Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

vendredi 8 mai 2009

Reportage Jeux-Triboulet

La télé communautaire a fait un reportage sur la boutique ! C'est ici. Constatation : il faut absolument que je maigrisse...

jeudi 7 mai 2009

Il était une fois...

Au fil d'une discussion avec un collègue, je prends conscience que Tante Lucille, conteuse de ma jeunesse, aura 100 ans cette année. Elle est décédée en 1996.

Je ne sais si on relèvera cette anniversaire dans les médias. Voulant réentendre sa voix, je n'ai trouvé que ce petit clip sur Youtube.

mercredi 6 mai 2009

L'originalité

En cherchant sur Jean-Claude Pirotte, je tombe sur :

[...] son œuvre est d'une originalité rare.

Il y aurait des originalités ordinaires. Et si on les nommait ?

Synchronicité oblige, je trouve dans mes citations quotidiennes d'aujourd'hui celle-ci d'Élias Canetti : « Peu importe qu'une idée soit plus ou moins neuve : ce qui importe, c'est qu'elle le devienne.  »

mardi 5 mai 2009

La femme en vert

Je termine à l'instant La femme en vert d'Arnaldur Indridason. C'est le deuxième polar de l'auteur et je l'ai lu quasi d'une seule traite. La semaine dernière, j'avais bien apprécié sa Cité des Jarres. Qu'on se le dise : Indridason sait raconter, et on s'attache drôlement à ses personnages.

Le livre tourne autour d'une enquête policière sur un possible meurtre ayant eu lieu il y a déjà plus de cinquante ans.

«Mais La Femme en vert est bien plus qu'un simple roman procédural. On se retrouve agressé, pris à la gorge par l'histoire terrifiante et pourtant concevable d'une femme sur qui son mari use de sévices physiques et moraux, l'abaissant plus bas que terre sous les yeux effrayés et honteux de leurs enfants. Et ce drame ne peut que trouver son dénouement dans le meurtre. La seule question qui se pose est qui sera la victime ?»
Le littéraire.com

Ce commentaire du Littéraire.com est on ne peut plus exact. C'est d'ailleurs le coeur du roman : on veut connaître le sort de cette femme quotidiennement agressée. Pourquoi ? Peut-être à cause de notre sentiment d'impuissance : on sait bien qu'autour de nous, il y a encore des hommes qui battent et humilient leur femme.

En commandant La Voix, que je devrais recevoir la semaine prochaine, je vais continuer à suivre la vie de l'enquêteur Erlendur.

dimanche 3 mai 2009

Que lire ?

Aurélie m'a récemment demandé de lui suggérer des lectures « pas trop compliquées ».

Je ne sais trop ce que sont des lectures compliquées, mais je suppose que des essais du genre La méthode de Morin ou L'Être et le Néant de Sartre en sont.

Par ailleurs, il y a des lectures pas compliquées du tout (genre Arlequin, par exemple) mais qui, à mon avis n'apportent pas tellement de plaisir de lecture non plus.

Voici donc la liste que je lui propose :

F. Kafka : Le procès ou le Château. On « s'amuse » bien à suivre K dans les dédales bureaucratiques et hiérarchiques. Évidemment, il ne s'en sort pas.

H. Hesse : Un très grand auteur. Peut-être faut-il commencer par Siddharta. Mais son chef-d'oeuvre est Le jeu des perles de verre. Pour ma part, je me rappelle avoir savouré Narcisse et Goldmund.

A. Camus : La peste. Vraiment un bon roman.

H. Gougaud : L'inquisiteur ou encore l'Homme à la vie inexplicable.

C. Bobin : Isabelle Bruges.

Le théâtre de Guitry : on s'y amuse follement.

M. Yourcenar. Elle écrit bien cette dame. L'OEuvre au noir est vraiment excellent.

B. Tirtiaux : Le passeur de lumière.

J'aime beaucoup aussi tous les livres de Paasilinna. Mais c'est peut-être parce que ses personnages franchissent la deuxième moitié de la vie. Le Lièvre de Vatanen est vraiment bien. Mais j'ai préféré La cavale du Géomètre, beau livre sur l'amitié et la sénilité.

Les petites livres d'Amélie Nothomb méritent qu'on s'y arrête.

Il faut lire La découverte de la lenteur de Stan Nadolny. Je ne sais s'il est facile à trouver en librairie.

Kundera. Peut-être commencer par La plaisanterie.

Je termine avec Borgès : Fictions ou L'Aleph.

jeudi 30 avril 2009

Cultures numériques

J'avais mentionné ici le très beau schéma de l'Homo Numéricus. Comme mon patron m'a demandé quelques précisions, voici ce que je lui ai remis.

1 - Culture informationnelle

Cette culture permet de tirer le meilleur parti des informations disponibles à l'aide de l'outil informatique. Comment faire une recherche efficace de l'information, comment structurer des informations de sources variées, comment garder l'esprit critique face aux informations, la reconnaissance de réseaux fiables et moins fiables, etc.

2 - Culture communicationnelle

L'outil informatique peut servir à communiquer activement soit par l'utilisation de moyens tels le courriel, le blogue, la participation aux forums de discussion. Entre ici en ligne de compte l'aspect éthique de la communication (on ne dit pas n'importe quoi à n'importe qui, on apprend les codes d'éthiques des forums, on utilise le courriel sensément, etc.) Le web 2.0 (Facebook, Delicious, Google Doc, Twitter, etc) devient ici un moyen à privilégier pour que cette communication soit partageable si on le désire.

3 - Culture artistique

La technologie peut servir à créer et à résoudre des problèmes. L'ordinateur est un centre multimédia. C'est une imprimerie et une maison d'édition. C'est une dactylo hyper sophistiquée. C'est aussi un studio d'enregistrement, une chambre noire pour photos, une calculatrice, etc. Mais c'est aussi bien plus. C'est un amplificateur d'idées, un gestionnaire de données, des livres, une ludothèque, un système de téléphonie, un simulateur, un robot, des langages de programmation, etc.

4 - Culture bureautique

On parle ici de trouver le bon outil pour exécuter un travail spécifique. La suite bureautique permet d'écrire efficacement des textes, de créer des feuilles de calculs, de manipuler des éléments graphiques et, si elle est un peu plus complète, de créer et manipuler des bases de données. On peut aussi s'en servir pour faire des présentations en grand groupe. Une personne « bureautiquement cultivée » connaît bien ces différents outils et les utilise efficacement.

5 - Culture de l'objet technique

Un ordinateur est techniquement complexe. Il faut savoir reconnaître l'importance de la mémoire vive, de l'espace de stockage ; on doit pouvoir y raccorder et faire fonctionner des périphériques ; il faut savoir se brancher à des réseaux, activer le «sans-fil», etc. Au point de vue du logiciel, il est important de savoir installer des programmes, de reconnaître le besoin de greffons ou de pilotes.

Remarque : Ces cultures s'entrecoupent. Par exemple, savoir rechercher un bon greffon pour son navigateur exige de reconnaître ce besoin d'un greffon (culture de l'objet technique) et de savoir rechercher sur Internet (culture informationnelle).

Ces descriptions étant nécessairement incomplètes, n'hésitez pas à ajouter vos incontournables.

mardi 28 avril 2009

Caisses impopulaires

Je reviens de la Caisse pop de mon coin de pays. J'y vais très rarement, car je n'y ai aucun compte. Mes filles cependant y font leurs affaires. Or, parfois, Aurélie reçoit des chèques à la maison et, au lieu de lui faire parvenir à Québec, je les dépose directement dans son compte.

- Bonjour madame. J'aimerais déposer ce chèque dans le compte de ma fille s'il vous plaît.
- Avez-vous son numéro de compte ?
- Heu... non.
- Alors je ne peux pas le déposer.
- Mais en regardant dans votre ordinateur, vous le trouverez sûrement.
- On ne peut le faire.
- Pourtant, ce n'est pas la première fois que je dépose un chèque de ma fille dans son compte.
- La politique a changé. Maintenant, on ne peut plus si vous n'avez pas son numéro de compte.
- Mais c'est son nom sur le chèque, et son adresse. Ça vient du fédéral...
- Désolé. On ne peut plus le faire. C'est une toute nouvelle politique.

J'ai regardé la caissière en me disant qu'il fallait que je reste zen. En quittant, je lui ai dit que j'étais bien content que mes avoirs ne soient pas dans une caisse pop...

Mélanges

Pas mal ce roman policier d'Arnaldur Indridason. J'ai suffisamment aimé pour commander La femme en vert et La Voix du même auteur. La mode est aux policiers (Wallender, Bosh, etc) à la vie déséquilibrée, et qui n'arrive pas à se consoler de la laideur du monde.

J'ai terminé cette semaine De l'Éducation de Jiddu Krishnamurti. Réflexions intéressantes dont vous trouverez des extraits très prochainement dans mon recueil. Une nouvelle publication vient de paraître du même auteur intitulée Apprendre est l'essentiel de la vie. Évidemment, je l'ai aussi commandée.

Là, je suis en train de lire Pour en finir avec Dieu de Richard Dawkins. Après une cinquantaine de pages, j'avoue me sentir quasiment toujours enragé, comme si de plus en plus je devenais absolument intolérant face aux arguments fallacieux, ridicules et abscons des religions organisées. Je vais continuer ma lecture, mais je me demande si ma pression n'en subira pas un certain effet malsain.

dimanche 26 avril 2009

Quelle chance !

mercredi 22 avril 2009

Projet d'été ?

Et si ce Personnal Google Book Scanner (via un billet sur La Feuille) devenait un projet d'été.

Le problème se situe au niveau de mes capacités manuelles... Mais n'est-ce pas là un bon projet pour essayer de les développer un peu plus ? La motivation, en tout cas, y serait, car cela fait longtemps que je cherche un moyen pas trop cher de me promener avec tous mes livres dans mon ordinateur.

lundi 20 avril 2009

Silvemel

J'ai enfin trouvé un thème à mon goût pour Firefox : Silvermel !

dimanche 19 avril 2009

Promenade du dimanche

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 >