Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

mardi 29 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 148

Il faut une grâce particulière pour reconnaître, dans des parents par alliance, des parents.

Le détachement est la plus haute des sérénités.

Ah ! que c'est bon de croire en un être sans que le doute le plus malin puisse rencontrer la moindre fissure !

On se donne presque toujours soi-même la peine de se ruiner.

Les regrets de l'amour peuvent durer jusqu'au nouvel amour.

Imaginer! c'est aller partout, c'est supposer tout, c'est frôler tout, c'est voir tout, c'est colorer tout, c'est partir triste et revenir gai, pauvre et rentrer riche.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

lundi 28 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 147

Les souvenirs se promènent dans la mémoire et nichent dans le coeur.

Par moments, on dirait que le soir se recueille ; il a quelquefois l'air d'être ému.

Allons au-devant des devoirs, sachons attendre les honneurs.

Les choses qui se vendent, comme elles font valoir celles qui se donnent !

L'énergie n'a pas besoin de public pour être.

La vieillesse a l'air de s'excuser en venant chez certains êtres, tant elle arrive doucement; mais elle reprend vite son pas.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

2013.4

J'ai lu cet article Épreuve obligatoire. J'ai pensé écrire un billet pour dénoncer cette ridicule pratique d'obliger des élèves à passer des examens standardisés. Peut-être l'écrirai-je ce billet... mais il faut dire que la motivation manque légèrement. Ma carrière en éducation se termine dans quelques mois, et je dois laisser tomber plusieurs batailles qui, finalement, n'auront rien donné. Je n'en suis pas amer ; il faut laisser la place aux plus jeunes... même si je les trouve tellement conformistes !
Cette petite «épouserie» m'a bien fait sourire :

Hier j'ai été faire mon travail hebdomadaire de grand-maman bénévole dans la classe d'Estéban ( 8 ans ) pour aider à réaliser un petit projet [Scratch] de cartes de St-Valentin en dessins animés à l'atelier d'informatique.
Un de ses camarades de classe voulait faire un dessin animé de zombies. Son enseignante a remis en question ce projet : « Un zombie dans une carte de St-Valentin?? Pas sûre que ce soit une bonne idée ! »
Le petit a persévéré et a fait dire à son zombie : « T'es beau à croquer ! »

Marie (Facebook)

Échecs.

J'ai annulé une partie extrêmement difficile contre Michel Desjardins. Vous pouvez la rejouer avec mes annotations juste là !

Par ailleurs, j'ai suivi toute la semaine le fameux Tata Steel. Carlsen est absolument brillant. Il a remporté le tournoi avec un stupéfiant score de 10/13. Toutes les parties apparaissent sur mon blogue.

Côté lecture, j'entreprends Move first, think later de Willy Hendriks.

Famille

En fin de semaine, c'était les 80 ans de ma belle-maman. Nous avons fait le voyage à Montréal. C'était la première fois que je prenais l’autoroute 50 depuis son ouverture récente. De Buckingham, «normalement» cela demande un bon 2 heures. Mais là, le trajet s'est fait en 1 h 40 !

Toute ma belle-famille était réunie, et ce fut vraiment bien : Les «Burroughs/Maisonneuve» sont tous très sympathiques, mais c'est tout de même moi qui ai épousé la plus jolie ! Mes beaux-frères pourraient peut-être contester cette affirmation ; évidemment, ils ne sont pas objectifs...

Tata Steel 2013

TATA STEEL 2013

Groupe A

Site officiel


Classement final.
Cadence : 100:50:15+30spc(1)
POSJoueur12345678901234Points
1Carlsen, Magnuspion½1½½111½½1½1110
2Aronian, Levon½pion½011½½½11½½1
3Karjakin, Sergey0½pion½½½½1½11½½18
4Anand, Viswanathan½1½pion½½½1½0½11½8
5Leko, Peter½0½½pion½½1½½½1½1
6Nakamura, Hikaru00½½½pion½½½111½½7
7Harikrishna, Pentala0½½½½½pion11½0½½½
8Van Wely, Loek0½000½0pion½1½1116
9Giri, Anish½½½½½½0½pion½01½½6
10Wang, Hao½001½0½0½pion1½1½6
11Hou, Yifan000½½01½10pion½½1
12Caruana, Fabiano½½½000½00½½pion115
13L'Ami, Erwin0½½0½½½0½0½0pion½4
14Sokolov, Ivan000½0½½0½½00½pion3


Choisissez une partie :

dimanche 27 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 146

Quand il nous parle, un fat a toujours l'air de nous asperger de son indulgence.

Une promesse peut être honnête, mais elle devient facilement friponne.

La cendre d'un beau rêve n'est jamais froide.

Les hautes visions n'arrivent qu'à un corps chaste.

Le talent peut être mondain, le génie est solitaire.

Les faux artistes courent les rues, les vrais restent sur la colline.

Vieillir n'est rien à côté de voir vieillir ceux qu'on aime.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

samedi 26 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 145

Ce qui nous reste toujours, c'est de nous taire.

Porte bien la vieillesse, il y a pire.

Le génie nous donne l'emportement, que le travail doit équilibrer.

En avril, comme elles sont jolies, les premières feuilles ! elles ressemblent à des fillettes en robes courtes.

On a le regret bien plus long que n'a été le désir.

Il est plus dur que le service militaire, celui du monde.

Un mondain en égratigne toujours un autre.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

vendredi 25 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 144

Aimons à pardonner, pour être sûr de pardonner assez.

Méfie-toi du premier moment, c'est un farceur.

L'impression est la lueur de la pensée.

Commander à ses sens, c'est d'un grand capitaine.

L'ennui est une insuffisance.

Tant de gens veulent jouir avant le temps, commencer le repas par le dessert.

Qu'elle est fausse, la louange! et elle remue quand même.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

jeudi 24 janvier 2013

Desjardins-Jobin : 1/2-1/2

Michel Desjardins [1911]- Gilles Jobin [1762]
Qualification Élite Pom
Gatineau, 22 janvier 2013



Un grand merci au superbe script PGN-VIEWER trouvé sur Chess Tempo.

De toutes les Paroisses, page 143

Il est des nerfs qui ne supportent pas les fleurs ; certains chagrins n'aiment pas les caresses.

Tout pouvoir pense à lui, songeant à peine à nous, ce qui se voit, hélas ! même entre deux époux.

On a tant d'empressement avec la bourse des autres, et tant de généreuses intentions avec leur argent !

Sans s'effrayer de sa longue route, la patience peut la trouver longue.

Les femmes prennent souvent le chemin de l'amitié dans l'espoir d'y rencontrer l'amour.

Tout ce qui se tait ne consent pas.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mercredi 23 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 142

Il est des gens qui font si sèchement leur devoir, que ce devoir ressemble à un pensum qu'ils s'infligent.

La demande la plus audacieuse est la plus surprise d'un refus.

Le succès est un mauvais échanson, il verse souvent à côté.

On aime généralement jusqu'à une certaine hauteur ; ceux qui la dépassent sont des fous ou des anges.

Certains vieux nobles intransigeants me font l'effet de vieux matelas qui ont besoin d'être recardés.

Il n'est pas absolument nécessaire d'aimer la vie, il l'est de savoir s'en servir.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

mardi 22 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 141

Il ne faut à certaines gens qu'un petit ruban de plus pour devenir morveux.

Quel esprit différent entre celui qu'il faut pour commencer et celui qu'il faut pour finir!

Certains vers ne résistent pas à une seconde lecture : des fleurs revues le lendemain.

Un don dont on se souvient ressemble plus à un prêt qu'à un don.

Les jeunes se regardent, les vieux s'examinent.

Comme toutes les barques, toutes les intentions sont chavirables.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

lundi 21 janvier 2013

De toutes les Paroisses, page 140

L'espoir croit ce qu'il promet : c'est son honnêteté.

J'aime à marcher dans un chemin désert, pour rapprocher deux solitudes.

Que de choses l'on supporterait si l'on était regardé !

On se grise de silence, comme on se grise d'opium.

Les illusions enguirlandent la jeunesse, caressent l'âge mur, et expirent aux pieds de la vieillesse.

Promesses ! monnaie avec laquelle les hommes s'acquittent.

Anne Barratin, De toutes les Paroisses, Ed. Lemerre, Paris, 1913

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 >