Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

vendredi 11 novembre 2005

École idéale

Légèrement modifiée, mon intervention suite à une question lancée sur le forum du PEI-ESHG par un enseignant de ce groupe :
L'école secondaire idéale?
D'abord, il faudrait supprimer tous les programmes obligatoires. Fini le français, les maths, et le reste... Pour moi, l'important n'est pas ce qu'on apprend. Il s'agirait plutôt d'être constamment en état d'apprentissage. D'ou je crois que l'école idéale serait celle où les élèves apprenent ce qu'ils ont le goût d'apprendre. Le reste est sans importance.
Puis, en cinquième secondaire, on « drillerait » les élèves qui désirent aller au Cegep dans des programmes ayant des exigences particulières de manière à ne pas empêcher lesdits élèves d'y accéder. Évidemment, on ne «drill» que ceux qui en font la demande et qui sont prêts à entrer dans le « système scolaire ».
Autrement dit, mon école secondaire idéale est celle qui est totalement centrée sur les élèves, et non sur les besoins de la société.
Bon, on ne peut pas réaliser cela immédiatement. On pourrait peut-être commencer par supprimer les mathématiques? J'ai déjà écrit un billet là-dessus...
J'avoue que mon idée de driller les élèves en cinquième secondaire est peut-être un peu excessive. Mais il me semble que si, pendant quatre ans, nos chers enfants en ont profité pour apprendre ce qu'ils avaient le goût d'apprendre, alors ils auront certainement développé ce qui m'apparaît extrêmement rare dans notre société : le plaisir d'apprendre. Et alors, s'ils désirent vraiment poursuivre à un niveau dit supérieur, c'est qu'ils auront choisi d'apprendre par plaisir ce qu'on y enseigne.

Question à régler : un enfant de 11-12 ans sait-il ce qu'il veut apprendre ? Ne serait-il pas essentiel que la première année du secondaire soit consacrée à l'apprentissage du « vouloir apprendre » ?

La philosophie

Qu'est-ce d'ailleurs que la philosophie, sinon une fidélité extrême à la pensée?
Annie-Pier Quevillon sur le Philoblogue , 10 nov. 2005

mardi 8 novembre 2005

Efficacité

« Ceux-là seuls qui se prosternent comme des esclaves devant le réussite peuvent trouver que l'efficacité est admirable indépendamment de l'accomplissement auquel elle tend. »
Bertrand Russell, Pourquoi je ne suis pas chrétien, Paris, 1964.


samedi 5 novembre 2005

Joli néologisme

Infobésité, très beau mot.

Via Affordance.info

Audeguy et les nuages

La théorie des nuagesPas facile de choisir un livre. La multitude de choix donne le tournis car, parmi ces choix, il y en a tant qui semblent intéressants. C'est ainsi qu'en me baladant autour du promontoire des quasi-nouveautés, je tombe sur ce titre qui, immédiatement, attire mon attention : La théorie des nuages. La quatrième de couverture nous apprend qu'il s'agit là du premier roman de Stéphane Audeguy (né en 1964). Je le feuillette rapidement et quelques phrases lus ça et là m'indiquent que ce bouquin me ferait passer un heureux moment de lecture. Coût : près de 30$. Hésitation. Je le remets sur son promontoire, bien en place.

J'hésite.

Je quitte la librairie.

De retour à la maison, je sens un manque. Pourquoi diable n'ai-je pas acheté ce bouquin ? Bien sûr, j'ai déjà tant à lire. Bien sûr, c'est un nouvel auteur qui n'a pas encore fait ses preuves. Bien sûr, c'est 30$... Mais toutes ces raisons m'apparaissent faibles.

Heureusement, pouvant m'arrêter chez un libraire la semaine suivante, je l'ai acheté.

Qu'en dire ? C'est l'histoire très particulière d'un célèbre couturier japonais qui collectionne les livres sur les nuages et qui demande à une jeune bibliothécaire de les classer. On apprend la petite histoire des premiers hommes qui se sont intéressés à la catégorisation des nuages. Audeguy a une belle plume (voir quelques citations sur Au fil de mes lectures) et j'ai passé un heureux moment avec ce roman. Vers la fin du livre, j'ai fait un lien vers le Kuhn. Page 280 : « Au Centre météorologique, elle rencontre régulièrement les meilleurs spécialistes européens de la météorologie moderne; en les écoutant, en les questionnant, Virginie Latour comprend que Richard Abercrombie n'est pour eux qu'une figure pittoresque et pathétique, de la préhistoire météorologique; ce qu'un alchimiste est à la chimie moderne. Car pour ces informaticiens, ces mathémématiciens, ces géographes, la Science est ce qui se fait ici et maintenant; on connaît vaguement les grands précurseurs. Le reste n'existe pas, n'existe plus. »

vendredi 4 novembre 2005

4 ans

Il ne parlait pas beaucoup.
Je sens terriblement son absence.

Il ne donnait pas de leçons.
Je sens terriblement son absence.

Je le vois encore, parfois, sur sa bicyclette.
Illusionné, pendant un instant, j'ai cru qu'il s'arrêterait
Juste pour me voir.
Mais non, ce n'est pas lui.
C'est un autre qui lui ressemble.
Un autre qui aime se balader sur deux roues.
Il passe son chemin.
Je sens terriblement son absence.

Papa s'est arrêté.
Je pleure toujours.
Je continue.
Je sens terriblement son absence.

lundi 31 octobre 2005

Edublogueurs

Suite à ce billet de François, je me suis inscrit sur la carte Édublogueurs.

samedi 29 octobre 2005

Victor Hugo en 1878

Les extraits suivants sont tirés du « Discours d’ouverture du Congrès littéraire international de 1878 » de Victor Hugo.

« L'industrie cherche l'utile, la philosophie cherche le vrai, la littérature cherche le beau. L'utile, le vrai, le beau, voilà le triple but de tout l'effort humain ; et le triomphe de ce sublime effort, c'est, messieurs, la civilisation entre les peuples et la paix entre les hommes. »

« Qu'est-ce que la littérature ? C'est la mise en marche de l'esprit humain. Qu'est-ce que la civilisation ? C'est la perpétuelle découverte que fait à chaque pas l'esprit humain en marche ; de là le mot Progrès. On peut dire que littérature et civilisation sont identiques. »

« Les peuples se mesurent à leur littérature. »

« La littérature, c'est le gouvernement du genre humain par l'esprit humain. »

« Constatons la propriété littéraire, mais, en même temps, fondons le domaine public. »

« Le livre, comme livre, appartient à l'auteur, mais comme pensée, il appartient — le mot n'est pas trop vaste — au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l'un des deux droits, le droit de l'écrivain et le droit de l'esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l'écrivain, car l'intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous. »

« Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout ; enseignez, montrez, démontrez ; multipliez les écoles ; les écoles sont les points lumineux de la civilisation. »

« L'ignorance est un crépuscule ; le mal y rôde. Songez à l'éclairage des rues, soit ; mais songez aussi, songez surtout, à l'éclairage des esprits. »

« Je l'ai dit ailleurs, et je le répète, toute la sagesse humaine tient dans ces deux mots : Conciliation et Réconciliation ; conciliation pour les idées, réconciliation pour les hommes. »

« On désarme mieux son ennemi en lui tendant la main qu'en lui montrant le poing. »


Lianes

Discours complet.
Citations de Victor Hugo sur Au fil de mes lectures.
L'article sur Framasoft m'ayant incité à rechercher ce discours sur le web.

jeudi 27 octobre 2005

Citations politiques

Pour ceux qui ont un intérêt pour les citations politiques et qui ne sont pas trop importunés par des bandeaux annonceurs clignotants, ce site devrait vous plaire. Pour quelques dollars, il est possible de télécharger en format PDF la collection complète.

mercredi 26 octobre 2005

Avant le gel

[Il] lui avait enseigné qu'il y avait deux sortes d'humains: ceux qui choisissaient la ligne droite, la plus courte, la plus rapide, et les autres, qui cherchaient le détour ouvrant sur l'imprévu, les courbes et les dénivelés.
H. Mankell, Avant le gel, Seuil/policiers, 2005, p. 76.


Mankell? Je ne le connaissais pas avant d'en entendre que des bons mots lors d'un dîner de conseillers pédagogiques à Terrebonne en mai 2003. Mes expériences du polar se limitant à du A. Christie (who-done-it), je m'étais alors dit qu'il était peut-être temps de m'attarder un peu plus sur ce genre littéraire. Et j'ai tout bouffé de cet auteur suédois. L'avantage du polar est de vous faire passer un bon moment sans avoir à vous casser la tête. Avant le gel répond fort bien à cette attente. Pour ceux qui connaissent déjà le commissaire Wallander, vous serez enchantés d'apprendre que c'est sa fille Linda qui tient le haut du pavé. En effet, Mankell fera tourner ses prochains polars autour de ce personnage qui, vous vous en rendrez vite compte, ressemble point pour point à son cher père : même mauvais caractère, même détermination, mêmes intuitions...

Si je me fie au éditions du Seuil, ils prévoient sortir au moins trois autres Mankell dont Profondeurs, Le Retour du professeur de danse et Tea Bag. Aucune date n'est précisée quant à ces parutions.

Lianes :
Mankell sur Au fil de mes lectures.
Les éditions du Seuil. C'est dommage à dire, mais voilà l'un des pires sites de maisons d'édition...

mardi 25 octobre 2005

Ministre insultant

« Ce n'est pas la formule gagnante de boycotter le rêve des enfants. »
Jean-Marc Fournier, ministre de l'Éducation, Matinternet : manchette du 25 octobre.

Dire que ce sont mes taxes qui payent le salaire de ce ministre. Son mépris pour le personnel enseignant me donne mal au coeur car ce que je vois chaque jour, ce sont des enseignants et des enseignantes qui travaillent pour que les rêves des enfants, justement, se réalisent.

dimanche 23 octobre 2005

Albert Brie

Albert Brie a signé, au cours des années '70 et '80, une chronique intitulée Le mot du silencieux. Deux compilations rendent compte de cet aphoriste acerbe. Vous ne les trouverez que chez les bouquinistes comme Abebooks. On peut lire en quatrième de couverture du Retour du silencieux (Boréal, 1989) qu'Albert Brie «maîtrise l'art difficile de la formule courte qui fait réfléchir sans assommer, qui fait sourire et même rire tout en visant juste.» Je partage cet avis. On trouve peu d'information sur le web concernant cet auteur québécois né en 1925, mais ici, on apprend qu'il a été l'un des scénaristes des Enquêtes Jobidon, une émission que je suivais assidûment dans ma jeunesse!

J'ai déjà plusieurs citations de M. Brie sur Au fil de mes lectures provenant de vieilles découpures du Devoir. Vous en trouverez plusieurs autres au cours des prochaines semaines car je termine tout juste Le mot du silencieux (Fides, 1978).

En voici d'ailleurs quelques extraits autour du thème de la politique.

Pour défendre sa langue, la parlant français doit être vigilant ; l'Anglais pour faire usage de la sienne n'a qu'à être là où il se trouve.

Quand un discours politique a de l'élévation, de la vigueur, de l'élégance, de la tenue, détrompons-nous ! ce n'en est pas un.

Tous les politiciens sont opportunistes ; les plus habiles le sont au moment opportun.

Il ne mentait pas ce député qui lançait à ses électeurs : « Ma porte est toujours ouverte. » Il se gardait bien d'ajouter qu'il n'était pas dans la pièce.

La plupart des gens qui se passionnent pour les luttes électorales ne portent ordinairement aucun intérêt à la vie politique dans son cours normal. En cela, ils suivent l'exemple de bon nombre de politiciens qui s'agitent avec fureur durant un ou deux mois que dure la campagne électorale. On les trouve abîmés dans un sommeil comateux pour les trois ou quatre ans qui précèdent le prochain match.

Et une citation utile à Mme Marois.
Mon sentiment est qu'il faut voter pour le meilleur homme, surtout si c'est une femme.

En politique, s'expliquer c'est mentir, mais en beaucoup plus de mots.

Récemment, un sondage indiquait qu'une majorité de Québécois pense que les politiciens sont menteurs. Voici ce qu'en disait M. Brie en 1978:
Il est bien admis que les politiciens pratiquent couramment le mensonge. Si l'un d'eux prend l'habitude de dire la vérité, le peuple peut aller jusqu'à se demander si cet original ne manque pas à son devoir professionnel.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 >