citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 24 mai 2015

Périsse le mortel aux forfaits aguérri,
Qui, prompt à déchirer le sein qui l'a nourri,
Du remords dans son âme étouffant le murmure,
À la soif de régner immole la nature!
Étienne-Joseph-Bernard Delrieu (Démétrius, acte 2, sc. 9 (Antiochus), 1815)

[...] cette évidente nécessité sans laquelle aborder une femme, pour un homme, trahit la préméditation.
Christian Oster (Dans le train, p.8, Éd. de Minuit, 2002)

Les hommes sont des valets de chambre... S'il y en a un qui a l'air d'un maître, il y en a d'autres qui en crèvent de vanité... mais... ceux qui ne s'inclinent devant rien sont dans les prisons ou sous terre... et la prison ou la mort pour les uns... ça veut dire la servilité pour tous les autres...
Georges Bataille (Le Bleu du Ciel, p.85, 10|18 n°465)

Les hommes au pouvoir ne doivent jamais attendre que les sentiments qu'on leur témoigne soient totalement désintéressés. Les gens, lorsqu'ils s'inclinent devant eux, cherchent toujours sur le tapis quelque miette de puissance à y ramasser.
Maurice Druon (Le pouvoir, p.78, Hachette (Notes et maximes), 1964)

La Fortune fournit les occasions, mais c'est l'homme qui les exploite. Il y a un art de savoir faire rendre à la chance son maximum, qui consiste avant tout dans une adaptation immédiate aux circonstances nouvelles nées en dehors de votre volonté.
Étienne Rey (La Chance, p.18, Libairie Hachette (Coll. Notes et Maximes), 1928)

Épictète du jour

Si jamais il t'arrive de te tourner vers les choses du dehors dans le but de plaire à quelqu'un, sache que tu es déchu de ton état. Qu'il te suffise donc, en tout et partout, d'être philosophe. Et si de plus tu veux le paraître, contente-toi de le paraître à tes propres yeux, et cela suffit.
Pensées, XXXII.