Au fil de mes lectures
Gilles G. Jobin

Les Auteurs
À la suite de chaque auteur
se trouve, entre parenthèses,
le nombre de citations.
Abbé Ernest (13)
Achard Marcel (32)
Adams Douglas (11)
Aguéev M. (17)
Alain (169)
Albalat Antoine (57)
Albee Edward (10)
Alberoni Francesco (59)
Allen Woody (16)
Anaxagore (2)
Anonyme (30)
Anouilh Jean (201)
Aragon Louis (10)
Arcand Bernard (55)
Archambault Gilles (15)
Aristophane (1)
Aristote (8)
Asimov Isaac (6)
Auclair Marcelle (39)
Audeguy Stéphane (15)
Audiberti Jacques (7)
Auster Paul (14)
Aymé Marcel (3)
Bach Richard (12)
Bachelard Gaston (228)
Baillargeon Normand (8)
Balzac Honoré de (34)
Baricco Alessandro (88)
Barjavel René (82)
Baruk Stella (7)
Bashô Matsuo (2)
Bataille Georges (4)
Bauchau Henry (12)
Baudelaire Charles (12)
Bazin Hervé (18)
Beaumarchais (67)
Beauvoir Simone de (7)
Beckett Samuel (3)
Begeler Clémence (1)
Ben Jelloun Tahar (18)
Bennett Alan (2)
Berberova Nina (4)
Bergier Jacques (3)
Bergson Henri (13)
Bernanos Georges (17)
Bernard Tristan (7)
Bernhard Thomas (284)
Bernheim Emmanuèle (4)
Besnard Lucien (1)
Besnier Michel (6)
Bias (de Priène) (3)
Bidou Henry (1)
Bierce Ambrose (144)
Billon Pierre (2)
Bioy Casares Adolfo (7)
Birabeau André (5)
Bismuth Nadine (1)
Blais Marie-Claire (16)
Blake William (1)
Blanchot Maurice (7)
Blasband Philippe (1)
Block Lawrence (4)
Blondin Robert (15)
Bobin Christian (419)
Bonaventure d'Argonne (9)
Borges Jorge Luis (84)
Bouchard Serge (89)
Bouillier Henri (2)
Boulanger Daniel (8)
Boulgakov Mikhaïl (19)
Bourgault Pierre (29)
Bradbury Ray (6)
Brautigan Richard (13)
Brie Albert (271)
Brieux Eugène (1)
Brisebois Robert (26)
Bruckner Pascal (123)
Burroughs-Jobin (1)
Buson Yosa (18)
Butler Samuel (1)
Buzzati Dino (7)
Calvino Italo (8)
Camus Albert (190)
Canetti Elias (39)
Caragiale Ion Luca (2)
Card Orson Scott (7)
Carrel Alexis (45)
Carrère Emmanuel (3)
Carroll Lewis (6)
Carvel Paul (69)
Carver Raymond (9)
Cauvin Patrick (7)
Céline (78)
Chamfort Sébastien (88)
Chapsal Madeleine (22)
Char René (15)
Charon Jean E. (3)
Chateaubriand (19)
Chebel Malek (5)
Chesterton Gilbert Keith (16)
Chilon (Le Lacédémonien) (4)
Ciceron (11)
Cioran Emil Michel (176)
Claudel Paul (31)
Claudel Philippe (4)
Cléobule (de Lindos) (2)
Cocteau Jean (37)
Coelho Paulo (45)
Cohen Olivier (1)
Cohen Albert (27)
Collin D'Harleville (3)
Conan Doyle Sir Arthur (9)
Condé Maryse (1)
Confucius (31)
Connelly Michael (6)
Corneille Pierre (170)
Cossé Laurence (6)
Cossery Albert (5)
Cueco Henri (11)
Curel François de (6)
Cyrulnik Boris (40)
D'Amours Guy (12)
Dannemark Francis (12)
Dard Fréderic (34)
Darrieussecq Marie (2)
Daudet Alphonse (6)
Davies Robertson (31)
Davis P.J. (1)
De Luca Erri (14)
De Prada Juan Manuel (16)
Del Rey Lester (2)
Delerm Philippe (14)
Delorme Gilles (1)
Démocrite (27)
Desbordes Michèle (2)
Descaves Pierre (22)
Desplechin Marie (13)
Destouches (17)
Dhôtel André (3)
Dick Philip K. (1)
Diderot Denis (56)
Djian Philippe (2)
Dorin Françoise (5)
Dostoïevsky Fiodor M. (73)
Dubé Marcel (10)
Dubos René (15)
Duras Marguerite (34)
Durrell Lawrence (27)
Dürrenmatt Friedrich (1)
Eco Umberto (17)
Ehrenberg Alain (3)
Ehrenstein Albert (4)
Einstein Albert (27)
Eliot T.S. (13)
Empédocle (3)
Engel Peter (3)
Épictète (8)
Épicure (7)
Érasme (24)
Escarpit Robert (30)
Eschyle (66)
Euripide (174)
Fadiman Anne (12)
Faguet Émile (41)
Fante John (1)
Faraggi C. (2)
Faulkner William (25)
Fénéon Félix (9)
Ferguson Marylin (33)
Fermine Maxence (31)
Ferron Jacques (38)
Ferry Luc (20)
Fine Reuben (1)
Flaubert Gustave (60)
Folco Michel (10)
Fox Paula (4)
François Annie (9)
Franzen Jonathan (1)
Fuentes Carlos (16)
Fuyuno Niji (2)
Gaarder Jostein (34)
Gailly Christian (6)
Garcia Lorca Federico (6)
Garcia Marquez Gabriel (6)
Gary Romain (40)
Gauthier Louis (9)
Gavalda Anna (10)
Genet Jean (2)
Gibran Khalil (36)
Gide André (59)
Giono Jean (35)
Giraudoux Jean (168)
Goethe (19)
Gogol Nicolas (6)
Goldoni Carlo (5)
Gorki Maxime (6)
Gougaud Henri (64)
Gourio Jean-Marie (79)
Grangé (4)
Green Julien (14)
Grimaud Hélène (19)
Guedj Denis (13)
Guillevic Eugène (43)
Guilloux Louis (2)
Guiraud Edmond (4)
Guitry Sacha (301)
Guitton Jean (19)
Hadamard Jacques (29)
Hamsun Knut (2)
Handke Peter (14)
Hanff Helene (5)
Hashi Kanseki (1)
Havel Václav (4)
Hébert Anne (10)
Hemingway Ernest (1)
Héraclite (18)
Hérodote (1)
Herriot Édouard (80)
Hersh R. (1)
Hesse Hermann (72)
Higon Albert (3)
Hillerman Tony (4)
Himanen Pekka (21)
Homel David (17)
Horace (9)
Houellebecq Michel (16)
Hrabal Bohumil (7)
Hugo Victor (173)
Huston Nancy (8)
Ibsen Henrik (34)
Illich Ivan (45)
Inoué Yasushi (4)
Ionesco Eugène (50)
Israël Gérard (4)
Issa Kobayashi (9)
Jaccard Roland (57)
Jacquard Albert (47)
Jankélévitch Vladimir (2)
Jarry Alfred (10)
Joubert Joseph (514)
Jouhandeau Marcel (5)
Jouxtel Pascal (23)
Juliet Charles (8)
Jung Carl Gustav (16)
Jünger Ernst (14)
Kant Emmanuel (11)
Kawabata Yasunari (3)
Keelt Arthur (8)
Kerbaker Andrea (2)
Kerouac Jack (4)
Kierkegaard Sören (40)
Klein Gérard (7)
Kôda Rohan (1)
Koestler Arthur (38)
Kourkov Andreï (4)
Kourouma Ahmadou (19)
Kraus Karl (16)
Kubota Kuhona (1)
Kuhn Thomas S. (28)
Kundera Milan (330)
Kureishi Hanif (23)
La Fontaine Jean de (173)
La Rochefoucauld (176)
Labiche Eugène (11)
Lablénie Edmond (1)
Lachièze-Rey Marc (1)
Lafargue Paul (5)
Larbaud Valery (9)
LaRue Monique (24)
Latzarus Louis (28)
Laxness Halldor (8)
Le Clézio Jean-Marie G. (4)
Lec (166)
Leclerc Félix (37)
Lehane Dennis (14)
Leloup Jean-Yves (9)
Lemarchand Jacques (2)
Leon Donna (3)
Leopardi Giacomo (30)
Leroux Gaston (1)
Lesage Alain René (15)
Lescure Jean (7)
Lessing (1)
Leucippe (1)
Lewis Roy (13)
Lewis C.S. (10)
Lichtenberg G.C. (144)
Lieberman Herbert (4)
Lispector Clarice (45)
Lobo Antunes Antonio (14)
Lodge David (2)
Loranger Françoise (3)
Lorentz Konrad (11)
Louvet Jean (2)
Maalouf Amin (13)
Maeterlinck Maurice (6)
Manguel Alberto (18)
Mankell Henning (40)
Marc-Aurèle (16)
Marcel Gabriel (6)
Marinina Alexandra (33)
Marivaux (14)
Martel Yann (10)
Martinez Guillermo (6)
Mauriac François (9)
Maurois André (110)
Mauvignier Laurent (4)
McCoy Horace (2)
Mélissos (1)
Melville Herman (4)
Méré Charles (3)
Mérimée Prosper (2)
Merle Robert (22)
Meyrinck Gustav (8)
Mille Pierre (1)
Miller Arthur (3)
Miller Henry (13)
Millet Olivier (3)
Mingarelli Hubert (4)
Mishima Yukio (2)
Mithois Marcel (3)
Mitsuhashi Takajo (1)
Mitton Damien (2)
Modiano Patrick (2)
Molière (76)
Montaigne Michel de (201)
Montherlant Henry de (128)
Morand Paul (37)
Moravia Alberto (20)
Morin Edgar (202)
Murakami Haruki (4)
Murry John Middleton (1)
Musil Robert (8)
Musset Alfred de (36)
Nabokov Vladimir (28)
Nadolny Sten (30)
Naquet Philippe (3)
Negroponte Nicholas (14)
Neveu Richard (1)
Nietzsche Friedrich (42)
Nimier Roger (5)
Nooteboom Cees (17)
Nothomb Amélie (55)
Novalis (14)
Nyssen Hubert (4)
O'Casey Sean (2)
O'Neill Eugene (2)
Ollivier Mikaël (5)
Orsenna Erik (19)
Orwell George (10)
Osborne John (2)
Oster Christian (6)
Ozaki Hôsai (1)
Paasilinna Arto (12)
Page Martin (12)
Pagels Heinz (23)
Pagnol Marcel (32)
Pailleron Edouard (17)
Pamuk Orhan (21)
Papert Seymour (52)
Parménide (1)
Pascal Blaise (128)
Patier Xavier (6)
Pauwels Louis (92)
Péguy Charles (53)
Pelt Jean-Marie (2)
Pennac Daniel (153)
Penrose Roger (3)
Perec Georges (7)
Perez-Reverte Arturo (10)
Perret Jacques (4)
Perros Georges (79)
Perruchot Henri (40)
Pessoa Fernando (63)
Pieyre de Mandiargues (10)
Pilhes René Victor (9)
Pingaud Bernard (6)
Pirandello Luigi (16)
Plaute (7)
Plutarque (9)
Poe Edgar Allan (17)
Pontalis J.-B. (56)
Prévert Jacques (13)
Proulx Monique (10)
Proust Marcel (46)
Quignard Pascal (94)
Quint Michel (8)
Racine Jean (90)
Reeves Hubert (18)
Regnard Jean-François (12)
Renard Jules (381)
Reza Yasmina (7)
Ricoeur Paul (3)
Rilke Rainer Maria (11)
Rivarol Antoine de (42)
Rogers Carl (5)
Romains Jules (5)
Rostand Jean (282)
Rostand Edmond (14)
Roth Philip (11)
Rougier Stan (10)
Roussin André (13)
Roy Claude (140)
Russell Bertrand (39)
Sa Shan (10)
Sabato Ernesto (8)
Sablé Marquise de (36)
Sackville-West Vita (7)
Sagan Françoise (15)
Saint-Cyran (2)
Saint-Exupéry Antoine de (60)
Saint-Martin (1)
Sainte-Beuve (44)
Sakaguchi Ango (4)
Salinger Jerome David (12)
Salvayre Lydie (7)
Sansot Pierre (17)
Saramago José (76)
Sarment Jean (5)
Sartre Jean-Paul (103)
Satie Érik (35)
Saumont Annie (4)
Schmitt Eric-Emmanuel (22)
Schopenhauer Arthur (33)
Scutenaire Louis (147)
Senancour (1)
Séneque (13)
Sepulveda Luis (18)
Serres Michel (58)
Shakespeare William (204)
Shaw George Bernard (16)
Shiki Masaoka (2)
Sijie Dai (2)
Silesius Angelus (45)
Simenon Georges (2)
Singer Christiane (11)
Skemp Richard R. (9)
Solemne Marie de (7)
Soljenitsyne Alexandre (1)
Solon (1)
Sophocle (78)
Sorin Raphaël (1)
Sôseki Natsume (18)
Soupault Philippe (12)
Stapeldon Olaf (7)
Steiner Kurt (1)
Stendhal (1)
Sternberg Jacques (47)
Stevenson Robert Louis (1)
Strindberg August (10)
Sturgeon Theodor (1)
Swift Jonathan (1)
Süskind Patrick (17)
Tagore Rabindranath (15)
Takashima Shigeru (1)
Takayama Kyoshi (3)
Tchékhov Anton (20)
Thériault Yves (2)
Thibon Gustave (138)
Thom René (1)
Thomas Chantal (11)
Thoreau Henry David (15)
Tirtiaux Bernard (14)
Tolstoï Léon (1)
Toole J. Kennedy (1)
Tournier Michel (146)
Unamuno Miguel de (208)
Ungaretti Giuseppe (16)
Vadeboncoeur Pierre (10)
Valéry Paul (56)
Van Cauwelaert Didier (18)
Vaneigem Raoul (65)
Vargas Fred (5)
Vauvenargues (80)
Verne Jules (14)
Vialar Paul (21)
Vian Boris (8)
Vigneault Gilles (9)
Vila-Matas Enrique (3)
Villiers de l'Isle-Adam (19)
Voilquin Jean (1)
Voltaire (68)
Watzlawick Paul (3)
Weil Simone (36)
Wells H.G. (24)
Werber Bernard (18)
Weyergans François (9)
Wharton Edith (2)
Wilde Oscar (35)
Williams Tennessee (6)
Woolf Virginia (6)
Xénophane (2)
Yamaguchi Seishi (2)
Yeats William Butler (4)
Yourcenar Marguerite (64)
Zafón Carlos Ruiz (28)
Zola Émile (3)
Zweig Stefan (60)
    Jean Anouilh
    1910-1987
  1. Avant le jour de sa mort, personne ne sait exactement son courage...
    (Becket, p.14, Livre de Poche no1716)
  2. Et tout s'oublie à vivre.
    (Becket, p.15, Livre de Poche no1716)
  3. Dans les périls de la navigation, l'instinct de conservation des hommes leur a fait, depuis longtemps, reconnaître qu'il fallait un seul maître à bord. Les équipages révoltés qui ont noyé leur capitaine, finissent toujours, après quelques temps d'anarchie, par se confier, corps et âmes, à l'un des leurs, qui se met à régner sur eux, plus durement parfois que leur capitaine noyé.
    (Becket, p.23, Livre de Poche no1716)
  4. LE ROI : Pourquoi mets-tu des étiquettes sur tout, pour justifier tes sentiments ?
    BECKET : Parce que, sans étiquettes, le monde n'aurait plus de forme [...]

    (Becket, p.31, Livre de Poche no1716)
  5. Il faut que les peuples aient peur. À la minute où ils cessent d'avoir peur, ils n'ont qu'une idée, c'est de faire peur à leur tour.
    (Becket, p.37, Livre de Poche no1716)
  6. La beauté est une des rares choses qui ne font pas douter de Dieu.
    (Becket, p.45, Livre de Poche no1716)
  7. C'est parce qu'on pense, qu'il y a des problèmes. Un jour, à force de penser, tu te trouveras devant un problème, ta grosse tête te présentera une solution et tu te flanqueras dans une histoire impossible - qu'il aurait été beaucoup plus simple d'ignorer, comme le font la plupart des imbéciles qui, eux, vivent vieux.
    (Becket, p.69, Livre de Poche no1716)
  8. La seule chose qui soit immorale [...] c'est de ne pas faire ce qu'il faut, quand il le faut.
    (Becket, p.84, Livre de Poche no1716)
  9. [...] il ne faut jamais désespérer son ennemi. Cela le rend fort. La douceur est une meilleure politique. Elle dévirilise. Une bonne occupation ne doit pas briser, elle doit pourrir.
    (Becket, p.86, Livre de Poche no1716)
  10. Les policiers ont un peu tendance à voir des assassins partout, pour se faire valoir.
    (Becket, p.90, Livre de Poche no1716)
  11. Les rois sont de pauvres bougres qui n'ont le loisir d'être honnête homme qu'une fois sur deux.
    (Becket, p.134, Livre de Poche no1716)
  12. BECKET : Je ne suis qu'un exilé.
    LE ROI : C'est aussi un titre important, en France.

    (Becket, p.137, Livre de Poche no1716)
  13. La sincérité est un calcul comme un autre.
    (Becket, p.141, Livre de Poche no1716)
  14. [...] nous avons une grande force, [...] c'est de ne pas savoir exactement ce que nous voulons. De l'incertitude profonde des desseins naît une étonnante liberté de manoeuvre.
    (Becket, p.144, Livre de Poche no1716)
  15. La sainteté est une tentation.
    (Becket, p.146, Livre de Poche no1716)
  16. C'est bon de mourir pour quelque chose. De se dire qu'on est un petit grain de sable, c'est tout, mais qu'à force de mettre des grains de sable dans la machine, un jour, elle grincera et elle s'arrêtera.
    (Becket, p.174, Livre de Poche no1716)
  17. C'est beau un jardin qui ne pense pas encore aux hommes.
    (Antigone, p.23, Éd. de la Table Ronde)
  18. Comprendre. Toujours comprendre. Moi, je ne veux pas comprendre.
    (Antigone, p.30, Éd. de la Table Ronde)
  19. C'est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles.
    (Antigone, p.32, Éd. de la Table Ronde)
  20. C'est plein de disputes un bonheur.
    (Antigone, p.39, Éd. de la Table Ronde)
  21. C'est laid un homme qui a peur.
    (Antigone, p.63, Éd. de la Table Ronde)
  22. Pour dire oui, il faut suer et retrousser les manches, empoigner la vie à pleines mains et s'en mettre jusqu'aux coudes. C'est facile de dire non, même si on doit mourir. Il n'y a qu'à ne pas bouger et attendre. Attendre pour vivre, attendre même pour qu'on vous tue. C'est trop lâche.
    (Antigone, p.65, Éd. de la Table Ronde)
  23. [La vie] est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-là.
    (Antigone, p.71, Éd. de la Table Ronde)
  24. Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas...
    (Antigone, p.71, Éd. de la Table Ronde)
  25. [...] la vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison.
    (Antigone, p.72, Éd. de la Table Ronde)
  26. Moi, je veux tout, tout de suite, - et que ce soit entier - ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite - ou mourir.
    (Antigone, p.74, Éd. de la Table Ronde)
  27. [...] Antigone était faite pour être morte.
    (Antigone, p.78, Éd. de la Table Ronde)
  28. Chacun de nous a un jour, plus ou moins triste, plus ou moins lointain, où il doit accepter d'être un homme.
    (Antigone, p.80, Éd. de la Table Ronde)
  29. Regarde-moi, c'est cela devenir un homme, voir le visage de son père en face, un jour.
    (Antigone, p.81, Éd. de la Table Ronde)
  30. Il faudrait ne jamais devenir grand.
    (Antigone, p.92, Éd. de la Table Ronde)
  31. Je me demande comment, étant musicien, tu peux encore aimer la musique.
    (Eurydice, p.12, Livre de Poche no3277)
  32. Ah ! l'incertain, le troublant premier jour. On se cherche, on se sent, on se devine, on ne se connaît pas encore et on sait pourtant déjà que cela durera toute la vie...
    (Eurydice, p.30, Livre de Poche no3277)
  33. Ah ! nos nuits d'amour, Lucienne ! L'union des corps et des coeurs. L'instant, l'instant unique où on ne sait plus si c'est la chair ou si c'est l'âme qui palpite...
    (Eurydice, p.36, Livre de Poche no3277)
  34. Je parle tout le temps, mais je ne sais pas répondre. C'est d'ailleurs pour cela que je parle tout le temps, pour empêcher qu'on me questionne. C'est ma façon d'être muette.
    (Eurydice, p.48, Livre de Poche no3277)
  35. Oh ! il ne faut par croire que c'est très compliqué d'être mystérieuse. Il suffit de ne penser à rien, c'est à la portée de toutes les femmes.
    (Eurydice, p.49, Livre de Poche no3277)
  36. Oh ! Pourquoi demander qui on est ? Cela veut dire si peu de chose, qui on est...
    (Eurydice, p.51, Livre de Poche no3277)
  37. La mort est douce... Ce qui fait souffrir avec certains poisons, certaines blessures maladroites, c'est la vie.
    (Eurydice, p.75, Livre de Poche no3277)
  38. Il y en a des choses qu'on ne veut pas comme cela dans le monde et qui sont là bien tranquilles, bien énormes, comme la mer.
    (Eurydice, p.79, Livre de Poche no3277)
  39. Ah ! que c'est difficile, que c'est difficile de toujours expliquer tout !...
    (Eurydice, p.148, Livre de Poche no3277)
  40. Tu ne seras pas seul, on n'est jamais seul. On est avec soi, c'est autre chose, tu le sais bien...
    (Eurydice, p.173, Livre de Poche no3277)
  41. La vie est ainsi faite que les pères imbéciles en savent aussi long, quelquefois plus long sur elle que les pères intelligents. La vie n'a pas besoin d'intelligence. C'est même ce qu'elle peut rencontrer de plus gênant dans sa marche joyeuse.
    (Eurydice, p.183, Livre de Poche no3277)
  42. Je ne suis pas de ceux qui se consolent d'un mal en disant " c'est la vie ". Qu'est-ce que vous voulez que cela me fasse, à moi, que ce soit la vie ?... Qu'un million de grains de sable soient broyés en même temps que moi ?
    (Eurydice, p.184, Livre de Poche no3277)
  43. Vous êtes tous les mêmes. Vous avez soif d'éternité et dès le premier baiser vous êtes verts d'épouvante parce que vous sentez obscurément que cela ne pourra pas durer. Les serments sont vite épuisés.
    (Eurydice, p.188, Livre de Poche no3277)
  44. [La mort] seule donne à l'amour son vrai climat.
    (Eurydice, p.189, Livre de Poche no3277)
  45. Vous êtes très jeune, Cécile, vous apprendrez en grandissant que c'est toute une affaire de vivre. En fait, me direz-vous, il suffit de se lever le matin et de se coucher le soir et avec un peu de patience le jour passe...
    (Cécile ou l'école des pères, p.119, Folio no1102)
  46. Je ne saurai jamais si tu m'aimes vraiment et ce que cachent tes sourires ; et s'il t'advient de t'absenter une heure un jour, un ver me rongera le coeur à jamais. Car tu mentiras toujours et tu seras pour moi un éternel mystère... C'est cela vivre, Araminthe ! C'est cela être femme et aimer !
    (Cécile ou l'école des pères, p.143, Folio no1102)
  47. N'aimer que soi, cela doit être bien monotone.
    (Cécile ou l'école des pères, p.144, Folio no1102)
  48. M. Orlas : L'amour, l'amour... Que sais-tu de l'amour, à ton âge ?
    Cécile : Tout ce qu'on n'en apprend pas, monsieur, c'est-à-dire presque tout.

    (Cécile ou l'école des pères, p.144, Folio no1102)
  49. On ne sait jamais où sont les autres... On sait à peine où l'on est soi-même, ici-bas.
    (Roméo et Jeannette, p.220, Livre de Poche no3277)
  50. C'est extraordinaire le nombre de gens décidés à agir coûte que coûte qu'il peut y avoir sur cette planète. Si nous n'étions pas quelques philosophes à nous tenir tranquilles, on se bousculerait. Ce serait trop petit.
    (Roméo et Jeannette, p.228, Livre de Poche no3277)
  51. Quand je serai vieille, quand je comprendrai tout, comme les autres, je sais que je dirai cela moi aussi, que rien n'est de la faute de personne. Cela doit être bon tout d'un coup, de tout admettre ; de tout excuser, de ne plus jamais se révolter. Vous ne trouvez pas que c'est long, vous, d'être vieux ?
    (Roméo et Jeannette, p.254, Livre de Poche no3277)
  52. Quelle comptabilité harassante de vivre !
    (Roméo et Jeannette, p.277, Livre de Poche no3277)
  53. Ce qui est doux, c'est d'être arrivé quelque part, fût-ce au bout du désespoir, et de dire : Ah ! bon, c'était là. Je suis arrivé maintenant.
    (Roméo et Jeannette, p.316, Livre de Poche no3277)
  54. Mourir, ce n'est rien. Commence donc par vivre. C'est moins drôle et c'est plus long.
    (Roméo et Jeannette, p.331, Livre de Poche no3277)
  55. C'est quand on comprend qu'il n'y a rien à casser qu'on commence à devenir un homme. On vit très bien avec une douleur, vous verrez, une fois que la connaissance est faite. On lui découvre des subtilités, des replis. On en devient le spécialiste.
    (Roméo et Jeannette, p.344, Livre de Poche no3277)
  56. Frédéric : On doit sortir un jour de son monde d'enfant et accepter que tout ne soit pas aussi beau que lorsqu'on était petit.
    Jeannette : Je ne veux pas devenir grande. Je ne veux pas apprendre à dire oui. Tout est trop laid.

    (Roméo et Jeannette, p.367, Livre de Poche no3277)
  57. J'adore que la jeunesse m'insulte. Cela me rassure sur mon sens politique.
    (La foire d'empoigne, p.18, Folio no1102)
  58. Je vous dis que j'ai horreur des consciences ! Cela finit toujours par être embarrassant - pour gouverner. J'aime les héros qui ont peur de moi et qui se font payer très cher. Cela me rassure. Les hommes désintéressés c'est toujours hors de prix.
    (La foire d'empoigne, p.33, Folio no1102)
  59. Quelle foire d'empoigne, l'histoire de France !
    (La foire d'empoigne, p.33, Folio no1102)
  60. Croyez-moi, on a presque toujours quelque chose de mieux à faire que de mourir.
    (La foire d'empoigne, p.75, Folio no1102)
  61. Ceux qui vous diront que la jeunesse a besoin d'un idéal sont des imbéciles. [...] Croyez-moi, tout le mal vient des vieillards, ils se nourrissent d'idées et les jeunes en meurent.
    (La foire d'empoigne, p.75, Folio no1102)
  62. Un vrai homme est son propre père.
    (La foire d'empoigne, p.86, Folio no1102)
  63. CHARLOTTE : On marie ta fille dans trois semaines et toi, tu lis ?
    ANTOINE : Oui.
    CHARLOTTE : Qu'est-ce que tu lis ?
    ANTOINE : Le code civil. Au chapitre des divorces. J'étudie les moyens de la tirer de là l'année prochaine.
    CHARLOTTE : Tu es un monstre ! Ces enfants s'aiment !
    ANTOINE : C'est ce qui me fait peur. Nous nous aimions nous aussi.

    (Les poissons rouges, p.10, Folio no6)
  64. CHARLOTTE :[...] Toi, tu mets ton point d'honneur à ne pas être dans le vent !
    ANTOINE :J'ai peur de m'enrhumer.

    (Les poissons rouges, p.13, Folio no6)
  65. LA PREMIÈRE DAME : Cela existe, l'âge de raison, pour les hommes ?
    ANTOINE : Mais oui, mais oui... Un pied dans la tombe, ils comprennent qu'ils ont été terriblement inattentifs, et qu'ils ont laissé passer le bonheur...

    (Les poissons rouges, p.31, Folio no6)
  66. CHARLOTTE : Tout le monde ne peut pas être artiste !
    ANTOINE : Tu as raison, cela ferait de l'encombrement.

    (Les poissons rouges, p.33, Folio no6)
  67. On imagine mal un prêtre tout nu.
    (Les poissons rouges, p.35, Folio no6)
  68. Le plaisir, quand on est une honnête femme, cela ne vous laisse jamais la conscience tranquille.
    (Les poissons rouges, p.37, Folio no6)
  69. Le drame de la belle-mère, ce personnage comique du répertoire, c'est qu'il est l'image de la durée...
    (Les poissons rouges, p.37, Folio no6)
  70. C'est tout un art, la dispute conjugale, un art très ancien et très respectable.
    (Les poissons rouges, p.42, Folio no6)
  71. D'ailleurs, je crois à l'indissolubilité du mariage : c'est la seule garantie qu'on ait, de ne pas faire l'imbécile deux fois.
    (Les poissons rouges, p.44, Folio no6)
  72. Toutes les femmes ont un amant un jour ou l'autre, parce que toutes les femmes ont le droit d'être un peu elles-mêmes, sans être obligées de subir la tyrannie muette des leurs.
    (Les poissons rouges, p.65, Folio no6)
  73. Quand les petits ramoneurs ne se retourneront plus dans la rue, alors je comprendrai que je suis devenue vieille...
    (Les poissons rouges, p.66, Folio no6)
  74. De nos jours, le premier penseur de bistrot venu, sous prétexte qu'il boit un coca-cola, les fesses sur du plastic, sous un tube de néon, a tendance à croire qu'il en sait forcément plus long que Platon !
    (Les poissons rouges, p.73, Folio no6)
  75. Si tous les hommes étaient gynécologues, il y aurait beaucoup moins de crimes passionnels !
    (Les poissons rouges, p.74, Folio no6)
  76. Je voudrais bien savoir comment ils le font, l'amour, les conseillers conjugaux. Cela doit être gai !
    (Les poissons rouges, p.74, Folio no6)
  77. [...] je ne discute jamais, ni sur la politique ni sur l'amour. Ce sont des sujets sur lesquels on s'est tu, pendant des siècles, et c'est depuis que tout le monde s'en mêle que rien ne va plus ! Autrefois, la politique, c'était l'affaire des ministres, et l'amour l'affaire des putains. C'étaient elles, les conseillers conjugaux, et permettez-moi de vous dire qu'elles en savaient un peu plus long que les vôtres ! Aujourd'hui, tout le monde veut être ministre et tout le monde veut être putain !
    (Les poissons rouges, p.75, Folio no6)
  78. Il ne faut jamais dire la vérité : c'est elle le vrai désordre.
    (Les poissons rouges, p.96, Folio no6)
  79. La misère humaine me bouleverse ; la vue d'un malheureux et je suis saint Vincent de Paul, mais je n'aime pas qu'on insiste. Et on insiste toujours. Le malheur manque de tact.
    (Les poissons rouges, p.116, Folio no6)
  80. Le mariage, ma petite, c'est la robe. Après, évidemment, on a la mari !
    (Les poissons rouges, p.123, Folio no6)
  81. CAMOMILLE : C'est de toi ?
    ANTOINE : Quoi ?
    CAMOMILLE : Ce que tu viens de dire.
    ANTOINE : Je l'espère. On ne sait jamais. J'ai le plagiat inconscient.

    (Les poissons rouges, p.126, Folio no6)
  82. [...] la souffrance [...] c'est un privilège qui n'est pas donné à tout le monde.
    (La Sauvage, p.130, Folio no153)
  83. Il y aura toujours un chien perdu quelque part qui m'empêchera d'être heureuse...
    (La Sauvage, p.181, Folio no153)
  84. Il y a des êtres qui ne peuvent respirer que dans le luxe. Si on leur enlève le luxe, ils s'étiolent.
    (L'invitation au château, p.208, Folio no153)
    Voir la citation 97 du même auteur!
  85. [...] il ne faut pas avoir peur des gens méchants, Mademoiselle, ce sont de pauvres diables comme les autres. Les imbéciles seuls sont vraiment redoutables !
    (L'invitation au château, p.216, Folio no153)
  86. Quand on est laid, on n'a jamais vingt ans.
    (L'invitation au château, p.248, Folio no153)
  87. L'homme que j'aime doit être noble et courageux, mais l'homme que je trompe aussi.
    (L'invitation au château, p.258, Folio no153)
  88. C'est laid, c'est obscène, les regards des hommes ! Cela se pose sur vous comme des chenilles, comme des limaces, cela se glisse partout.
    (L'invitation au château, p.272, Folio no153)
  89. [À propos des pauvres]
    À force de n'être chez eux nulle part, ils ont fini par prendre le mauvais genre de s'y croire partout.

    (L'invitation au château, p315., Folio no153)
  90. Les hommes vous supplient, on se croit la plus forte, et c'est vrai, pendant tout le temps qu'ils vous désirent, on peut tout. Leur argent, leur bonheur, leur famille, tout leur paraît vain. Mais si on laisse passer le bon moment, si on les laisse penser une seule fois, pendant une toute petite minute, qu'après tout ils pourraient vivre sans vous, c'est fini, ma belle ! Ils se retrouvent tout d'un coup avec leurs millions, leurs bonnes vies tranquilles, et toutes les autres jolies filles du monde, pour beaucoup moins cher, à leur disposition.
    (L'invitation au château, p.321, Folio no153)
  91. Cela vieillit, tu sais, d'être une jolie fille sans un sou.
    (L'invitation au château, p.321, Folio no153)
  92. Même quand on sent la faiblesse momentanée de l'adversaire, il ne faut jamais s'entêter sur une position qui n'est pas raisonnable.
    (L'invitation au château, p.332, Folio no153)
  93. Ce n'est pas tout d'avoir de jolis yeux, il faut qu'une petite lampe s'allume derrière. C'est cette petite lueur qui fait la vraie beauté.
    (L'invitation au château, p.357, Folio no153)
  94. Avec un peu d'imagination, on peut très bien vivre toute sa vie en un soir.
    (Le rendez-vous de Senlis, p.13, Livre de Poche no846)
  95. [...] le silence au théâtre, c'est encore ce qu'on réussit le plus facilement...
    (Le rendez-vous de Senlis, p.37, Livre de Poche no846)
  96. Quel étrange plaisir de réaliser ses mensonges !
    (Le rendez-vous de Senlis, p.45, Livre de Poche no846)
  97. Il y a des êtres qui ne peuvent respirer que dans le luxe. Si on leur arrache leur luxe, on les tue !
    (Le rendez-vous de Senlis, p.72, Livre de Poche no846)
    Voir la citation 84 du même auteur!
  98. Mais vous n'avez pas l'air de très bien comprendre ? Je me sers pourtant de la langue française, la plus concise, la plus claire, la langue des diplomates et des souverains.
    (Le rendez-vous de Senlis, p.95, Livre de Poche no846)
  99. Il y a toujours un mais dans la vie, quand on gratte un peu la surface des choses.
    (Le rendez-vous de Senlis, p.102, Livre de Poche no846)
  100. Les apparences suffisent largement à faire un monde.
    (Le rendez-vous de Senlis, p.102, Livre de Poche no846)
  101. Comme on est exigeant, toujours ! On commence par ne pas vouloir moins d'une vie de bonheur, puis on apprend que quelques années volées, c'est déjà une étrange chance... Après, on accepte de se contenter d'un soir... Et puis, tout d'un coup, il ne vous reste plus que cinq minutes, et on arrive à trouver que c'est encore une oasis infinie, cinq minutes de bonheur !
    (Le rendez-vous de Senlis, p.110, Livre de Poche no846)
  102. Tout le monde est honnête d'une certaine manière. Le malheur, c'est qu'il n'y en a qu'une qui est officielle.
    (Le rendez-vous de Senlis, p.133, Livre de Poche no846)
  103. Il y a tant de façons de se taire en écoutant parler l'homme qu'on aime.
    (Léocadia, p.220, Livre de Poche no846)
  104. On prend toujours pour des imbéciles les gens qui ne se sentent pas comme vous.
    (Léocadia, p.229, Livre de Poche no846)
  105. Les filles, c'est pur comme l'enfant, ça vous tend leur front pour le baiser du soir avec des yeux bien clairs où on peut lire jusqu'au fond, une dernière fois un soir. Et puis crac ! le lendemain matin - on les a pourtant enfermées à clef - on ne sait pas ce qui s'est passé, on ne peut plus rien y lire du tout, dans leurs yeux, ils vous fuient et elles vous mentent ! C'est devenu le diable.
    (L'alouette, p.18, Livre de Poche no1153)
  106. L'essentiel est de dire quelque chose de très gros et de le répéter souvent, c'est comme cela qu'on fait une vérité.
    (L'alouette, p.27, Livre de Poche no1153)
  107. Il n'y a que les imbéciles qui se croient volés en donnant trop à une fille.
    (L'alouette, p.45, Livre de Poche no1153)
  108. L'essentiel, quand on a un commandement, c'est de prendre une décision, quelle qu'elle soit. On s'effraie au début, puis avec l'expérience, on s'aperçoit que cela revient à peu près au même... quoi qu'on décide.
    (L'alouette, p.50, Livre de Poche no1153)
  109. Qu'est-ce que gouverner le monde [...] sinon faire croire à des imbéciles qu'ils pensent d'eux-mêmes, ce que nous leur faisons penser ?
    (L'alouette, p.60, Livre de Poche no1153)
  110. [...] avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
    (L'alouette, p.83, Livre de Poche no1153)
  111. Les gens désintéressés, c'est toujours hors de prix...
    (L'alouette, p.93, Livre de Poche no1153)
  112. Dieu ne demande rien d'extraordinaire aux hommes. Seulement d'avoir confiance en cette petite part d'eux-mêmes, qui est Lui. Seulement de prendre un peu de hauteur. Après Il se charge du reste.
    (L'alouette, p.101, Livre de Poche no1153)
  113. Plus notre ennemi est petit et fragile, plus il est tendre, plus il est pur, plus il est innocent, plus il est redoutable...
    (L'alouette, p.124, Livre de Poche no1153)
  114. On est tous les mêmes, plus ou moins fiers, plus ou moins tapageurs, mais le moment venu : la courbette.
    (Colombe, p.35, Livre de Poche no1049)
  115. Je ne veux pas que tu sois ma femme parce que tu m'aimes ! Qu'est-ce que tu veux que cela me fasse que tu m'aimes ? Demain, tu peux ne plus m'aimer. Je veux que tu sois ma femme, toujours, parce que tu l'as juré.
    (Colombe, p.45, Livre de Poche no1049)
  116. C'est comme tout d'être cocu, c'est difficile. C'est pas donné à tout le monde. Cela s'apprend.
    (Colombe, p.127, Livre de Poche no1049)
  117. La plupart de cocus piétinent parce qu'ils s'imaginent un amant de leur femme susceptible de leur plaire, à eux.
    (Colombe, p.129, Livre de Poche no1049)
  118. Le drame du cocu, c'est le drame de l'homme : la connaissance.
    (Colombe, p.130, Livre de Poche no1049)
  119. C'est drôle : on peut très bien marcher, sourire, traverser les rues et être mort.
    (Colombe, p.186, Livre de Poche no1049)
  120. Ce qui est beau, c'est ce qu'on aime !
    (Colombe, p.192, Livre de Poche no1049)
  121. La Comtesse : Vous leur dites que vous les aimez d'amour, à vos maîtresses ?
    Le Comte : Il faut bien. Les femmes sont tellement formalistes.

    (La répétition, p.20, Folio no444)
  122. [La Comtesse à son amant]
    [...] vous avez réussi cette chose extraordinaire de rendre le péché plus ennuyeux que la vertu.

    (La répétition, p.31, Folio no444)
  123. Pourquoi l'amour ne serait-il pas d'abord ce qui fait plaisir au coeur ? On a bien le temps de souffrir par la suite.
    (La répétition, p.35, Folio no444)
  124. Nous vivons dans un monde qui a complètement perdu l'usage du point-virgule, nous parlons tous par phrases inachevées, avec trois petits points sous-entendus, parce que nous ne trouvons jamais le mot juste.
    (La répétition, p.46, Folio no444)
  125. Le monde est plein de midinettes prêtes à adorer les princes quels qu'ils soient.
    (La répétition, p.67, Folio no444)
  126. Être ivrogne ce n'est pas une sinécure... Si tu savais l'intention et la persévérance qu'il faut ! Toujours à remplir des verres et à les vider. On vous prend pour un riche oisif, en fait c'est un travail de plongeur.
    (La répétition, p.77, Folio no444)
  127. Je trouve que c'est le genre [en parlant du roman policier] le plus niais du monde. Se torturer à embrouiller artificiellement une histoire pour se donner la fausse élégance de la dénouer en trois pages à la fin, c'est une activité de plaisantin.
    (La répétition, p.87, Folio no444)
  128. [...] avec cette façon universelle de se farder, toutes les femmes qui ne sont pas trop laides se ressemblent, en fin de compte.
    (La répétition, p.88, Folio no444)
  129. [...] je tiens l'intelligence pour peu, c'est l'arme des pauvres.
    (La répétition, p.88, Folio no444)
  130. Je m'intéresse assez peu, personnellement, aux confidences. C'est toujours à peu près la même chose et cela ne soulage que celui qui les fait.
    (La répétition, p.108, Folio no444)
  131. [...] il n'y a qu'un remède à l'amour : la fuite.
    (La répétition, p.125, Folio no444)
  132. [...] le bonheur est un exercice solitaire.
    (La répétition, p.130, Folio no444)
  133. C'est drôle, c'est dans le souvenir que les choses prennent leur vraie place [...]
    (Ne réveillez pas Madame..., p.53, Folio no1318)
  134. Bachman : Parce que lui il est à part. C'est quelqu'un.
    Rosa : Oui mais tous les jours c'est lourd quelqu'un...

    (Ne réveillez pas Madame..., p.59, Folio no1318)
  135. Les nouvelles, moi, ça ne m'intéresse pas. D'abord, le lendemain elles sont vieilles.
    (Ne réveillez pas Madame..., p.64, Folio no1318)
  136. C'est ça la vie, penser à rien avec des copains qu'on aime bien.
    (Ne réveillez pas Madame..., p.93, Folio no1318)
  137. Le texte, au théâtre, c'est encore ce qu'il y a de moins important. Ils n'entendent qu'une phrase sur deux.
    (Ne réveillez pas Madame..., p.101, Folio no1318)
  138. [Les jeunes] sont déjà les vieux de quelqu'un.
    (Ne réveillez pas Madame..., p.134, Folio no1318)
  139. S'il fallait mourir chaque fois qu'on fait une bêtise, il n'y aurait pas assez de poison sur la terre.
    (Ne réveillez pas Madame..., p.159, Folio no1318)
  140. Pauvres enfants ! C'est toujours eux qui paient les bêtises des grands, en attendant d'être en âge de faire soigneusement les mêmes.
    (Ne réveillez pas Madame..., p.161, Folio no1318)
  141. Le plaisir, c'est encore la seule chose qui oblige les hommes à un peu de précision.
    (Ne réveillez pas Madame..., p.163, Folio no1318)
  142. Il n'y a que les professeurs pour croire que les chefs-d'oeuvre c'est le fruit de l'application. [...] Tu penses bien que Shakespeare, à l'époque, il ne se doutait pas qu'il écrivait Hamlet !
    (Ne réveillez pas Madame..., p.167, Folio no1318)
  143. C'est toujours dommage de ne pas avoir du génie. Mais c'est moins grave, en fin de compte, qu'on ne se l'imagine. Il suffit que les autres croient qu'on en a.
    (Ornifle, p.12, Folio no545)
  144. Je n'aime pas les sous-entendus. Je les comprends assez pour qu'ils m'inquiètent et pas assez pour les comprendre.
    (Ornifle, p.30, Folio no545)
  145. Je ne connais rien de plus ennuyeux que d'être aimé. Aimer est charmant, mais Dieu que c'est rare !
    (Ornifle, p.37, Folio no545)
  146. Je crois bien que [la facilité] est le déguisement le plus redoutable du diable.
    (Ornifle, p.41, Folio no545)
  147. L'inspiration, c'est une invention des gens qui n'ont jamais rien créé. Nous entretenons la légende pour nous faire valoir, mais entre nous, c'est un bluff. Le poète ne connaît que la commande.
    (Ornifle, p.47, Folio no545)
  148. Le visage des vrais égoïstes est supportable ; on connaît le jeu, on est tous là pour le jouer ; mais celui des philanthropes est répugnant. On n'a pas le droit de ne penser à ce point qu'à soi-même !
    (Ornifle, p.69, Folio no545)
  149. [...] on se lasse [...] de faire le tour d'une chose parfaite.
    (Ornifle, p.81, Folio no545)
  150. Les femmes ont horreur d'attendre. C'est un supplice qu'elles nous réservent.
    (Ornifle, p.131, Folio no545)
  151. FABRICE : Et à ne pas faire souffrir les autres, vous me l'apprendrez aussi ?
    ORNIFLE : C'est une science inutile. Les autres meurent de souffrir. Pourquoi se compliquer la vie et leur refuser ce plaisir ?

    (Ornifle, p., Folio no545)
  152. [...] le mensonge est parfois une forme préalable de la vérité.
    (Ornifle, p.146, Folio no545)
  153. L'expérience du bonheur est une chose épouvantable. Elle apprend que la vie ne pèse pas.
    (Ornifle, p151., Folio no545)
  154. Il n'y a qu'une seule réalité, une seule chose qui calme la faim et qui se mange comme un honnête morceau de pain : c'est l'amour. Tout le reste n'est que friandises, bonbons fondants, écoeurements.
    (Ornifle, p.165, Folio no545)
  155. Dieu, en donnant le désir, aurait pu donner en même temps aux hommes un peu plus de discernement. Ce n'est pas tout à fait au point son invention !
    (Ornifle, p.177, Folio no545)
  156. Les femmes c'est comme la soupe, il ne faut pas les laisser refroidir.
    (Ornifle, p.187, Folio no545)
  157. JOSYANE : Il n'y a pas de sots métiers.
    ADOLPHE : Non, il n'y a que de sottes gens.

    (Le Boulanger, la Boulangère et le Petit Mitron, p.121, La Table Ronde)
  158. [Le présent de l'indicatif] est un temps qui file si vite !.... Et il n'y en a qu'un, tu l'as remarqué ? Alors qu'on a prévu toute une ribambelle de passés. Je t'aimais, A.I.S., je t'aimai, A.I. Je t'avais aimée, je t'eusse aimée... Et puis le temps nostalgique : je t'ai aimé, tu m'as aimé, nous nous sommes aimés.
    (Le Boulanger, la Boulangère et le Petit Mitron, p.123, La Table Ronde)
  159. ADOLPHE : Je crois bien que tu es méchante, au fond, ma pauvre Charlotte.
    ÉLODIE : Oui je suis méchante. Mais c'est toi qui m'as rendue comme ça. [...] Les femmes, mon bonhomme, on a celles qu'on se fait !

    (Le Boulanger, la Boulangère et le Petit Mitron, p.149, La Table Ronde)
  160. Je crois qu'on ne peut rien trouver de plus consolant, quand on est devenu un homme, qu'un reflet de son enfance dans les yeux d'un ancien garçon.
    [Ancien garçon signifie ici ami d'enfance - GGJ]

    (Le voyageur sans bagages, p.49, Livre de Poche no678)
  161. Toute notre vie avec notre belle morale et notre chère liberté, cela consiste en fin de compte à nous accepter tels que nous sommes...
    (Le voyageur sans bagages, p.85, Livre de Poche no678)
  162. Mais je veux profiter de mes dernières années et rire un peu. J'ai cru pendant soixante ans qu'il fallait prendre la vie au sérieux. C'est beaucoup trop.
    (Le bal des voleurs, p.148, Livre de Poche no678)
  163. Si tes amants t'ennuient, marie-toi, cela leur donnera du piquant.
    (Le bal des voleurs, p.170, Livre de Poche no678)
  164. Dieu a sans doute donné la venue lente de l'impuissance aux hommes pour leur apprendre à apprivoiser la mort...
    (Le directeur de l'Opéra, p.15, Folio no1032)
  165. Ou on a des papiers en règle et on s'embête - ou on choisit l'amour et on a des embêtements...
    (Le directeur de l'Opéra, p.31, Folio no1032)
  166. L'illusion du plaisir et la peur de la mort sont les seules industries où l'on peut faire lâcher jusqu'à leur dernier sou aux hommes...
    (Le directeur de l'Opéra, p.35, Folio no1032)
  167. Quelle musique, le silence !
    (Le directeur de l'Opéra, p.38, Folio no1032)
  168. Il ne faut jamais regarder son ennemi endormi, [...] on lui pardonne.
    (Le directeur de l'Opéra, p.60, Folio no1032)
  169. C'est sinistre la jeunesse. On peut tout et on ne peut rien. J'aime encore mieux avoir mal aux pieds et sentir que la mécanique s'enraye. Dans ces ruines, j'ai l'esprit libre. Mais à vingt ans...
    (Le directeur de l'Opéra, p.61, Folio no1032)
  170. [...] c'est en habit que je me sens à l'aise. Nous sommes tous devenus des lâches depuis l'invention des pull-overs et des pantoufles. Nous manquons de carcans.
    (Le directeur de l'Opéra, p.68, Folio no1032)
  171. Je me demande si je ne vais pas me laisser pousser la barbe. C'est déjà si ennuyeux d'être désespéré... S'il faut se raser en plus !
    (Le directeur de l'Opéra, p.139, Folio no1032)
  172. Les hommes, c'est comme les chiens, ça mord parce que ça a peur.
    (Le directeur de l'Opéra, p.156, Folio no1032)
  173. Le roi est mort, vive le roi ! Tout change ! C'était ça le secret de la royauté ! Quand le vieux mourait on passait au jeune et tous les espoirs étaient permis... enfin, pour un temps ! En démocratie, où l'avancement se fait autrement, on va de septuagénaire en septuagénaire. Comment voulez-vous que cela change un jour ?
    (Le directeur de l'Opéra, p.173, Folio no1032)
  174. Je le sais qu'il n'y a pas de bon Dieu [...] mais quand on est un homme, on fait semblant !
    (Le directeur de l'Opéra, p.197, Folio no1032)
  175. Ceux qu'on aime, on voudrait qu'ils vous doivent tout.
    (Le directeur de l'Opéra, p.213, Folio no1032)
  176. Tout le monde est putain, quand on n'aime pas.
    (Le directeur de l'Opéra, p.236, Folio no1032)
  177. S'il fallait avoir de l'estime pour tous les gens avec qui on dîne, il n'y aurait plus de réunions mondaines possibles...
    (Pauvre Bitos, p.20, Éd. La Table Ronde)
  178. Et je crois que Dieu pardonnera à tout le monde, sauf aux médiocres.
    (Pauvre Bitos, p.26, Éd. La Table Ronde)
  179. [...] on n'est jamais trop cruel avec les imbéciles.
    (Pauvre Bitos, p.28, Éd. La Table Ronde)
  180. [...] les vraies révolutions sont lentes et elles ne sont jamais sanglantes. Le sang, c'est toujours pour payer la hâte de quelques hommes [...] pressés de jouer leur petit rôle.
    (Pauvre Bitos, p.45, Éd. La Table Ronde)
  181. Les femmes ont toujours pitié des blessures qu'elles n'ont pas faites elles-mêmes.
    (Pauvre Bitos, p.55, Éd. La Table Ronde)
  182. Il est très difficile de s'élever au-dessus de certains médiocres et de conserver leur estime.
    (Pauvre Bitos, p.113, Éd. La Table Ronde)
  183. Si les hommes se donnaient pour oublier le centième du mal qu'ils se donnent pour se souvenir, je suis certain que le monde serait depuis longtemps en paix.
    (Pauvre Bitos, p.114, Éd. La Table Ronde)
  184. Au combat, tout le monde a peur. La seule différence est dans la direction qu'on prend pour courir.
    (L'Hurluberlu, p.28, Éd. La Table Ronde)
  185. Oui, je me demande parfois si l'homme, tout bien pesé, n'a pas fait faire à la connaissance un énorme pas en arrière en renonçant à l'imagination et à la poésie comme moyens d'investigation scientifique...
    (L'Hurluberlu, p.35, Éd. La Table Ronde)
  186. La concupiscence est plus rare que ne se l'imaginent les vieilles filles.
    (L'Hurluberlu, p.54, Éd. La Table Ronde)
  187. [Vivre] est un métier comme un autre, cela s'apprend !
    (L'Hurluberlu, p.87, Éd. La Table Ronde)
  188. Il y a des fidélités qui ne sont qu'à soi-même.
    (L'Hurluberlu, p.131, Éd. La Table Ronde)
  189. Nous pouvons tout être, bien sûr. C'est une tentation. Mais c'est le meilleur moyen de n'être rien [...].
    (L'Hurluberlu, p.199, Éd. La Table Ronde)
  190. Eh bien, tu verras en grandissant [...] que dans la vie, même quand ça a l'air d'être sérieux, ce n'est tout de même que du guignol. Et qu'on joue toujours la même pièce.
    (L'Hurluberlu, p.208, Éd. La Table Ronde)
  191. Dieu nous garde des hommes sincères ! Ils font autant de bêtises que les autres - tout le monde en fait - et ils vous empoisonnent la vie...
    (Chers Zoiseaux, p.108, Éd. La Table Ronde)
  192. Duplessis-Morlet : Je vous ai donné tout ce qu'une femme peut désirer.
    Mélusine : Tout. Mais c'est comme le monde, on en a vite fait le tour.

    (Chers Zoiseaux, p.161, Éd. La Table Ronde)
  193. On ne doit jamais battre une femme - même avec une fleur !
    (Tu étais si gentil quand tu étais petit, p.16, Éd. La Table Ronde)
  194. C'est peu de chose les mots - on ne sait jamais même si l'autre les entend [...]
    (Tu étais si gentil quand tu étais petit, p.105, Éd. La Table Ronde)
  195. C'est curieux les dames ! Il faut toujours se demander si on les a rendues heureuses...
    (Tu étais si gentil quand tu étais petit, p.112, Éd. La Table Ronde)
  196. Tu sais, c'est toujours dur à porter la jeunesse. Un sale moment à passer, quoi ! avant d'admettre les choses comme elles sont...
    (Tu étais si gentil quand tu étais petit, p.154, Éd. La Table Ronde)
  197. On n'est vieux que le jour où on le décide.
    (La valse de Toréadors, p.52, Éd. La Table Ronde, 1952)
  198. Franchir la porte, c'est tout un monde, mais, en fait, il suffit de faire un pas.
    (La valse de Toréadors, p.54, Éd. La Table Ronde, 1952)
  199. Je ne veux plus vous voir, plus vous entendre ! Et il y a quelque chose d'encore plus fort que ma haine et que mon dégoût. C'est que je meurs d'ennui, madame, à côté de vous.
    (La valse de Toréadors, p.141, Éd. La Table Ronde, 1952)
  200. [...] il n'y aura pas d'autres Médée, jamais, sur cette terre. Les mères n'appelleront jamais plus leurs filles de ce nom. Tu seras seule, jusqu'au bout des temps, comme en cette minute.
    (Médée, p.386, La Table Ronde, 1946)
  201. [...] toutes les choses sont dures à naître dans ce monde et dures à mourir aussi.
    (Médée, p.391, La Table Ronde, 1946)
Accueil
Derniers ajouts
Recherche par mots-clés
Historique des modifications
Qui suis-je ?
Foire aux questions
Jeux littéraires
Références moléculaires
Références virtuelles
Loi du retour
Bibliopathie
Incipit
Parcourez ces pages au son de la Pavane pour une infante défunte de Ravel

Actualisé le 29 août 2014

Plus de 520000 visites de septembre 95 à mai 2002 Depuis le 26 mai 2002
Pour une meilleure appréciation du site, je vous invite à utiliser une version plus récente d'un navigateur. Je vous suggère particulièrement Mozilla (www.mozilla.org) qui est libre. C'est une façon active et positive de promouvoir la liberté sur le net que d'utiliser ce puissant navigateur. Merci !