Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

samedi 4 mars 2006

JRI, 1992

«Ne dites plus informatique, dites inFORMEatique; le fait que les traitements possibles et prescrits sont toujours formels ou formalistes. Nous voilà au coeur même de l'informatique et, sans doute, au centre de ce qui en fait la culture : l'informatique est une quête incessante pour débusquer le sens sous la forme, c'est une entreprise d'enfermement dans la forme de ce que nous appelons le sens. Plus personne ne devrait demain sortir de l'enseignement obligatoire sans, au moins avoir perçu cela à propos de l'informatique. » (Ch. Duchâteau)
À lire absolument, « Peut-on définir une culture informatique ? » de Charles Duchâteau. Cet article est paru dans le Journal de Réflexion sur l'Informatique en octobre 1992 ! La revue semble aujourd'hui défunte, le web ne signalant aucun article postérieur à 1996.

vendredi 3 mars 2006

pdftotext

Le format PDF, ce n'est que du papier à l'écran. Et, donc, très difficile à manipuler. Sous Linux, si l'application XPDF est installée (urpmi xpdf), vous pouvez très facilement convertir vos fichiers PDF en format TXT. Il suffit, en ligne de commande, de lancer : pdftotext FichierOrigine.pdf FichierSortie.txt, et le tour est joué. N'oubliez pas pdftotext --help pour quelques options intéressantes.
Exercice : Essayez la commande sur le PDF du MELS !

mercredi 1 mars 2006

Portail, quand tu nous tiens...

On peut lire ici :

« Jacques Sansfaçon, directeur des Services des ressources en technologie de l'information et des communications de la CSDN, est convaincu que ce portail va révolutionner la façon de faire l'école. "On va enfin réussir l'intégration de la technologie dans l'enseignement ", dit-il. »

Wow !!! Encore un directeur des technologies qui pense qu'afficher les devoirs et leçons sur le web, donner accès aux bulletins, y consulter son agenda, etc, c'est intégrer les technologies à l'enseignement...
C'est l'fun que l'Infobourg ait obtenu les droits de reproduire cet article du SOLEIL de Québec : c'est une jolie pub pour le portail GRICS.

mardi 28 février 2006

Somnambule

« À vouloir nous expliquer le fond de notre être par des résidus que la vie du jour dépose sur la surface, [le psychanalyste] oblitère en nous le sens du gouffre. Dans nos cavernes, qui nous aidera à descendre ? Qui nous aidera à retrouver, à reconnaître, à connaître notre être double qui, d'une nuit à l'autre, nous garde dans l'existence. Ce somnambule qui ne chemine pas sur les chemins de la vie, mais qui descend, toujours descend à la quête de gîtes immémoriaux. »
Gaston Bachelard, La poétique de la rêverie, p. 128, Quadrige n°62

jeudi 23 février 2006

PhiloBlogue

La semaine dernière, j'ai rendu visite aux élèves de Mario Cyr dans sa classe de philosophie (cinquième secondaire). J'ai trouvé absolument fascinant l'art d'écouter et d'intervenir des élèves. Ils émettaient des opinions réfléchies et bien argumentées. Ils étaient capables de contredire leurs compagnons, tout en gardant un grand respect dans leurs propos. Et, surtout, ils réfléchissaient par eux-mêmes! Y aurait-il donc de l'espoir en éducation au Québec?

Entre autres, la discussion a tourné autour de l'utilisation du Philoblogue. Tout ça pour alimenter un peu plus l'atelier que j'anime à l'Aquops en avril. Mon idée n'est pas encore faite quant à l'utilisation scolaire des blogues. Par exemple, j'ai grand-peur qu'on utilise ce nouvel outil avec un contrôle enseignant tel, que plus aucun élève ne veuille y entrer des billets. Un peu comme ces conseillers pédagogiques dans les années 80 qui ont complètement dénaturé le langage LOGO en proposant des séquences d'enseignement strictes. J'ai peur qu'on écoeure les élèves avec ça, qu'on en fasse du scolaire plate. Heureusement, ce n'est pas le cas en ce qui concerne le PhiloBlogue.

Mais quand je lis Edgar Morin :
L'apprentissage de l'auto-observation fait partie de l'apprentissage de la lucidité. L'aptitude réflexive de l'esprit humain, qui le rend capable en se dédoublant de se considérer lui-même, cette aptitude que certains auteurs comme Montaigne ou Maine de Biran ont admirablement exercée, devrait être chez tous encouragée et stimulée. Il faudrait enseigner de façon continue comment chacun produit le mensonge à lui-même ou self-deception. Il s'agirait d'exemplifier sans cesse comment l'égocentrisme auto-justificateur et la bouc-émissarisation d'autrui conduisent à cette illusion, et comment y concourent les sélections de la mémoire qui éliminent ce qui nous gêne et enjolivent ce qui nous avantage (ce pourrait être par l'incitation à tenir un journal quotidien et à y réfléchir sur les événements vécus.)
La tête bien faite, p. 57, Seuil, 1999.
je ne peux qu'appuyer encore plus ma conviction qu'il y a « quelque chose à faire là ».

Je suis extrêmement fier qu'un cours de philo se donne dans une classe de ma CS. Et je ne peux que déplorer que cette pratique ne soit pas généralisée dans la province. Car, comme le dit encore Morin :
La philosophie n'est pas une discipline, c'est une puissance d'interrogation et de réflexion qui porte non seulement sur les connaissances et sur la condition humaine, mais aussi sur les grands problèmes de la vie. Dans ce sens, le philosophe devrait partout stimuler l'aptitude critique et autocritique, ferments irremplaçables de lucidité, et partout encourager à la compréhension humaine, tâche fondamentale de la culture.
La tête bien faite, id. p.59.

Bravo à Mario, bravo à ses élèves et longue vie au Philoblogue.


mardi 21 février 2006

Ce grand besoin de catégoriser...

Élève: J'existe car je suis évalué.
Enseignant: J'existe car j'évalue.
Directeur d'école: J'existe car j'ordonne d'évaluer.
Ministère de l'éducation: Rien n'existe hormis l'évaluation.
Ernest Abbé

La droite se cache toujours [...] derrière la restauration des savoirs et des évaluations.
Monique LaRue


Sur la liste privée du RÉCIT, une petite discussion sur les échelles de niveaux de compétence. On semble rechercher des échelons pour situer un enseignant relativement au développement de sa compétence TIC. Mon commentaire :

Hum... il faut se demander à qui et à quoi servent les échelles. Si on compare avec les échelles de niveaux de compétence du primaire, par exemple, c'est d'abord un outil d'enseignant permettant à ce dernier de situer l'élève au niveau de sa progression. Et, il faut bien le dire, au primaire, ce qui n'est pas le cas au secondaire, les échelles sont non prescriptives. Cela signifie entre autres, qu'au primaire, les échelles sont un outil pédagogique de plus dans la boîte à outils de l'enseignant, alors qu'au secondaire, elles serviront au classement des élèves.

Pourquoi un professionnel aurait-il besoin d'échelons ? (Pour le salaire, c'est l'fun, mais encore là avec le gouvernement Charest, échelle ou pas, c'est merdique).

Prenez votre cas personnel : avez-vous besoin d'une échelle quelconque de niveaux de compétence pour vous situer. Ou encore, aimeriez-vous que votre boss vous évalue à l'aide d'une échelle? Comment vous sentiriez-vous ???

Et bien, c'est pour ça que les échelles, je n'en veux pas. Je me mets à la place des enseignants, et je vois les super conseillers pédagogiques arriver avec les jolis échelons pour les classer et les catégoriser. C'est pas ma job de faire ça. De plus, si les patrons veulent les évaluer (les catégoriser), c'est à eux de se construire leurs propres outils d'évaluations.

Quant à l'autoévaluation, ne me faites pas rire : Y' A PERSONNE QUI FAIT ÇA ! Et surtout pas avec des échelles. À moins que vous aimiez répondre à des questionnaires genre Châtelaine. Un être intelligent s'autorégule, et c'est suffisant.

Non, des échelles, je n'en ai vraiment pas besoin, ni dans ma vie, ni dans ma job.

mercredi 15 février 2006

Les Tic qui font tiquer

Sur la liste Edu-Ressources, Robert Bibeau écrit :
« 4 millions d'internautes québécois (de tous âges) en 2005.
64 % des québécois utilisent Internet couramment....
Le Québec se situe au 9e rang des sociétés les plus branchées (189 pays recensés).
Plus de 90 % des foyers ayant un enfant d'âge scolaire possède un ordinateur branché à Internet.

Le ratio élèves/ordinateur est maintenant 6 élèves /1 ordinateur ce qui permet à chaque élève d'avoir accès à l'ordinateur plus de 4 heures / semaine à l'école.
98,6 % des écoles sont branchées à Internet et 54 % sont branchées à haute vitesse...

Alors la fracture numérique est minimale pourrait-on penser.

Pourquoi ces ordinateurs branchés ne servent-ils que 50% du temps scolaire, la même proportion qu'il y a dix ans ?
Pourquoi les élèves déclarent-ils avoir accès à l'ordinateur que 1 à 2 heures / semaine à l'école ? Et ces proportions diminuent depuis deux ans ??? »
Ma réponse :

Vous promenez-vous dans les écoles? Les ordinateurs vieillissent. Dans bien des cas, tout est contrôlé par les services informatiques; le pédagogue n'a rien à dire, et, s'il se mêle de faire des demandes, on le fait poiroter et on lui donne toutes sortes d'explications bidons pour ne pas améliorer les choses. Encore cette semaine, une enseignante me rapportait son expérience avec un tech :

- Je suis sur tel site en Flash que j'aimerais bien utiliser avec mes élèves, mais le son ne fonctionne pas ...
- Bof, ton ordinateur n'a pas assez de mémoire!
- Ah... Pourtant, j'arrive à voir l'animation.
- (soupir) C'est la mémoire, c'est certain.
- (Timidement) Ça pourrait pas être les speakers?
- (re-soupir) Mais non, c'est la mémoire et y'a pas d'argent pour mettre à jour. Vis avec c'que t'as.

Après que le tech. ait quitté, l'enseignante, incrédule, essaya des speakers provenant d'une autre machine... Tout était bien fonctionnel.

Autre cas (toujours cette semaine...)

-Pourrais-tu jeter un oeil sur le canon, il ne fonctionne plus.
-Je l'ai regardé la semaine passée, et il fonctionne très très bien.
Le lendemain, spectacle dans la salle publique. On installe le canon. Il ne fonctionne pas. On appelle le tech. Il a pris une heure, en bougonnant, à le faire fonctionner.... Évidemment, faut pas généraliser, mais des histoires comme celles-là, j'en entends depuis des années.

Je suis bien tanné de voir qu'en 2006, on bloque des ports, on limite l'accès à certains sites, on empêche le clavardage, on bloque le courriel hotmail, etc. Conclusion : Les jeunes, ils font de l'informatique en dehors de l'école, parce qu'à l'école, ça vaut pas grand'chose. Et, je tiens à le souligner, ce n'est pas la faute des enseignants. J'en connais de TRÈS allumés, qui auraient pu (et voulaient) développer la compétence TIC chez les élèves, mais qui, devant les niaiseries (et là, je suis gentil) du système, ont complètement décroché.

C'est aux gestionnaires à réagir s'ils tiennent vraiment au développement scolaire de la compétence TIC. Sinon, qu'on arrête les chichis des bien-pensants et qu'on la supprime du programme de formation.

Pour moi, il n'y a qu'une et une seule solution : que tout le pédagoTIC passe par les services pédagogiques et non les services informatiques. Que les services pédagogiques soient entièrement responsables/imputables de l'absence (la présence???) du développement de la compétence TIC à l'école. Mais, il faut bien le dire, aujourd'hui, tout le monde s'en contre-fiche car personne ne prend la réelle responsabilité de l'échec lamentable des TIC en éducation.

mardi 14 février 2006

L'intégration des matières

Les mathématiques sont une invention humaine, inspirée par notre capacité innée à étudier avec précision des idées abstraites, alors que la physique a pour objet le monde matériel, que nous n'avons absolument pas créé. Le rapport entre la logique interne et la logique de la création matérielle paraît tout à fait gratuit.
Heinz Pagels, L'Univers Quantique.


En présentant le projet de bâtir avec quelques enseignants une situation complexe d'apprentissage et d'évaluation en mathématique, un directeur d'école m'a lancé, hargneux : «J'espère que tu vas intégrer les sciences à la situation, car ça, c'est réforme ! Et les sciences et les maths, ça va ensemble !» ... Je commence vraiment à m'aimer : je n'ai pas réagi.

Ce lieu (lien) commun maths <=> sciences m'a toujours déplu. En fait, je pense qu'intégrer les sciences aux maths n'est vraiment pas quelque chose à faire systématiquement. L'inverse m'apparaît cependant logique : intégrer les maths aux sciences. En sciences, les maths peuvent (et généralement sont) un outil de premier ordre. Quand on intègre les maths aux sciences, on ne défait pas la pensée scientifique. Cette dernière est habituellement basée sur l'induction appuyée par une (la ?) méthode scientifique. Les maths sont alors un outil qui permet d'articuler cette pensée. En ce sens, on «intègre» (je préfère le mot «utilise») les maths aux sciences.

Mais comment intégrer les sciences aux maths ? Franchement, je ne vois pas trop. Les maths sont d'abord déduction, rigueur et communication serrée de la pensée.

Par exemple, le scientifique qui observe : (1 - 3 - 5 - 7 - 9) pourra induire que le nombre suivant est 11. Le bon mathématicien, quant à lui, ne pourra rien déduire sinon qu'il peut trouver une loi qui justifierait n'importe quel nombre à la suite. Amener l'élève vers une découverte mathématique par le biais d'une expérience scientifique est corrompre l'idée de déduction en la faisant d'abord passer par l'induction. Pour le mathématicien, l'expérience de laisser tomber 1 million de fois une balle ne démontre pas que la prochaine fois, la balle tombera. Autrement dit, le fondement de la pensée scientifique est à mon sens trop différent du fondement de la pensée mathématique pour introduire celle-ci par celle-là. Au regard des mathématiques, il est plus aisé d'intégrer le français (en s'assurant de la rectitude du langage parlé ou écrit) ou l'histoire (en s'assurant que l'enfant comprenne l'origine historique et culturelle de la pensée mathématique.)

dimanche 12 février 2006

Hachette : notes et maximes



Notes et maximes, c'est une collection deux fois défunte chez Hachette.

Dans la seconde moitié des années 20, la librairie Hachette a publié une série de petits livres (une soixantaine de pages) dans lesquels un auteur nous livrait ses notes et maximes au regard d'un thème particulier. Il y avait :

L'Argent par Abel Bonnard
L'Amour par Paul Géraldy
Le Sport par Jean Giraudoux
La Politique par Louis Latzarus
La Province par François Mauriac
La Conversation par André Maurois
La Mode par Francis de Miomandre
Le Voyage par Paul Morand
Le Mariage par Jean Rostand
La Littérature par Fernand Vandérem
La Chance par Étienne Rey.


À l'intérieur de certains de ces livres, l'éditeur mentionne parfois comme « à paraître » L'Amitié par Jacques Chardonne, mais, à mon avis, ce livre n'a jamais été publié. La Mode est le seul titre manquant toujours à ma collection.

Le théâtre par Émile Fabre fait bande à part. Il fut publié en 1936 et, contrairement aux autres livres de la collection, il fait plus de 160 pages.

Dans les années 60, Hachette renouvelle la collection en demandant à d'autres auteurs des « notes et maximes » sur des thèmes parfois déjà traités dans la première collection. La collection comprend :

L'Amour par Marcelle Auclair
La Chance par Paul Guth
Le Théâtre par Pierre Descaves
Le Sport par Paul Vialar
Le Voyage par Paul Morand (réédition)
La Conversation de André Maurois (réédition)
Le Mariage de Jean Rostand (réédition)
La Télévision d'André Brincourt
La Province de François Mauriac (réédition)
Le Pouvoir de Maurice Druon
La Peinture d'Henri Perruchot
L'Amitié de Philippe Soupault.

Apparemment, l'éditeur avait l'intention de publier La Politique par Edgar Faure, mais je n'arrive pas à savoir si le livre a réellement vu le jour, car aucune trace de sa parution ne semble exister sur le web.

Il serait intéressant que les éditions Hachette reprennent l'idée en publiant des notes et maximes d'auteurs contemporains. Puisque sur le site de l'éditeur, il est impossible de trouver une quelconque trace de cette collection, je vais sans doute leur envoyer un courriel manifestant mon intérêt pour une troisième série des Notes et Maximes !

En attendant, vous trouverez plusieurs extraits sur Au fil de mes lectures :  Latzarus (La Politique), Auclair (L'Amour), Descaves (Le Théâtre), Vialar (Le Sport), Maurois (La Conversation) [Le livre qui m'a lancé à la découverte de la collection], Druon (Le Pouvoir), Perruchot (La Peinture) et finalement Soupault (L'Amitié).

samedi 11 février 2006

RSS - AFDML



Depuis plusieurs mois, je tournais autour de la création d'un fil RSS pour Au fil de mes lectures. C'est maintenant chose faite. Le fil permet à mes visiteurs de suivre les mises à jour du site.

Je me suis largement inspiré de cet excellent tutoriel : Créer un fichier RSS pour mutualiser du contenu. Cela m'a demandé à peine une petite heure pour réussir cette syndication. J’emploierai cette même technique pour mutualiser les situations d'apprentissages du Cyberfolio.
MAJ 12 février : En modifiant le site (entre autres, par l'affichage, au hasard - le premier visiteur du jour procédant à la création aléatoire - de 5 citations quotidiennes), je viens d'ajouter un second fil pour donner accès à ces aphorismes du jour.

vendredi 10 février 2006

J.T.

Ah ! voilà enfin l'explication ... Il a les cheveux tellement longs qu'il ne voit plus les rondelles. J'espère que son médecin aura une autre solution à lui proposer.

lundi 6 février 2006

En Verve

Je viens tout juste de recevoir un nouvel arrivage : six livres de la collection En Verve (éd. Horay). Chacun contient 125 pages remplies de citations d'un auteur spécifique. On trouve aussi une courte présentation dudit auteur par le citateur (celui qui choisit les citations), un index indiquant l'origine des citations et une table des matières. Les citations sont regroupées par thèmes. Véritablement des petis bouquins d'excellente qualité !

Glanages

Faire la charité, c'est bien. La faire faire par les autres, c'est mieux.
On oblige ainsi son prochain, sans se gêner soi-même.
Alphonse Allais

Aimez-vous les inventeurs ? Moi, j'en raffole, alors même qu'ils n'inventent rien, ce qui est le cas de presque tous les inventeurs.
Alphone Allais

- Le mystère de la Sainte-Trinité...
- Dis.
- Ça manque de femmes !
Alphonse Allais

Monsieur Junius Black était cependant assez beau garçon, jeune encore et très propre pour un savant.
George Sand

Il suffit de tromper son mari, il ne faut pas le calomnier.
George Sand

Il faut plus de courage pour vivre en lâche que pour mourir en héros.
Hugo Pratt

Je ne peux pas changer le monde... alors j'essaie d'éviter les injustices et les malentendus qui le gouvernent...
Hugo Pratt

Entre le sarcasme et l'ironie, il y a la même distance qu'entre un rot et un soupir.
Hugo Pratt

L'amour fait des fous, le mariage des cocus, le patriotisme des imbéciles malfaisants.
Paul Léautaud

Ceci encore, également de je ne sais qui : « Les hommes couverts de croix font penser un cimetière. »
Paul Léautaud

Personnellement, je ne sais pas du tout ce qui est beau, mais je sais ce que j'aime et je trouve ça amplement suffisant.
Boris Vian

Militaire : variété d'homme amoindri par le procédé de « l'uniforme » qui est une préparation à l'uniformité du cercueil.
Boris Vian

Le désert est la seule chose qui ne puisse être détruite que par construction.
Boris Vian

Le journalisme est un talent que tout homme de talent a ; le journaliste est une homme qui n'a que le talent du journalisme.
Les Goncourt

L'anecdote, c'est la boutique à un sous de l'Histoire.
Les Goncourt

La femme excelle à ne pas paraître stupide.
Les Goncourt

Notre livre lu avec intérêt par les imbéciles, - un grand symptôme. C'est le succès...
Les Goncourt

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 >