Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

dimanche 24 avril 2011

Les dés en solitaire

Les dés en solitaire
Idée originale : Sid Sackson, A Gamut of games, Pantheon Books, 1982.
Programmation en javascript par Gilles G. Jobin.





 
Tableau de pointage
2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
100 70 60 50 40 30 40 50 60 70 100

Comment jouer
1- Après avoir lancé cinq dés, le joueur doit les grouper en deux paires, la somme formant une paire est appelée : combinaison. Il peut donc y avoir 11 combinaisons possibles : 2, 3, 4,... 12 puisque la somme de deux dés donne au minimum 2 et au maximum 12. Le dé restant est appelé le rejet.

Pour choisir une première combinaison, cliquez successivement sur les deux dés la formant. Deux flèches bleues indiquent la première combinaison. Cliquez ensuite sur un troisième dé pour former le premier dé de la seconde combinaison. En cliquant ensuite sur le quatrième dé, automatiquement le programme ajustera les calculs associés à votre choix. Si vous désirez modifier un choix, recliquez sur un dé choisi avant d'avoir cliqué sur le deuxième dé de la deuxième paire.

Exemple. Supposons le lancer suivant :

Vous pourriez choisir le premier et le second dé pour former une combinaison donnant 7; et le quatrième et le cinquième dé pour former une combinaison donnant 4. Le rejet étant 6 soit le troisième dé.
Vous pourriez tout aussi bien choisir le second dé avec le cinquième (combinaison = 7) et le troisième dé avec le quatrième (combinaison = 7). Le rejet serait alors le premier dé soit 3.
Il y a, évidemment, plusieurs autres choix possibles.

2- Le jeu continue ainsi, lancant chaque fois une nouvelle série de cinq dés après que le joueur eut sélectionné ses deux combinaisons.

3- Cependant, il y a seulement TROIS rejets possibles. Par exemple, si au cours des trois premiers lancers, un joueur a rejeté les dés de valeur 1, 3 et 4, ces trois valeurs deviennent les trois rejets possibles. Lors d'un lancé de dés, le joueur doit alors OBLIGATOIREMENT choisir l'une de ces trois valeurs comme rejet à moins que les cinq dés ne marquent aucune de ces valeurs. Dans ce dernier cas, le joueur peut bâtir les deux combinaisons de son choix à l'aide des cinq dés.

Exemple

Les nombres rejets sont : 1, 3 et 5.
Le lancer indique 1, 4, 4, 6, 6. Le joueur doit obligatoirement choisir 1 comme rejet puisqu'il est dans sa liste des trois dés rejetés. Il peut ensuite combiner par exemple 4-4 et 6-6 ou 4-6 et 4-6.
Si le lancer avait été 2, 4, 4, 6, 6 le joueur aurait pu alors combiner (2-4 et 6-6) ou (2-4 et 4-6) etc, car aucun des cinq dés ne fait partie de la liste des rejets.

4- Aussitôt qu'un rejet compte huit occurrences, la partie est terminée et le programme calcule le score du joueur.

5- Le calcul des points.
Le joueur marque des points selon le NOMBRE de combinaisons qu'il a pu faire pour chaque combinaison. Pour marquer des points, le joueur doit réaliser au moins 6 combinaisons d'une même sorte.

Une combinaison de 2 marque 100 points.
Une combinaison de 3 marque 70 points.
Une combinaison de 4 marque 60 points.
Une combinaison de 5 marque 50 points.
Une combinaison de 6 marque 40 points.
Une combinaison de 7 marque 30 points.
Une combinaison de 8 marque 40 points.
Une combinaison de 9 marque 50 points.
Une combinaison de 10 marque 60 points.
Une combinaison de 11 marque 70 points.
Une combinaison de 12 marque 100 points.
Attention ! Aucune combinaison d'une sorte marque 0 points. Par contre 1, 2, 3 ou 4 combinaison marque -200 points. Cinq combinaisons marquent 0 points. 6 à 10 combinaisons marquent de 1 à 5 fois le nombre de points indiqués ci-haut. Plus de 10 combinaisons pour une même sorte ne comptent que pour 10 combinaisons.

Exemple de calcul du pointage

Lors d'une partie, le joueur marque :
4 combinaisons de 2 = -200 pts.
5 combinaisons de 3 = 0 pts.
0 combinaisons de 4 = 0 pts
0 combinaisons de 5 = 0 pts
7 combinaisons de 6 = 80 pts (7-5=2, et 2 x 40 = 80)
8 combinaisons de 7 = 90 pts (8-5 = 3 et 3 x 30 = 90)
12 combinaisons de 8 = 200 pts (10 - 5 = 5 et 5 x 40 = 200)
3 combinaisons de 9 = -200 pts
5 combinaisons de 10 = 0 pts
6 combinaisons de 11 = 70 pts (6-5 = 1 et 1 x 70 = 70)
7 combinaisons de 12 = 200 pts (7-5=2 et 2 x 100 = 200)
Et le total donne 170 points.

Une partie est considérée gagnée si le joueur réussit au moins 500 points. `


mardi 19 avril 2011

Classes TIC CSCV : Mario Deschatelets

Dernier billet d'une série de 7.

L'un des ateliers que j'animerai au prochain colloque de l'Aquops a pour thème : Atelier 2105 - Des classes «full» TIC au primaire. Cette série de billets complètera et viendra appuyer mon propos.

Entrevue réalisée avec Mario Deschatelets, enseignant dans une classe TIC de sixième année à la commission scolaire au Cœur-des-Vallées. Désolé pour la qualité de l'image : j'ai malencontreusement appuyé sur un mauvais bouton juste avant l'entrevue. Mais c'est le propos qui compte, n'est-ce pas ?

lundi 18 avril 2011

Classes TIC CSCV : Sébastien Bujold

Sixième billet d'une série de 7.

L'un des ateliers que j'animerai au prochain colloque de l'Aquops a pour thème : Atelier 2105 - Des classes «full» TIC au primaire. Cette série de billets complètera et viendra appuyer mon propos.

Sébastien Bujold est enseignant de sixième année à l'école Du Sacré-Cœur de Gatineau (Masson-Angers). Titulaire d'une classe TIC depuis plusieurs années, son propos est très intéressant.

dimanche 17 avril 2011

Classes TIC CSCV : Chantal Mongeon

Cinquième billet d'une série de 7.

L'un des ateliers que j'animerai au prochain colloque de l'Aquops a pour thème : Atelier 2105 - Des classes «full» TIC au primaire. Cette série de billets complètera et viendra appuyer mon propos.

Voici, en deux parties, l'entrevue réalisée avec Chantal Mongeon, enseignante dans une classe TIC de sixième année à la commission scolaire au Cœur-des-Vallées. Et, en prime, une entrevue avec M. Charles Morin, directeur de l'école Du Sacré-Cœur.





Classes TIC CSCV : Anne Lauzon

Quatrième billet d'une série de 7.

L'un des ateliers que j'animerai au prochain colloque de l'Aquops a pour thème : Atelier 2105 - Des classes «full» TIC au primaire. Cette série de billets complètera et viendra appuyer mon propos.

Voici, en deux parties, l'entrevue réalisée avec Anne Lauzon, enseignante dans une classe TIC de cinquième année à la commission scolaire au Cœur-des-Vallées.



Scratch à la maternelle

Marie essaie Scratch avec ses petits de la maternelle. Quoique la vidéo parle par elle-même, un article complet est disponible sur Squeaki.

mercredi 13 avril 2011

Une suggestion à F. Legault

« Dès le lancement de son opération, M. Legault avait indiqué que les enseignants méritaient d'importantes augmentations de salaire, de l'ordre de 20%, une facture que le gouvernement pourrait se permettre selon lui s'il dégelait les tarifs sur le « bloc patrimonial » d'électricité. »

J'ai toujours trouvé les idées de François Legault tout à fait ridicules.

Mais...

Mais...

Le paragraphe cité en entrée de billet me donne une idée.

Puisqu'il semble assez facile de trouver l'argent pour augmenter les salaires de 20%, voici ce que je suggère à la place.

Prendre cet argent, et le remettre directement (sans passer par les commissions scolaires) aux directeurs d'école en vue de le réinvestir dans la pédagogie dans son école. J'ai bien dit dans la pédagogie, et non dans de nouveaux meubles ou une nouvelle peinture pour son bureau...

Imaginons une école primaire de 15 enseignants. Ce 20% est suffisant pour embaucher 3 enseignants supplémentaires, ce qui permettrait de réduire le nombre d'élèves par classe, et donc d'offrir un bien meilleur service. Ou encore, cette direction pourrait décider d'utiliser cet argent pour embaucher des orthopédagogues pour aider les élèves en difficulté, etc.

L'idée est de laisser à la direction d'établissement le loisir d'investir là où, avec son équipe-école, elle le juge opportun, utile et efficace.

lundi 11 avril 2011

Classes TIC CSCV : Caroline Furoy

Troisième billet d'une série de 7.

L'un des ateliers que j'animerai au prochain colloque de l'Aquops a pour thème : Atelier 2105 - Des classes «full» TIC au primaire. Cette série de billets complètera et viendra appuyer mon propos.

À la commission scolaire au Coeur-des-Vallées, dans huit classes du primaire, les élèves ont un accès permanent à des ordinateurs. Caroline Furoy est une autre pionnière en ce qui concerne l'intégration des TIC. Écoutez son point de vue :



Et voici quelques-uns de ses élèves.

jeudi 7 avril 2011

Lettre ouverte à Lawrence Cannon

M. Cannon,

Je suis un des nombreux électeurs de la circonscription du Pontiac. Ne vous en faites pas, vous n’aurez pas à m’évincer de vos salles de rassemblement, car je ne m’y présenterai point.

Cependant, je tiens par cette lettre à vous manifester tout mon dégoût par rapport au contrôle maladif exercé par votre parti (votre chef ?) sur l’accès à l’information et la possibilité d’entendre ce que vous avez à suggérer.

Cela m’inquiète énormément que votre chef refuse qu’on puisse l’entendre « live ». Je fais évidemment référence ici aux Canadiens et Canadiennes qui sont refoulés aux portes de vos assemblées. Et de grâce, ne venez pas me dire que vous n’en savez rien ! Il est, quant à moi ÉVIDENT que votre chef s’entoure d’une équipe de spécialistes en manipulation des masses. Comment, comme lieutenant du PC au Québec pouvez-vous ignorer ce fait ?

M. Cannon, je ne voterai pas pour vous. Car je ne veux pas d’un député qui n’est, au fond, qu’un simple pantin d’un chef de parti qui manque totalement de respect envers les citoyens. Si vous vous présentez PC, nécessairement vous êtes en accord avec ses valeurs d’autoritarisme, et ses méthodes archidangereuses de manipulation.

S'il vous plaît, ne prenez pas la peine de répondre à cette lettre : je connais déjà toutes les répliques bien orchestrées par votre parti. Les politiciens sont des spécialistes de la langue de bois. Mais associés à des techniques de manipulation, ils deviennent pitoyables.

J’espère aussi que, lorsque vous commencerez vos beaux discours par « Les Canadiens et les Canadiennes veulent que ... » vous aurez la décence et l’honnêteté intellectuelle d’ajouter qu’il y a au moins un Gatinois qui ne veut pas la même chose que vous...

Je termine avec un message envers tous ceux qui s’apprêtent à voter pour votre parti le 2 mai : De grâce, ne le faites pas ! et ce même si vous êtes en accord avec plusieurs promesses conservatrices. Pensez à cette liberté que nous avons au Canada. Elle est plus précieuse que toutes les promesses des politiciens du monde. Or un parti politique qui bafoue cette liberté en empêchant, par exemple, d’aller écouter leurs discours, la fragilise et la met assurément en péril. Ne banalisez pas ce fait.

lundi 4 avril 2011

Classes TIC CSCV : Julia Nadon

Deuxième billet d'une série de 7.

L'un des ateliers que j'animerai au prochain colloque de l'Aquops a pour thème : Atelier 2105 - Des classes «full» TIC au primaire. Cette série de billets complètera et viendra appuyer mon propos.

À la commission scolaire au Coeur-des-Vallées, dans huit classes du primaire, les élèves ont un accès permanent à des ordinateurs. Julia Nadon est la première titulaire de la CS qui a reçu une grande quantité d'ordinateurs portables pour sa classe. Voici ce qu'elle en dit :

dimanche 3 avril 2011

Classes TIC CSCV : Christine Osborne

Premier billet d'une série de 7.
L'un des ateliers que j'animerai au prochain colloque de l'Aquops a pour thème : Atelier 2105 - Des classes «full» TIC au primaire. Cette série de billets complètera et viendra appuyer mon propos.
À la commission scolaire au Coeur-des-Vallées, dans huit classes du primaire, les élèves ont un accès permanent à des ordinateurs. La titulaire de l'une de ces classes est Christine Osborne. Entrevue en deux parties ci-dessous. Suit ensuite une courte vidéo dans laquelle vous entendrez quelques-uns de ses élèves.





vendredi 1 avril 2011

Défi Scratch n°3

Pas évident de relever mes défis «Scratch» : je n'ai eu aucune réponse au deuxième ! Je vous reviendrai bientôt avec ma solution, mais en attendant, essayez celui-ci. Il s'agit de créer une touche à bascule : en enfonçant une touche du clavier, un script démarre. Et en enfonçant de nouveau la même touche, il s'arrête. Dans mon cas, la touche permet de lancer (ou de stopper) un lutin dans sa marche.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 >