citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 18 janvier 2020

[...] en proportion de leur nombre, les Écossais et les Irlandais - les Celtes - fournissent plus d'artistes. Mais c'est peut-être que , leur pays étant plus pauvre, ils consacrent plus de temps à penser au lieu de gagner de l'argent.
Pierre Mille (dans la préface du livre de Chesterton Le club des métiers bizarres, éd. Gallimard)

Rien n'est vide; car le vide n'est rien et ce qui n'est rien ne peut être.
Mélissos (Les penseurs grecs avant Socrate, trad. Jean Voilquin, p.110, Garnier-Flammarion n° 31)

Pour toute chose, il y a deux temps - le temps qui convient et le temps qu'on a laissé passer.
Sten Nadolny (La découverte de la lenteur, trad. Jean-Marie Argelès, p.36, Grasset/Les Cahiers Rouges n°261)

Il y a deux personnes absolument indispensables en ce bas mode [...]. La sage-femme et le fossoyeur. L'une accueille, l'autre raccompagne. Entre les deux, les gens se débrouillent.
Joël Egloff (« Edmond Ganglion & fils », p.21, Folio n°3485)

L'infini environne toutes les intelligences comme l'univers entoure la terre ; mais, aux yeux du sens commun, il revêt sur tous les points l'apparence du fini, de même que les espaces célestes prennent la forme d'une voûte d'azur. Il faut le travail du philosophe et de l'astronome pour démontrer que ce n'est là qu'une illusion.
Adolphe Pictet (Une course à Chamounix, p.173, Benjamin Duprat, 1838)

Épictète du jour

Je suis préteur en Grèce. -- Toi préteur ? Et sais-tu juger ? Où as-tu donc appris cette science ? -- J'ai la patente de César -- Et si César t'avait envoyé une patente pour juger de la musique, à toi qui n'en as jamais appris une note, qu'en ferais-tu, et à quoi te servirait-elle ? Mais je passe là-dessus. Je te demande seulement par quelles voies tu as obtenu ta charge. Qui te l'a procurée ? A qui as-tu baisé la main ? A quelle porte as-tu couché ? A qui as-tu fait des présents ? Par quelles bassesses, par quelles indignités, par quelles faussetés l'as-tu achetée ?
Entretiens, Livre III, XII.