citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 1er septembre 2016

L'état d'une collection révèle le bien-être de son propriétaire [...]
Jennifer Allen (Préface à «Je déballe ma bibliothèque» de W. Benjamin, trad. Philippe Ivernel , p.9, Rivages poche, n°320)

Est-ce que c'est possible qu'on soit un lâche quand on a choisi les chemins les plus dangereux ? Peut-on juger une vie sur un seul acte ?
Jean-Paul Sartre (Huis Clos, Livre de Poche n° 1132, p.72)

Prenez bien garde au premier mouvement des passions ! Leur élan est rapide, si on nele refrène à temps ! Il nous entraîne en aveugles à des forfaits ineffaçables ! Tel est l'empire abolu d'une passion ; elle absorbe toutes les autres ; elle s'empare de toues les avenues du coeur ; c'est une furie qui nous possède et qui nous fait agir en furies, qui nous rend insensibles à la pitié, à la conscience, et quand son oeuvre est faite, plus que jamais impitoyable, elle nous livre en pâturage è tous ces sentiments qu'elle avait suspendus sans les étouffer, aux tortures de la compassion, du remords, du désespoir !
Ann Radcliffe (Les mystères du château d'Udolphe, série 2, trad. N. Fournier, p. 245, Michel Lévy frères, 1864)

Au long de la rivière
je n'ai vu aucun pont - 
ce jour est sans fin
Masaoka Shiki (Haiku, trad. Corinne Atlan et Zéno Bianu, p.29, nrf, Poésie/Gallimard, 2002)

[...] tout bon propriétaire est porté à exagérer les fautes des personnes qui font mine d'en vouloir à ses capitaux.
Auguste Villiers de l'Isle-Adam (Les brigands, p.172 Contes Cruels, éd. Classiques Français.)

Épictète du jour

Crois-tu que je t'appellerai laborieux quand tu passeras les nuits entières à étudier, à travailler, à lire ? Non, sans doute. Je veux savoir à quoi tu appliques cette étude et ce travail. Car je n'appelle pas laborieux un homme qui veille toute la nuit pour voir sa maîtresse : je dis qu'il est amoureux. Si tu veilles pour la gloire, je t'appelle ambitieux. Si c'est pour gagner de l'argent, je t'appelle intéressé, avare. Mais si tu veilles pour cultiver et former ta raison, et pour t'accoutumer à obéir à la nature et à remplir tes devoirs, alors seulement je t'appelle laborieux, car voilà le seul travail digne de l'homme.
Entretiens, Livre IV, XVII.