Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

samedi 7 juillet 2012

Championnat du monde - Parties rapides Rde 6 à 10

Championnat du monde en parties rapides


Rondes 6 à 10

Astana, 7 juillet 2012
Site officiel


Choisissez une partie :

Championnat du monde - Parties rapides Rde 1 à 5

Championnat du monde des échecs

(Parties rapides)


16 GMI prennent part au championnat du monde d’échecs en parties rapides qui se déroule actuellement à Astana.

Le tournoi se tient sur 3 jours à raison de 5 rondes par jour. En rapide, la cadence est de 15 minutes par joueur pour toute la partie. Les joueurs gagnent cependant 10 secondes à chaque coup.

Cliquez ici pour vous rendre sur le site officiel du tournoi.

Choisissez une partie :

vendredi 6 juillet 2012

Chemin faisant, page 196

La tentation a aussi ses privilégiés.

On devient stoïque à force de larmes, et bon marcheur à force d'ampoules.

Le savoyard a fait connaître la marmotte, et la marmotte a poétisé le savoyard.

Le coeur aime qu'on lui parle de lui.

On aime ses économies autrement que ses rentes.

On jouit complètement de ses petits-enfants, comme d'un usufruit, sans en avoir la responsabilité.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

jeudi 5 juillet 2012

Chemin faisant, page 195

Dieu a des solutions à lui qu'il ne laisse ni prévoir ni deviner.

La répétition d'un conseil n'en double pas la valeur, elle la diminue.

Les meilleures joies appartiennent à la famille : les plus douces en sortent et les plus pures y restent.

Quand on en appelle à notre bon sens, il semble qu'on en appelle à notre conscience, tant est fort le lien de parenté.

Dieu sait ce qu'il fait; cette pensée doit nous consoler.

La hâte d'aimer fait que nous nous trompons parfois d'objet.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

mercredi 4 juillet 2012

Chemin faisant, page 194

Dieu a commandé à l'âme d'être altière dans le corps.

Dieu ne nous dépouille pas sans nous couvrir ; quand II nous enlève le bonheur, Il met un lé de plus au manteau de notre foi.

Que d'hommes seraient enchantés de ne pas avoir une aventure, si avoir une aventure n'était bien porté.

L'applaudissement ne paie pas une âme fière quand elle ne peut pas s'applaudir elle-même.

Il ne faut pas flairer la liqueur amère qu'il nous faut avaler.

Triste passe-temps que de vouloir convaincre un entêté.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

mardi 3 juillet 2012

Chemin faisant, page 193

Ceux qui me défendent me font souvent plus de peine que ceux qui m'attaquent.

Corriger sans humilier, panser sans meurtrir.

Un devoir mécontent est un vieux grognard qui ne désarme pas.

Il faut exprimer de sa vie, comme d'une grappe, tout le suc qui peut en sortir.

En Allemagne, la jeunesse est plus vigoureuse que jeune, elle a la force plus que l'élan.

N'est pas imposant qui veut.

Les choses douces sont comme les enfants sages ; elles reposent.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

lundi 2 juillet 2012

Chemin faisant, page 192

Ah! le peu que nous sommes! Un être ne fait rien dans l'ensemble des êtres, et une corde brisée dérange un violon.

La présence d'esprit vaut un grand capitaine.

Le parti-pris vit les oreilles bouchées.

Un vieux révolutionnaire est moins intéressant qu'une vieille breloque.

Que de gens ont vécu de vanités ne pouvant vivre par le coeur.

C'est bien simple de reculer sa chaise, et cependant c'est montrer beaucoup d'esprit.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

dimanche 1 juillet 2012

Chemin faisant, page 191

L'imprimerie a mis une borne entre la barbarie et nous.

Rien de plus piteux qu'une vieille guirlande.

Le bon sens s'en va gentiment quand personne ne veut le comprendre.

Quand tout ne vieillit pas ensemble, coeur et esprit, âme et désirs, gare à la bagarre!

Une question nous juge, une réponse nous mesure.

Bah! le dernier homme ne sera encore qu'un homme rappelant le grand-père Adam.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

samedi 30 juin 2012

Chemin faisant, page 190

L'habileté ne plaît qu'à elle-même, tout au plus à ceux qui en profitent.

La vanité est comme le coq ; elle se réveille avec bruit.

L'homme qui accepte la plainte, qu'il se prépare à accepter le conseil.

Mieux vaut être aimée qu'adorée.

Tendre le dos, c'est une action bien simple, et pourtant si difficile !

Il est certains mépris qu'il faut cacher en avare, d'autres qu'il faut avouer en prodigue.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

vendredi 29 juin 2012

Chemin faisant, page 189

Il n'est pas prouvé que les gens qui portent la misère avec majesté puissent porter la fortune avec décence.

La liberté a des limites comme tous les royaumes, la liberté a des voisins comme tous les peuples, la liberté a des passions comme tous les princes, la liberté a des taches comme tous les astres.

Les phrases toutes faites sont la ressource de ceux qui ne savent pas en faire.

Nos supériorités sont comme nos enfants, nous les gâtons.

La jalousie qui ne s'éteint pas avec l'amour est de l'amour-propre.

Aux cendres d'une passion s'en rallume souvent une autre.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

jeudi 28 juin 2012

Chemin faisant, page 188

Mourir! c'est retourner au bercail.

Le chagrin a des injustices à lui, comme la bouche amère.

Il y a des gens qui naissent ouatés d'indifférence et qui se croient philosophes.

Tout vient à point à qui sait attendre : parole d'un philosophe qui n'avait jamais attendu.

Quand un organe est bien portant on ne s'aperçoit pas qu'il existe ; quand la vie est facile on ne sent pas qu'elle coule.

Aimer et admirer à la fois, double jouissance du coeur, car on aime sans admirer et on admire sans aimer.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

mercredi 27 juin 2012

Chemin faisant, page 187

Même en dormant, ne perds pas ton but de vue.

Ah! qu'il fait mal le reproche de la conscience ! c'est l'enfant qui mord le sein.

On n'est pas d'abord à son aise dans une nouvelle vertu, comme sur un matelas cardé à neuf; puis l'union se fait.

Entre le travailleur et l'établi il n'y a pas de place pour la tentation.

C'est surtout l'innocence qu'on n'apprécie qu'après l'avoir perdue, tant on est généralement impatient de la perdre.

Le beau temps a toujours l'air d'un innocent.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 >