Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

mercredi 22 juillet 2009

5 ans

Estéban a eu cinq ans aujourd'hui. Tout ça ne me rajeunit pas...

Tenthrède du rosier


vendredi 17 juillet 2009

Une Rencontre

J'aime Kundera.

Son dernier livre, Une rencontre, est une petite joie pour le lecteur que je suis.

Kundera écrit bien, et lit bien. Dans cet essai, il nous fait part, au regard de certains écrivains et compositeurs, de ses sentiments tout en mentionnant que « le ridicule de nos sentiments ne change rien à leur authenticité » (p. 161)

Kundera est d'une grande honnêteté intellectuelle avouant parler de certains auteurs même s'il n'a pas tout lu. Un bel exemple ici :

"Je dis : « J'aime Joseph Conrad. » Et mon ami : « Moi, pas tellement. » Mais parlons-nous du même auteur ? J'ai lu de Conrad deux romans, mon ami un seul que moi je ne connais pas. Et pourtant, chacun de nous, en toute innocence (en toute impertinence innocente), est sûr d'avoir une idée juste sur Conrad." (p. 73)

Le chapitre consacré à Malaparte est remarquable.

En page 23, on trouve une phrase qui m'a fait sourire :

[...] L'art de notre moitié du siècle est encrassé par une logorrhée théorique bruyante et opaque qui empêche une oeuvre d'entrer en contact direct, non médiatisé, non préinterprété, avec celui qui la regarde (qui la lit, qui l'écoute).

La deuxième moitié du XXe siècle terminée, la première du XXIe réserve-t-elle le même sort à l'Art ? Je pense que l'Internet est en train, justement, de révolutionner notre rapport à la connaissance : on n'a plus à se faire une idée à partir des idées que les autres possèdent sur les idées des autres. La banalité et l'exécrable s'y retrouvent, évidemment. Mais aussi l'originalité, la créativité, l'imagination, la beauté. À l'individu de porter son propre jugement. À nous de faire mentir Kundera lorsqu'il lance que « notre expérience historique [...] nous a fait comprendre que les hommes agissent en s'imitant l'un l'autre, que leurs attitudes sont statistiquement calculables, leurs opinions manipulables, et que, donc, l'homme est moins un individu (un sujet) qu'un élément d'une masse. » (p.21)

Mon opinion valant ce qu'elle vaut, j'estime que Kundera est l'un des dix plus grands auteurs du XXe siècle. Qu'attend-on pour le nobéliser ?

Sur Au fil de mes lectures, près de 350 citations dont seize de cet essai.

mardi 14 juillet 2009

Pirsig

Je viens de terminer le Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes de Robert M. Pirsig. Vous trouverez plusieurs citations/extraits sur Au fil de mes lectures, mais non celle-ci :

« Quand une personne souffre d'une illusion, on appelle cela la folie. Quand beaucoup de gens souffrent d'une illusion, on appelle cela la religion. »

C'est Dawkins dans son « Pour en finir avec Dieu » qui, en page 16, introduit ainsi la phrase :

« [...] j'ai tendance à dire, comme Robert M. Pirsig, l'auteur du Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes : [...] » (p. 16, Robert Laffont, 2008.)

Je m'attendais donc à la retrouver dans le livre, mais elle n'y est pas. En relisant le texte de Dawkins, je comprends bien que ce dernier ne spécifie absolument pas que la citation provient du livre. Mais alors, d'où sort-elle ?

Mes webrecherches

Wikipedia a un article relativement court sur Pirsig et ne contient pas citations.

Alexandre Leroux a réalisé un beau PDF suite à sa lecture du livre dans sa langue originale. Mais on n'y trouve pas la citation en question.

Je suis donc passé sur wikiquote et j'ai trouvé la citation encadrée de deux autres :
  • A fragment comes and lingers from an old Christian hymn, "You've got to cross that lonesome valley." It carries him forward. "You've got to cross it by yourself." It seems a Western hymn that belongs out in Montana.
    "No one else can cross it for you," it says. It seems to suggest something beyond. "You've got to cross it by yourself."
    He crosses a lonesome valley, out of the mythos, and emerges as if from a dream, seeing that his whole consciousness, the mythos, has been a dream and no one's dream but his own, a dream he must now sustain of his own efforts. Then even "he" disappears and only the dream of himself remains with himself in it.
  • When one person suffers from a delusion, it is called insanity. When many people suffer from a delusion it is called Religion.
  • The Quality, the areté he has fought so hard for, has sacrificed for, has never betrayed, but in all that time has never once understood, now makes itself clear to him and his soul is at rest.
Dans mon édition (Seuil/Points P456), le premier extrait se trouve en page 429 et le troisième en page 430. Entre les deux, aucun signe du second. Wikiquote serait-il en erreur ?

En poussant encore mes recherches, je suis tombé sur ce site qui cite des extraits de Lila, autre livre de Pirsig. On y trouve la phrase suivante :

« An insane delusion can't be held by a group at all. A person isn't considered insane if there are a number of people who believe the same way. Insanity isn't supposed to be a communicable disease. If one other person starts to believe him, or maybe two or three, then it's a religion. »

J'ai continué à fouiller le web, mais tous les sites qui signalent la citation (et il y en a beaucoup!) ne mentionnent soit aucune référence, soit le Traité du zen mais toujours sans indiquer la page exacte.

Comme je ne possède pas l'oeuvre en anglais et que je n'ai pas non plus son Lila, difficile pour moi d'être certain de ma conclusion, qui demeure pour l'instant temporaire : la phrase de Pirsig ne se trouve dans aucune des oeuvres de Pirsig. Il s'agit plutôt d'un condensé de l'idée du paragraphe tiré du livre Lila.

Cela faisait un bout de temps que j'avais visité des sites anglophones de citations. J'avoue qu'ils ne m'ont pas impressionné. Ils sont pour la plupart très mal faits et donnent rarement les références exactes. Pirsig, dans son livre, parle de Qualité, caractéristique peu présente dans les sites que j'ai visités. Par ailleurs, je n'y ai trouvé aucun équivalent d'Au fil de mes lectures.

dimanche 5 juillet 2009

Fin de semaine (bis)





samedi 4 juillet 2009

Fin de semaine

Marilise avec sa grand-grand-maman Jeannette.



Et ici, Estéban bien concentré sur le site de Boowa et Kwala.

vendredi 3 juillet 2009

Brussolo

Je suis abonné au fil RSS du blogue de Fantasio depuis quelques années. Et ses rapports de lectures m'enchantent toujours. Chaque fois que j'ai acheté un livre suite à l'un des ses billets, j'ai été comblé par sa lecture.

Or Monsieur Fantasio aime bien Serge Brussolo, et si vous lisez l'ensemble des billets qui lui sont consacrés, vous ne pourrez que vous demander d'où vient cette admiration. En effet, Brussolo semble être un peu brouillon, pas toujours logique, et laisse parfois sur sa faim. Alors pourquoi continuer à le lire ?

Autant aller y voir par moi-même, me dis-je.

Ce que je fis en achetant Les Cavaliers de la pyramide.

Vous trouverez plusieurs résumés sur le web, ici ou par exemple.

Un livre fait son travail s'il enveloppe son lecteur d'une bulle de lecture. Et ce fut le cas pour Les Cavaliers. Je me suis surpris à entrer dans cette histoire relativement abracadabrante. Parfois, j'avais l'impression de me trouver dans un film de série B ou encore dans une bande dessinée. Et pourtant, je m'accrochais aux personnages principaux et je me suis laissé prendre par leur folle quête.

J'ai passé un très bon moment avec ce livre ce qui implique qu'il y a aura certainement d'autres Brussolo dans mes futures acquisitions.

mardi 30 juin 2009

Capitatlisme

Chacun vaut ce que valent les objectifs de son effort.
Marc-Aurèle


« Payer les élèves pour récompenser leurs efforts ? » a été publié hier dans La Presse. (L'article n'est pas en ligne.)

Je suppose que tout cela dépend de la réponse à la question suivante : Doit-on considérer l'apprentissage d'une matière comme un travail ou comme un salaire ?

Moi, je le considère comme un plaisir !

Lire le billet de Mario Asselin auquel j'ai laissé un commentaire.

samedi 27 juin 2009

Kat

Elle est arrivée aujourd'hui. Crystal Catwoman rebaptisée Kat. Elle aura quatre ans dans deux semaines !


mardi 23 juin 2009

Bergson 1

Les cartes heuristiques sont bien pratiques pour prendre des notes. J'ai reçu aujourd'hui « Pour connaître la pensée de Bergson » de François Meyer (1964). Ci-dessous, mon résumé du chapitre 1. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Bergson

dimanche 21 juin 2009

Au parc



lundi 15 juin 2009

Alireza Darvish

De magnifiques illustrations sur le site d'Alireza Darvish.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 >