Au fil de mes lectures
Gilles G. Jobin

Les Auteurs
À la suite de chaque auteur
se trouve, entre parenthèses,
le nombre de citations.
Abbé Ernest (13)
Achard Marcel (32)
Adams Douglas (11)
Aguéev M. (17)
Alain (169)
Albalat Antoine (57)
Albee Edward (10)
Alberoni Francesco (59)
Allen Woody (16)
Anaxagore (2)
Anonyme (30)
Anouilh Jean (201)
Aragon Louis (10)
Arcand Bernard (55)
Archambault Gilles (15)
Aristophane (1)
Aristote (8)
Asimov Isaac (6)
Auclair Marcelle (39)
Audeguy Stéphane (15)
Audiberti Jacques (7)
Auster Paul (14)
Aymé Marcel (3)
Bach Richard (12)
Bachelard Gaston (228)
Baillargeon Normand (8)
Balzac Honoré de (34)
Baricco Alessandro (88)
Barjavel René (82)
Baruk Stella (7)
Bashô Matsuo (2)
Bataille Georges (4)
Bauchau Henry (12)
Baudelaire Charles (12)
Bazin Hervé (18)
Beaumarchais (67)
Beauvoir Simone de (7)
Beckett Samuel (3)
Begeler Clémence (1)
Ben Jelloun Tahar (18)
Bennett Alan (2)
Berberova Nina (4)
Bergier Jacques (3)
Bergson Henri (13)
Bernanos Georges (17)
Bernard Tristan (7)
Bernhard Thomas (284)
Bernheim Emmanuèle (4)
Besnard Lucien (1)
Besnier Michel (6)
Bias (de Priène) (3)
Bidou Henry (1)
Bierce Ambrose (144)
Billon Pierre (2)
Bioy Casares Adolfo (7)
Birabeau André (5)
Bismuth Nadine (1)
Blais Marie-Claire (16)
Blake William (1)
Blanchot Maurice (7)
Blasband Philippe (1)
Block Lawrence (4)
Blondin Robert (15)
Bobin Christian (419)
Bonaventure d'Argonne (9)
Borges Jorge Luis (84)
Bouchard Serge (89)
Bouillier Henri (2)
Boulanger Daniel (8)
Boulgakov Mikhaïl (19)
Bourgault Pierre (29)
Bradbury Ray (6)
Brautigan Richard (13)
Brie Albert (271)
Brieux Eugène (1)
Brisebois Robert (26)
Bruckner Pascal (123)
Burroughs-Jobin (1)
Buson Yosa (18)
Butler Samuel (1)
Buzzati Dino (7)
Calvino Italo (8)
Camus Albert (190)
Canetti Elias (39)
Caragiale Ion Luca (2)
Card Orson Scott (7)
Carrel Alexis (45)
Carrère Emmanuel (3)
Carroll Lewis (6)
Carvel Paul (69)
Carver Raymond (9)
Cauvin Patrick (7)
Céline (78)
Chamfort Sébastien (88)
Chapsal Madeleine (22)
Char René (15)
Charon Jean E. (3)
Chateaubriand (19)
Chebel Malek (5)
Chesterton Gilbert Keith (16)
Chilon (Le Lacédémonien) (4)
Ciceron (11)
Cioran Emil Michel (176)
Claudel Paul (31)
Claudel Philippe (4)
Cléobule (de Lindos) (2)
Cocteau Jean (37)
Coelho Paulo (45)
Cohen Olivier (1)
Cohen Albert (27)
Collin D'Harleville (3)
Conan Doyle Sir Arthur (9)
Condé Maryse (1)
Confucius (31)
Connelly Michael (6)
Corneille Pierre (170)
Cossé Laurence (6)
Cossery Albert (5)
Cueco Henri (11)
Curel François de (6)
Cyrulnik Boris (40)
D'Amours Guy (12)
Dannemark Francis (12)
Dard Fréderic (34)
Darrieussecq Marie (2)
Daudet Alphonse (6)
Davies Robertson (31)
Davis P.J. (1)
De Luca Erri (14)
De Prada Juan Manuel (16)
Del Rey Lester (2)
Delerm Philippe (14)
Delorme Gilles (1)
Démocrite (27)
Desbordes Michèle (2)
Descaves Pierre (22)
Desplechin Marie (13)
Destouches (17)
Dhôtel André (3)
Dick Philip K. (1)
Diderot Denis (56)
Djian Philippe (2)
Dorin Françoise (5)
Dostoïevsky Fiodor M. (73)
Dubé Marcel (10)
Dubos René (15)
Duras Marguerite (34)
Durrell Lawrence (27)
Dürrenmatt Friedrich (1)
Eco Umberto (17)
Ehrenberg Alain (3)
Ehrenstein Albert (4)
Einstein Albert (27)
Eliot T.S. (13)
Empédocle (3)
Engel Peter (3)
Épictète (8)
Épicure (7)
Érasme (24)
Escarpit Robert (30)
Eschyle (66)
Euripide (174)
Fadiman Anne (12)
Faguet Émile (41)
Fante John (1)
Faraggi C. (2)
Faulkner William (25)
Fénéon Félix (9)
Ferguson Marylin (33)
Fermine Maxence (31)
Ferron Jacques (38)
Ferry Luc (20)
Fine Reuben (1)
Flaubert Gustave (60)
Folco Michel (10)
Fox Paula (4)
François Annie (9)
Franzen Jonathan (1)
Fuentes Carlos (16)
Fuyuno Niji (2)
Gaarder Jostein (34)
Gailly Christian (6)
Garcia Lorca Federico (6)
Garcia Marquez Gabriel (6)
Gary Romain (40)
Gauthier Louis (9)
Gavalda Anna (10)
Genet Jean (2)
Gibran Khalil (36)
Gide André (59)
Giono Jean (35)
Giraudoux Jean (168)
Goethe (19)
Gogol Nicolas (6)
Goldoni Carlo (5)
Gorki Maxime (6)
Gougaud Henri (64)
Gourio Jean-Marie (79)
Grangé (4)
Green Julien (14)
Grimaud Hélène (19)
Guedj Denis (13)
Guillevic Eugène (43)
Guilloux Louis (2)
Guiraud Edmond (4)
Guitry Sacha (301)
Guitton Jean (19)
Hadamard Jacques (29)
Hamsun Knut (2)
Handke Peter (14)
Hanff Helene (5)
Hashi Kanseki (1)
Havel Václav (4)
Hébert Anne (10)
Hemingway Ernest (1)
Héraclite (18)
Hérodote (1)
Herriot Édouard (80)
Hersh R. (1)
Hesse Hermann (72)
Higon Albert (3)
Hillerman Tony (4)
Himanen Pekka (21)
Homel David (17)
Horace (9)
Houellebecq Michel (16)
Hrabal Bohumil (7)
Hugo Victor (173)
Huston Nancy (8)
Ibsen Henrik (34)
Illich Ivan (45)
Inoué Yasushi (4)
Ionesco Eugène (50)
Israël Gérard (4)
Issa Kobayashi (9)
Jaccard Roland (57)
Jacquard Albert (47)
Jankélévitch Vladimir (2)
Jarry Alfred (10)
Joubert Joseph (514)
Jouhandeau Marcel (5)
Jouxtel Pascal (23)
Juliet Charles (8)
Jung Carl Gustav (16)
Jünger Ernst (14)
Kant Emmanuel (11)
Kawabata Yasunari (3)
Keelt Arthur (8)
Kerbaker Andrea (2)
Kerouac Jack (4)
Kierkegaard Sören (40)
Klein Gérard (7)
Kôda Rohan (1)
Koestler Arthur (38)
Kourkov Andreï (4)
Kourouma Ahmadou (19)
Kraus Karl (16)
Kubota Kuhona (1)
Kuhn Thomas S. (28)
Kundera Milan (330)
Kureishi Hanif (23)
La Fontaine Jean de (173)
La Rochefoucauld (176)
Labiche Eugène (11)
Lablénie Edmond (1)
Lachièze-Rey Marc (1)
Lafargue Paul (5)
Larbaud Valery (9)
LaRue Monique (24)
Latzarus Louis (28)
Laxness Halldor (8)
Le Clézio Jean-Marie G. (4)
Lec (166)
Leclerc Félix (37)
Lehane Dennis (14)
Leloup Jean-Yves (9)
Lemarchand Jacques (2)
Leon Donna (3)
Leopardi Giacomo (30)
Leroux Gaston (1)
Lesage Alain René (15)
Lescure Jean (7)
Lessing (1)
Leucippe (1)
Lewis Roy (13)
Lewis C.S. (10)
Lichtenberg G.C. (144)
Lieberman Herbert (4)
Lispector Clarice (45)
Lobo Antunes Antonio (14)
Lodge David (2)
Loranger Françoise (3)
Lorentz Konrad (11)
Louvet Jean (2)
Maalouf Amin (13)
Maeterlinck Maurice (6)
Manguel Alberto (18)
Mankell Henning (40)
Marc-Aurèle (16)
Marcel Gabriel (6)
Marinina Alexandra (33)
Marivaux (14)
Martel Yann (10)
Martinez Guillermo (6)
Mauriac François (9)
Maurois André (110)
Mauvignier Laurent (4)
McCoy Horace (2)
Mélissos (1)
Melville Herman (4)
Méré Charles (3)
Mérimée Prosper (2)
Merle Robert (22)
Meyrinck Gustav (8)
Mille Pierre (1)
Miller Arthur (3)
Miller Henry (13)
Millet Olivier (3)
Mingarelli Hubert (4)
Mishima Yukio (2)
Mithois Marcel (3)
Mitsuhashi Takajo (1)
Mitton Damien (2)
Modiano Patrick (2)
Molière (76)
Montaigne Michel de (201)
Montherlant Henry de (128)
Morand Paul (37)
Moravia Alberto (20)
Morin Edgar (202)
Murakami Haruki (4)
Murry John Middleton (1)
Musil Robert (8)
Musset Alfred de (36)
Nabokov Vladimir (28)
Nadolny Sten (30)
Naquet Philippe (3)
Negroponte Nicholas (14)
Neveu Richard (1)
Nietzsche Friedrich (42)
Nimier Roger (5)
Nooteboom Cees (17)
Nothomb Amélie (55)
Novalis (14)
Nyssen Hubert (4)
O'Casey Sean (2)
O'Neill Eugene (2)
Ollivier Mikaël (5)
Orsenna Erik (19)
Orwell George (10)
Osborne John (2)
Oster Christian (6)
Ozaki Hôsai (1)
Paasilinna Arto (12)
Page Martin (12)
Pagels Heinz (23)
Pagnol Marcel (32)
Pailleron Edouard (17)
Pamuk Orhan (21)
Papert Seymour (52)
Parménide (1)
Pascal Blaise (128)
Patier Xavier (6)
Pauwels Louis (92)
Péguy Charles (53)
Pelt Jean-Marie (2)
Pennac Daniel (153)
Penrose Roger (3)
Perec Georges (7)
Perez-Reverte Arturo (10)
Perret Jacques (4)
Perros Georges (79)
Perruchot Henri (40)
Pessoa Fernando (63)
Pieyre de Mandiargues (10)
Pilhes René Victor (9)
Pingaud Bernard (6)
Pirandello Luigi (16)
Plaute (7)
Plutarque (9)
Poe Edgar Allan (17)
Pontalis J.-B. (56)
Prévert Jacques (13)
Proulx Monique (10)
Proust Marcel (46)
Quignard Pascal (94)
Quint Michel (8)
Racine Jean (90)
Reeves Hubert (18)
Regnard Jean-François (12)
Renard Jules (381)
Reza Yasmina (7)
Ricoeur Paul (3)
Rilke Rainer Maria (11)
Rivarol Antoine de (42)
Rogers Carl (5)
Romains Jules (5)
Rostand Jean (282)
Rostand Edmond (14)
Roth Philip (11)
Rougier Stan (10)
Roussin André (13)
Roy Claude (140)
Russell Bertrand (39)
Sa Shan (10)
Sabato Ernesto (8)
Sablé Marquise de (36)
Sackville-West Vita (7)
Sagan Françoise (15)
Saint-Cyran (2)
Saint-Exupéry Antoine de (60)
Saint-Martin (1)
Sainte-Beuve (44)
Sakaguchi Ango (4)
Salinger Jerome David (12)
Salvayre Lydie (7)
Sansot Pierre (17)
Saramago José (76)
Sarment Jean (5)
Sartre Jean-Paul (103)
Satie Érik (35)
Saumont Annie (4)
Schmitt Eric-Emmanuel (22)
Schopenhauer Arthur (33)
Scutenaire Louis (147)
Senancour (1)
Séneque (13)
Sepulveda Luis (18)
Serres Michel (58)
Shakespeare William (204)
Shaw George Bernard (16)
Shiki Masaoka (2)
Sijie Dai (2)
Silesius Angelus (45)
Simenon Georges (2)
Singer Christiane (11)
Skemp Richard R. (9)
Solemne Marie de (7)
Soljenitsyne Alexandre (1)
Solon (1)
Sophocle (78)
Sorin Raphaël (1)
Sôseki Natsume (18)
Soupault Philippe (12)
Stapeldon Olaf (7)
Steiner Kurt (1)
Stendhal (1)
Sternberg Jacques (47)
Stevenson Robert Louis (1)
Strindberg August (10)
Sturgeon Theodor (1)
Swift Jonathan (1)
Süskind Patrick (17)
Tagore Rabindranath (15)
Takashima Shigeru (1)
Takayama Kyoshi (3)
Tchékhov Anton (20)
Thériault Yves (2)
Thibon Gustave (138)
Thom René (1)
Thomas Chantal (11)
Thoreau Henry David (15)
Tirtiaux Bernard (14)
Tolstoï Léon (1)
Toole J. Kennedy (1)
Tournier Michel (146)
Unamuno Miguel de (208)
Ungaretti Giuseppe (16)
Vadeboncoeur Pierre (10)
Valéry Paul (56)
Van Cauwelaert Didier (18)
Vaneigem Raoul (65)
Vargas Fred (5)
Vauvenargues (80)
Verne Jules (14)
Vialar Paul (21)
Vian Boris (8)
Vigneault Gilles (9)
Vila-Matas Enrique (3)
Villiers de l'Isle-Adam (19)
Voilquin Jean (1)
Voltaire (68)
Watzlawick Paul (3)
Weil Simone (36)
Wells H.G. (24)
Werber Bernard (18)
Weyergans François (9)
Wharton Edith (2)
Wilde Oscar (35)
Williams Tennessee (6)
Woolf Virginia (6)
Xénophane (2)
Yamaguchi Seishi (2)
Yeats William Butler (4)
Yourcenar Marguerite (64)
Zafón Carlos Ruiz (28)
Zola Émile (3)
Zweig Stefan (60)
    Pierre Corneille
    1606-1684
  1. Pauvre amant, je te plains qui ne sais pas encore
    Que bien qu'une beauté mérite qu'on l'adore,
    Pour en perdre le goût, on n'a qu'à l'épouser.

    (Mélite, p.12, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  2. Et l'hymen de soi-même est un si lourd fardeau,
    Qu'il faut l'appréhender à l'égal du tombeau.
    S'attacher pour jamais aux côtés d'une femme !
    Perdre pour des enfants le repos de son âme !
    Voir leur nombre importun remplir une maison !
    Ah ! qu'on aime ce joug avec peu de raison !

    (Mélite, p.12, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  3. [...] Elle a je ne sais quoi
    Qui ne peut consentir que l'on demeure à soi.

    (Mélite, p.14, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  4. En matière d'amour, rien n'oblige à tenir ;
    Et les meilleurs amis, lorsque son feu les presse,
    Font bientôt vanité d'oublier leur promesse.

    (Mélite, p.14, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  5. Une fausse louange est un blâme secret :
    Je suis belle à tes yeux, il suffit, soit discret ;
    C'est mon plus grand bonheur, et le seul où j'aspire.

    (Mélite, p.15, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  6. Je meure, s'il n'est vrai que la moitié du monde
    Sur l'exemple d'autrui se conduit et se fonde !

    (Mélite, p.24, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  7. Un homme dont les biens font toutes les vertus
    Ne peut être estimé que des coeurs abattus.

    (Mélite, p.26, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  8. Je crains ce que je cherche, et je ne connais pas
    De plus grand heur pour moi que d'y perdre mes pas.

    (Clitandre, p.39, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  9. Qui se venge en secret, en secret en fait gloire.
    (Clitandre, p.42, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  10. Allons ; ma volonté n'a de loi que la tienne ;
    Et l'amour, par tes yeux devenu tout-puissant,
    Rend déjà la vigueur à mon corps languissant.

    (Clitandre, p.43, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  11. Un corps peut-il guérir, dont le coeur est malade ?
    (Clitandre, p.56, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  12. Un crime attire l'autre, et, de peur d'un supplice,
    On tâche, en étouffant ce qu'on en voit d'indice,
    De paraître innocent à force de forfaits.

    (Clitandre, p.57, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  13. La comédie n'est qu'un portrait de nos actions et de nos discours, et la perfection des portraits consiste en la ressemblance.
    (La Veuve (Au lecteur), p.59, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  14. La confidence avec un bon ami
    Jamais, sans l'offenser, ne s'exerce à demi.

    (La Veuve, p.61, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  15. Loin de vous il n'est rien qu'avec plaisir je voie,
    Tout me devient fâcheux, tout s'oppose à ma joie :
    Un chagrin invincible accable tous mes sens.

    (La Veuve, p.64, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  16. L'absence ne fait mal que de ceux que l'on aime.
    (La Veuve, p.66, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  17. Ma flamme est toute pure, et sans rien présumer,
    Je ne cherche en aimant que le seul bien d'aimer.

    (La Veuve, p.67, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  18. Nous donnons aisément ce qui n'est plus à nous.
    (La Veuve, p.69, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  19. Le monde est un chaos, et son désordre excède
    Tout ce qu'on y voudrait apporter de remède.

    (La Veuve, p.70, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  20. Le cuisant souvenir d'une action méchante
    Soudain au moindre mot nous donne l'épouvante.

    (La Veuve, p.78, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  21. L'amour est un tyran qui n'épargne personne.
    (Le Cid, p.201, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  22. Si l'amour vit d'espoir, il périt avec lui ;
    C'est un feu qui s'éteint, faute de nourriture.

    (Le Cid, p.201, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  23. Ma plus douce espérance est de perdre l'espoir.
    (Le Cid, p.201, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  24. Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes :
    Ils peuvent se tromper comme les autres hommes.

    (Le Cid, p.202, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  25. Les exemples vivants ont bien plus de pouvoir ;
    Un prince dans un livre apprend mal son devoir.

    (Le Cid, p.202, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  26. Rodrigue, as-tu du coeur ?
    (Le Cid, p.203, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  27. Mais qui peut vivre infâme est indigne du jour ;
    Plus l'offenseur est cher, plus grande est l'offense.

    (Le Cid, p.202, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  28. Mon mal augmente à le vouloir guérir.
    (Le Cid, p.203, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  29. Monsieur, pour conserver ma gloire et mon estime,
    Désobéir un peu n'est pas un si grand crime.

    (Le Cid, p.204, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  30. Quoi qu'on fasse d'illustre et de considérable,
    Jamais à son sujet un roi n'est redevable.

    (Le Cid, p.204, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  31. Qui ne craint point la mort ne craint point les menaces.
    J'ai le coeur au-dessus des plus fières disgrâces ;
    Et l'on peut me réduire à vivre sans bonheur,
    Mais non pas me résoudre à vivre sans honneur.

    (Le Cid, p.207, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  32. Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées
    La valeur n'attend pas le nombre des années.

    (Le Cid, p.207, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  33. À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
    (Le Cid, p.207, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  34. Je sens couler des pleurs que je veux retenir ;
    Le passé me tourmente, et je crains l'avenir.

    (Le Cid, p.208, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  35. Et lorsque le malade aime sa maladie,
    Qu'il a peine à souffrir que l'on y remédie !

    (Le Cid, p.211, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  36. Le trop de confiance attire le danger.
    (Le Cid, p.212, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  37. Qu'on est digne d'envie
    Lorsqu'en perdant la force on perd aussi la vie !

    (Le Cid, p.213, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  38. La moitié de ma vie a mis l'autre au tombeau,
    Et m'oblige à venger, après ce coup funeste,
    Celle que je n'ai plus sur celle qui me reste.

    (Le Cid, p.214, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  39. Et de quoi que nous flatte un désir amoureux,
    Toute excuse est honteuse aux esprits généreux.

    (Le Cid, p.214, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  40. Jamais nous ne goûtons de parfaite allégresse :
    Nos plus heureux succès sont mêlés de tristesse ;
    Toujours quelques soucis en ces événements
    Troublent la pureté de nos contentements.

    (Le Cid, p.216, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  41. Nous n'avons qu'un honneur, il est tant de maîtresses !
    L'amour n'est qu'un plaisir, l'honneur est un devoir.

    (Le Cid, p.217, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  42. L'amour le plus parfait n'est pas un mariage ;
    Fort souvent moins que rien cause un grand changement,
    Et les occasions naissent en ce moment.

    (La Galerie du Palais, p.85, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  43. Il n'en faut point douter, l'amour a des tendresses
    Que nous n'apprenons point qu'auprès de nos maîtresses.

    (La Galerie du Palais, p.88, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  44. Chacun fait ce qu'il peut, et ce n'est pas merveille
    Si, comme avec bon droit on perd bien un procès,
    Souvent un bon ouvrage a de faibles succès.

    (La Galerie du Palais, p.88, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  45. La force de l'amour paraît dans la souffrance.
    (La Galerie du Palais, p.92, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  46. C'est n'aimer qu'à demi qu'aimer avec réserve.
    (La Galerie du Palais, p.102, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  47. Qu'une femme hargneuse est un mauvais voisin !
    (La Galerie du Palais, p.104, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  48. Je ne réplique point à des gens en colère.
    (La Galerie du Palais, p.105, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  49. Chez les philosophes, tout ce qui n'est point de la foi ni des principes est disputable : et souvent ils soutiendront, à votre choix, le pour et le contre d'une même proposition : marques certaines de l'excellence de l'esprit humain, qui trouve des raisons à défendre tout ; ou plutôt de sa faiblesse, qui n'en peut trouver de convaincantes, ni qui ne puissent être combattues et détruites par de contraires.
    (La Suivante (Épître), p.111, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  50. Que l'amour aisément penche à la jalousie !
    Qu'on croit tôt ce qu'on craint en ces perplexités,
    Où les moindres soupçons passent pour vérités !

    (La Suivante, p.113, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  51. Vous n'êtes pas encore au point où je vous veux :
    Et toute amitié meurt où naissent de vrais feux.

    (La Suivante, p.114, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  52. Qui ne peut rien prétendre a droit d'abandonner.
    (La Suivante, p.114, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  53. On néglige aisément un homme qui néglige.
    (La Suivante, p.114, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  54. Si j'ai feint pour toi quelques feux,
    C'est à quoi plus rien ne m'oblige :
    Quand on a l'effet de ses voeux,
    Ce qu'on adorait se néglige.

    (La Suivante, p.116, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  55. J'avais peur d'en trop dire ; et cruelle à moi-même,
    Parce que j'aime trop, j'ai banni ce que j'aime.

    (La Suivante, p.118, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  56. Qu'aisément un esprit qui se laisse flatter
    S'imagine un bonheur qu'il pense mériter !

    (La Suivante, p.122, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  57. Qu'en l'attente de ce qu'on aime
    Une heure est fâcheuse à passer !

    (La Suivante, p.124, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  58. Nous ne sommes point redevables à celui de qui nous recevons un bienfait par contrainte, et on ne nous donne point ce qu'on ne saurait nous refuser.
    (La Place Royale (À Monsieur), p.134, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  59. Qui veut tout retenir laisse tout échapper.
    (La Place Royale, p.135, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  60. Il ne faut point servir l'objet qui nous possède ;
    Il ne faut point nourrir d'amour qui ne nous cède ;
    Je le hais, s'il me force : et quand j'aime, je veux
    Que de ma volonté dépendent tous mes voeux 
    Que mon feu m'obéisse, au lieu de me contraindre 
    Que je puisse à mon gré l'enflammer et l'éteindre,
    Et, toujours en état de disposer de moi,
    Donner, quand il me plaît, et retirer ma foi.

    (La Place Royale, p.136, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  61. ALIDOR:
    À tel prix que ce soit, il faut rompre mes chaînes,
    De crainte qu'un hymen, m'en ôtant le pouvoir,
    Fit d'un amour par force un amour par devoir.
    CLÉANDRE:
    Crains-tu de posséder un objet qui te charme ?
    ALIDOR:
    Ne parle point d'un noeud dont le seul nom m'alarme.
    J'idolâtre Angélique : elle est belle aujourd'hui,
    Mais sa beauté peut-elle autant durer que lui ?
    Et pour peu qu'elle dure, aucun me peut-il dire
    Si je pourrai l'aimer jusqu'à ce qu'elle expire ?
    Du temps, qui change tout, les révolutions
    Ne changent-elles pas nos résolutions ?

    (La Place Royale, p.137, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  62. [...] la peinture et la poésie ont cela de commun entre beaucoup d'autres choses, que l'une fait souvent de beaux portraits d'une femme laide, et l'autre de belles imitations d'une action qu'il ne faut pas imiter.
    (Médée (Épître de Corneille à Monsieur P.T.N.G.), p.154, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  63. Qui peut, sans s'émouvoir, supporter une offense,
    Peut mieux prendre à son point le temps de sa vengeance 
    Et sa feinte douceur, sous un appât mortel,
    Mène insensiblement sa victime à l'autel.

    (Médée, p.157, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  64. NÉRINE
    Votre pays vous hait, votre époux est sans foi :
    Dans un si grand revers que vous reste-t-il ?

    MÉDÉE
                            Moi,
    Moi, dis-je, et c'est assez.

    (Médée, p.158, in Théâtre complet, Éd. RVG)

  65. Quiconque sans l'ouïr condamne un criminel
    Son crime eût-il cent fois mérité le supplice,
    D'un juste châtiment il fait une injustice.

    (Médée, p.160, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  66. Un vieillard amoureux mérite qu'on en rie :
    Mais le trône soutient la majesté des rois
    Au-dessus des mépris, comme au-dessus des lois.

    (Médée, p.161, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  67. Souvent je ne sais quoi qu'on ne peut exprimer
    Nous surprend, nous emporte, et nous force d'aimer 
    Et souvent, sans raison, les objets de nos flammes
    Frappent nos yeux ensemble et saisissent nos âmes.

    (Médée, p.162, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  68. N'accusez point l'amour ni son aveuglement ;
    Quand on connaît sa faute, on manque doublement.

    (Médée, p.162, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  69. On ne m'a que bannie ! ô bonté souveraine !
    C'est donc une faveur, et non pas une peine !
    Je reçois une grâce au lieu d'un châtiment !
    Et mon exil encor doit un remercîment !
    Ainsi l'avare soif d'un brigand assouvie,
    Il s'impute à pitié de nous laisser la vie ;
    Quand il n'égorge point il croit nous pardonner,
    Et ce qu'il n'ôte pas, il pense le donner.

    (Médée, p.164, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  70. Celui-là fait le crime à qui le crime sert.
    (Médée, p.164, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  71. J'eus toujours pour suspects les dons des ennemis,
    Ils font assez souvent ce que n'ont pu leurs armes.

    (Médée, p.167, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  72. Où le péril égale, et passe le plaisir,
    Il faut se faire force, et vaincre son désir.

    (Médée, p.167, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  73. Prendre l'ordre à mourir d'une main ennemie,
    C'est mourir, pour un roi, beaucoup plus d'une fois.

    (Médée, p.168, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  74. À qui sait bien aimer il n'est rien d'impossible.
    (Médée, p.172, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  75. Je vais t'assassiner d'un seul de mes regards [...]
    (L'Illusion, p.178, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  76. Nous donnons bien souvent de divers noms aux choses :
    Des épines pour moi, vous les nommez des roses ;

    (L'Illusion, p.179, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  77. [...] Un amour véritable
    S'attache seulement à ce qu'il voit aimable.

    (L'Illusion, p.181, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  78. Souvent je ne sais quoi que le ciel nous inspire
    Soulève tout le coeur contre ce qu'on désire,
    Et ne nous laisse pas en état d'obéir
    Quand on choisit pour nous ce qu'il nous faut haïr.

    (L'Illusion, p.182, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  79. Un rien s'ajuste mal avec un autre rien ;
    (L'Illusion, p.185, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  80. Qui cache sa colère assure sa vengeance ;
    (L'Illusion, p.185, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  81. Les femmes, à vrai dire, ont d'étranges esprits !
    Qu'un mari les adore, et qu'un amour extrême
    À leur bizarre humeur le soumette lui-même,
    Qu'il les comble d'honneurs et de bons traitements,
    Qu'il ne refuse rien à leurs contentements :
    S'il fait la moindre brèche à la foi conjugale,
    Il n'est point à leur gré de crime qui l'égale 
    C'est vol, c'est perfidie, assassinat, poison,
    C'est massacrer son père, et brûler sa maison :
    Et jadis des Titans l'effroyable supplice
    Tomba sur Encelade avec moins de justice.

    (L'Illusion, p.193, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  82. L'amour dont la vertu n'est point le fondement
    Se détruit de soi-même, et passe en un moment ;

    (L'Illusion, p.194, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  83. Ma passion m'aveugle, et pour cette conquête
    Croit hasarder trop peu de hasarder ma tête.
    C'est un feu que le temps pourra seul modérer ;
    C'est un torrent qui passe et ne saurait durer.

    (L'Illusion, p.194, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  84. Ainsi de notre espoir la fortune se joue :
    Tout s'élève ou s'abaisse au branle de sa roue.
    Et son ordre inégal, qui régit l'univers,
    Au milieu du bonheur a ses plus grands revers.

    (L'Illusion, p.195, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  85. Je suis Romaine, hélas ! puisque Horace est Romain.
    (Horace, p.232, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  86. Je crains notre victoire autant que notre perte.
    (Horace, p.232, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  87. Je m'attache un peu moins aux intérêts d'un homme :
    Je ne suis point pour Albe, et ne suis plus pour Rome ;
    Je crains pour l'une et l'autre en ce dernier effort,
    Et serai du parti qu'affligera le sort.
    Égale à tous les deux jusques à la victoire,
    Je prendrai part aux maux sans en prendre à la gloire ;
    Et je garde, au milieu de tant d'âpres rigueurs,
    Mes larmes aux vaincus, et ma haine aux vainqueurs.

    (Horace, p.232, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  88. Quoiqu'à peine à mes maux je puisse résister,
    J'aime mieux les souffrir que de les mériter.

    (Horace, p.233, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  89. Le devoir d'une fille est dans l'obéissance.
    (Horace, p.235, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  90. Qui veut mourir, ou vaincre, est vaincu rarement.
    (Horace, p.235, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  91. Mourir pour le pays est un si digne sort,
    Qu'on briguerait en foule une si belle mort.

    (Horace, p.236, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  92. Faites votre devoir, et laissez faire aux dieux.
    (Horace, p.240, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  93. Un oracle jamais ne se laisse comprendre ;
    On l'entend d'autant moins que plus on croit l'entendre ;
    Et, loin de s'assurer sur un pareil arrêt,
    Qui n'y voit rien d'obscur doit croire que tout l'est.

    (Horace, p.242, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  94. Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu.
    (Horace, p.250, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  95. Quand la gloire nous enfle, il sait bien comme il faut
    Confondre notre orgueil qui s'élève trop haut :
    Nos plaisirs les plus doux ne vont point sans tristesse ;
    Il mêle à nos vertus des marques de faiblesse,
    Et rarement accorde à notre ambition
    L'entier et pur honneur d'une bonne action.

    (Horace, p.251, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  96. Horace, ne crois pas que le peuple stupide
    Soit le maître absolu d'un renom bien solide.
    Sa voix tumultueuse assez souvent fait bruit,
    Mais un moment l'élève, un moment le détruit ;
    Et ce qu'il contribue à notre renommée
    Toujours en moins de rien se dissipe en fumée.

    (Horace, p.254, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  97. Un coeur est trop cruel quand il trouve des charmes
    Aux douceurs que corrompt l'amertume des larmes 

    (Cinna, p.258, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  98. Les bienfaits ne font pas toujours ce que tu penses ;
    D'une main odieuse ils tiennent lieu d'offenses :
    Plus nous en prodiguons à qui nous peut haïr,
    Plus d'armes nous donnons à qui nous veut trahir.

    (Cinna, p.258, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  99. Le pire des États, c'est l'État populaire.
    (Cinna, p.263, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  100. On n'est point criminel quand on punit un crime.
    (Cinna, p.267, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  101. Qui pardonne aisément invite à l'offenser ;
    (Cinna, p.271, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  102. Et qu'enfin la clémence est la plus belle marque
    Qui fasse à l'univers connaître un vrai monarque.

    (Cinna, p.272, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  103. Que la vengeance est douce à l'esprit d'une femme !
    (Cinna, p.278, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  104. La gloire et le plaisir, la honte et les tourments,
    Tout doit être commun entre de vrais amants.

    (Cinna, p.278, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  105. Fuyez un ennemi qui sait votre défaut.
    (Polyeucte martyr, p.285, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  106. Tant qu'ils ne sont qu'amants nous sommes souveraines,
    Et jusqu'à la conquête ils nous traitent de reines,
    Mais après l'hyménée ils sont rois à leur tour.

    (Polyeucte martyr, p.286, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  107. Il est bon qu'un mari nous cache quelque chose,
    Qu'il soit quelquefois libre, et ne s'abaisse pas
    À nous rendre toujours compte de tous ses pas.

    (Polyeucte martyr, p.286, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  108. À raconter ses maux souvent on les soulage.
    (Polyeucte martyr, p.286, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  109. La vertu la plus ferme évite les hasards,
    (Polyeucte martyr, p.293, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  110. Qui n'appréhende rien présume trop de soi.
    (Polyeucte martyr, p.294, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  111. Qui chérit son erreur ne la veut pas connaître.
    (Polyeucte martyr, p.298, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  112. Quand le crime d'État se mêle au sacrilège,
    Le sang ni l'amitié n'ont plus de privilège.

    (Polyeucte martyr, p.298, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  113. Et lorsqu'on dissimule un crime domestique,
    Par quelle autorité peut-on, par quelle loi,
    Châtier en autrui ce qu'on souffre chez soi ?

    (Polyeucte martyr, p.301, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  114. J'ai de l'ambition, mais plus noble et plus belle :
    Cette grandeur périt, j'en veux une immortelle,
    Un bonheur assuré, sans mesure et sans fin,
    Au-dessus de l'envie, au-dessus du destin.
    Est-ce trop l'acheter que d'une triste vie
    Qui tantôt, qui soudain me peut être ravie ;
    Qui ne me fait jouir que d'un instant qui fuit,
    Et ne peut m'assurer de celui qui le suit ?

    (Polyeucte martyr, p.302, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  115. C'est peu d'aller au ciel, je veux vous y conduire.
    (Polyeucte martyr, p.303, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  116. Faut-il tant de fois vaincre avant que triompher !
    (Polyeucte martyr, p.310, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  117. Je vois, je sais, je crois, je suis désabusée.
    (Polyeucte martyr, p.310, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  118. Quand on veut soutenir ceux que le sort accable,
    À force d'être juste on est souvent coupable.

    (La Mort de Pompée, p.315, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  119. Quand on craint d'être injuste, on a toujours à craindre ;
    Et qui veut tout pouvoir doit oser tout enfreindre,
    Fuir comme un déshonneur la vertu qui le perd,
    Et voler sans scrupule au crime qui le sert.

    (La Mort de Pompée, p.315, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  120. Qui punit le vaincu ne craint point le vainqueur.
    (La Mort de Pompée, p.315, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  121. Car c'est ne régner pas qu'être deux à régner.
    (La Mort de Pompée, p.316, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  122. Je ne le vois que trop, Photin et ses pareils
    Vous ont empoisonné de leurs lâches conseils :
    Ces âmes que le ciel ne forma que de boue...

    (La Mort de Pompée, p.317, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  123. Le temps de chaque chose ordonne et fait le prix.
    (La Mort de Pompée, p.320, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  124. Je perdrai qui me perd, ne pouvant me sauver.
    (La Mort de Pompée, p.322, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  125. Les bravades enfin sont des discours frivoles,
    Et qui songe aux effets néglige les paroles.

    (La Mort de Pompée, p.322, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  126. Mais c'est une imprudence assez commune aux rois
    D'écouter trop d'avis, et se tromper au choix ;

    (La Mort de Pompée, p.328, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  127. Un coeur né pour servir sait mal comme on commande.
    (La Mort de Pompée, p.329, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  128. Que venir, voir, et vaincre, est même chose en moi.
    (La Mort de Pompée, p.330, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  129. Et quiconque se plaint cherche à se consoler.
    (La Mort de Pompée, p.332, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  130. Ô soupirs, ô respect ! oh ! qu'il est doux de plaindre
    Le sort d'un ennemi quand il n'est plus à craindre !

    (La Mort de Pompée, p.334, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  131. Tel donne à pleines mains qui n'oblige à personne :
    La façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne.

    (Le Menteur, p.342, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  132. J'estime plus un don qu'une reconnaissance :
    Qui nous donne fait plus que qui nous récompense.

    (Le Menteur, p.342, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  133. Un amant a fort peu de quoi se satisfaire
    Des faveurs qu'on lui fait sans dessein de les faire :
    Comme l'intention seule en forme le prix,
    Assez souvent sans elle on les joint au mépris.

    (Le Menteur, p.342, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  134. Dorante :
    Cependant accordez à mes voeux innocents
    La licence d'aimer des charmes si puissants.
    Clarice :
    Un coeur qui veut aimer, et qui sait comme on aime
    N'en demande jamais licence qu'à soi-même.

    (Le Menteur, p.344, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  135. Monsieur, quand une femme a le don de se taire,
    Elle a des qualités au-dessus du vulgaire.

    (Le Menteur, p.344, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  136. J'appelle rêveries
    Ce qu'en d'autres qu'un maître on nomme menteries.

    (Le Menteur, p.346, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  137. Les visages souvent sont de doux imposteurs.
    Que de défauts d'esprit se couvrent de leurs grâces !
    Et que de beaux semblants cachent des âmes basses !

    (Le Menteur, p.347, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  138. Chaque moment d'attente ôte de notre prix,
    Et fille qui vieillit tombe dans le mépris.

    (Le Menteur, p.348, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  139. La jalousie aveugle un coeur atteint,
    Et, sans examiner, croit tout ce qu'elle craint.

    (Le Menteur, p.355, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  140. Un menteur est toujours prodigue de serments.
    (Le Menteur, p.358, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  141. Il faut bonne mémoire après qu'on a menti.
    (Le Menteur, p.362, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  142. La curiosité souvent dans quelques âmes
    Produit le même effet que produiraient des flammes.

    (Le Menteur, p.364, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  143. Ah ! que loin des yeux
    Les moments à mon coeur deviennent ennuyeux !
    Et que je reconnais par mon expérience
    Quel supplice aux amants est une heure d'absence !

    (Le Menteur, p.369, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  144. L'amour est un grand maître, il instruit tout d'un coup.
    (La Suite du Menteur, p.381, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  145. Dorante vient d'accepter une certaine somme d'argent en " cadeau ". Son copain lui dit :
    [...] quiconque prend se vend.

    (La Suite du Menteur, p.382, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  146. Mais qui parle beaucoup dit beaucoup de sottises ;
    Et quand il a dessein de se mettre en crédit,
    Plus il fait d'effort, moins il sait ce qu'il dit.

    (La Suite du Menteur, p.384, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  147. Un ami véritable à toute heure s'acquitte ;
    Mais un amant fâcheux, soit de jour, soit de nuit,
    Toujours à contre-temps à nos yeux se produit ;
    Et depuis qu'une fois il commence à déplaire,
    Il ne manque jamais d'occasion contraire :
    Tant son mauvais destin semble prendre de soins
    À mêler sa présence où l'on la veut le moins !

    (La Suite du Menteur, p.389, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  148. Un bien acquis sans peine est un trésor en l'air.
    (La Suite du Menteur, p.396, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  149. Qui n'a que ce qu'il doit a peu de perte à faire.
    (Théodore, p.401, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  150. Un bienfait perd sa grâce à le trop publier :
    Qui veut qu'on s'en souvienne, il le doit oublier.

    (Théodore, p.401, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  151. L'amour va rarement jusque dans un tombeau
    S'unir au reste affreux de l'objet le plus beau.

    (Théodore, p.402, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  152. On retire souvent le bras pour mieux frapper.
    Qui veut que je la trompe a droit de me tromper.

    (Théodore, p.413, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  153. Les esprits généreux jugent tout par eux-mêmes.
    (Théodore, p.413, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  154. Pour la cause de Dieu s'offrir en sacrifice,
    C'est courir à la vie, et non au supplice.

    (Théodore, p.418, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  155. La haine entre les grands se calme rarement ;
    La paix souvent n'y sert que d'un amusement ;

    (Rodogune, p.429, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  156. Il est des noeuds secrets, il est des sympathies,
    Dont par le doux rapport les âmes assorties
    S'attachent l'une à l'autre, et se laissent piquer
    Par ces je ne sais quoi qu'on ne peut expliquer.

    (Rodogune, p.429, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  157. Si vous voulez régner, faites régner l'amour.
    (Rodogune, p.436, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  158. Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre ;
    Qui l'ose réveiller peut s'en laisser surprendre ;

    (Rodogune, p.437, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  159. Souvent qui tarde trop se laisse prévenir.
    (Rodogune, p.443, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  160. Qui se venge à demi court lui-même à sa peine :
    Il faut ou condamner ou couronner sa haine.

    (Rodogune, p.444, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  161. Il est doux de mourir après ses ennemis ;
    Et, de quelque rigueur que le destin me traite,
    Je perds moins à mourir qu'à vivre leur sujette.

    (Rodogune, p.444, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  162. Je me défendrai mal : l'innocence étonnée
    Ne peut s'imaginer qu'elle soit soupçonnée ;

    (Rodogune, p.448, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  163. Qui se laisse outrager mérite qu'on l'outrage ;
    Et l'audace impunie enfle trop un courage.

    (Héraclius, p.458, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  164. Il ne faut craindre rien quand on a tout à craindre.
    (Héraclius, p.460, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  165. Devine si tu peux, et choisis, si tu l'oses.
    (Héraclius, p.475, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  166. Dispensez ma tristesse
    De vous dépeindre ici la publique allégresse ;
    On décrit mal sa joie au milieu des malheurs ;
    Et sa plus douce idée est un sujet de pleurs.

    (Andromède, p.487, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  167. [...] d'où le mal procède
    Part aussi le remède.

    (Andromède, p.489, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  168. Vouloir que la raison règne sur un amant,
    C'est être plus que lui dedans l'aveuglement.

    (Andromède, p.490, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  169. Deux amants que sépare une légère offense
    Rentrent d'un seul coup d'oeil en pleine intelligence.

    (Andromède, p.499, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  170. On s'expose aisément quand on n'a rien à craindre.
    (Andromède, p.503, in Théâtre complet, Éd. RVG)
  171. Que c'est un sort fâcheux et triste que le nôtre1
    De ne pouvoir régner que sous les lois d'un autre ;
    Et qu'un sceptre soit cru d'un si grand poids pour nous,
    Que pour le soutenir il nous faille un époux !
    1 Reine.

    (Don Sanche d'Aragon acte 1, sc. 2 (D. Isabelle), p.512, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  172. Ma valeur est ma race, et mon bras est mon père.
    (Don Sanche d'Aragon acte 1, sc. 3 (Carlos), p.514, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  173. Vois par là ce que c'est, Blanche, que d'être reine :
    Comptable de moi-même au nom de souveraine,
    Et sujette à jamais du trône où je me voi,
    Je puis tout pour tout autre, et ne puis rien pour moi.
    O sceptres ! s'il est vrai que tout vous soit possible,
    Pourquoi ne pouvez-vous rendre un coeur insensible ?
    Pourquoi permettez-vous qu'il soit d'autres appas,
    Ou que l'on ait des yeux pour ne les croire pas ?

    (Don Sanche d'Aragon acte 2 , sc. 1 (D. Isabelle), p.518, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  174. Et l'honneur aux grands coeurs est plus cher que la vie.
    (Don Sanche d'Aragon acte 1 , sc. 1 (Blanche), p.518, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  175. Les rois peuvent douter de leur toute-puissance :
    Qui la hasarde alors n'en sait pas bien user :
    Et qui veut pouvoir tout ne doit pas tout oser.

    (Don Sanche d'Aragon acte 1, sc. 1 (D. Isabelle), p.518, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  176. Quand deux occasions pressent un grand courage,
    L'honneur à la plus proche avidement l'engage,
    Et lui fait préférer, sans le rendre inconstant,
    Celle qui se présente à celle qui l'attend.

    (Don Sanche d'Aragon acte 2, sc. 4 (Carlos), p.522, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  177. Tout l'honneur d'un amant, c'est d'être amant fidèle ;
    (Don Sanche d'Aragon acte 3, sc. 1 (D. Elvire), p.522, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  178. Qui n'aime que par force aime qu'on le néglige ;
    (Don Sanche d'Aragon acte 3, sc. 4 (D. Isabelle), p.524, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
  179. Quand vous m'aurez vaincu vous me raillerez mieux :
    La raillerie est belle après une victoire ;
    On la fait avec grâce aussi bien qu'avec gloire.
    Mais vous précipitez un peu trop ce dessein.

    (Don Sanche d'Aragon acte 4, sc. 2 (Carlos), p.528, in Théâtre complet, Éd. RVG, 1986)
Accueil
Derniers ajouts
Recherche par mots-clés
Historique des modifications
Qui suis-je ?
Foire aux questions
Jeux littéraires
Références moléculaires
Références virtuelles
Loi du retour
Bibliopathie
Incipit
Parcourez ces pages au son de la Pavane pour une infante défunte de Ravel

Actualisé le 05 août 2014

Plus de 520000 visites de septembre 95 à mai 2002 Depuis le 26 mai 2002
Pour une meilleure appréciation du site, je vous invite à utiliser une version plus récente d'un navigateur. Je vous suggère particulièrement Mozilla (www.mozilla.org) qui est libre. C'est une façon active et positive de promouvoir la liberté sur le net que d'utiliser ce puissant navigateur. Merci !