Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

dimanche 29 mars 2015

Langue

Langue

C'est le caractère des grands esprits de faire entendre en peu de paroles beaucoup de choses ; les petits esprits au contraire ont le don de beaucoup parler et de ne rien dire.
La Rochefoucauld

Note du transcripteur.
Réflexions ou Sentences et maximes morales.
Citation exacte : «Comme c'est le caractère des grands esprits de faire entendre en peu de paroles beaucoup de choses, les petits esprits au contraire ont le don de beaucoup parler, et de ne rien dire.»
La nature, qui ne nous a donné qu'un seul organe pour la parole, nous en a donné deux pour l'ouïe, afin de nous appren­dre qu'il faut plus écouter que parler.
Nabi-Effendi

Note du transcripteur.
Traité de morale.
Nabi-Effendi était un poète turc.
«Cette pensée est la même que celle de Caton le censeur, renfermermée dans les deux vers suivants, que Nabi-effendi n,avait certes pas lus :
Os unum Natura duas formavit et aures,
Ut plus audirect quàam loqueretur homo.

(Histroire générale des proverbes, adages, sentences, apophtegmes - C. de Mery.)
Que la langue ne soit pas un fourgon trivial, indistincte­ment chargé de vérités et de mensonges, d'idées nobles et d'idées carnavalesques, cahotant dans une marche emportée et grossière, et faisant commerce de toutes les vulgarités et de toutes les grimaces qui sont les délices de la foule!
Mgr Bertaud

Note du transcripteur.
«Une bénédiction nuptiale» dans «L'enseignement catholique : journal des prédicateurs», 1864.
Qui parle beaucoup dit beaucoup de sottises.
Corneille

Note du transcripteur.
La suite du Menteur, acte 3, sc. 1 (Dorante).
Garde-toi de dire tout ce que tu sais.
Solon

Note du transcripteur.
Cité dans «Morale des philosophes anciens», Paris, 1834.
Le Créateur a enfermé la langue derrière la double muraille des dents et des lèvres pour lui apprendre la discrétion.
Saint Bernard

Note du transcripteur.
Référence inconnue.
Écoute beaucoup, et ne parle qu'à propos.
Bias

Note du transcripteur.
Cité dans «Moralistes Anciens», Paris, 1844.
La langue est la partie du corps par laquelle les médecins connaissent les maladies du corps et les philosophes celle de l'âme.


Note du transcripteur.
Référence inconnue. Cette citation est parfois faussement attribuée à Montaigne.
Que la bouche soit la prison de ta langue.


Note du transcripteur.
Proverbe arabe.
Les grands diseurs ne sont pas les grands faiseurs.


Note du transcripteur.
Proverbe.
La plus mauvaise roue d'un char est celle qui crie toujours.


Note du transcripteur.
Proverbe.
Pèse trois fois tes paroles et sept fois ce que tu écris.


Note du transcripteur.
Sans doute, mais cela demande confirmation, un distique de Lavater :
Pèse trois fois tes paroles et sept fois ce qui tu écris.
Sois toujours vrai, clair, doux, ferme et semblable à toi-même.

Le silence est quelquefois plus que d'or: c'est du radium.


Note du transcripteur.
Sans doute une pensée originale de l'abbé Blanchard.
La langue est sans os: on la tourne comme on veut.


Note du transcripteur.
Proverbe.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

samedi 28 mars 2015

Langage

Langage

La langue, pour tout dire, est la tradition, est le vêtement, plus que le vêtement, le moule, plus que le moule, le corps de la tradition ; elle lui donne tous ses accents et tous ses gestes, ces gestes qui, comme on sait, vont jusqu'à l'âme comme ils en viennent, et finissent par modeler, à leur tour, l'âme qui les inspire.
Emile Faguet

Note du transcripteur.
Les dix commandements : La Patrie.
Citation supprimée des éditions subséquentes.
Sommes-nous déraisonnables quand nous demandons qu'on agisse envers les nôtres dans les provinces anglaises, comme nous agissons ici envers les minorités enclavées dans notre population?
Thomas Chapais

Note du transcripteur.
Bulletin du parler français au Canada, Vol. 9, 1910-1911.
La langue disparue, adieu la nationalité.
Benjamin Sulte

Note du transcripteur.
L'enseignement du français dans La Revue Canadienne, vol. 22, 1886.
Il faut avoir souci de notre parlure, car noblesse oblige.
É. Littré

Note du transcripteur.
En épigraphe (sans donner la source) au «Premier congrès de la langue française au Canada», 1912.
La syntaxe est, sans contredit, ce qu'il y a de plus nécessaire.
De Wailly

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
C'est presque une position sociale, de nos jours, de parler français à la perfection.
J. Novicow

Note du transcripteur.
En épigraphe (mais sans en donner la source) au «Premier congrès de la langue française au Canada», 1912.
Si la divine Providence a implanté la langue française en Amérique, c'est pour qu'elle y reste, pour qu'elle s'y développe, qu'elle y remplisse son rôle et atteigne à de hautes destinées.
J.-P. Tardivel

Note du transcripteur.
La langue française au Canada, 1901.
Personne ne connaît parfaitement deux langues; sauf de rares exceptions, les gens qui parlent également deux langues les parlent également mal.
Henri Bourassa

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
La langue française, si noble, Si éclatante, formée des sauvages beautés de la Gaule, de la grâce exquise de Virgile et de l'immortelle poésie du chantre de l'Illiade. Elle est la plus belle expression de la pensée philosophique, la langue de la diplomatie, des cours, des académies ; cette langue dont la civilisation vous a confié le dépôt, à qui vous donnez chaque jour un renouveau de vitalité et de splendeur, cette langue que nous possédons bien imparfaitement, mais que nous aimons autant que vous, mes frères de la vieille France.
Adélard Turgeon

Note du transcripteur.
Discours reproduit dans les «Annales de la Société St-Jean-Baptiste de Québec», Vol. 3, 1903.
Le peuple est, en matière de langue, un très excellent maître.
Platon

Note du transcripteur.
Le premier Alcibiade ou de la Nature humaine.
Je vis de bonne soupe et non de beau langage,
Vaugelas n'apprend pas à bien faire un potage.
Molière Les Femmes savantes

Note du transcripteur.
Acte 2, sc. 7 (Chrysale).
Et quelle langue veut-on bannir du domaine où se forment l'esprit et le coeur de l'enfance ? Celle-là même qui est la gardienne de nos croyances et l'instrument de notre culture.
S. E. le cardinal Bégin

Note du transcripteur.
Le texte semble se trouver dans La Revue Canadienne, vol. 15, 1915.
Ce respect (à notre langue), nous y manquons souvent en laissant s'introduire dans notre parler toutes sortes d'expressions parasites, incorrectes ou étrangères au génie de notre idiome. Chasser ces intrus, leur substituer les termes pro­pres, accroître la richesse de notre syntaxe, c'est rendre à notre langage les meilleurs services.
Mgr Paul Bruchési

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
Oui, nous vivrons, et nous chanterons les louanges du Christ et de la patrie dans le doux parler de France, aussi longtemps que le Saint-Laurent roulera ses flots majestueux vers l'océan, que les érables donneront leur doux nectar, que nos écoles et nos collèges classiques donneront à l'Église et à l'État des hommes dignes de ce nom...
Mgr Adélard Langevin.

Note du transcripteur.
Premier congrès de la langue française au Canada, 24-30 juin 1912.
Ah! cette langue que nous avons appris à bégayer sur les genoux de notre mère! Elle est bien digne des sacrifices que nous pouvons faire pour elle ; elle vaut bien la peine que nous bâtissions des académies, des collèges et des écoles, où nos enfants iront apprendre, avec l'anglais dont ils ont be­soin, toutes les beautés du doux parler de France.
Sir Lomer Gouin

Note du transcripteur.
Premier congrès de la langue française au Canada, 24-30 juin 1912.
Si nous voulons apporter à cette cause sacrée tout l'appui qu'elle mérite, il faut aussi développer en nous et chez nos enfants le culte et l'amour de la langue.
Henri Bourassa

Note du transcripteur.
La Langue Française au Canada : Discours pronencé au Monument national, le 19 mai 1915
Un peuple bilingue, dit-on, est un non-sens. Eh bien! nous nous faisons fort de prouver à ceux qui le prétendent que, si le système bilingue est une surcharge pour leur cer­veau, il ne l'est pas pour le nôtre.
L'hon. Juge Constantineau

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
C'est la France, sans doute, qui nous a donné cette belle langue ; mais, je le répète, ce sont les Canadiens qui l'ont conservée.
Jules Tardivel

Note du transcripteur.
La langue française au Canada, 10 mars 1901.
Si nous savons bannir de notre langage tout ce qui est contraire à son génie, tout ce qui est grotesque ou vulgaire, et si nous faisons en sorte que, tout en restant français, il soit bien de chez nous, nous lui aurons donné une force de résistance dont l'anglais ne saura jamais triompher.
Adjutor Rivard

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
Si la langue que nous parlons est quelque peu rugueuse, c'est parce qu'elle a été souvent à la bataille.
Armand Lavergne

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
Si les mères instruites voulaient se surveiller davantage; si celles qui ne le sont pas se donnaient la peine d'apprendre à parler convenablement à leurs enfants, la tâche des maîtres serait réduite de moitié.
Abbé Emile Chartier

Note du transcripteur.
«L'Éducation littéraire et le foyer» dans «La Bonne parole», novembre 1913.
Il est de notre devoir (Canadiens des E.-U.) d'être ci­toyens américains dans toute la force du mot, mais pour cela, quelle raison valable y a-t-il de dire qu'il faille renier le français ?
Louis Cadieux

Note du transcripteur.
L'enseignement du français dans les centres canadiens-français de la Nouvelle-Angleterre, 1912.
Citation retirée des éditions subséquentes.
Si nous voulons du français, c'est à nous d'en mettre.
Mgr Béliveau

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
La langue française chez nous est un fait d'ordre social, politique et religieux, dont ceux qui ne l'aiment pas feraient mieux de prendre leur parti.
Thomas Chapais

Note du transcripteur.
Bulletin du parler français au Canada, Vol. 9, 1910-1911.
Ce sont les mots qui ne justifient rien qui ont le plus de succès en France.
Saint Genest

Note du transcripteur.
Grossière erreur ici de Blanchard qui a confondu signifient et justifient.

La phrase exacte se trouve dans l'article de Saint-Genest «La Femme du Monde ou le «Rallié»», Le Figaro,15 juin 1893.
«Voyez-vous, bon lecteur, le rallié a remplacé «l'orléaniste» d'autrefois; ça ne veut rien dire du tout, mais ce sont précisément les mots qui ne signifient rien qui ont le plus de succès en France.»
Il y a deux langues au Canada, parce que le Canada est dû à la collaboration de deux grandes races la race française qui l'a fondé, évangélisé et civilisé ; la race anglaise qui est venue plus tard, à l'ombre d'un nouveau drapeau, symbole d'une souveraineté nouvelle, travailler à son développement, à son accroissement et à sa prospérité.
Thomas Chapais

Note du transcripteur.
Bulletin du parler français au Canada, vol. 9, 1910-1911.
Citation retirée des éditions subséquentes.
Mais qu'on ne demande pas aux Canadiens français d'abandonner leur langue. Leur langue, c'est leur passé; leur langue, c'est leur avenir ; leur langue, c'est leur race ; leur langue, c'est plus que tout cela : leur langue, c'est leur foi.
Mgr Touchet

Note du transcripteur.
Le Devoir, 20 octobre 1910.

Citation exacte :
M. Bourassa, respectueusement, mais fermement, posa la thèse franco-canadienne. Il est loyaliste. Tous le sont au Canada. Nul ne songe à violer la foi jurée à l'Angleterre... Les Canadiens ont versé leur sang pour la cause de l'Angleterre. Ils en verseraient encore. Mais qu'on ne leur demande pas d'abandonner leur langue.
« Leur langue, c'est leur passé ;
« Leur langue, c'est leur avenir ;
« Leur langue, c'est leur race;
« Leur langue, c'est plus que tout cela:
« Leur langue, c'est leur foi. »


Citation retirée des éditions subséquentes.
Tant qu'un peuple n'est envahi que dans son territoire, il n'est que vaincu ; mais s'il se laisse envahir dans sa langue, il est fini.
Louis de Bonald

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
Un homme qui sait quatre langues vaut quatre hommes.
Charles-Quint

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
Pour un peuple, changer de langue, c'est presque changer d'âme.
Gaston Paris

Note du transcripteur.
La littérature française Moyen Âge, 1888.
Impossible de penser juste lorsqu'on écrit ridiculement.
Mirabeau

Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
On trouve parfois, attribuée à Mirabeau, cette autre citation : « On ne saurait penser juste dans un pays où on parle ridiculement. »

Le moindre solécisme en parlant vous irrite;
Mais vous en faites, vous, d'étranges en conduite.
Molière Les Femmes savantes

Note du transcripteur.
Acte 2, sc. 7 (Chrysale).
La langue fut portée sous Louis XIV au plus haut point de perfection dans tous les genres, non pas en employant des termes nouveaux inutiles, mais en se servant avec art de tous les mots nécessaires qui étaient en usage.
Voltaire

Note du transcripteur.
Précis du siècle de Louis XIV.
Cette citation fut retirée des éditions subséquentes.
Tout Canadien, s'il aime son pays, à quelque degré de la hiérarchie sociale qu'il se trouve placé, parlera toujours le français, et ce ne sera que quand il s'y verra forcé qu'il em­ploiera la langue anglaise.[...] La plus lourde taxe que la conquête nous ait imposée, c'est la nécessité d'apprendre l'anglais. Payons-la loyalement, mais n'en payons que le nécessaire. Que notre langue soit toujours la première. Tenons à parler la première langue de l'Europe, et fortifions, chez nous, ce puissant lien national.
Mgr Laflèche

Note du transcripteur.
Sermon de la Saint-Jean, 25 juin 1866.
Je parle français aux hommes, italien aux femmes, alle­mand aux chevaux, espagnol à Dieu.
Charles-Quint

Note du transcripteur.
Référence inconnue.
Quand il s'agit d'une langue vivante, le chemin de l'usage est plus court que celui des préceptes.


Note du transcripteur.
Abbé d'Olivet, Remarques sur la langue française, 1771.
Citation retirée des éditions subséquentes.
Un mot, c'est le toit d'une maison; il peut n'y avoir rien dessous.


Note du transcripteur.
Une pensée sans doute originale de l'abbé Blanchard.
Cette citation fut retirée des éditions subséquentes.



Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

vendredi 27 mars 2015

Lâcheté

Lâcheté

La sagesse des lâches ressemble à la lumière des torches; elle éclaire mal parce qu'elle tremble.
Hugo

Note du transcripteur.
La citation exacte est : «La lumière des torches ressemble à la sagesse des lâches ; elle éclaire mal, parce qu'elle tremble.»
Les Misérables, 1887.
Quand les honnêtes gens auront l'énergie de l'honneur, les corrompus ne tiendront pas tant de place au soleil.
Emile Augier

Note du transcripteur.
La Contagion, acte 5, sc. 8 (Le tenancier).
Combien de fois une honte criminelle nous a-t-elle fermé la bouche dans des occasions où il fallait s'expliquer hautement!
Bourdaloue

Note du transcripteur.
Mystères : Sermon sur l'Épiphanie.
La citation exacte est : «Combien de fois une honte criminelle vous a-t-elle fermé la bouche dans des occasions où il fallait s'expliquer hautement et parler? »
Cette lâche multitude de prétendus gens de bien docile à toutes les violences du mal...
Louis Veuillot

Note du transcripteur.
Paris pendant le siècle.
La citation : «Mieux vaut encore être la populace crue et sauvage que cette lâche multitude de prétendus gens de bien docile à toutes les violences du mal.»
Les hommes sont des toupies, il ne s'agit que de trouver la ficelle qui s'enroule à leur torse !
Balzac

Note du transcripteur.
Scènes de la vie privée (Modeste Mignon).
Le pire des maux, c'est l'effacement, l'abdication, la complaisance pour les méchants.
Jacques Piou

Note du transcripteur.
“Le moindre mal, nous en mourrons ! le moindre mal peut être le pire des maux. Le pire des maux c’est l’effacement, l’abdication, la complaisance pour les méchants. Il y a quelque chose de pire que le reniement déclaré, c’est l’abandon souriant des principes, c’est le lent glissement avec des airs de fidélité”. (Discours au banquet de la Presse régionale, Paris, 1911)
Tout ce que nous laisserons faire ou ferons au détriment du catholicisme, nous le ferons et le laisserons faire pour le mal­heur de l'influence française dans le monde.
Brunetière

Note du transcripteur.
Discours de combat.
La citation exacte est :
«Tout ce que nous ferons, tout ce que nous laisserons faire contre le catholicisme, nous le laisserons faire et nous le ferons au détriment de notre influence dans le monde, au rebours de toute notre histoire, et aux dépens des qualités que sont celles de l'"âme française."»
La lâcheté des honnêtes gens, c'est ce qui perd tout aujour­d'hui. Je ne dirai pas : c'est ce qui met l'Église sur le bord de la tombe, car elle n'y sera jamais, mais ce qui est capable de l'y mettre.
Mgr Bougaud

Note du transcripteur.
La Passion de Notre Seigneur, Paris, 1865.
Il est moins inquiétant, ce me semble, de voir les ignorants et les méchants faire le mal que de constater que les éclairés et les bons n'ont aucune inclination à faire le bien.
Frédéric Le Play

Note du transcripteur.
Lettre, 22 août 1860.
Citation retirée des éditions subséquentes.
Il y a quelque chose de pire que le reniement déclaré, c'est l'abandon souriant de ses principes, c'est le lent glissement avec des airs de fidélité.
Jacques Piou

Note du transcripteur.
Voir la citation ci-dessus.
Faut-il qu'un si grand coeur montre tant de faiblesse?
Racine Andromaque

Note du transcripteur.
Acte 1, sc. 4 (Andromaque).
La force a fait les premiers esclaves, leur lâcheté les a perpétués.
Rousseau

Note du transcripteur.
Du Contrat social.
Il vous faut des hommes capables de décider les questions sur d'autres motifs que les intérêts personnels ; des hommes qui ne tournent pas, comme les girouettes de nos clochers, à tous les souffles du vent.
Horace Mann

Note du transcripteur.
Conventions.
«Il nous faut des hommes capables de décider les questions sur d'autres motifs que les intérêts personnels; d'élucider les problèmes compliqués que notre civilisation avancée pose impérieusement devant nous; des hommes qui ne tournent pas, comme les girouettes de nos clochers, à tous les souffles du vent populaire, mais qui puisent, comme les montagnes, changer le cours du vent; des hommes qui sachent adresser à ce peuple, non des flatteries, mais des conseils. Notre premier intérêt est de rendre les esprits plus forts et plus droits. Chacun des enfants qui arrivent par milliers à l'existence est capable, avec l'éducation que nous sommes aujourd'hui en état de lui donner, d'ajouter à la somme du bonheur commun, de retrancher au total des misères.»
Cette citation fut retirée des éditions subséquentes.
Les gens faibles sont les troupes légères de l'armée des mé­chants ; ils font plus de mal que l'armée même : ils infestent et ils ravagent.
Chamfort

Note du transcripteur.
Maximes et pensées.
Nous ne rendrons pas seulement compte à Dieu de chacune de nos paroles, mais aussi de plusieurs de nos silences.


Note du transcripteur.
Pensée sans doute originale de l'abbé Blanchard.
Qui ne sait pas dire non n'est pas un homme.


Note du transcripteur.
Proverbe.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

jeudi 26 mars 2015

Justice

Justice

Sans amour, la loi de justice serait stérile.
Secrétan

Note du transcripteur.
Il s'agit peut-être de Henri Secrétan. Mais je n'ai trouvé la référence nulle part.
La justice est le pain du peuple.
Chateaubriand

Note du transcripteur.
Du rétablissement de la censure. (1827)
Chateaubriand poursuit avec : «il en est affamé, surtout en France.»
L'indulgence est une partie de la justice.
Joubert

Note du transcripteur.
Pensées.
Il est certain qu'au jour du jugement on ne nous demandera pas ce que nous aurons lu, mais ce que nous aurons fait; ni avec quelle éloquence nous aurons parlé, mais avec quelle sainteté nous aurons vécu.
L'Imitation de Jésus-Christ.

Note du transcripteur.

Il est plus aisé d'opprimer que de contenir, et d'exercer un acte de violence qu'un acte de justice.
D'Alembert

Note du transcripteur.
Dans une lettre adressée au roi de Prusse datée du 14 décembre 1767,
La justice est le droit du faible.
Joubert

Note du transcripteur.
Citation introuvable dans les Pensées de Joubert.
J'ai pour moi la justice, et je perds mon procès.
Molière Le Misanthrope

Note du transcripteur.
Le Misanthrope, acte 5, sc. 1 (Alceste).
La justice est le pain du peuple; il en est toujours affamé.
Chateaubriand

Note du transcripteur.
Blanchard avait déjà répertorié cette citation. Voir plus haut.
La justice, encore plus que la charité, est le fond de toute société.
Victor Cousin

Note du transcripteur.
Justice et Charité, 1849.
«D'ailleurs, je me hâte de le reconnaître ou plutôt de le répéter : la justice encore plus que la charité, est le fond de toute société, et ce fond est immortel.»
Il faut être juste avant d'être généreux, comme on a des chemises avant d'avoir des dentelles.
Chamfort

Note du transcripteur.
Maximes et pensées.
Il n'est pas permis au plus équitable homme du monde d'être juge en sa cause.
Pascal

Note du transcripteur.
Pensées.
La raison du plus fort est toujours la meilleure.
La Fontaine Le Loup et l'Agneau

Note du transcripteur.

Quand la justice disparaît, il n'y a plus rien qui puisse donner une valeur à la vie des hommes.
Kant

Note du transcripteur.
Doctrine du Droit.
On déshonore la justice, quand on n'y joint pas la douceur; c'est faire mal le bien.
Fénelon

Note du transcripteur.
Correspondance, décembre 1712.
La justice sans force, et la force sans justice: malheurs affreux!
Joubert

Note du transcripteur.
Pensées.
L'inébranlable fondement des États, c'est la justice.
Pindare

Note du transcripteur.
Olympiques, 13, 7.
L'homme juste n'est pas celui qui ne commet point d'in­justice, mais celui qui, pouvant être injuste, ne veut pas l'être.
Ménandre

Note du transcripteur.
Dans «Le Droit de la Nature et des Gens ou Système général des principes les plus importants de la morale, de la jurisprudence et de la politique» (1750), on attribue cette citation plutôt à Philémon, grand rival de Ménandre. Une recherche poussée s'impose pour en trouver l'origine exacte.
Quand Philippe de Macédoine avait à juger une affaire, il tenait bouchée une de ses oreilles, tant que le demandeur parlait, disant qu'il la gardait au défendeur.


Note du transcripteur.
Référence inconnue.
Une âme noble rend justice même à ceux qui la lui refusent.


Note du transcripteur.
Cette citation est généralement attribuée à Condorcet. Je n'ai pas trouvé la référence exacte.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

mardi 24 mars 2015

Juifs

Juifs

Partout où il y a de l'argent, il y a des Juifs.
Montesquieu

Note du transcripteur.
Lettres Persanes.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

lundi 23 mars 2015

Jugement

Jugement

J'aime les paysans ; ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers.
Montesquieu

Note du transcripteur.
Pensées diverses.
On est quelquefois un sot avec de l'esprit, mais on ne l'est jamais avec du jugement.
La Rochefoucauld

Note du transcripteur.
Réflexions ou Sentences et maximes morales.
Il semble que bon nombre d'esprits sans malice se mettent à la torture pour raisonner de travers.
Louis Veuillot

Note du transcripteur.
De quelques erreurs sur la papauté, 1859.
Après l'esprit de discernement, ce qu'il y a au monde de plus rare, ce sont les diamants et les perles.
La Bruyère

Note du transcripteur.
Les Caractères.
Tout le monde se plaint de sa mémoire et personne ne se plaint de son jugement.
La Rochefoucauld

Note du transcripteur.
Réflexions ou Sentences et maximes morales.
Ce n'est pas un si grand avantage d'avoir l'esprit vif, si on ne l'a juste. La perfection d'une pendule n'est pas d'aller vite, mais d'être réglée.
Vauvenargues

Note du transcripteur.
Réflexions et maximes.
C'est une grande misère que de n'avoir pas assez d'esprit pour bien parler, ni assez de jugement pour se taire.
La Bruyère

Note du transcripteur.
Les Caractères.
Avoir de l'esprit sans jugement, c'est, avec le superflu, manquer du nécessaire.
La Bruyère

Note du transcripteur.
Non pas La Bruyère, mais l'abbé Trublet dans ses Essais sur divers sujets de littérature et de morale (1768). La citation exacte est :
«Avoir beaucoup d'esprit et point de jugement, c'est avec le superflu manquer du nécessaire.»
La bêtise est l'absence de l'esprit, mais la sottise est l'absence du jugement.
C.-J.-B. Bonnin

Note du transcripteur.
Pensées.
Sans la justesse d'esprit, il n'y a rien.
Voltaire

Note du transcripteur.
Lettre à madame la marquise du Deffand, 1768.
Que les vertus sont dangereuses
Dans un homme sans jugement!


Note du transcripteur.
Charleval, Épigrammes - Contre un ami imprudent.
Une bonne tête vaut mieux que cent bras.


Note du transcripteur.
Proverbe.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

dimanche 22 mars 2015

Journalisme

Journalisme

Le journal tient pour vrai tout ce qui est probable.
Honoré de Balzac

Note du transcripteur.
Illusions perdues : Un grand homme de province à Paris.
Autrefois, on lisait le journal pour se renseigner, pour s'ins­truire ; on le lit, aujourd'hui, pour se mettre en colère.
Emile Faguet

Note du transcripteur.
La citation exacte, tirée de «Le petit verre» est :
«Ainsi s'est formée toute une classe de lecteurs, pour qui, sans qu'elle le sache, le journal est un succédané de l'alcool, et l'alcool un véhicule de la politique. Par ce fait d'être toujours un peu animé en lisant son journal, on a pris l'habitude et le besoin d'ouvrir un journal pour se donner un quart d'heure d'animation. Autrefois, on lisait pour se renseigner, quelques-uns .même pour s'instruire; aujourd'hui, tout un public, assez considérable, lit uniquement pour se mettre en colère.» (Le Figaro, supplément littéraire, décembre 1894.)
Les libelles contre les grands sont des grains de sable qui ne peuvent aller jusqu'à eux; mais les libelles contre de sim­ples citoyens sont des cailloux qui leur cassent quelquefois la tête.
Voltaire

Note du transcripteur.
Lettre è M. de Maupeou, 1773.
La plupart des abonnés d'un journal trouvent plus com­mode et plus facile de se faire l'écho de leur journal que de faire de lui l'écho de leur pensée. Le rôle de la presse de­vrait cependant être de répéter, et l'emploi de souffleur appartient au public.
Comte de Nugent

Note du transcripteur.
Maximes et pensées choisies (1882).
Un vrai journaliste aime son métier comme la sentinelle aime sa faction, sur le rempart, devant l'ennemi.
L. Fleury

Note du transcripteur.
Historiens, poètes et romanciers par Cuvillier-Fleury, Paris 1865. Citation exacte :
J'aime ce métier de publiciste que j'ai exercé, avant février 1848, comme accessoire d'occupations plus absorbantes; — après février, comme mon principal emploi, à une époque où le plus obscur soldat n'était pas de trop, dans le rang, pour la défense de la société menacée; — et je l'aime encore aujourd'hui, cet ingrat métier, pour le bien que j'y puis faire, pour le mal que je puis empêcher, comme la sentinelle aime sa faction sur le rempart, devant l'ennemi. Nous avons tous, écrivains de la presse quotidienne, des principes engagés dans notre action, des opinions à confesser devant le public, notre seul maître, si nous nous respectons.
Les journalistes font, pour les événements contemporains, ce que font les commentateurs pour les textes de l'antiquité: ils parviennent à obscurcir les points les plus clairs.


Note du transcripteur.
«Pensées diverses» du Comte de Nugent dans Revue Britannique, vol. 1.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

22.03.15

La tricherie aux échecs. Heureusement, des mesures sont prises pour l'éviter.



samedi 21 mars 2015

Joie

Joie

Toutes nos joies sont soudaines; jamais elles ne naissent de la réflexion : on dirait qu'elles ne peuvent entrer dans l'âme que par surprise.
Lamennais

Note du transcripteur.
Mélanges religieux et philosophiques. Pensées diverses.
Le peuple aime ceux qui l'amusent et pardonne à ceux qui le font rire.
Guy de Maupassant

Note du transcripteur.
Sur l'eau.
Le monde est vieux, dit-on; je le crois; cependant
Il le faut amuser encor comme un enfant.
La Fontaine

Note du transcripteur.
Le pouvoir des Fables (livre huitième).
Le passage est bien court de la joie aux douleurs.
Hugo

Note du transcripteur.
Odes et Ballades.
Rien ne fait oublier l'absence d'un plaisir comme la pré­sence d'un autre.


Note du transcripteur.
Antoine-Bauderon Sénecé (1613-1737), Moralité. Autre.
Nos joies les plus pures, naissent souvent de nos douleurs noblement supportées.


Note du transcripteur.
Sans doute une réflexion de Blanchard.
La joie produit souvent les mêmes effets que le chagrin; cela peut aller jusqu'aux larmes.


Note du transcripteur.
James Fenimore Cooper, Le Bravo, traduction Defauconpret.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

vendredi 20 mars 2015

Jeunesse

Jeunesse

Bien fol est qui se fie en sa belle jeunesse.
Ronsard

Note du transcripteur.
Le second livre des Amours.
Le jeune homme, toujours bouillant dans ses caprices,
Est prompt à recevoir l'impression des vices.
Boileau Art poétique

Note du transcripteur.

J'ai vu ces maux et je n'ai pas vingt ans.
Antoine-Louis Le Brun

Note du transcripteur.
Les Maux de la fin du Règne de Louis XIV ou «J'ai vu».
Le Brun (1680-1743) :
J'ai vu l'hypocrite honoré,
J'ai vu, c'est dire tout, le jésuite adoré;1
J'ai vu ces maux sous le règne absurde
D'un prince que jadis la colère céleste
Accorda, pour vengeance, à nos désirs ardents :
J'ai vu ces maux, et je n'ai pas vingt ans.

1Commentaire de Voltaire : «L'auteur du pamphlet des «J'ai vu» a mille fois raison. Le Jésuitisme est le pire mes maux, et l'adoration de la robe, longue ou courte, des Jésuites, la pire des calamités publiques.»
Jeunes, mais qui font lire aisément dans leurs yeux
L'éclatante vertu de leurs braves aïeux.
Corneille

Note du transcripteur.
Le Cid, acte 1, sc. 2 (Le Comte).
La jeunesse est sacrée à cause de ses périls. Respectez-la toujours.
Lacordaire

Note du transcripteur.
Lettre à des jeunes gens.
La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir.
La Fontaine Le Vieux Chat et la Jeune Souris

Note du transcripteur.
La fable se termine ainsi :
La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir.
La vieillesse est impitoyable.
Chaque heure de temps perdu dans la jeunesse est une chance de malheur pour l'avenir.
Napoléon

Note du transcripteur.
Dans son Dictionnaire étymologique historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales (1842), Pierre-Marie Quitard, sous le thème TEMPS, écrit :
Napoléon étant allé un jour visiter une école, dit en sortant aux élèves, dont quelques-uns avaient été interrogés par lui : «Jeunes gens, souvenez-vous bien » que chaque heure du temps perdu est une chance » de malheur pour l'avenir.» Mot remarquable d'un homme qui connaissait toute la valeur du temps.
Avec les jeunes années, le temps des sourires passe.
Dumas père

Note du transcripteur.
La Conscience, acte 1, sc. 8 (Ruhberg).
Je ne sais si ma tête est jeune, mais mon corps est bien vieux ; si je ne m'amusais pas à faire des testaments, je serais bientôt mort d'ennui.
Voltaire

Note du transcripteur.
Lettre à M. le Comte d'Argental, mars 1769.
Que vous ai-je donc fait, ô mes jeunes années,
Pour m'avoir fui Si vite et vous être éloignées!
Hugo

Note du transcripteur.
Les feuilles d'automnes.
Que vous ai-je donc fait, ô mes jeunes années!
Pour m'avoir fui si vite et vous être éloignées,
Me croyant satisfait?
Hélas! pour revenir m'apparaître si belles,
Quand vous ne pouvez plus me prendre sur vos ailes.

Je vous offre des devoirs. Je vous offre une épée, une ar­mure, un fardeau, il est vrai, mais glorieux. Vous avez à choisir d'être l'homme de guerre qui porte le harnais, ou l'homme de tables ou de plaisir qui trébuche sous le poids du vin; vous avez à choisir entre les lassitudes hideuses de l'i­vresse et des fiers contentements du devoir rempli.
Louis Veuillot

Note du transcripteur.
L'Honnête femme.
Mais elle était du monde où les plus belles choses
Ont le pire destin,
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L'espace d'un matin.
Malherbe

Note du transcripteur.
Stances à Du Perrier (1599).
On prétendu que ce vers exquis était une coquille, et que Malherbe avait simplement écrit : «Et Rosette a vécu ce que vivent les roses.»
Cependant il paraît que la fille du du Perrier s'appelait Marguerite. Ce vers est dans tous les cas un souvenir d'Ausone (Idylles, XV) :
Una dies sperit, conficit una dies;
«Un seul jour voit naître et mourir les roses.» (N.=M. Bernardin, Morceaux choisis des classiques français du 17e siècle, Paris, 1891.)
C'est des premiers pas que dépend la carrière.
Gresset Le Méchant

Note du transcripteur.
Acte 4, sc. 4 (Ariste).
Ici-bas tous les lilas meurent,
Tous les chants des oiseaux sont courts:
Je rêve aux étés qui demeurent
Toujours.
Sully-Prudhomme

Note du transcripteur.
Stances et poèmes (Ici-bas, tous les lilas meurent).
Quand on est jeune, on est si vite aimé et on aime si vite.
Lacordaire

Note du transcripteur.
Lettres à des jeunes gens (La Jeunesse - Le Don d'aimer, 2 janvier 1838).
«La jeunesse est un bien beau moment dans la vie. Enfant, on n'a pas assez de sensibilité, ni de connaissances des choses : rien n'est profond. Dans l'âge mûr, on sait trop, on ne plaît plus autant; le cœur, moins sollicité et plus circonspect, ne donne et ne reçoit plus autant. Mais entre vingt et trente ans, que de séve! quelle plénitude! on est si vite aimé et on aime si vite!»
La poésie fait pleurer aux deux extrémités de la vie jeunes, d'espérance, et vieux, de regret.
Lamartine

Note du transcripteur.
Les confidences.
«La poésie n’a pas d’écho plus sonore et plus prolongé que le cœur de la jeunesse où l’amour va naître. Elle est comme le pressentiment de toutes les passions. Plus tard, elle en est comme le souvenir et le deuil. Elle fait pleurer ainsi aux deux époques extrêmes de la vie : jeunes, d’espérances, et vieux, de regrets.»
Il faut prier sur une tombe,
Il faut veiller sur un berceau.
Victor Hugo

Note du transcripteur.
Odes et Ballades.
Je suis jeune il est vrai, mais aux âmes bien nées
La valeur n'attend pas le nombre des années.
Corneille Le Cid

Note du transcripteur.
Acte 2, sc. 2 (Rodrigue).
Tout le plaisir des jours est en leurs matinées;
La nuit est déjà proche à qui passe midi.
Malherbe

Note du transcripteur.
Stances (Sur le mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche).
Le premier pas, mon fils, que l'on fait dans le monde,
Est celui dont dépend le reste de nos jours.
Voltaire

Note du transcripteur.
L'Indiscret, sc. 1 (Euphémie).
La jeunesse est l'âge où l'on ne doute de rien, parce que c'est l'âge où l'on ne se doute de presque rien.
Gounod

Note du transcripteur.
Discours à l'Académie des Beaux-Arts, 20 octobre 1883.
La jeunesse : temps de bonheur et de grâce où les larmes sèchent comme des ondées de printemps.


Note du transcripteur.
Cette citation serait de Henry Gréville (pseudonyme d'Alice Marie Céleste Durand, 1842-1902). Mais je n'en connais pas la référence exacte.
Quand on est jeune, les jours sont des louis d'or qu'on gaspille comme des sous ; quand on est vieux, les jours sont des sous qu'on économise comme des louis d'or.


Note du transcripteur.
Référence non trouvée.
Donnez au jeune homme tant de nobles passions qu'il n'y ait plus de place dans son coeur pour les mauvaises!


Note du transcripteur.
Cette citation est parfois attribuée à Bossuet. Je ne peux confirmer qu"il en est bien l'auteur.
Il est un livre que sans cesse
Je prends et lis quand je suis seul;
Ce livre aimé, c est ma jeunesse;
Sa reliure est un linceul.


Note du transcripteur.
Poème de Jules de Prémaray cité dans «Le Petit Journal», novembre 1861.

« II est un livre que sans cesse
Je prends et lis, quand je suis seul;
Ce livre aimé, c'est ma jeunesse;
Sa reliure est un linceul.

Là, dorment, tandis que je veille,
Mes amis des vertes saisons;
Tout doucement je les réveille,
Ils se lèvent... et nous causons. »
Dans une jeune fille nous admirons ce qu'elle est; dans un jeune homme, ce qu'il promet d'être.


Note du transcripteur.
Sans doute une réflexion de Blanchard.
Les roses tombent, les épines restent.


Note du transcripteur.
Proverbe.
As rosas caem, os espinhos ficam.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

jeudi 19 mars 2015

Jeu

Jeu

L'enseigne est à la porte des maisons de jeu ; on y lirait presque, Ici l'on trompe de bonne foi.
La Bruyère

Note du transcripteur.
Les Caractères.
Il est trois portes à cet antre:
L'Espoir, la Folie et la Mort.
C'est par la première qu'on entre
Et par les deux autres qu'on sort!
Enseigne qui conviendrait à une maison de jeu

Note du transcripteur.
Cité, sans nom d'auteur, mais sous le titre «Pour une maison de jeu» dans le Tableau des la Poésie Française de V.-P. Laurens, 1858.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

mercredi 18 mars 2015

Jésuites

Jésuites

C'est une vérité désormais historique que tous les ennemis de l'Église abhorrent la Compagnie de Jésus.
Garcia Moreno

Note du transcripteur.
Defensa de los Jesuitos.
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 >