citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 23 novembre 2014

La certitude, quel que soit son bord, engendre le fanatisme. Elle n'engendre pas que lui, mais elle l'engendre immanquablement. Voyez les Croisés, les Inquisiteurs, aussi bien que les révolutionnaires athées : tous ont haché menu, brûlé, guillotiné, sûrs de bien faire. Au fond, le doute est le seul contrepoids aux folies humaines. C'est la raison, le doute.
Laurence Cossé (Le coin du voile, p.228, Éd. Gallimard nrf, 1996)

L'espoir dans l'action est la charité, de même que la beauté en action est le bien.
Miguel de Unamuno (Le sentiment tragique de la vie, trad. Marcel Faure-Beaulieu, p.239, Idées/Gallimard n°68)

La conscience doit faire partie de l'image du monde ! Et la science n'a même pas encore commencé à travailler dans cette direction...
Andrei Linde (L'inflation chaotique de l'univers, p.357, in La Complexité, vertiges et promesses, Le Pommier/Poche, 2006)

Elle n'a jamais terminé de cartographier mes frontières.
Marie Desplechin (Sans moi, p.187, Coll. Points n° P681)

Ah ! que l'hymen paraît charmant
Quand l'époux est toujours amant !
Mais jusqu'ici la chose est neuve :
Que l'on verrait peu de maris,
Si le sort nous avait permis
De les mettre à l'épreuve !
Marivaux (L'Épreuve, p.224, Éd. des Loisirs, 1947)

Épictète du jour

La première et la plus nécessaire partie de la philosophie est celle qui traite de la pratique des préceptes ; par exemple : il ne faut point mentir. La seconde, est celle qui en fait les démonstrations : pourquoi il ne faut point mentir. Et la troisième, celle qui fait la preuve de ces démonstrations, en expliquant en quoi consiste une démonstration, et ce qui en fait la vérité et la certitude ; elle définit ces différents termes : démonstration, conséquence, opposition, vérité, fausseté. Cette troisième partie est nécessaire pour la seconde, et la seconde pour la première ; mais la première est la plus nécessaire de toutes, et celle où il faut s'arrêter et se fixer. D'ordinaire, nous renversons cet ordre ; nous nous arrêtons entièrement à la troisième ; tout notre travail, toute notre étude, est pour la troisième, pour la preuve, et nous négligeons absolument la première, qui est l'usage et la pratique. Il arrive par là que nous mentons ; mais en revanche nous sommes toujours prêts à bien prouver qu'il ne faut pas mentir.
Pensées, LXXX.