citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 30 juillet 2015

Ah ! les gens bienfaisants sont les vrais égoïstes.
Edouard Pailleron (Le second mouvement, p.277, in Théâtre complet 1, éd. Calmann-Lévy.)

Vouloir mettre un frein à la femme, c'est vouloir endiguer les flots. Chimère étrange ! l'amour, parce qu'il est le produit du hasard, se fixe où il lui plaît, et non où le demande la raison.
Félix Lope de Vega (La Petite Niaise, acte 3, sc. 4 [Inès] in Les chefs-d'oeuvre du théâtre espagnol ancien et moderne, tome 1, p.87, trad. Clément Rochel, Garnier-Frères, 1900)

Et les gens dont les diplômes ont couronné de longues études ont en général des orteils beaucoup plus délicats que les autres.
Jo Nesbø (L'homme chauve-souris, trad. Élisabeth Tangen et Alexis Fouillet , p.284, Folio/Policier n°366, 2002)

Un être humain ? Ils sont tous ennuyeux. Je préfère la compagnie des chiens.
Leo Perutz (Le Miracle du manguier, trad. Jean-Jacques Pollet , p.88, 10|18 n°2904)

JEAN. - Nous sommes du même âge.. la guerre m'a vieilli !
PLESSIERS. - Quelle plaisanterie ! La guerre ne vieillit personne ! Elle tue les uns et rajeunit les autres, en réduisant leurs devoirs à un seul : obéir ! Il y a là comme une malice du destin qui rabat plus aisément ainsi son troupeau de victimes vers le néant...
Edmond Guiraud (Le Bonheur-du-jour in La Petite Illustration, p.14, 19 février 1927)

Épictète du jour

La santé est un bien, la maladie est un mal. -- Faux langage. User bien de la santé, c'est un bien, en user mal, c'est un mal. User bien de la maladie, c'est un bien, en user mal, c'est un mal. On tire le bien de tout, et de la mort même. Ménécée, fils de Créon, n'en tira-t-il pas un grand bien, quand il se sacrifia pour sa patrie ? Il témoigna sa piété, sa magnanimité, sa fidélité, son courage. S'il avait été attaché à la vie, il aurait perdu tout cela, et il aurait montré les vices contraires : ingratitude, impiété, pusillanimité, infidélité, manque de courage. Défaites-vous donc de vos dieux de boue, et, pour être libres, ouvrez les yeux à la vérité.
Entretiens, Livre III, XXXVIII.