Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

vendredi 26 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 53

Il y a de jolis yeux qui se meuvent, qui jouent avec l'expression, qui chuchotent, qui donnent à lire, qui envoient des baisers comme des bouches.

On a l'amour plus ou moins goulu; certains amoureux rappelent l'enfant perdu jusqu'au menton dans sa tartine.

Un ancien baiser recherche longtemps son ancienne place.

Souffrance de ne plus entendre les cloches, si harmonieuses, si implorantes dans leur appel; vide qui endeuille l'âme et le souvenir.

N'expose même pas le bonheur le plus sûr.

Il y a des douleurs si muettes, si puissantes, qu'elles vous attirent.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

jeudi 25 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 52

Les joies des petits, de ceux qui sont saturés de peines, comme elles sont vives, jeunes, vraies, touchantes à voir, quel bel élan de sincérité !

Notre confiance a beau recevoir des balafres de tous côtés, elle ose encore.

Il n'y a qu'un envers, pas d'endroit à la sottise.

Elle est bien froide, la tombe, quand par les lassitudes du coeur on n'en a pas entrevu le repos.

L'entrain, c'est le diable au corps, c'est la malice dans l'esprit, c'est le voyage dans le sang : vive l'entrain !

Quelle tentation : pouvoir !

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mercredi 24 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 51

Soyons coquets de notre fraîcheur morale; elle donne une belle physionomie à notre vie.

La fierté s'appuie sur des raisons, l'orgueil sur des sottises.

On peut être honnête sans être ingénu ; on a envie de souhaiter un peu de malice à certaines honnêtes gens.

Quand on ose mentir, on ose aller plus loin.

La nature est taquine ; les désirs des neveux héritiers prolongent la vie des oncles.

Comme elles s'ennuieraient entre elles, nos qualités, si nos défauts ne venaient les contredire !

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mardi 23 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 50

Ce que la femme a de meilleur à offrir, c'est son amitié.

Une âme toujours gaie n'a pas d'expression ; on n'a pas envie de lui rien communiquer ; elle est sans nuance, sans teinte, sans mystère, sans ombre.

Tout a besoin d'un peu d'adresse, même le bien.

Au nom de notre dignité, ah ! que de vilaines petites choses nous faisons !

Rends la grandeur aimable, si tu es grand.

Les droits savent attendre, contrairement aux prétentions.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

lundi 22 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 49

Un désir est toujours neuf de jeunesse et frais d'espérance.

Pourquoi cacher nos luttes? Elles encouragent les autres.

Se faire aimer, c'est ce qu'il y a de plus utile pour un mari ; aimer, ce qu'il y a de mieux pour une femme.

Le mal, ne le soupçonne pas trop tôt, tu as toujours le temps.

Il y a des gens qu'on ne sent vraiment méchants que quand ils veulent être bons.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

dimanche 21 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 48

Si peu qu'on fait nous empêche souvent de voir ce qu'on aurait pu faire.

On peut s'instruire souvent par le blâme, on n'apprend rien par la louange.

Celui qui a fait les tombes a fait aussi les nids.

Pourquoi un chemin tracé est-il encore difficile a suivre?

Pour inspirer toute confiance, la fortune et la sagesse ne doivent arriver qu'avec le temps.

On n'aime les surprises que dans la jeunesse; plus tard on les craint, il y en a si peu de bonnes à attendre !

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

samedi 20 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 47

Que de sottises on fait quand on veut trop plaire à son temps !

Il n'y a rien de plus exigeant que l'étiquette, pour ses esclaves.

La jeunesse est touchante quand elle compatit.

Ne contemplons pas nos douleurs, c'est bien assez de les voir.

De même que le bon sens traverse quelquefois la jeunesse, la folie traverse quelquefois la raison.

L'amour du prochain est le dernier en date de nos amours.

L'homme qui réussit voit tout à travers sa réussite : les temps sont beaux, la politique est bonne, la vie est juste, etc.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

vendredi 19 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 46

La douceur est la perfection de la charité.

Pour ceux qui ont su plaindre, le malheur a des respects.

Pauvre d'espoir, le plus pauvre de tous les pauvres.

Comme elle nous dévalise, la tentation, quand on répond à sa première oeillade !

La vie regarde la mort avec effroi; la mort regarde la vie avec appétit.

Un mari qui conduit sa jeune femme à toutes ces pièces véreuses d'aujourd'hui la mène par la main à l'adultère.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

jeudi 18 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 45

Qu'il aime, le coeur, et il aura toutes les audaces.

Comme la douleur aime l'homme et le prouve !

Tuer l'amant débarrasse souvent la femme qui ne savait peut-être pas comment sortir des bras de l'amour.

Le mari conseille, l'amant approuve.

On écoute un sermon pour entendre le prédicateur plus que comme un moyen d'amendement.

Pour nous en éloigner, n'attendons pas d'avoir tout à fait assez d'une chose, afin de ne pas nous exposer à en avoir trop.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mercredi 17 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 44

Le mariage tire à lui : l'ami marié n'est plus tout à fait un ami ; l'enfant marié n'est plus tout à fait un enfant.

J'ai horreur de la pitié qu'on gâche, comme du pain qu'on jette.

Une tâche rappelle et discipline la volonté.

Comment se tire-t-on d'une longue souffrance? En espérant.

Comme on voit beau par les yeux de la foi !

Tout a été dit ; redire, c'est rallumer la lampe.

Dire vrai dépend de nous ; sentir vrai, de notre nature.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mardi 16 octobre 2012

De toutes les Paroisses, page 43

Une parcelle du temps peut donner l'éternité.

Interrogez les plus grands travailleurs : la plupart voudraient recommencer leur vie : fraîcheur que laisse le travail.

Le pauvre honteux souffre autant de sa honte que de ses besoins.

Avec le douloureux on pleure, avec le tragique on crie.

Même une femme vertueuse, n'est pas fâchée d'avoir eu l'occasion de succomber.

Nos morts ne sont véritablement froids que lorsque nous mourons.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

lundi 15 octobre 2012

Nostalgie

Ce matin, dans la voiture, j’écoutais Espace Musique, l’ex Chaîne Culturelle de R.-C. Je me demandais où étaient passés tous ces excellents animateurs qui faisaient tellement plaisir à entendre : Gilles Dupuis, Francine Moreau, Cynthia Dubois, André Vigeant, Carole Trahan...

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 >