilles, pour : perdre son argent.

Marot, dont Boileau conseillait « d'imiter l'élégant badinage », a fait une plaisante application de ce proverbe.

Un poète satirique du XVe siècle, du nom de Coquillart, portait dans ses armes trois coquilles d'or; jusque-là tout va bien, d'autant que ces coquilles étaient des armes parlantes révélant son nom; ce qui fut moins bon pour ce favori des Muses, c'était d'être joueur et joueur effréné : il lui advint ce qui arrive à la plupart de ses pareils, pour ne pas dire à tous, il se ruina. Malheureusement, prenant mal la chose, il mourut de chagrin : ce fut là son tort, tort irréparable! Afin de le consoler dans le royaume des ombres, Marot lui composa pour épitaphe l'épigramme suivante :

La Morre est jeu pire qu'aux quilles,
Ne qu'aux échecs, ne qu'au quillart ;
A ce méchant jeu, Coquillart
Perdit la vie et ses coquilles.

Moralité : Ne perdez pas vos coquilles, surtout celles qui ne figurent pas sur vos armes, et n'oubliez pas

...qu'il n'est rien
Qui ne doive céder au soin d'avoir du bien,
Que l'or donne aux plus laids certain charme pour plaire,
Et que sans lui le reste est une triste affaire.1


1 Molière, Sganarelle, Scène 1.

Émile Genest, Miettes du passé, Collection Hetzel, 1913. Voir la note du transcripteur.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 >