citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 28 juillet 2015

Dans les dernières années de l'Ancien Régime « un débat très vif oppose deux courants éducatifs majeurs : l'un, inspiré des philosophes, place l'enfant au coeur du système, l'enfant dont la nature est la référence principale ; l'autre, issu de la tradition chrétienne, donne aux connaissances la première place, celle de Dieu, des langues françaises et savantes, des belles-lettres et des sciences. Dans cette éducation, il n'est pas aberrant de soumettre l'enfance, de la contraindre pour l'élever, la libérer de ses mauvais penchants et nourrir son esprit»  (M. Grandière, L'Idéal pédagogique en France au dix-huitième siècle.)
Pierre Billouet (Comment se peut-il qu'un enfant soit bien élevé par qui n'a pas été bien élevé lui-même (Rousseau), p.23, Pleins feux, coll. Variations, 2004)

C'est affreux de connaître le secret d'un autre et de ne pas pouvoir l'aider.
Anton Tchékhov (Oncle Vania, Folio n° 521, trad. Génia Cannac et Georges Perros, p.222)

[...] Indulgents ou sévères,
Je crois à la vertu dans tous les caractères,
Quand, malgré sa mollesse ou malgré sa raideur,
On sait à ses devoirs asservir son humeur.
Antoine Vincent Arnault (Les Vénitiens, acte 1, sc. 2 (Capello), 1798)

Enlever ce qui est excès de chair pour l'individu est enlever ce qui est excès d'hérédité pour l'eugéniste.
Dominique Doucet (Ne cesse pas de sculpter ta propre statue (Plotin), p.24, Éd. Pleins Feux, coll. Variations, 2005)

La vertu du malheur n'est pas l'humilité.
Pierre-François Camus dit Merville (La Famille Glinet, acte 5, sc. 1 (Berthe), 1818)

Épictète du jour

S'il arrive donc qu'on vienne à parler de quelque belle question devant les ignorants, garde le silence ; car il y a grand danger à rendre aussitôt ce que tu n'as pas digéré. Et lorsque quelqu'un te reprochera que tu ne sais rien, si tu n'es point piqué de ce reproche, sache alors que tu commences à être philosophe. Car les brebis ne vont pas montrer à leurs bergers combien elles ont mangé, mais après avoir bien digéré la pâture qu'elles ont prise, elles produisent de la laine et du lait. Toi aussi, ne débite point aux ignorants de belles maximes ; mais, si tu les as bien digérées, fais-le paraître par tes actions.
Pensées, LXXIII.