Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

mercredi 9 juillet 2008

Et le contenu?

Un peu partout sur les news de ce matin :
Josée Verner, la ministre et députée de la circonscription de Louis-Saint-Laurent, à Québec, n'aurait pas apprécié qu'il était prévu que la ministre provinciale Nathalie Normandeau prenne la parole avant elle.
Il faut bien suivre le protocole, n'est-ce pas ? En y réfléchissant un petit peu, j'ai compris pourquoi l'ordre des discours était si important : comme les politiciens disent toujours la même chose, le seul avantage qu'il y a à le dire, c'est de le dire avant l'autre...

samedi 5 juillet 2008

Récoltes et semailles.

Au moment du travail, quand peu à peu une compréhension s’amorce, prend forme, s’approfondit ; quand dans une confusion peu à peu on voit apparaître un ordre, ou quand ce qui semblait familier soudain prend des aspects insolites, puis troublants, jusqu’à ce qu’une contradiction enfin éclate et bouleverse une vision des choses qui paraissait immuable - dans un tel travail, il n’y a pas trace d’ambition ou de vanité. Ce qui mène alors la danse est quelque chose qui vient de beaucoup plus loin que le « moi » et sa fringale de s’agrandir sans cesse (fut-ce de « savoir » ou de « connaissance ») - de beaucoup plus loin sûrement que notre personne ou même notre espèce.
Alexandre Grothendieck, Récoltes et semailles.

Le livre du célèbre mathématicien sera enfin publié format papier, apprend-on ici.

jeudi 26 juin 2008

Anecdote

J'ai rencontré Jean, enseignant de français en cinquième secondaire, à la sortie hier.

- Tu sais, Gilles, que j'aurai un canon dans ma classe l'an prochain. Ils en installent partout, je crois.
- Tu auras un portable aussi ?
- Ben non !
Puis il enchaîne.
- Il faut que je te raconte une anecdote. Pendant que le technicien installait le canon au plafond de la classe, une élève l'observait. C'est alors qu'elle ma fait la remarque suivante : « D'ici à ce que tous les enseignants sachent se servir de ça, le monde entier sera passé à autre chose. »

Cré Jean ! Nous nous sommes quittés en souriant.

mercredi 25 juin 2008

Nuagerie

mardi 24 juin 2008

Glanures

Dans notre monde humain que chaque génération renouvelle, les analyses ne sont jamais terminées, les synthèses jamais achevées. Il faut donc sans cesse les faire ou les refaire si l'on tient à ce que les vérités qu'elles peuvent à chaque instant révéler restent au milieu de nous. C'est, comme se nourrir, une activité vitale.
Yves Jaigu dans la préface à Délivrance de M. Clavel et Ph. Sollers.

[Il convient] de redonner à la « discussion » sa signification, son rôle, son vrai sens : celui de l'antipolémique, du refus d'être combat pour vaincre et même pour convaincre, afin d'être ce qu'elle est dans tout sa force : une pugnacité révélatrice, une série de raisonnements vécus que rapportent de leurs voyages ces navigateurs que nous sommes tous et qui ont besoin d'un lieu de passage où échanger leurs expériences, leurs visions, leurs découvertes.
Yves Jaigu dans la préface à Délivrance de M. Clavel et Ph. Sollers.

Recueillez dans un flacon au goulot assez large un peu d'air de Culatao (important complexe sidérurgique) et un pet de votre bébé. Achetez une Bicyclette bleue et plongez-vous un temps dans La Brume d'Avallon. C'est la parfaite recette si vous désirez être un auteur qui se vend.
Hilda Hilst citée dans Je hais les écrivains sous l'item Best sellers.

Je me fais fort de démontrer que l'on croit parfois à quelque chose et que pourtant on n'y croit pas.
Lichtenberg, cité par E. Morin dans son Autocritique.

Le privilège d'apprendre est rarement célébré avec les fastes qu'il mérite.
Catherine David, La Beauté du geste.

En mathématique comme au tai-chi-chuan et au piano, [l'erreur] participe du style de chacun, de cette indéfinissable singularité qui rend un port de tête aussi reconnaissable qu'une voix, un regard ou une signature.
Catherine David, La Beauté du geste.

Les êtres, tant spirituels que matériels, ayant quelques propriétés générales comme l'existence, la possibilité, la durée, l'examen de ces propriétés forme cette branche de la philosophie qu'on nomme l'ontologie, ou science de l'être, ou métaphysique générale.
D'Alembert, Encyclopédie cité dans Les mots de la philosophie d'Alain Lercher.

La religion fait partie de la culture, non comme dogme, ni même comme croyance - comme cri.
Maurice Merleau-Ponty, cité par Grateloup dans Anthologie philosophique.

vendredi 13 juin 2008

Habitudes de lecture

J'ai été tagué quelques fois et très très rarement je réponds. Mais comment refuser une invitation de Claudio sur les habitudes de lecture ?

Où et quand ?

J'ai trois endroits privilégiés : mon lit, le salon et au petit coin. J'adore m'endormir sur un livre. Généralement, au milieu d'un paragraphe, je sens mes paupières lourdes. Je ferme le livre, la lumière et je dors comme un ange. Le salon, je peux y lire quelques heures en prenant quelques pauses de siestes de 10 à 15 minutes. Certaines personnes m'ont déjà dit que lire les endormait.
-Alors dormez ! Vous serez en mesure de reprendre votre lecture peu après.
Aux toilettes : des livres à textes courts.

Comment je choisis mes lectures ?

De moult manières.
Généralement, je pars avec quelques idées en tête, idées pigées surtout sur Internet via les quelques blogues littéraires que je suis.
Par mes visites chez les libraires du coin, je navigue parmi les nouveautés; je retrouve parfois un auteur que je connais; je feuillette et décide. Je visite attentivement les rayons philosophie, livres de poche, sciences et la section des dictionnaires. Je visite aussi les bouquinistes.
J'ai tendance à lire en étoile : d'un auteur qui en cite un autre, ce dernier ayant subi l'influence de quelque autres, etc., je parcours des parcours. Serait-ce que je choisis non pas des lectures, mais des auteurs ? Toujours est-il que je prends toujours de temps de fouiller un peu le personnage qui se cache derrière l'écriture.
J'achète aussi beaucoup sur Abebooks. Je fouille sur une idée, tombe sur des livres, et les commande !
Quand on me propose un livre, s'il ne s'agit pas d'un best-seller du moment, j'essaie de l'obtenir.

Quel style de lecture ?

Sur Au fil de mes lectures, vous trouverez tout ce que je lis. Mais je suis extrêmement attiré par le roman, les essais, la philo, les sciences. J'aime aussi les ouvrages de référence. Je ne lis pas les journaux et peu de revues. La poésie manque terriblement à mon bagage littéraire.

Qu'est-ce que j'attends de mes lectures ?

Du plaisir. Seulement du plaisir. Lire, c'est « s'embuller ».

Mes petites manies ?

Je note toutes les phrases qui m'attirent particulièrement. Dans la page, je fais un petit point dans la marge tout à côté de la phrase, et note le numéro de la page au début du livre. Le tout se retrouve sur Au fil.
J'ai trois pièces dans ma petite maison remplie de bibliothèques et de ses 5000 livres. C'est un peu fouilli, mais je retrouve généralement ce que je cherche. J'aime être entouré de livres. Ils forment souvent quelques piles tout autour de mon bureau de travail.
Avant de commencer une lecture, je feuillette assez fébrilement le livre. J'observe le nombre de pages, de chapitres. Je consulte l'index, la table des matières et je lis la quatrième de couverture. Y a-t-il des illustrations? Je lis les épigraphes. Je vérifie la fiabilité de la reliure.

Comme la règle précise qu'il faut passer au suivant, en voici trois dont je lirais avec plaisir les habitudes de lectures :

F. Guité. D'abord parce que c'est le meilleur édublogueur du Québec et possiblement du monde francophone. Mais surtout parce qu'au travers certains de ces commentaires, on sent qu'il ne se contente pas de fouiner le web, mais qu'il est aussi un lecteur attentif de livres.
MissMath : Mais que lit donc un prof de math du Cégep ?
A. Cotte : Blogueur plutôt silencieux ces derniers temps. Mais ses intérets au regard de la lecture m'intéresse.

PS. Que ces trois aimables personnes se sentent bien aise de rejeter l'offre !

mercredi 28 mai 2008

HighSlide

On trouve de belles choses en naviguant. Highslide JS est un Javascript à essayer.

mardi 27 mai 2008

Du moi au toi

Récemmment, j'ai pu expérimenter un TBI. Et je reste sur mes positions : un ordinateur et un canon suffisent. Et puis, il y a un grand avantage à ces derniers : on peut rester à l'écran pendant qu'un élève fait les manipulations à la souris à l'ordi. Hier, dans une classe EHDAA à Papineauville, je me suis rendu compte que les élèves comprennent encore mieux de cette manière. Je fais mes sparages à l'écran en indiquant avec le doigt où cliquer puis l'élève-aide-prof s'exécute, se trompe, se corrige. Les autres voient les erreurs et ne sont pas portés à les reproduire. Ou, s'ils les répètent, savent comment se corriger.

Le TBI est un bel outil d'enseignant, mais je préfère de loin observer les élèves manipuler l'ordinateur.


Quelques élèves de l'école Du Boisé de Gatineau
travaillant dans Scratch.

dimanche 25 mai 2008

Matière à réflexion

Le frappant Did you know ? en français. Merci au blogue Inclassables mathématiques pour l'info.

jeudi 22 mai 2008

32

22 mai 1976 - 22 mai 2008
32 ans de mariage heureux avec la femme la plus belle et la plus intelligente du monde.

mardi 20 mai 2008

Sur les ailes d'un ange...

Bien aimé mon petit trip à Québec aujourd'hui. C'était la première fois, depuis 1970 (un voyage-échange à Vancouver) que je prenais l'avion.

Parce que je veux rester de bonne humeur, je ne parlerai pas de ma rencontre au MELS, mais j'ai tout de même eu le temps de bouquiner un peu.

Alfred North Whitehead : L'immortalité ;
Bertrand Russell : Histoire de mes idées philosophiques ;
Edgar Morin : Itinérance ;
Sapoval : Universalités et fractales ;
Hervé Barreau : L'épistémologie ;
Penrose : Les deux infinis et l'esprit humain ;
Fernando Savater : Sur l'art de vivre ;
Oscar Wilde : Aphorismes;
Richard Dawkins : Pour en finir avec Dieu.

lundi 19 mai 2008

Quotidienneries

Je voulais essayer Blogger. Je me suis inscrit et depuis 26 jours maintenant, j'écris un petit mot sur mon quotidien. C'est mon défi : prendre au moins cinq minutes par jour pour déposer une pensée, un sentiment, un geste, un petit rien quoi !

J'ai relu mes 26 jours. Constatation de tous diaristes : si je n'avais pas jeté sur web quelques pensées, elles seraient à jamais perdues. Tout de même, je m'étonne. De cette étonnement qu'on trouve dans ce Prévert. Mais ici, c'est soi-même qu'on voit monter dans l'autobus.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 >