Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

samedi 10 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 68

L'orgueil sait s'imposer des privations que couronnerait la vertu.

L'intérêt met son nez partout; mais il est long, et on l'aperçoit.

Si nous pouvions réfléchir, la fuite du temps serait un des meilleurs sermons.

Il est des gens charmants, qui sèment quelque chose d'eux partout où ils passent.

Tant qu'il y aura de l'esprit, il y aura un peu de revanche sur terre, puisqu'il y aura de la réplique.

Comme on fait son lit on se couche; mais quand on le trouve tout fait?

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

vendredi 9 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 67

C'est déshonorant de s'ennuyer.

C'est croustillant, des ennemis.

Un mari qui dort trop manque de grâce nuptiale.

Une maladresse fait souvent la besogne d'une faute.

On chante le sentiment qu'on n'oserait pas dire.

L'amour conjugal s'est enrichi de plaies, de bosses, d'autorités usurpées et de libertés interdites.

Un gendre est un fils donné par la municipalité.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

jeudi 8 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 66

Les déceptions se tassent dans le coeur, les peines restent isolées.

Ah! comme on s'aime, comme on s'aime! il faut chercher à s'aimer moins pour bien le comprendre.

Donner, c'est sentir son coeur passer dans ses mains.

Se repentir, hélas! c'est si peu ne pas recommencer.

De la morale à l'action, il y a à traverser toute la faiblesse de l'homme.

La coquette est forte de tout le coeur qui lui manque.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mercredi 7 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 65

On branle toujours quand on ne peut pas s'appuyer sur soi-même.

Il faut bien se résigner ; chacun doit assister à sa perte.

En amour irrégulier, la trahison est une chute, un désastre en amour légitime.

Les grimaces du monde en sont toute la sincérité.

Les grands mondains sont plus à plaindre qu'à blâmer: creux intérieurement, ils ne sont rien sans les autres, nourris de vide et toujours affamés de nouveau.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mardi 6 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 64

Que de gens sans remords, faute de jugement!

Que le bonheur soit bon à l'homme, c'est naturel; mais qu'il lui semble dû!

Les femmes ont la méchanceté plus aiguë, plus perçante, plus coupante que celle des hommes.

Un joli visage donne toutes les illusions, même celle de ne pas pouvoir mentir.

Une résistance nous met la force en main.

Il est de ces journées qui ne semblent plus être de la terre, tant elles sont limpides au coeur, chatoyantes à l'esprit, lumineuses à l'âme ; elles nous emportent dans leurs rayons, nous bercent dans leurs ondes... mais qu'on est misérables le lendemain!

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

lundi 5 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 63

J'ai un petit faible, sauf exception, pour les gens qui ne m'invitent pas à dîner.

La résignation a, dès le début, un gros travail à faire; puis ensuite, quel calme!

En amour les banqueroutes sont toujours frauduleuses.

On sert souvent bien mal son parti ; que de dévots font tort à la dévotion !

Trop de prudence nous vieillit, et sans prudence nous chavirons.

À la manière dont une femme donne le bras à un homme, on sent l'amant ou l'époux; l'amante s'accroche.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

dimanche 4 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 62

Il y a certains salons où l'on entend passer les sifflements de l'envie,

On se flatte de ses dons physiques; eh bien, mais le chameau est fier de sa bosse, et la girafe est fière de son cou.

Tous les poètes n'ont fait que me rapetisser l'idée que j'ai du Paradis; certaines mélodies m'en ont donné l'émotion.

La sévérité a de la grandeur, quand on commence par soi-même.

Mettez une foi vive dans un coeur, vous verrez l'égoïsme s'y ennuyer et la vanité s'y flétrir.

Le sacrifice s'adresse de préférence à la femme, il reçoit meilleur accueil.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

samedi 3 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 61

Il y a des gens qui sont toujours contents d'eux, ce ne sont pas ceux dont je suis le plus contente.

Une vie sans événements, sans hasards, c'est un peloton de fil que le temps dévide.

La chance protège l'amoureux ; elle lui prépare des rencontres joyeuses et lui chuchote d'heureux mensonges.

Que de temps pour garantir une pureté, qu'un mot imprudent suffit à détruire !

Belles exceptions ! vous nous rendez plus inexcusable encore la rigidité de la règle.

L'amour est quelquefois honteux de lui-même : sa dignité passe outre.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

vendredi 2 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 60

Les habiletés s'acquièrent, les ruses s'introduisent.

Les femmes de quarante ans jouissent de l'amour et tremblent : c'est le baiser du départ.

Les heureux prennent les contrariétés pour des peines, oubliant de se comparer.

Hélas! on ne considère jamais le pauvre tout à fait comme soi, et notre pitié s'en rétrécit.

La femme romanesque n'est pas toute au présent : elle caresse le passé et bâtit dans l'avenir.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

jeudi 1 novembre 2012

De toutes les Paroisses, page 59

De toutes les Paroisses, page 59 La faim du coeur est comme l'autre faim, criarde, certains jours.

Heures douces, donnez-nous des forces !

Pour parler de soi que ne dit-on pas? on se calomnie.

On commence par être le confident, et puis on change de titre.

Notre rire est bien souvent plus bête que nous.

Derrière les piliers d'une église, que d'amoureux repentants viennent, les yeux caves, demander l'oubli !

Un amant qui n'a pas encore abdiqué toute timidité n'est pas complètement entré dans la carrière.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mercredi 31 octobre 2012

La distributivité

Courriel provenant d’une enseignante : Comment peut-on expliquer l'importance d'apprendre la distributivité à des élèves de 5e année ??? Il y en a une qui s'obstine à dire que c'est trop long à calculer pour rien !

Ex :  52 x ( 5+2 ) 
Plus court 52 x 7  que (52 x 5) + (52 x 2)

Et elle n'a pas tort !


Réponse envoyée à l'enseignante :

Ton élève a parfaitement raison. Il est tout à fait ridicule d’utiliser la distributivité dans un problème arithmétique à moins que celle-ci n’accélère le calcul. J’ai vu des pages et des pages de «problèmes» dans lesquelles on demandait aux élèves de calculer des expressions arithmétiques en utilisant la distributivité. Imagine 50 problèmes tels que celui de ton exemple. Non seulement c’est abrutissant, mais c’est surtout complètement inutile.

Voici donc ce que je répondrais à ton élève.

D’abord, je lui montrerais que les nombres, c’est quasiment «vivant». Et qu’on peut les «combiner» via des «opérations.»

Commençons par l’addition : 8 + 5 c’est tout comme 5 + 8 (il faut rendre l’opération concrète, par exemple avec des ensembles de jetons).

Cette propriété qui permet de «switcher» les nombres par rapport à une opération tout en gardant la même valeur globale s’appelle commutativité de l’opération. Ici, la commutativité de l’addition.

Toujours avec des jetons, je lui ferais remarquer que cette propriété est vraie pour la multiplication, mais fausse pour la soustraction et la division.

Je passerais pas mal de temps sur la commutativité de la multiplication. Pourquoi ? Parce qu’on peut en faire ressortir l’aspect «mystérieux» :

Ex. 97 x 93 (si on donne le sens de «multiplier par» au symbole x) signifie :

97 + 97 + 97 + ... + 97 } 93 fois

alors que 93 x 97 signifie :

93 + 93 + 93 + ... + 93 } 97 fois

Comment se fait-il que le résultat soit le même ??? La question est intéressante et, en y répondant, on prouve que la multiplication est commutative chez les nombres naturels.

Je ferais ensuite remarquer que cette évidence (avec des jetons, c’est assez facile à démontrer) ne l’est pas pour TOUTES les structures mathématiques. Par exemple, un enseignant NE PEUT PAS DIRE que la commutativité de la multiplication est TOUJOURS VRAIE. En effet, il a des structures mathématiques (par exemple, les matrices) pour lesquelles c’est faux.

Bon, mais qu’en est-il de la distributivité de la multiplication sur l’addition ?

En fait, l’intérêt de cette propriété se manifeste surtout en algèbre : ex. 3 ( 2x +6 ) + 12 = 6x + 18 + 12 = 6x + 30. Et on peut même continuer par la factorisation, soit 6(x + 5). La distributivité joue dans les deux sens : a ( b + c) = ab + ac et ef + eg = e(f+g)

Ces «deux sens» (de droite à gauche, et de gauche à droite) par rapport au symbole = est TRÈS IMPORTANTE. Et il faut s’assurer que l’élève est à l’aise avec ces deux visions d’une même réalité.

Ceci dit, pour un élève de 5e, parler d’algèbre, c’est un peu comme lui dire :«Tu verras, tu en auras besoin plus tard», ce qui, à mon avis, ne doit JAMAIS ce faire. Les avantages d’un apprentissage doit être, généralement parlant, IMMÉDIATS.

Donc, que faire avec cette élève ?

D’abord, lui montrer la beauté de la chose.

Ex. 105 x 99. À la calculatrice, c’est assez simple à pitonner. Mais en calcul mental, c’est beaucoup plus ... intéressant. Essayons de comprendre :
105 + 105 + 105 .... + 105 
-------  99 fois --------

revient à faire :
 105 + 105 + 105 .... + 105   -  105
------- 100 fois -------     moins 1 fois.


ce qui, faut bien l’avouer, est beaucoup plus simple à compter dans sa tête puisqu’il suffit de faire 10500 - 105.

La généralisation de cette idée s'appelle la DISTRIBUTIVITÉ : 105 x 99 = 105 ( 100 - 1) !!!

D’ailleurs, dans l’algorithme de multiplication, c’est toujours ce principe de distributivité qui est utilisé. En maths, l’élève doit COMPRENDRE ce qu’il se passe, et non pas apprendre des recettes qu'il oubliera très rapidement.

Par la suite, au lieu de donner aux élèves des tonnes de «distributivité» à réaliser, je leur demanderais plutôt de trouver des manières de calculer plus rapidement des expressions arithmétiques. Puis, en gang, on vérifierait les méthodes des uns et des autres POUR LES MÊMES problèmes. On trouverait alors les avantages et les désavantages des méthodes utilisées, et on établirait les conditions dans lesquelles ces méthodes sont optimisées. L’idée est de rendre l’élève CRÉATEUR d’algorithmes mathématiques, et CRITIQUE des méthodes trouvées. On pourait ensuite faire des «vraies» mathématiques en leur demandant de GÉNÉRALISER ces algorithmes. On entre ainsi dans la troisième compétence (Communiquer à l'aide du langage mathématique) si on amène les élèves à exprimer clairement leurs découvertes.

De toutes les Paroisses, page 58

On a affirmé l'existence future quand on a dit : Dieu est juste.

En fait de succès, qui a le jour n'a souvent pas le lendemain.

Trois est le nombre charmant ; deux pour agir, un troisième pour regarder.

La femme sait souvent obéir dans les petites choses pour commander dans les grandes.

Bonheur inappréciable : être une volonté.

Une pensée vivra, quand dix mille volumes périront.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 >