citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 25 février 2017

Le trop d'expédients peut gâter une affaire ;
On perd du temps au choix, on tente, on veut tout faire.
N'en ayons qu'un, mais qu'il soit le bon.
Jean de La Fontaine (Le Chat et le Renard, p.260, in Fables complètes, France Loisirs/Garnier Frères, 1962)

Soyez juste: des rois c'est le devoir suprême.
Antoine Houdar de La Motte (Inés de Castro, acte 5, sc. 4 (Inès), 1723)

Quand une femme consent à vous quitter, soyez sûr qu'elle sait où aller.
Alfred Bougeard (Pailles et poutres, cité dans Journal Amusant, 24 mars 1877, n° 1073)

La lecture encombre la mémoire et empêche de penser.
H.G. Wells (Le joueur de croquet, trad. Marie Tadié, p. 24, Folio n° 1909)

Quand j'entends les hommes et les femmes dire : « Autrefois je croyais en les hommes, je n'y crois plus à présent. », j'ai envie de leur objecter : « Qui êtes-vous, vous que le monde a déçus ? N'avez-vous pas plutôt déçu le monde ? La confiance a toujours les mêmes raisons d'être. Il ne vous faudrait qu'un peu d'amour, à vous qui vous plaignez, pour qu'elle prît racine. »
Henry David Thoreau (Journal, trad. R. Michaud et S. David, p.95, Mercure de France, 2002 )

Épictète du jour

Quand tu es seul, tu dis que tu es dans un désert. Quand tu es dans le grand monde, tu dis que tu es au milieu des brigands, des voleurs, des fourbes. Tu te plains de tes parents, de ta femme, de tes enfants, de tes amis et de tes voisins. Eh ! si tu étais raisonnable, quand tu es seul, tu dirais que tu es en repos, en liberté, que tu jouis de toi-même, et que tu es semblable à la divinité. Et quand tu es dans le monde, au lieu de te chagriner et d'appeler cela embarras, tumulte, tu l'appellerais une fête, ou des jeux publics, et tu serais toujours content.
Entretiens, Livre I, XXXVI.