citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 05 mai 2016

Dans tous les êtres, notamment dans l'homme, deux forces se manifestent : la concentration du moi, qui intervient par la naissance, et sa dispersion, qui intervient par la mort.
Edmond Thiaudière (La Proie du Néant (Notes d'un pessimiste), p.219, Paul Ollendorff, 1886)

Ce matin c'est l'automne -
à dire ces mots
je me sens vieillir
Kobayashi Issa (Haiku, trad. Corinne Atlan et Zéno Bianu, p.118, nrf, Poésie/Gallimard, 2002)

La grande fatigue de l'existence humaine n'est peut-être en somme que cet énorme mal qu'on se donne pour demeurer vingt ans, quarante ans, davantage, raisonnable, pour ne pas être simplement, profondément soi-même, c'est-à-dire immonde, atroce, absurde. Cauchemar d'avoir à présenter toujours comme un petit idéal universel, surhomme du matin au soir, le sous-homme claudicant qu'on nous a donné.
Louis-Ferdinand Céline (Voyage au bout de la nuit, p.418, Folio n°28)

Périssent les beautés aux empires fatales,
Qui des nobles vertus indignement rivales,
Plongent les jours des rois dans l'oubli flétrissant,
Et n'osent s'illustrer qu'en les avilissant!
Louis Poinsinet (Briséis, acte 3, sc. 6 (Briséis), 1759)

[...] c'était autour [des ténèbres] que son corps avait grandi, tel l'arbre qui prend le fil de fer barbelé dans son tronc afin qu'à jamais il en soit blessé et déchiré et que la sève en coule comme du sang.
Deon Meyer (Jusqu'au dernier, trad. Robert Pépin , p.194, Seuil/Points P1072)

Épictète du jour

Ne te dis jamais philosophe, et ne débite point de belles maximes devant les ignorants ; fais plutôt ce que ces maximes prescrivent. Par exemple, dans un festin, ne dis pas comment il faut manger, mais mange comme il faut. Et souviens-toi qu'en tout et partout Socrate a ainsi rejeté toute ostentation et tout faste. Des jeunes gens allaient le prier de les recommander à d'autres philosophes, et il les leur conduisait, souffrant ainsi, sans se plaindre, le peu de cas qu'on faisait de lui.
Pensées, LXXII.