Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

mercredi 28 juin 2006

Squeak Live CD

Julien Ithurbide a gentiment mis en ligne sa première version d'un Live CD Squeak (144M). Basé sur une Knoppix, au démarrage, on vous demandera la résolution désirée et hop ! vous vous retrouverez, en français, dans l'environnement Squeak.

dimanche 25 juin 2006

Modestes suggestions

Un copain me demandait récemment de lui suggérer quelques lectures pour l'été. Je constate que j'ai toujours de la difficulté à répondre à cette demande car, lorsqu'on a aimé un livre, qu'on le propose à un ami, et que ce dernier n'a pas eu le même engouement, une curieuse tristesse m'envahit.

M'enfin, voici mes quelques suggestions.

1 - Baricco. Bien des gens ont lu Soie, mais je suggère plutôt Châteaux de la colère (mon préféré) ou Océan-Mer.
2 - Folco : Dieu et nous seuls pouvons. Hé, hé, je connais plusieurs personnes qui l'ont abandonné après les trois premières pages. Mais il faut continuer : c'est un excellent roman. Faites l'expérience de le lire à haute voix à votre copain, votre copine, sur le patio.
3 - Suskind : Le Parfum. Bon, tout le monde le connaît celui-là, mais pourquoi ne pas le relire en respirant les parfums de l'été ?
4 - Borgès : Fictions. Merveilleux, sublime recueil de nouvelles.
5 - Bernhard : Maîtres Anciens. Une expérience littéraire. Un chef-d'oeuvre.
6 - Mankell : Le retour du professeur de danse. Un assez bon polar publié récemment.
7 - Sackville-West : Toute passion abolie. On tombe en amour avec la p'tite vieille.
8 et 9 : Crouzet (Le peuple des connecteurs) et Jouxtel (Comment les systèmes pondent), deux essais faciles à lire et qui vous permettront de méditer à la plage.
10 - Henri Cueco : Dialogue avec mon jardinier. Petit roman à lire au jardin.
11 - Fermez la télé, et lisez à vos enfants, à haute voix, un petit peu chaque jour, Le merveilleux voyage de Niels Holgerson de Selma Lagerlöf ou encore L'Armoire magique de C.S. Lewis.

vendredi 23 juin 2006

Le voyage

Paul Morand citant son père dans Le voyage, Notes et Maximes, Librairie Hachette, 1927.

Le plus beau voyage d'ici-bas
C'est celui qu'on fait l'un vers l'autre.

À rapprocher des merveilleux vers de La Fontaine (Les Deux Pigeons):

Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ?
Que ce soit aux rives prochaines ;

jeudi 22 juin 2006

Lecture estivale

Ce billet m'a bien fait rire, même si ce n'est pas drôle ! Particulièrement le commentaire numéro 6 de l'auteur au regard de la formation de maîtres passionnés. J'entends le soupir de Marie : Ah ! la passion.

Je pense qu'au MELS, on gagnerait à relire (lire?) Montaigne. Dans le chapitre 26 des Essais, on trouve :
À un enfant de maison qui s'appliquera aux lettres, non pour le gain (car un but si abject est indigne de la grâce et de la faveur des Muses, et puis il regarde autrui et en dépend) ni pour les commodités sociales, mais pour lui-même, pour s'en enrichir et parer son for intérieur, et si l'on veut faire de lui un habile homme plutôt qu'un homme savant, je voudrais qu'on fût soigneux de lui choisir un conducteur qui eût plutôt la tête bien faite que bien pleine, les deux étant à souhaiter, mais les manières et l'intelligence devant passer avant la science; et puis qu'il remplît sa charge selon de nouvelles méthodes. On ne cesse de criailler à nos oreilles, comme si on versait dans un entonnoir, et notre charge consiste à redire ce qu'on nous a dit. Je voudrais que le précepteur corrigeait ces façons et que dès le début, s'adaptant à l'âme qui lui est confiée, il commençât à la mettre sur la piste, lui faisant goûter les choses, d'elle-même les choisir et les discerner, quelquefois lui ouvrant le chemin, quelquefois le lui laissant ouvrir. Je ne veux pas qu'il invente et parle seul, je veux qu'il écoute son élève parler à son tour. Socrate et, après lui, Archésilas faisaient parler d'abord leurs disciples, et puis ils leur parlaient. [NDA : Ici, Montaigne cite Cicéron : « L'autorité de ceux qui enseignent nuit la plupart du temps à ceux qui veulent apprendre.  »]

[...]

Qu'il ne lui demande pas seulement compte des mots de sa leçon, mais du sens et de la substance, et qu'il juge du profit qu'il aura fait, non par le témoignage de sa mémoire, mais de sa vie. Que ce qu'il viendra d'apprendre, il le lui fasse mettre en cent visages et accommoder à autant de divers sujets, pour voir s'il l'a encore bien pris et bien fait sien, prenant l'instruction de son progrès des pédagogismes de Platon.

[...]

Qu'il lui fasse tout passer par l'étamine et ne loge rien en sa tête par simple autorité et crédit. Que les principes d'Aristote ne soient principes pour lui, non plus que ceux des Stoiciens et des Épicuriens. Qu'on lui propose cette diversité de jugements: il choisira s'il peut, sinon il restera dans le doute. Il n'y a que les fous qui aient imperturbablement des certitudes.
Dernière remarque mais elle est, pour un citateur, de grande importance. C'est dans le premier paragraphe qu'on trouve la citation tellement répétée « qui eût plutôt la tête bien faite que bien pleine » qu'on rapporte souvent ainsi : « Mieux vaut une tête bien faite que bien pleine. » Plusieurs croient que la remarque de Montaigne s'adresse aux enfants. S'appuyant seul sur cette citation prise hors contexte, c'est tout faux car il est bien question ici du précepteur, de l'enseignant ! Cependant, il est très clair dans tout le chapitre 26 que Montaigne juge ce principe tout aussi valable pour les élèves. Tiens, tiens... je pourrais suggérer à monsieur le Ministre de l'Éducation Montaigne en lecture d'été !

samedi 17 juin 2006

Que faire ?

Comment se fait-il que les enfants qui pétillent de l’envie d’apprendre quand ils ont cinq ou six ans se retrouvent un peu plus tard démoralisés, atones, sans motivation pour l’école ? Qu’est-ce qu’on a fait de faux ?
Émile, On n’explique pas tout aux enfants.


Dans ce billet de François Guité, un joli tableau qui illustre bien ce que tout le monde sait depuis de nombreuses années : l'école est, généralement parlant, plate. Et déjà en 1983, plus de 60 % des élèves étaient de cet avis. Qu'a-t-on fait depuis ? Si on en croit le tableau, pas grand-chose car la proportion a dépassé les 70 %.

Quand on prend la peine de demander aux élèves ce qu'ils pensent de l'institution scolaire, la réponse est invariablement la même : « Ça ne vaut pas grand-chose et on y perd son temps. » Bien entendu, nous, adultes savants, avons la réplique facile : « T'es jeune encore, tu verras plus tard en quoi elle t'aura été utile. » Comment supporter (plusieurs y arrivent) de voir tous ces adolescents blasés?

Le problème, c'est que nous ne savons absolument pas quoi faire avec ça. On aura beau implanter toutes les réformes que l'on voudra, si on n'écoute pas vraiment les jeunes, rien ne s'améliorera.

Je suis sans doute l'un des rares à penser que ce qu'on apprend à l'école n'est pas important. C'est être en état d'apprentissage qui importe ! Car avec cet état viennent joie et euphorie de vivre.

Dans les discours et les documents du MELS, on sent un net recul de l'importance accordée au développement des compétences transversales par rapport aux compétences disciplinaires. C'est l'inverse qu'il faut réaliser : supprimer les disciplinaires pour ne vérifier que le développement des compétences transversales. Mais ça, c'est aussi une solution d'adulte...

mardi 13 juin 2006

Visite au musée

Estéban a visité le Musée canadien des enfants samedi dernier. Deux petites photos ci-dessous. Mais ce matin, j'ai décidé de me créer un compte Flickr : vous pourrez donc suivre toute la visite. Je n'ai pas encore trouvé comment inverser l'ordre du SlideShow, mais cela viendra sûrement... (MàJ : c'est fait !)


dimanche 11 juin 2006

Petit dimanche matin


Avec Estéban, ce dimanche matin de juin. Boowa et Kwala étaient de la partie. Heureusement, j'ai montré au p'tit comment brancher les écouteurs... Utile lorsque monsieur veut réentendre pour une quinzième fois la même chanson.

Sur un air connu

Au terme du Conseil national de sa formation à Saint-Hyacinthe, André Boisclair a promis de rehausser de 376 millions $ le financement des universités, d'ouvrir les écoles primaires et secondaires de "8 à 5" et de réduire de 10 pour cent le nombre d'élèves par classe, de la troisième année du primaire à la première année du secondaire, dans les écoles des milieux défavorisés. (Presse canadienne, 11 juin 2006)


J'suis un politicien ben ordinaire
Des fois, j'ai l'goût d'promettre toute sorte d'affaire...
J'fumerais du pot j'boirais d'la bière
J'f'rais d'la politique par goût du pouvoir
Mais faut que j'pense à me faire élire
Je suis politicien en plein délire...

Des promesses, des promesses... Je l'entends déjà nous dire, une fois élu, que les Libéraux ont laissé les finances gouvernementales dans un tel état, qu'il ne peut, pour l'instant, honorer les baisses d'élèves par classe. Ou bien, il nous jouera le truc bien connu : on baisse les élèves dans une classe, mais on donne la différence à l'enseignant qui est dans une autre classe. Question de maintenir une moyenne... Quelle bullshit !
Moi, je ne voterai pas pour ce type : le PQ, en 1983, a été on ne peut plus salaud avec les enseignants. J'ai l'impression qu'on va nous refaire le coup : «Restez jusqu'à 17 h les gars, mais on ne vous augmente pas de salaire... De toute manière, on vous l'a déjà dit : les enseignants, ça vaut pas grand'chose.»
Et puis, il a déjà clairement mentionné qu'il ne reviendrait pas sur la loi 142. Boisclair, Charest, c'est du pareil au même.

jeudi 8 juin 2006

Vidéo hilarante

Sur la liste edu ressources, Steve Bissonnette nous suggère cette merveilleuse vidéo arithmétique.

mercredi 7 juin 2006

La passion

La passion est, dans l'ordre affectif, ce que l'idée fixe est dans l'ordre intellectuel.
Ribot, Psychologie des sentiments.


Marie : De plus en plus, je déteste ce mot.

Marie tricotait. J'étais devant l'ordinateur portatif. Aurélie écoutait la télévision.

Moi : Quel mot ?

Marie : Passionné. On l'entend partout.

Deux annonces venaient tout juste de passer à la TV. Et, coup sur coup, on y utilisait le terme « passionné ». Le premier commercial incitait les jeunes à s'inscrire à une institution dans laquelle ils pourraient vivre leur passion. L'autre était une annonce de tourisme en Abitibi.

Moi : C'est identique pour moi : il m'exaspère.

Marie : Il est utilisé à toutes les sauces; ça l'affadit. On en a fait un véritable cliché. Or, passion, étymologiquement, veut dire douleur.

Moi : Oui, oui. D'ailleurs, juste ici on dit « Qu'on se réfère au grec ou au latin, l'affaire est claire : une passion, c'est d'abord quelque chose que l'on souffre, subit, -ce dont, par suite, on pâtit. Ainsi, en grec, Pathos signifie ce qu'on éprouve, en opposition à ce qu'on fait, mais aussi tout ce qui affecte le corps ou l'âme, en bien ou en mal, quoique surtout en mal. C'est aussi l'état de l'âme agitée par des sentiments extérieurs, tels que la pitié, le plaisir, l'amour, le chagrin, l'affliction, la colère, la haine..., en somme, la résultante de ce qu'on éprouve. »

Marie : C'est exactement ça. On ne choisit pas volontairement une passion, on se laisse emporter par elle malgré nous ou bien on y résiste tant bien que mal. Aujourd'hui on se cherche des passions pour se distraire. C'est comme si on valorisait le manque de contrôle et la folie au lieu de la sagesse et la volonté. Ça m'inquiète...parfois je me demande si les gens sont avides de sensations fortes juste pour se désennuyer et s'intéresser un peu à la vie. Me semble qu'on pourrait trouver un meilleur mot pour exprimer un intérêt sain pour une chose. J'sais pas, moi...on pourrait dire impliqué, dévoué à la cause, énergique, généreux de son temps, amateur de belles choses, enthousiaste ou mordu de, connaisseur de, dilettante. On ne manque quand même pas de vocabulaire dans notre belle langue.

Je réfléchissais. Cela m'a rappelé un événement pas très lointain.

Moi : Je passe souvent pour un passionné. Cela m'agace. On pense même que je suis possédé. Par exemple, dans une conversation avec mon supérieur, je lui disais que je pourrais peut-être laisser le RÉCIT pour me concentrer, par exemple, sur les mathématiques. Tout à fait incrédule, il m'a lancé : « Toi, te passer d'informatique ? C'est impossible ! » Je l'ai regardé droit dans les yeux pour lui dire « Try me. » Et en appuyant sur chaque mot, j'ajoutai : « L'informatique scolaire, je n'aurais absolument aucun problème à ne plus en faire ». Mon non verbal était clair : j'étais très sérieux. Quel désagrément que cette d'image simpliste qu'on accole aux gens qui s'impliquent fortement dans certains dossiers ! On les juge passionnés : comme si, chez eux, ce n'était pas un choix, mais un état tout à fait hors de contrôle de la personne. Assurément, comme toi, j'en ai marre de ce mot.

mardi 6 juin 2006

Dotclear et l'impression

J'ai eu récemment besoin d'imprimer quelques billets. Or, dans DC, il n'y a pas de bouton « version imprimable ». Heureusement, avec les CSS, nul besoin de cet ajout.

Donc, créez une feuille de style que vous nommerez print.css. La mienne contient :
h1 a span {display : none; }
a { text-decoration : none; }
#sidebar, #prelude, #footer, #comment-form { display : none; }
Enregistrez-la dans le dossier de votre thème.

Dans le fichier themes/default/template.php, trouvez la ligne suivante :
<link rel="stylesheet" type="text/css" href="<?php dcInfo('theme'); ?>/style.css" media="screen" />

Juste en dessous, ajoutez celle-ci :
<link rel="stylesheet" type="text/css" href="<?php dcInfo('theme'); ?>/print.css" media="print" />

Et l'tour est joué ! Dorénavant, en imprimant un billet de votre fureteur, le formatage conviendra beaucoup mieux au papier.

dimanche 4 juin 2006

Talentum

Je n'ai pas de talents particuliers. Je suis juste passionnément curieux.
A. Einstein dans une lettre à Carl Seelig en 1952.
Pensées intimes, éd. du Rocher, p.43.


Marie : On devrait interdire le mot talent dans les écoles.

Moi : Pourquoi ?

Marie : Parce que cela n'aide personne. C'est même nuisible de penser en termes de talent.

Moi : Explique !

Marie : Quand tu as du talent, tu n'as aucun mérite car, justement, tu es talentueux. Même si tu étudies, fais des efforts, etc., on ne te reconnaîtra aucun mérite pour ton travail car ... tu as du talent. Et si tu en es démuni, pauvre de toi, c'est pas de ta faute si tu ne réussis pas aussi bien que les autres car tu n'es pas talentueux. Ce qui signifie que, probablement, tu n'es pas à ta place.

Moi : Donc, le terme talent déresponsabilise.

Marie : C'est platonicien : le talent, c'est inné. Tu en as ou tu n'en as pas. Cela catégorise l'individu.

Et de continuer :

Marie : Mais il y a aussi la vision judéo-chrétienne des choses.

Moi : C'est-à-dire ?

Marie : Tu te rappelles la parabole des talents ?

Moi : Pas vraiment.

Marie : Je te la résume. Un maître donne des talents (c'est de l'argent) à des serviteurs. À l'un, il donne 10 talents, à un autre 5 et au dernier 1 talent. (Je ne suis plus certaine du nombre!). Il part en voyage. En investissant, ceux qui ont reçu 10 et 5 talents doublent leurs talents. L'autre va l'enterrer pour le mettre en sécurité. En revenant de son périple, les deux premiers sont fiers d'annoncer qu'ils ont fait des talents à partir des talents. Mais le maître tombe sur le dos du troisième en le traitant d'incapable...

Moi : Morale : toujours faire fructifier ses talents... N'est-ce pas ce qu'on cherche en éducation? Ne veut-on pas que les élèves atteignent le maximum de leurs capacités ?

Marie : Bien sûr. Mais pas au prix de la culpabilité. En pensant talent, si un élève ne réussit pas, on a juste à lui dire de faire plus d'efforts. Et à celui qui réussit, on lui dit qu'il peut faire mieux, avec des efforts supplémentaires. Mais sur le comment, rien n'est dit. Note que la parabole est absolument silencieuse à propos du comment les serviteurs ont investi. Et on ne sait pas du tout ce que le maître aurait pensé s'ils avaient fait de mauvais placements ! Le fond est toujours platonicien, sauf que le talent n'est pas inné ici, mais bien donné par Dieu, ce qui revient au même.

Moi : Et l'apprentissage dans tout ça ?

Marie : Faire fructifier ses talents = travailler à la sueur de son front et enfanter dans la douleur après avoir goûté au fruit de la connaissance du bien et du mal. Le hic c'est qu'il ne suffit pas de courir en rond en arrosant ses talents de sa sueur. Si on croit ça, on dira à l'élève, ce faible pêcheur présumé coupable de paresse : «Allez, étudie plus, lis plus, écris plus!», toutes des consignes vagues, des moyens qui n'ont jamais rien donné pour qui ne sait comment s'y prendre ou pour celui qui ne sait qu'il lui manque un outil ; encore faut-il apprendre comment s'y prendre pour étudier, comprendre ce qui lui manque et connaître des ressources pertinentes dans la situation d'apprentissage donnée. Si l'enseignant croit aux talents qui se développent naturellement avec seulement de l'effort, il aura tendance à se dégager de l'acte pédagogique : «j'enseigne à trente élèves. C'est à eux de faire des efforts. Et ces efforts les amèneront là où ils peuvent aller : le reste ne m'appartient pas.»

Moi : Mouais...

Marie : Nous ne sommes pas encore dans le paradigme des Lumières. Liberté : tu es libre d'apprendre ou pas. Égalité : la notion de talents supprime l'égalité. Fraternité : tu peux apprendre avec les autres et des autres. Nous avons encore un pied dans le moyen âge mon chéri. Qu'en penses-tu?

Moi : Ce que j'en pense ? Que tu as toujours raison, ma chérie !

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 >