Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

samedi 3 octobre 2009

Dans une école

Très belle rencontre hier. Dans une petite classe, 7 élèves (des ados dont le rôle sera d'expliquer aux 80 autres élèves du groupe) et 3 enseignants. Je présente le blogue du projet. Deux jeunes ont leur IPhone. Immédiatement, ils se branchent sur le site. Et les questions fusent.

Pendant que je présentais et échangeais avec les élèves, j'ai trouvé particulièrement remarquable la réaction des enseignantes. Une manifestation de joyeuses surprises pendant qu'elles annonçaient qu'elles ne comprenaient rien à « notre » charabia. Joyeuses, car elles venaient de trouver un filon exploitable pour que les apprentissages fassent un certain sens aux élèves. Ne suffit-il pas de laisser les jeunes s'exprimer sur leurs propres expériences avec des outils de leur monde ? Tant qu'à écrire un texte, pourquoi ne pas l'écrire sur ce qu'ils vivent ? Il y a même un des élèves qui m'a fait lire un de ses poèmes. Avec lui, j'ai discuté sur la pertinence de les rendre publics. Sa peur était qu'on lui « vole » ses écrits. Je lui ai dit qu'on pouvait y accoler une licence. Je lui ai aussi montré mon site de citations et lui ai mentionné qu'un auteur français l'avait largement plagié. C'est maintenant à l'élève de réfléchir sur ses propres choix.

Un autre :

- Monsieur, c'est pas Windows votre ordi.
- Non, c'est Linux.
- Linux ? C'est donc ça, Linux ?
- Oui, oui. Viens essayer. Je te laisse ma place sur ma machine. Explore !

En voyant cet élève si « fort à l'ordi », une enseignante lui a demandé s'il pourrait écrire, pour les autres élèves, un tutoriel sur l'utilisation du blogue. Immédiatement l'élève a lancé un « ben certain » très assuré. Et l'enseignante d'ajouter : « Ce sera ton travail en écriture. »

À la pause, j'ai jasé avec l'initiatrice du projet.
- Bravo ! Je pense que tu es tombée sur une bonne idée pour ta classe.
- Oui. Je suis émerveillée de voir certains élèves. On dirait qu'ils sont totalement allumés. C'est la première fois que je les vois comme ça.

Évidemment, tout nouveau, tout beau. Ces élèves éprouvent beaucoup de difficultés à écrire, mais ils devront tout de même... écrire. Et, qu'on le veuille ou non, ce n'est pas un apprentissage simple. Mais au moins, ils le feront dans un contexte qui fera un sens pour eux.

vendredi 2 octobre 2009

Vendredi

En politique, il y a beaucoup d'enfantillages. Beaucoup.




« In a study of Twitter, a microblogging service used by millions of people from high school students to national elected officials, Mor Naaman and Jeffrey Boase found that 80 percent of regular users are “meformers,” people who use the platform to post updates on their everyday activities, social lives, feelings, thoughts and emotions. The remaining 20 percent – “informers” – share information, have larger social networks and are more interactive with their followers. »
news.rutgers.edu/medrel/news-releases/2009/09/study-reveals-two-ty-20090929

Intéressant, mais pas très surprenant. Écoutez les conversations autour de vous : à peu près tout le monde écoute (souvent impatiemment) dans le seul but de pouvoir placer un mot sur leur moi-moi-moi. Pourquoi en serait-il autrement sur le web ? L'avantage de ce dernier, cependant, c'est qu'on n'est pas obligé de les écouter.


jeudi 1 octobre 2009

Pensée du jour

Twitter est au blogue ce que le haïku est au poème.

mercredi 30 septembre 2009

Formation Ste-Thérèse

Il n'y avait pas grand'chose de nouveau à la formation du MELS : des redites par rapport à l'an passé.

En après-midi, l'animateur nous a passé une petite feuille sur la très grande importance de l'évaluation comme aide à l'apprentissage : 2 petites minutes remplies de clichés sur le sujet.

On a ensuite passé plus de 90 minutes sur les foutus examens (sic, sic, et resic) de fin d'année du MELS. Imaginez tout le temps qu'on pourrait avoir pour parler et échanger pédagogie si ces évaluations ridicules n'existaient pas !

Je me rends compte aussi que j'ai toujours autant de difficultés à accepter les compartiments dans les connaissances à enseigner du genre « ceci s'enseigne en sec III » « on voit cela dans la séquence SN et non dans CST », « l'élève doit voir la fonction exponentielle, mais non sa réciproque », etc. Je sais bien qu'on ne peut pas tout apprendre en même temps ; mais, par ailleurs, pourquoi tous les jeunes d'un même âge doivent-ils apprendre les mêmes choses aux mêmes moments ?

mardi 29 septembre 2009

Mardi

Montréal : compteurs d'Eautos.

Départ dans quelques minutes pour Sainte-Thérèse : formation MELS sur les séquences mathématiques au secondaire.

lundi 28 septembre 2009

Solution au problème du dimanche 27.09.09

Le problème est ici.

Résolu à l'aide de Mathematica où i = nombre d'infirmiers; m = nombre de médecins; hm = hommes médecins, fm = femmes médecins; hi = infirmiers ; fi = infirmières.

In[1]:= FindInstance[
i + m == 16 && i > m && i > 0 && m > 0 && hm > hi && hi > fi &&
fm > 0 && i == fi + hi && m == fm + hm, {i, m, fm, fi, hm,
hi}, Integers, 3]

Out[1]= {{i -> 9, m -> 7, fm -> 1, fi -> 4, hm -> 6, hi -> 5}}

In[2]:= FindInstance[
i + m == 15 && i > m && i > 0 && m > 0 && hm > hi && hi > fi &&
fm > 0 && i == fi + hi && m == fm + hm, {i, m, fm, fi, hm,
hi}, Integers, 3]

Out[2]= {{i -> 8, m -> 7, fm -> 1, fi -> 3, hm -> 6, hi -> 5}}

Dans le cas où la personne est incluse (In[1]) la solution est unique. Unique aussi dans le cas où la personne est exclue. On voit bien qu'il y a une infirmière de moins dans le deuxième cas.

Questions aux lecteurs

Scolairement parlant, cette solution est-elle correcte ? Dans une copie d'élève, sur 10 points, vous donnez combien ? N'est-il pas essentiel qu'un élève sache non seulement poser des équations (et des inéquations) mais, de plus, sache les résoudre à l'aide de techniques manuelles solides ? Jugez-vous que la « méthode » utilisée ci-dessus démontre la compétence d'un élève à résoudre un problème ?

Imaginons nos élèves du secondaire avec un outil comme Mathematica en permanence entre leurs mains. Comment cela modifierait-il le curriculum ? Devrait-on modifier les compétences mathématiques ou les savoirs essentiels qui leur sont liés ? Et que deviendraient les fameuses situations de fin de cycle du ministère de l'Éducation ? Et que faire des manuels des élèves dans lesquels plus de la moitié des exercices suggérés sont directement solubles par Mathematica ?

Quand on considère l'utilisation de logiciels du genre Mathematica, l'enseignement traditionnel des mathématiques ne serait-il pas complètement obsolète ?

B2evolution et autres

La semaine qui reprend.

Aujourd'hui, je mets en place un blogue (b2evolution) pour 90 élèves du secondaire. Les enseignants veulent l'utiliser pour y lire les élèves en période de stage. L'enseignante de français va en profiter pour les guider dans leur compétence à écrire. Les enseignants désirent cependant garder tout ça « intime ». Décision compréhensible, car il y dans la tête de bien des gens une grande différence entre écrire pour l'école et écrire pour vrai. Si j'avais à gérer un blogue scolaire, je laisserais tout simplement le choix - de rendre ses billets publics ou non - à l'élève.


Je dois aussi préparer mon atelier sur le Scriptorium. C'est dans 7 jours. Ça vient vite !


Comme d'habitude, randonnée de 50 minutes ce matin avec mes lévriers. Plusieurs personnes ont des chiens, mais peu de gens les marchent. Pourtant, un chien équilibré est un chien qui marche quotidiennement. Tel est le message de la première saison de Dog Whisperer.

dimanche 27 septembre 2009

La question du dimanche

En m'incluant, le personnel d'un hôpital consiste en 16 médecins et infirmiers, tout sexe confondu.
Les faits suivants restent vrais que j'y sois ou non inclus :

1 - Tout sexe confondu, il y a plus d'infirmiers que de médecins.
2 - Il y a plus d'hommes médecins que d'hommes infirmiers.
3 - Il y a plus d'infirmiers que d'infirmières.
4 - Il y a au moins une femme médecin.

Question : Quels sont mon sexe et ma profession?
George J. Summers, Test your logic : 50 puzzles in deductive reasoning, traduction libre de G. Jobin, Dover, 1972

samedi 26 septembre 2009

Samedi

Fin de semaine de congé, la première depuis un petit bout.


Jolie manière de vendre un livre.


En 2001 ou 2002, j'ai donné ma première formation SPIP pour inciter les enseignants à diriger leur propre site web. Personne n'était intéressé. Cette semaine, j'ai formé huit enseignants qui veulent eux-mêmes en administrer un. En éducation, faut être patient...


« Si tu veux faire quelque chose de facile à réussir du premier coup, va faire tes devoirs. Pour quelque chose de plus difficile, joue à un jeu vidéo... »
Clément Laberge, sur Twitter.


Si j'étais toujours prof de maths, je donnerais à chaque élève un nombre. Un nombre qu'il devrait valoriser tout au long de l'année. Un nombre à faire connaître. Un nombre à chérir. Comme un ami. Comme un ami intime. 16 par exemple.

vendredi 25 septembre 2009

Scratch au primaire

C'était ma deuxième heure avec un groupe d'élèves de 6e année dans Scratch. À l'aide d'un petit script qui construisait un carré, j'initiais les élèves à plusieurs briques. Puis, j'ai proposé le défi de réaliser un triangle. L'enseignante, étonnée, m'a alors lancé :

- Hé ! on va faire ça la semaine prochaine dans le cours de maths.

Elle était contente de voir une autre approche à la construction des polygones réguliers. Elle a même trouvé très astucieux quelques-uns de ses élèves. Entre autres, un jeune a procédé ainsi :

Puisqu'il faut passer de 4 à 3 côtés, on doit passer aussi de 4 angles à 3 angles. Il faut donc éliminer un angle de 90° qu'on doit « redistribuer » aux trois autres. Or 90/3=30. Donc, on doit ajouter 30° aux trois autres angles droits. Le lutin doit donc tourner de 120°

Ce raisonnement est intéressant n'est-ce pas ?

Je le dis souvent : donnons du temps aux élèves, et ils trouveront des solutions originales. Et donnons-leur aussi du temps pour les partager aux autres car, d'après moi, après avoir tenté soi-même de résoudre un problème, on est beaucoup plus ouvert à comprendre comment un autre s'y est pris.

jeudi 24 septembre 2009

Jeudi

En parcourant Twitter ce matin, je tombe sur ce gazouillis de François Guité : «  Les devoirs ne sont-ils pas le tarif quotidien de l'inefficacité scolaire ? »
Ah ! les évêques. Bien sûr, ils prêchent pour leurs nombreuses paroisses. Les religions institutionnalisées devraient être bannies de la planète.

mercredi 23 septembre 2009

Mercredi

Je n'ai toujours pas bougé relativement à l'achat d'un Ebook. Chose certaine, ce ne sera pas un Kindle, le support étant offert aux États-Unis seulement. J'ai aussi fait des recherches sur le format ouvert EPUB. Il y a beaucoup de discussions l'entourant. J'ai cherché à savoir comment on peut traduire un texte en ce format. Et j'ai trouvé. Je jongle maintenant avec l'idée de faire une publication d'Au fil de mes lectures dans ce format.

L'Aquops vient de lancer son appel d'ateliers pour son prochain congrès. En donnerais-je ? Je pense à mon Scriptorium. Et puis, peut-être, une autre journée complète sur Scratch, comme l'an passé. Il faudra voir avec mes copains du Récit MST. [À noter que les liens vers le Récit sont temporairement inactifs.]

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 >