Au fil de mes lectures
Gilles G. Jobin

Les Auteurs
À la suite de chaque auteur
se trouve, entre parenthèses,
le nombre de citations.
Abbé Ernest (13)
Achard Marcel (32)
Adams Douglas (11)
Aguéev M. (17)
Alain (169)
Albalat Antoine (57)
Albee Edward (10)
Alberoni Francesco (59)
Allen Woody (16)
Anaxagore (2)
Anonyme (30)
Anouilh Jean (201)
Aragon Louis (10)
Arcand Bernard (55)
Archambault Gilles (15)
Aristophane (1)
Aristote (8)
Asimov Isaac (6)
Auclair Marcelle (39)
Audeguy Stéphane (15)
Audiberti Jacques (7)
Auster Paul (14)
Aymé Marcel (3)
Bach Richard (12)
Bachelard Gaston (228)
Baillargeon Normand (8)
Balzac Honoré de (34)
Baricco Alessandro (88)
Barjavel René (82)
Baruk Stella (7)
Bashô Matsuo (2)
Bataille Georges (4)
Bauchau Henry (12)
Baudelaire Charles (12)
Bazin Hervé (18)
Beaumarchais (67)
Beauvoir Simone de (7)
Beckett Samuel (3)
Begeler Clémence (1)
Ben Jelloun Tahar (18)
Bennett Alan (2)
Berberova Nina (4)
Bergier Jacques (3)
Bergson Henri (13)
Bernanos Georges (17)
Bernard Tristan (7)
Bernhard Thomas (284)
Bernheim Emmanuèle (4)
Besnard Lucien (1)
Besnier Michel (6)
Bias (de Priène) (3)
Bidou Henry (1)
Bierce Ambrose (144)
Billon Pierre (2)
Bioy Casares Adolfo (7)
Birabeau André (5)
Bismuth Nadine (1)
Blais Marie-Claire (16)
Blake William (1)
Blanchot Maurice (7)
Blasband Philippe (1)
Block Lawrence (4)
Blondin Robert (15)
Bobin Christian (419)
Bonaventure d'Argonne (9)
Borges Jorge Luis (84)
Bouchard Serge (89)
Bouillier Henri (2)
Boulanger Daniel (8)
Boulgakov Mikhaïl (19)
Bourgault Pierre (29)
Bradbury Ray (6)
Brautigan Richard (13)
Brie Albert (271)
Brieux Eugène (1)
Brisebois Robert (26)
Bruckner Pascal (123)
Burroughs-Jobin (1)
Buson Yosa (18)
Butler Samuel (1)
Buzzati Dino (7)
Calvino Italo (8)
Camus Albert (190)
Canetti Elias (39)
Caragiale Ion Luca (2)
Card Orson Scott (7)
Carrel Alexis (45)
Carrère Emmanuel (3)
Carroll Lewis (6)
Carvel Paul (69)
Carver Raymond (9)
Cauvin Patrick (7)
Céline (78)
Chamfort Sébastien (88)
Chapsal Madeleine (22)
Char René (15)
Charon Jean E. (3)
Chateaubriand (19)
Chebel Malek (5)
Chesterton Gilbert Keith (16)
Chilon (Le Lacédémonien) (4)
Ciceron (11)
Cioran Emil Michel (176)
Claudel Paul (31)
Claudel Philippe (4)
Cléobule (de Lindos) (2)
Cocteau Jean (37)
Coelho Paulo (45)
Cohen Olivier (1)
Cohen Albert (27)
Collin D'Harleville (3)
Conan Doyle Sir Arthur (9)
Condé Maryse (1)
Confucius (31)
Connelly Michael (6)
Corneille Pierre (170)
Cossé Laurence (6)
Cossery Albert (5)
Cueco Henri (11)
Curel François de (6)
Cyrulnik Boris (40)
D'Amours Guy (12)
Dannemark Francis (12)
Dard Fréderic (34)
Darrieussecq Marie (2)
Daudet Alphonse (6)
Davies Robertson (31)
Davis P.J. (1)
De Luca Erri (14)
De Prada Juan Manuel (16)
Del Rey Lester (2)
Delerm Philippe (14)
Delorme Gilles (1)
Démocrite (27)
Desbordes Michèle (2)
Descaves Pierre (22)
Desplechin Marie (13)
Destouches (17)
Dhôtel André (3)
Dick Philip K. (1)
Diderot Denis (56)
Djian Philippe (2)
Dorin Françoise (5)
Dostoïevsky Fiodor M. (73)
Dubé Marcel (10)
Dubos René (15)
Duras Marguerite (34)
Durrell Lawrence (27)
Dürrenmatt Friedrich (1)
Eco Umberto (17)
Ehrenberg Alain (3)
Ehrenstein Albert (4)
Einstein Albert (27)
Eliot T.S. (13)
Empédocle (3)
Engel Peter (3)
Épictète (8)
Épicure (7)
Érasme (24)
Escarpit Robert (30)
Eschyle (66)
Euripide (174)
Fadiman Anne (12)
Faguet Émile (41)
Fante John (1)
Faraggi C. (2)
Faulkner William (25)
Fénéon Félix (9)
Ferguson Marylin (33)
Fermine Maxence (31)
Ferron Jacques (38)
Ferry Luc (20)
Fine Reuben (1)
Flaubert Gustave (60)
Folco Michel (10)
Fox Paula (4)
François Annie (9)
Franzen Jonathan (1)
Fuentes Carlos (16)
Fuyuno Niji (2)
Gaarder Jostein (34)
Gailly Christian (6)
Garcia Lorca Federico (6)
Garcia Marquez Gabriel (6)
Gary Romain (40)
Gauthier Louis (9)
Gavalda Anna (10)
Genet Jean (2)
Gibran Khalil (36)
Gide André (59)
Giono Jean (35)
Giraudoux Jean (168)
Goethe (19)
Gogol Nicolas (6)
Goldoni Carlo (5)
Gorki Maxime (6)
Gougaud Henri (64)
Gourio Jean-Marie (79)
Grangé (4)
Green Julien (14)
Grimaud Hélène (19)
Guedj Denis (13)
Guillevic Eugène (43)
Guilloux Louis (2)
Guiraud Edmond (4)
Guitry Sacha (301)
Guitton Jean (19)
Hadamard Jacques (29)
Hamsun Knut (2)
Handke Peter (14)
Hanff Helene (5)
Hashi Kanseki (1)
Havel Václav (4)
Hébert Anne (10)
Hemingway Ernest (1)
Héraclite (18)
Hérodote (1)
Herriot Édouard (80)
Hersh R. (1)
Hesse Hermann (72)
Higon Albert (3)
Hillerman Tony (4)
Himanen Pekka (21)
Homel David (17)
Horace (9)
Houellebecq Michel (16)
Hrabal Bohumil (7)
Hugo Victor (173)
Huston Nancy (8)
Ibsen Henrik (34)
Illich Ivan (45)
Inoué Yasushi (4)
Ionesco Eugène (50)
Israël Gérard (4)
Issa Kobayashi (9)
Jaccard Roland (57)
Jacquard Albert (47)
Jankélévitch Vladimir (2)
Jarry Alfred (10)
Joubert Joseph (514)
Jouhandeau Marcel (5)
Jouxtel Pascal (23)
Juliet Charles (8)
Jung Carl Gustav (16)
Jünger Ernst (14)
Kant Emmanuel (11)
Kawabata Yasunari (3)
Keelt Arthur (8)
Kerbaker Andrea (2)
Kerouac Jack (4)
Kierkegaard Sören (40)
Klein Gérard (7)
Kôda Rohan (1)
Koestler Arthur (38)
Kourkov Andreï (4)
Kourouma Ahmadou (19)
Kraus Karl (16)
Kubota Kuhona (1)
Kuhn Thomas S. (28)
Kundera Milan (330)
Kureishi Hanif (23)
La Fontaine Jean de (173)
La Rochefoucauld (176)
Labiche Eugène (11)
Lablénie Edmond (1)
Lachièze-Rey Marc (1)
Lafargue Paul (5)
Larbaud Valery (9)
LaRue Monique (24)
Latzarus Louis (28)
Laxness Halldor (8)
Le Clézio Jean-Marie G. (4)
Lec (166)
Leclerc Félix (37)
Lehane Dennis (14)
Leloup Jean-Yves (9)
Lemarchand Jacques (2)
Leon Donna (3)
Leopardi Giacomo (30)
Leroux Gaston (1)
Lesage Alain René (15)
Lescure Jean (7)
Lessing (1)
Leucippe (1)
Lewis Roy (13)
Lewis C.S. (10)
Lichtenberg G.C. (144)
Lieberman Herbert (4)
Lispector Clarice (45)
Lobo Antunes Antonio (14)
Lodge David (2)
Loranger Françoise (3)
Lorentz Konrad (11)
Louvet Jean (2)
Maalouf Amin (13)
Maeterlinck Maurice (6)
Manguel Alberto (18)
Mankell Henning (40)
Marc-Aurèle (16)
Marcel Gabriel (6)
Marinina Alexandra (33)
Marivaux (14)
Martel Yann (10)
Martinez Guillermo (6)
Mauriac François (9)
Maurois André (110)
Mauvignier Laurent (4)
McCoy Horace (2)
Mélissos (1)
Melville Herman (4)
Méré Charles (3)
Mérimée Prosper (2)
Merle Robert (22)
Meyrinck Gustav (8)
Mille Pierre (1)
Miller Arthur (3)
Miller Henry (13)
Millet Olivier (3)
Mingarelli Hubert (4)
Mishima Yukio (2)
Mithois Marcel (3)
Mitsuhashi Takajo (1)
Mitton Damien (2)
Modiano Patrick (2)
Molière (76)
Montaigne Michel de (201)
Montherlant Henry de (128)
Morand Paul (37)
Moravia Alberto (20)
Morin Edgar (202)
Murakami Haruki (4)
Murry John Middleton (1)
Musil Robert (8)
Musset Alfred de (36)
Nabokov Vladimir (28)
Nadolny Sten (30)
Naquet Philippe (3)
Negroponte Nicholas (14)
Neveu Richard (1)
Nietzsche Friedrich (42)
Nimier Roger (5)
Nooteboom Cees (17)
Nothomb Amélie (55)
Novalis (14)
Nyssen Hubert (4)
O'Casey Sean (2)
O'Neill Eugene (2)
Ollivier Mikaël (5)
Orsenna Erik (19)
Orwell George (10)
Osborne John (2)
Oster Christian (6)
Ozaki Hôsai (1)
Paasilinna Arto (12)
Page Martin (12)
Pagels Heinz (23)
Pagnol Marcel (32)
Pailleron Edouard (17)
Pamuk Orhan (21)
Papert Seymour (52)
Parménide (1)
Pascal Blaise (128)
Patier Xavier (6)
Pauwels Louis (92)
Péguy Charles (53)
Pelt Jean-Marie (2)
Pennac Daniel (153)
Penrose Roger (3)
Perec Georges (7)
Perez-Reverte Arturo (10)
Perret Jacques (4)
Perros Georges (79)
Perruchot Henri (40)
Pessoa Fernando (63)
Pieyre de Mandiargues (10)
Pilhes René Victor (9)
Pingaud Bernard (6)
Pirandello Luigi (16)
Plaute (7)
Plutarque (9)
Poe Edgar Allan (17)
Pontalis J.-B. (56)
Prévert Jacques (13)
Proulx Monique (10)
Proust Marcel (46)
Quignard Pascal (94)
Quint Michel (8)
Racine Jean (90)
Reeves Hubert (18)
Regnard Jean-François (12)
Renard Jules (381)
Reza Yasmina (7)
Ricoeur Paul (3)
Rilke Rainer Maria (11)
Rivarol Antoine de (42)
Rogers Carl (5)
Romains Jules (5)
Rostand Jean (282)
Rostand Edmond (14)
Roth Philip (11)
Rougier Stan (10)
Roussin André (13)
Roy Claude (140)
Russell Bertrand (39)
Sa Shan (10)
Sabato Ernesto (8)
Sablé Marquise de (36)
Sackville-West Vita (7)
Sagan Françoise (15)
Saint-Cyran (2)
Saint-Exupéry Antoine de (60)
Saint-Martin (1)
Sainte-Beuve (44)
Sakaguchi Ango (4)
Salinger Jerome David (12)
Salvayre Lydie (7)
Sansot Pierre (17)
Saramago José (76)
Sarment Jean (5)
Sartre Jean-Paul (103)
Satie Érik (35)
Saumont Annie (4)
Schmitt Eric-Emmanuel (22)
Schopenhauer Arthur (33)
Scutenaire Louis (147)
Senancour (1)
Séneque (13)
Sepulveda Luis (18)
Serres Michel (58)
Shakespeare William (204)
Shaw George Bernard (16)
Shiki Masaoka (2)
Sijie Dai (2)
Silesius Angelus (45)
Simenon Georges (2)
Singer Christiane (11)
Skemp Richard R. (9)
Solemne Marie de (7)
Soljenitsyne Alexandre (1)
Solon (1)
Sophocle (78)
Sorin Raphaël (1)
Sôseki Natsume (18)
Soupault Philippe (12)
Stapeldon Olaf (7)
Steiner Kurt (1)
Stendhal (1)
Sternberg Jacques (47)
Stevenson Robert Louis (1)
Strindberg August (10)
Sturgeon Theodor (1)
Swift Jonathan (1)
Süskind Patrick (17)
Tagore Rabindranath (15)
Takashima Shigeru (1)
Takayama Kyoshi (3)
Tchékhov Anton (20)
Thériault Yves (2)
Thibon Gustave (138)
Thom René (1)
Thomas Chantal (11)
Thoreau Henry David (15)
Tirtiaux Bernard (14)
Tolstoï Léon (1)
Toole J. Kennedy (1)
Tournier Michel (146)
Unamuno Miguel de (208)
Ungaretti Giuseppe (16)
Vadeboncoeur Pierre (10)
Valéry Paul (56)
Van Cauwelaert Didier (18)
Vaneigem Raoul (65)
Vargas Fred (5)
Vauvenargues (80)
Verne Jules (14)
Vialar Paul (21)
Vian Boris (8)
Vigneault Gilles (9)
Vila-Matas Enrique (3)
Villiers de l'Isle-Adam (19)
Voilquin Jean (1)
Voltaire (68)
Watzlawick Paul (3)
Weil Simone (36)
Wells H.G. (24)
Werber Bernard (18)
Weyergans François (9)
Wharton Edith (2)
Wilde Oscar (35)
Williams Tennessee (6)
Woolf Virginia (6)
Xénophane (2)
Yamaguchi Seishi (2)
Yeats William Butler (4)
Yourcenar Marguerite (64)
Zafón Carlos Ruiz (28)
Zola Émile (3)
Zweig Stefan (60)
    Michel de Montaigne
    1533-1592
  1. C'est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t'avertit dès l'entrée, que je ne m'y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n'y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire.
    (Essais (Au lecteur), p.49, Folio no289)
  2. Certes, c'est un sujet merveilleusement vain, divers et ondoyant, que l'homme. Il est malaisé d'y fonder jugement constant et uniforme.
    (Essais 1.1, p.55, Folio no289)
  3. Toutes passions qui se laissent goûter et digérer, ne sont que médiocres.
    (Essais 1.2, p.61, Folio no289)
  4. La crainte, le désir, l'espérance nous élancent vers l'avenir, et nous dérobent le sentiment et la considération de ce qui est, pour nous amuser à ce qui sera, voire quand nous ne serons plus.
    (Essais 1.3, p.62, Folio no289)
  5. Nous devons la sujétion et l'obéissance également à tous rois, car elle regarde leur office : mais l'estimation, non plus que l'affection, nous ne la devons qu'à leur vertu.
    (Essais 1.3, p.63, Folio no289)
  6. Heureux, qui savent réjouir et gratifier leur sens par l'insensibilité, et vivre de leur mort.
    (Essais 1.3, p.68, Folio no289)
  7. Tout ainsi que nature nous fait voir que plusieurs choses mortes ont encore des relations occultes à la vie. Le vin s'altère aux caves, selon aucunes mutations des saisons de sa vigne. Et la chair de venaison change d'état aux saloirs et de goût, selon les lois de la chair vive, à ce qu'on dit.
    (Essais 1.3, p.69, Folio no289)
  8. Quelles causes n'inventons-nous des malheurs qui nous adviennent ? À quoi ne nous prenons-nous à tort ou à droit, pour avoir où nous escrimer ?
    (Essais 1.4, p.71, Folio no289)
  9. Mais nous ne dirons jamais assez d'injures au dérèglement de notre esprit.
    (Essais 1.4, p.72, Folio no289)
  10. Je me fie aisément à la foi d'autrui. Mais malaisément le ferais-je lorsque je donnerais à juger l'avoir plutôt fait par désespoir et faute de coeur que par franchise et fiance de sa loyauté.
    [Fiance=confiance]

    (Essais 1.5, p.75, Folio no289)
  11. Car il n'est pas dit, que, en temps et lieu, il ne soit permis de nous prévaloir de la sottise de nos ennemis, comme nous faisons de leur lâcheté.
    (Essais 1.6, p.77, Folio no289)
  12. Nous ne pouvons être tenus au-delà de nos forces et de nos moyens.
    (Essais 1.6, p.79, Folio no289)
  13. Je me garderai, si je puis, que ma mort dise chose que ma vie n'ait premièrement dite.
    (Essais 1.7, p.80, Folio no289)
  14. L'âme qui n'a point de but établi, elle se perd : car, comme on dit, c'est n'être en aucun lieu, que d'être partout.
    (Essais 1.8, p.82, Folio no289)
  15. [...] les mémoires excellentes se joignent volontiers aux jugements débiles.
    (Essais 1.9, p.83, Folio no289)
  16. [...] le magasin de la mémoire est volontiers plus fourni de matière que n'est celui de l'invention.
    (Essais 1.9, p.84, Folio no289)
  17. Surtout les vieillards sont dangereux à qui la souvenance des choses passées demeure et ont perdu la souvenance de leurs redites.
    (Essais 1.9, p.84, Folio no289)
  18. Ce n'est pas sans raison qu'on dit que qui ne se sent point assez ferme de mémoire, ne se doit pas mêler d'être menteur.
    (Essais 1.9, p.85, Folio no289)
  19. En vérité, le mentir est un maudit vice. Nous ne sommes hommes et ne nous tenons les uns aux autres que par la parole.
    (Essais 1.9, p.86, Folio no289)
  20. Et de combien est le langage faux moins sociable que le silence.
    (Essais 1.9, p.87, Folio no289)
  21. Il semble que ce soit plus le propre de l'esprit d'avoir son opération prompte et soudaine, et plus le propre du jugement de l'avoir lente et posée. Mais qui demeure du tout muet, s'il n'a loisir de se préparer, et celui aussi à qui le loisir ne donne avantage de mieux dire, ils sont en pareil degré d'étrangeté.
    (Essais 1.10, p.90, Folio no289)
  22. Au rebours, tous moyens honnêtes de se garantir des maux sont non seulement permis, mais louables. Et le jeu de la constance se joue principalement à porter patiemment les inconvénients, où il n'y a point de remède.
    (Essais 1.12, p.97, Folio no289)
  23. J'ai vu souvent des hommes incivils par trop de civilité, et importuns de courtoisie.
    (Essais 1.13, p.101, Folio no289)
  24. C'est, au demeurant, une très utile science que la science de l'entregent. Elle est, comme la grâce et la beauté, conciliatrice des premiers abords de la société et familiarité ; et par conséquent nous ouvre la porte à nous instruire par les exemples d'autrui, et à exploiter et produire notre exemple, s'il a quelque chose d'instruisant et communicable.
    (Essais 1.13, p.101, Folio no289)
  25. Les hommes (dit une sentence grecque ancienne) sont tourmentés par les opinions qu'ils ont des choses, non par les choses mêmes.
    Montaigne avait fait inscrire cette sentence d'Épictète (Manuel) sur sa bibliothèque.

    (Essais 1.14, p.102, Folio no289)
  26. Toute opinion est assez forte pour se faire épouser au prix de sa vie.
    (Essais 1.14, p.105, Folio no289)
  27. [...] la coutume et la longueur du temps [sont] bien plus fortes conseillères que toute autre contrainte.
    (Essais 1.14, p.107, Folio no289)
  28. Forcerons-nous la générale habitude de nature, qui se voit en tout ce qui est vivant sous le ciel, de trembler sous la douleur ? Les arbres mêmes semblent gémir aux offenses qu'on leur fait. La mort ne se sent que par le discours, d'autant que c'est le mouvement d'un instant.
    (Essais 1.14, p.108, Folio no289)
  29. Et à la vérité ce que nous disons craindre principalement en la mort, c'est la douleur, son avant-coureuse coutumière.
    (Essais 1.14, p.109, Folio no289)
  30. Et je trouve par expérience que c'est plutôt l'impatience de l'imagination de la mort qui nous rend impatients de la douleur, et que nous la sentons doublement griève de ce qu'elle nous menace de mourir.
    (Essais 1.14, p.109, Folio no289)
  31. Il est aisé à voir que ce qui aiguise en nous la douleur et la volupté, c'est la pointe de notre esprit.
    (Essais 1.14, p.111, Folio no289)
  32. Comme le corps est plus ferme à la charge en le raidissant, aussi est l'âme.
    (Essais 1.14, p.112, Folio no289)
  33. L'opinion est une puissante partie, hardie et sans mesure.
    (Essais 1.14, p.116, Folio no289)
  34. L'achat donne titre au diamant, et la difficulté à la vertu, et la douleur à la dévotion, et l'âpreté à la médecine.
    (Essais 1.14, p.117, Folio no289)
  35. De vrai, ce n'est pas la disette, c'est plutôt l'abondance qui produit l'avarice.
    (Essais 1.14, p.117, Folio no289)
  36. Il n'est rien que je haïsse comme à marchander. C'est un pur commerce de trichoterie et d'impudence : après une heure de barguignage, l'un et l'autre abandonne sa parole et ses serments pour cinq sous d'amendement.
    (Essais 1.14, p.118, Folio no289)
  37. Et me semble plus misérable un riche malaisé nécessiteux, affaireux, que celui qui est simplement pauvre. [...] Les plus grands princes et plus riches sont par pauvreté et disette poussés ordinairement à l'extrême nécessité. Car en est-il de plus extrême que d'en devenir tyrans et injustes usurpateurs des biens de leurs sujets ?
    (Essais 1.14, p.119, Folio no289)
  38. Tout compté, il y a plus de peine à garder l'argent qu'à l'acquérir.
    (Essais 1.14, p.120, Folio no289)
  39. Tout homme pécunieux est avaricieux à mon gré.
    (Essais 1.14, p.121, Folio no289)
  40. Je vis du jour à la journée, et me contente d'avoir de quoi suffire aux besoins présents et ordinaires ; aux extraordinaires toutes les provisions du monde n'y sauraient suffire.
    (Essais 1.14, p.121, Folio no289)
  41. [...] l'avarice [...] cette maladie si commune aux vieux et la plus ridicule de toutes les humaines folies.
    (Essais 1.14, p.122, Folio no289)
  42. La fiance de la bonté d'autrui est un non léger témoignage de la bonté propre.
    (Essais 1.14, p.122, Folio no289)
  43. L'aisance donc et l'indigence dépendent de l'opinion d'un chacun ; et non plus la richesse, que la gloire, que la santé, n'ont qu'autant de beauté et de plaisir que leur en prête celui qui les possède. Chacun est bien ou mal selon qu'il s'en trouve. Non de qui on le croit, mais qui le croit de soi est content. Et en cela seul la créance se donne essence et vérité.
    (Essais 1.14, p.122, Folio no289)
  44. Les choses ne sont pas si douloureuses, ni difficiles d'elles-mêmes ; mais notre faiblesse et lâcheté les fait telles. Pour juger des choses grandes et hautes, il faut une âme de même, autrement nous leur attribuons le vice qui est le nôtre. Un aviron droit semble courbe en l'eau. Il n'importe pas seulement qu'on voie la chose, mais comment on la voit.
    (Essais 1.14, p.123, Folio no289)
  45. [...] s'il est mauvais de vivre en nécessité, au moins de vivre en nécessité, il n'est aucune nécessité.
    (Essais 1.14, p.124, Folio no289)
  46. Nul n'est mal longtemps qu'à sa faute.
    (Essais 1.14, p.124, Folio no289)
  47. Qui n'a le coeur de souffrir ni la mort ni la vie, qui ne veut ni résister ni fuir, que lui ferait-on ?
    (Essais 1.14, p.124, Folio no289)
  48. La vaillance a ses limites, comme les autres vertus, lesquelles franchies, on se trouve dans le train du vice.
    (Essais 1.15, p.125, Folio no289)
  49. Ainsi sur tout il se faut garder, qui peut, de tomber entre les mains d'un juge ennemi, victorieux et armé.
    (Essais 1.15, p.126, Folio no289)
  50. À la vérité, c'est raison qu'on fasse grande différence entre les fautes qui viennent de notre faiblesse, et celles qui viennent de notre malice.
    (Essais 1.16, p.127, Folio no289)
  51. J'observe en mes voyages cette pratique, pour apprendre toujours quelque chose par la communication d'autrui (qui est une des plus belles écoles qui puisse être){, de ramener toujours ceux avec qui je confère, aux propos des choses qu'ils savent le mieux.
    (Essais 1.17, p.129, Folio no289)
  52. Au jugement de la vie d'autrui, je regarde toujours comment s'en est porté le bout ; et des principaux études de la mienne, c'est qu'il se porte bien, c'est-à-dire quiètement et sourdement.
    (Essais 1.19, p.140, Folio no289)
  53. Cicéron dit que philosopher ce n'est autre chose que s'apprêter à la mort.
    (Essais 1.20, p.141, Folio no289)
  54. Toutes les opinions du monde en sont là, que le plaisir est notre but, quoiqu'elles en prennent divers moyens ; autrement, on les chasserait d'arrivée, car qui écouterait celui qui pour sa fin établirait notre peine et mésaise ?
    (Essais 1.20, p.141, Folio no289)
  55. Le but de notre carrière, c'est la mort, c'est l'objet nécessaire de notre visée : si elle nous effraie, comme est-il possible d'aller un pas avant, sans fièvre ? Le remède du vulgaire, c'est de n'y penser pas... Mais de quelle brutale stupidité lui peut venir un si grossier aveuglement ?
    (Essais 1.20, p.144, Folio no289)
  56. Il est incertain où la mort nous attende, attendons-la partout.
    (Essais 1.20, p.148, Folio no289)
  57. Ce que j'ai affaire avant mourir, pour l'achever tout loisir me semble court, fût-ce d'une heure.
    (Essais 1.20, p.149, Folio no289)
  58. Qui apprendrait les hommes à mourir, leur apprendrait à vivre.
    (Essais 1.20, p.151, Folio no289)
  59. Comme notre naissance nous apporta la naissance de toutes choses, aussi fera la mort de toutes choses, notre mort.
    (Essais 1.20, p.154, Folio no289)
  60. Le longtemps vivre et le peu de temps vivre est rendu tout un par la mort. Car le long et le court n'est point aux choses qui ne sont plus.
    (Essais 1.20, p.154, Folio no289)
  61. Votre mort est une des pièces de l'ordre de l'univers ; c'est une pièce de la vie du monde.
    (Essais 1.20, p.154, Folio no289)
  62. Le premier jour de votre naissance vous achemine à mourir comme à vivre.
    (Essais 1.20, p.155, Folio no289)
  63. Si vous avez fait votre profit de la vie, vous en êtes repu, allez-vous-en satisfait.
    (Essais 1.20, p.155, Folio no289)
  64. La vie n'est de soi ni bien ni mal : c'est la place du bien et du mal selon que vous la leur faites.
    (Essais 1.20, p.156, Folio no289)
  65. Ni les hommes, ni leurs vies ne se mesurent à l'aune.
    (Essais 1.20, p.158, Folio no289)
  66. Tous les jours vont à la mort, le dernier y arrive.
    (Essais 1.20, p.159, Folio no289)
  67. Il est vraisemblable que le principal crédit des miracles, des visions, des enchantements et de tels effets extraordinaires, vienne de la puissance de l'imagination agissant principalement contre les âmes du vulgaire, plus molles. On leur a si fort saisi la créance qu'ils pensent voir ce qu'ils ne voient pas.
    (Essais 1.21, p.162, Folio no289)
  68. À qui on a été une fois capable, on n'est plus incapable, sinon par juste faiblesse.
    (Essais 1.21, p.163, Folio no289)
  69. [...] que chacun se sonde au-dedans, il trouvera que nos souhaits intérieurs pour la plupart naissent et se nourrissent aux dépens d'autrui.
    (Essais 1.22, p.172, Folio no289)
  70. Car c'est à la vérité une violente et traîtresse maîtresse d'école que la coutume. Elle établit en nous, peu à peu, à la dérobée, le pied de son autorité.
    (Essais 1.23, p.173, Folio no289)
  71. Les miracles sont selon l'ignorance en quoi nous sommes de la nature, non selon l'être de la nature.
    (Essais 1.23, p.177, Folio no289)
  72. Car c'est la règle des règles, et générale loi des lois, que chacun observe celles du lieu où il est.
    (Essais 1.23, p.185, Folio no289)
  73. [...] qui se mêle de choisir et de changer, usurpe l'autorité de juger, et se doit faire fort de voir la faute de ce qu'il chasse, et le bien de ce qu'il introduit.
    (Essais 1.23, p.188, Folio no289)
  74. [Il] vaudrait mieux faire vouloir aux lois ce qu'elles peuvent, puisqu'elles ne peuvent ce qu'elles veulent.
    (Essais 1.23, p.191, Folio no289)
  75. Un suffisant lecteur découvre souvent ès écrits d'autrui des perfections autres que celles que l'auteur y a mises et aperçues, et y prête des sens et des visages plus riches.
    (Essais 1.24, p.196, Folio no289)
  76. [...] tout ce que notre sagesse peut, ce n'est pas grand-chose ; plus elle est aiguë et vive, plus elle trouve en soi de faiblesse, et se défie d'autant plus d'elle-même.
    (Essais 1.24, p.196, Folio no289)
  77. [...] quiconque aura sa vie à mépris, se rendra toujours maître de celle d'autrui.
    (Essais 1.24, p.197, Folio no289)
  78. Rien de noble ne se fait sans hasard.
    (Essais 1.24, p.198, Folio no289)
  79. La prudence si tendre et circonspecte est mortelle ennemie de hautes exécutions.
    (Essais 1.24, p.198, Folio no289)
  80. C'est un excellent moyen de gagner le coeur et volonté d'autrui, de s'y aller soumettre et fier, pourvu que ce soit librement et sans contrainte d'aucune nécessité, et que ce soit en condition qu'on y porte une fiance pure et nette, le front au moins déchargé de tout scrupule.
    (Essais 1.24, p.199, Folio no289)
  81. [...] notre âme s'élargit d'autant plus qu'elle se remplit.
    (Essais 1.25, p.204, Folio no289)
  82. Nous ne travaillons qu'à remplir la mémoire, et laissons l'entendement et la conscience vide. Tout ainsi que les oiseaux vont quelquefois à la quête du grain et le portent au bec sans le tâter, pour en faire becquée à leurs petits, ainsi nos pédantes vont pillotant la science dans les livres, et ne la logent qu'au bout de leurs lèvres, pour la dégorger seulement et mettre au vent.
    (Essais 1.25, p.207, Folio no289)
  83. Nous savons dire  " Cicéron dit ainsi ; voilà les moeurs de Platon ; ce sont les mots mêmes d'Aristote. " Mais nous, que disons-nous nous-mêmes ? que jugeons-nous ? que faisons-nous ? Autant en dirait bien un perroquet.
    (Essais 1.25, p.207, Folio no289)
  84. Que nous sert-il d'avoir la panse pleine de viande, si elle ne se digère ? si elle ne se transforme en nous ? si elle ne nous augmente et fortifie ?
    (Essais 1.25, p.208, Folio no289)
  85. Quand bien nous pourrions être savants du savoir d'autrui, au moins sages ne pouvons-nous être que de notre propre sagesse.
    (Essais 1.25, p.208, Folio no289)
  86. Or il ne faut pas attacher le savoir à l'âme, il l'y faut incorporer ; il ne l'en faut pas arroser, il l'en faut teindre  et , s'il ne la change, et améliore son état imparfait, certainement il vaut beaucoup mieux le laisser là.
    (Essais 1.25, p.212, Folio no289)
  87. Toute autre science est dommageable à celui qui n'a la science de la bonté.
    (Essais 1.25, p.212, Folio no289)
  88. C'est une bonne drogue que la science ; mais nulle drogue n'est assez forte pour se préserver sans altération et corruption, selon le vice du vase qui l'estuie.
    Estuie =Qui lui sert d'étui.

    (Essais 1.25, p.213, Folio no289)
  89. Je n'ai point l'autorité d'être cru, ni ne le désire, me sentant trop mal instruit pour instruire autrui.
    (Essais 1.26, p.220, Folio no289)
  90. Savoir par coeur n'est pas savoir : c'est tenir ce qu'on a donné en garde à sa mémoire. Ce qu'on sait droitement, on en dispose, sans regarder au patron, sans tourner les yeux vers son livre. Fâcheuse suffisance, qu'une suffisance pure livresque !
    (Essais 1.26, p.225, Folio no289)
  91. Le silence et la modestie sont qualités très commodes à la conversation.
    (Essais 1.26, p.227, Folio no289)
  92. [...] opiniâtreté et contester sont qualités communes, plus apparentes aux plus basses âmes ; que se raviser et se corriger, abandonner un mauvais parti sur le cours de son ardeur, ce sont qualités rares, fortes et philosophiques.
    (Essais 1.26, p.229, Folio no289)
  93. On a grand tort de peindre [la philosophie] inaccessible aux enfants, et d'un visage renfrogné, sourcilleux et terrible.
    (Essais 1.26, p.235, Folio no289)
  94. La plus expresse marque de la sagesse, c'est une éjouissance constante ; son état est comme des choses au-dessus de la lune : toujours serein.
    (Essais 1.26, p.236, Folio no289)
  95. Puisque la philosophie est celle qui nous instruit à vivre, et que l'enfance y a sa leçon, comme les autres âges, pourquoi ne la lui communique-t-on ?
    (Essais 1.26, p.238, Folio no289)
  96. La philosophie a des discours pour la naissance des hommes comme pour la décrépitude.
    (Essais 1.26, p.238, Folio no289)
  97. Ce n'est pas une âme, ce n'est pas un corps qu'on dresse, c'est un homme.
    (Essais 1.26, p.240, Folio no289)
  98. Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies.
    (Essais 1.26, p.244, Folio no289)
  99. Le monde n'est que babil, et ne vis jamais homme qui ne dise plutôt plus que moins qu'il ne doit.
    (Essais 1.26, p.245, Folio no289)
  100. J'en ouïs qui s'excusent de ne se pouvoir exprimer, et font contenance d'avoir la tête pleine de plusieurs belles choses, mais à faute d'éloquence, ne les pouvoir mettre en évidence. C'est une baye. Savez-vous, à mon avis, que c'est que cela ? Ce sont des ombrages qui leur viennent de quelques conceptions informes, qu'ils ne peuvent démêler et éclaircir au-dedans, ni par conséquent produire au-dehors : ils ne s'entendent pas encore eux-mêmes.
    Baye=plaisanterie

    (Essais 1.26, p.245, Folio no289)
  101. De vrai, toute belle peinture s'efface aisément par le lustre d'une vérité simple et naïve.
    (Essais 1.26, p.246, Folio no289)
  102. Aille devant ou après, une utile sentence, un beau trait est toujours de saison.
    (Essais 1.26, p.247, Folio no289)
  103. L'éloquence fait injure aux choses, qui nous détourne à soi.
    (Essais 1.26, p.249, Folio no289)
  104. Comme aux accoutrements, c'est pusillanimité de se vouloir marquer par quelque façon particulière et inusitée ; de même, au langage, la recherche des phrases nouvelles et de mots peu connus vient d'une ambition puérile et pédantesque.
    (Essais 1.26, p.250, Folio no289)
  105. La force et les nerfs ne s'empruntent point ; les atours et le manteau s'empruntent.
    (Essais 1.26, p.250, Folio no289)
  106. [...] il n'y a tel que d'allécher l'appétit et l'affection [des enfants], autrement on ne fait que des ânes chargés de livres.
    (Essais 1.26, p.256, Folio no289)
  107. [...] la raison m'a instruit que de condamner ainsi résolument une chose pour fausse et impossible, c'est se donner l'avantage d'avoir dans la tête les bornes et limites de la volonté de Dieu et de la puissance de notre mère nature ; et qu'il n'y a point de plus notable folie au monde que de les ramener à la mesure de notre capacité et suffisance.
    (Essais 1.27, p.258, Folio no289)
  108. La nouvelleté des choses nous incite plus que leur grandeur à en chercher les causes.
    (Essais 1.27, p.259, Folio no289)
  109. Combien y a-t-il de choses peu vraisemblables, témoignées par gens dignes de foi, desquelles si nous ne pouvons être persuadés, au moins les faut-il laisser en suspens ; car de les condamner impossibles, c'est se faire tort, par une téméraire présomption, de savoir jusques où va la possibilité.
    (Essais 1.27, p.259, Folio no289)
  110. C'est une hardiesse dangereuse et de conséquence, outre l'absurde témérité qu'elle traîne quant et soi, de mépriser ce que nous ne concevons pas.
    (Essais 1.27, p.261, Folio no289)
  111. La gloire et la curiosité sont les deux fléaux de notre âme. Celle-ci nous conduit à mettre le nez partout, et celle-là nous défend de rien laisser irrésolu et indécis.
    (Essais 1.27, p.262, Folio no289)
  112. Il n'est rien à quoi il semble que la nature nous ait plus acheminé qu'à la société.
    (Essais 1.28, p.265, Folio no289)
  113. L'amitié se nourrit de communication [...]
    (Essais 1.28, p.265, Folio no289)
  114. Si on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne se peut exprimer, qu'en répondant : " Parce que c'était lui ; parce que c'était moi. "
    Montaigne parle ici de son très grand ami Étienne de La Boétie. Un peu plus loin (p.275), suite à la mort de son ami, il ajoute : "  Nous étions à moitié de tout ; il me semble que je lui dérobe sa part. "

    (Essais 1.28, p.269, Folio no289)
  115. C'est une religieuse liaison et dévote que le mariage ; voilà pourquoi le plaisir qu'on en tire, ce doit être un plaisir retenu, sérieux et mêlé à quelque sévérité.
    (Essais 1.30, p.296, Folio no289)
  116. [...] chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage.
    (Essais 1.31, p.303, Folio no289)
  117. L'estimation et le prix d'un homme consiste au coeur et à la volonté.
    (Essais 1.31, p.311, Folio no289)
  118. Le vrai champ et sujet de l'imposture sont les choses inconnues. D'autant qu'en premier lieu l'étrangeté même donne crédit ; et puis, n'étant point sujettes à nos discours ordinaires, elles nous ôtent le moyen de les combattre.
    (Essais 1.32, p.315, Folio no289)
  119. Je n'ai point cette erreur commune de juger d'un autre selon que je suis. J'en crois aisément des choses diverses à moi.
    (Essais 1.37, p.332, Folio no289)
  120. Je désire singulièrement qu'on nous juge chacun à part soi, et qu'on ne me tire en conséquence des communs exemples.
    (Essais 1.37, p.332, Folio no289)
  121. Or la vertu n'avoue rien que ce qui se fait par elle et pour elle seule.
    (Essais 1.37, p.333, Folio no289)
  122. Qu'on me donne l'action la plus excellente et pure, je m'en vais y fournir vraisemblablement cinquante vicieuses intentions. Dieu sait, à qui les veut entendre, quelle diversité d'images ne souffre notre interne volonté !
    (Essais 1.37, p.334, Folio no289)
  123. [...] chaque chose a plusieurs biais et plusieurs lustres. La parenté, les anciennes accointances et amitiés saisissent notre imagination et la passionnent pour l'heure, selon leur condition ; mais le contour en est si brusque, qu'il nous échappe.
    (Essais 1.38, p.340, Folio no289)
  124. Il faut ou imiter les vicieux, ou les haïr. Tous les deux sont dangereux, et de leur ressembler par ce qu'ils sont beaucoup ; et d'en haïr beaucoup par ce qu'ils sont dissemblables.
    (Essais 1.39, p.341, Folio no289)
  125. Il n'est rien si dissociable et sociable que l'homme : l'un par son vice, l'autre par sa nature.
    (Essais 1.39, p.342, Folio no289)
  126. Par quoi, ce n'est pas assez de s'être écarté du peuple ; ce n'est pas assez de changer de place, il se faut écarter des conditions populaires qui sont en nous ; il se faut séquestrer et ravoir de soi.
    (Essais 1.39, p.344, Folio no289)
  127. Il faut avoir femmes, enfants, biens, et surtout de la santé, qui peut ; mais non pas s'y attacher en manière que notre heur en dépende. Il se faut réserver une arrière-boutique toute nôtre, toute franche, en laquelle nous établissons notre vraie liberté et principale retraite et solitude.
    (Essais 1.39, p.345, Folio no289)
  128. Nous avons une âme contournable en soi-même ; elle se peut faire compagnie  elle a de quoi assaillir et de quoi défendre, de quoi recevoir et de quoi donner ; ne craignons pas en cette solitude nous croupir d'oisiveté ennuyeuse.
    (Essais 1.39, p.345, Folio no289)
  129. La plus grande chose du monde, c'est de savoir être à soi.
    (Essais 1.39, p.347, Folio no289)
  130. Et, si la douleur de tête nous venait avant l'ivresse, nous nous garderions de trop boire. Mais la volupté, pour nous tromper, marche devant et nous cache sa suite.
    (Essais 1.39, p.351, Folio no289)
  131. Je n'aime, pour moi, que les livres ou plaisants et faciles, qui me chatouillent, ou ceux qui me consolent et conseillent à régler ma vie et ma mort.
    (Essais 1.39, p.352, Folio no289)
  132. La plus contraire humeur à la retraite, c'est l'ambition. La gloire et le repos sont choses qui ne peuvent loger en même gîte.
    (Essais 1.39, p.352, Folio no289)
  133. C'est une lâche ambition de vouloir tirer gloire de son oisiveté et de sa cachette. Il faut faire comme les animaux qui effacent la trace à la porte de leur tanière.
    (Essais 1.39, p.353, Folio no289)
  134. Il y a moyen de faillir en la solitude comme en la compagnie.
    (Essais 1.39, p.354, Folio no289)
  135. De toutes les rêveries du monde, la plus reçue et plus universelle est le soin de la réputation et de la gloire [...]
    (Essais 1.40, p.362, Folio no289)
  136. [...] il y a plus de distance de tel à tel homme qu'il n'y a de tel homme à telle bête.
    (Essais 1.42, p.365, Folio no289)
  137. La volupté même et le bonheur ne se perçoivent point sans vigueur et sans esprit.
    (Essais 1.42, p.370, Folio no289)
  138. Les biens de la fortune, tous tels qu'ils sont, encore faut-il avoir du sentiment pour les savourer. C'est le jouir, non le posséder, qui nous rend heureux.
    (Essais 1.42, p.370, Folio no289)
  139. [...] la moindre piqûre d'épingle et passion de l'âme est suffisante à nous ôter le plaisir de la monarchie du monde.
    (Essais 1.42, p.370, Folio no289)
  140. [...] il est bien plus aisé et plus plaisant de suivre que de guider, et que c'est un grand séjour d'esprit de n'avoir à tenir qu'une voie tracée et à répondre que de soi.
    (Essais 1.42, p.371, Folio no289)
  141. Qui ne se donne loisir d'avoir soif, ne saurait prendre plaisir à boire.
    (Essais 1.42, p.372, Folio no289)
  142. Car quel témoignage d'affection et de bonne volonté puis-je tirer de celui qui me doit, veuille-t-il ou non, tout ce qu'il peut ? Puis-je faire état de son humble parler et courtoise révérence, vu qu'il n'est pas en lui de me la refuser ? L'honneur que nous recevons de ceux qui nous craignent, ce n'est pas honneur.
    (Essais 1.42, p.375, Folio no289)
  143. La raison nous ordonne bien d'aller toujours même chemin, mais non toutefois même train [...]
    (Essais 1.44, p.380, Folio no289)
  144. [...] ce n'est pas victoire, si elle ne met fin à la guerre.
    (Essais 1.47, p.393, Folio no289)
  145. [...] l'une des plus grandes sagesses en l'art militaire, c'est de ne pousser son ennemi au désespoir.
    (Essais 1.47, p.393, Folio no289)
  146. [...] c'est une violente maîtresse d'école que la nécessité.
    (Essais 1.47, p.393, Folio no289)
  147. [...] quand ce sont injures qui touchent au vif, elles peuvent faire aisément que celui qui allait lâchement à la besogne pour la querelle de son roi, y aille d'une autre affection pour la sienne propre.
    (Essais 1.47, p.395, Folio no289)
  148. [...] il n'est passion contagieuse comme celle de la peur [...]
    (Essais 1.47, p.397, Folio no289)
  149. Tout mouvement nous découvre.
    (Essais 1.50, p.417, Folio no289)
  150. Notre bien et notre mal ne tient qu'à nous. Offrons-y nos offrandes et nos voeux, non pas à la fortune : elle ne peut rien sur nos moeurs.
    (Essais 1.50, p.417, Folio no289)
  151. Je ne pense point qu'il y ait tant de malheur en nous comme il y a de vanité, ni tant de malice comme de sottise ; nous ne sommes pas si pleins de mal comme d'inanité ; nous ne sommes pas si misérables comme nous sommes vils.
    (Essais 1.50, p.418, Folio no289)
  152. Car ce qu'on hait, on le prend à coeur.
    (Essais 1.50, p.419, Folio no289)
  153. Si nous nous amusions parfois à nous considérer, et le temps que nous mettons à contrôler autrui et à connaître les choses qui sont hors de nous, que nous l'employions à nous sonder nous-mêmes, nous sentirions aisément combien toute cette notre contexture est bâtie de pièces faibles et défaillantes.
    (Essais 1.53, p.426, Folio no289)
  154. Il se peut dire, avec apparence, qu'il y a ignorance abécédaire, qui va devant la science ; une autre, doctorale, qui vient après la science : ignorance que la science fait et engendre, tout ainsi comme elle défait et détruit la première.
    (Essais 1.54, p.430, Folio no289)
  155. Il est peu d'hommes qui osassent mettre en évidence les requêtes secrètes qu'ils font à Dieu.
    (Essais 1.56, p.444, Folio no289)
  156. Il ne faut pas demander que toutes choses suivent notre volonté, mais qu'elles suivent la prudence.
    (Essais 1.56, p.444, Folio no289)
  157. Il me semble que, considérant la faiblesse de notre vie, et à combien d'écueils ordinaires et naturels elle est exposée, on n'en devrait pas faire si grande part à la naissance, à l'oisiveté et à l'apprentissage.
    (Essais 1.57, p.449, Folio no289)
  158. [...] l'irrésolution me semble le plus commun et apparent vice de notre nature [...]
    (Essais 2.1, p.15, Folio no290)
  159. De vrai, j'ai autrefois appris que le vice, ce n'est que dérèglement et faute de mesure, et par conséquent il est impossible d'y attacher la constance.
    (Essais 2.1, p.16, Folio no290)
  160. Nous ne pensons ce que nous voulons, qu'à l'instant que nous le voulons, et changeons comme cet animal qui prend la couleur du lieu où on le couche.
    (Essais 2.1, p.17, Folio no290)
  161. Je n'ai rien à dire de moi, entièrement, simplement et solidement, sans confusion et sans mélange, ni en un mot. Distingo est le plus universel membre de ma logique.
    (Essais 2.1, p.20, Folio no290)
  162. [...] un fait courageux ne doit pas conclure un homme vaillant.
    (Essais 2.1, p.20, Folio no290)
  163. La superstition [...] porte quelque image de pusillanimité.
    (Essais 2.1, p.21, Folio no290)
  164. La vertu ne veut être suivie que pour elle-même ; et, si on emprunte parfois son masque pour autre occasion, elle nous l'arrache aussitôt du visage. C'est une vive et forte teinture, quand l'âme en est une fois abreuvée, et qui ne s'en va qu'elle n'emporte la pièce. Voilà pourquoi, pour juger d'un homme, il faut suivre longuement et curieusement sa trace.
    (Essais 2.1, p.21, Folio no290)
  165. [...] nous vivons par hasard.
    (Essais 2.1, p.22, Folio no290)
  166. Nous sommes tous de lopins et d'une contexture si informe et diverse, que chaque pièce, chaque moment fait son jeu. Et se trouve autant de différence de nous à nous-mêmes, que de nous à autrui.
    (Essais 2.1, p.22, Folio no290)
  167. Le pire état de l'homme, c'est quand il perd la connaissance et gouvernement de soi.
    (Essais 2.2, p.25, Folio no290)
  168. Tant sage qu'il voudra, mais enfin c'est un homme : qu'est-il plus caduc, plus misérable et plus de néant ?
    (Essais 2.2, p.32, Folio no290)
  169. Toutes actions hors les bornes ordinaires sont sujettes à sinistre interprétation, d'autant que notre goût n'advient non plus à ce qui est au-dessus de lui, qu'à ce qui est au-dessous.
    (Essais 2.2, p.33, Folio no290)
  170. [...] le sage vit tant qu'il doit, non pas tant qu'il peut.
    (Essais 2.3, p.36, Folio no290)
  171. Et ce n'est pas la recette à une seule maladie : la mort est la recette à tous maux.
    (Essais 2.3, p.36, Folio no290)
  172. La vie dépend de la volonté d'autrui ; la mort, de la nôtre.
    (Essais 2.3, p.36, Folio no290)
  173. C'est faiblesse de céder aux maux, mais c'est folie de le nourrir.
    (Essais 2.3, p.37, Folio no290)
  174. [...] quelquefois la fuite de la mort fait que nous y courons.
    (Essais 2.3, p.39, Folio no290)
  175. [...] c'est une maladie particulière, et qui ne se voit en aucune autre créature, de se haïr et dédaigner.
    (Essais 2.3, p.40, Folio no290)
  176. Tous les inconvénients ne valent pas qu'on veuille mourir pour les éviter.
    (Essais 2.3, p.41, Folio no290)
  177. Quiconque attend la peine il la souffre ; et quiconque l'a méritée, l'attend. La méchanceté fabrique des tourments contre soi.
    (Essais 2.5, p.55, Folio no290)
  178. On se peut, par usage et par expérience, fortifier contre les douleurs, la honte, l'indigence et tels autres accidents ; mais, quant à la mort, nous ne la pouvons essayer qu'une fois ; nous y sommes tous apprentis quand nous y venons.
    (Essais 2.6, p.60, Folio no290)
  179. Combien facilement nous passons du veiller au dormir ! Avec combien peu d'intérêt nous perdons la connaissance de la lumière et de nous !
    (Essais 2.6, p.61, Folio no290)
  180. Plusieurs choses nous semblent plus grandes par imagination que par effet.
    (Essais 2.6, p.61, Folio no290)
  181. [...] à la vérité, pour s'apprivoiser à la mort, je trouve qu'il n'y a que de s'en avoisiner.
    (Essais 2.6, p.68, Folio no290)
  182. Mon métier et mon art, c'est vivre.
    (Essais 2.6, p.70, Folio no290)
  183. De dire moins de soi qu'il n'y en a, c'est sottise, non modestie. Se payer de moins qu'on ne vaut, c'est lâcheté et pusillanimité, selon Aristote.
    (Essais 2.6, p.70, Folio no290)
  184. [...] l'honneur, c'est un privilège qui tire sa principale essence de la rareté.
    (Essais 2.7, p.73, Folio no290)
  185. Aucun homme de coeur ne daigne s'avantager de ce qu'il a de commun avec plusieurs.
    (Essais 2.7, p.75, Folio no290)
  186. C'est une humeur mélancolique, et une humeur par conséquent très ennemie de ma complexion naturelle, produite par le chagrin de la solitude en laquelle il y a quelques années que je m'étais jeté, qui m'a mis particulièrement en tête cette rêverie de me mêler d'écrire.
    (Essais 2.8, p.77, Folio no290)
  187. Les choses nous sont plus chères, qui nous ont plus coûté ; et il est plus difficile de donner que de prendre.
    (Essais 2.8, p.79, Folio no290)
  188. Il faut se rendre respectable par sa vertu et par sa suffisance, et aimable par sa bonté et douceur de ses moeurs.
    (Essais 2.8, p.81, Folio no290)
  189. J'accuse toute violence en l'éducation d'une âme tendre, qu'on dresse pour l'honneur et la liberté. Il y a je ne sais quoi de servile en la rigueur et en la contrainte ; et tiens que ce qui ne se peut faire par la raison, et par prudence et adresse, ne se fait jamais par la force.
    (Essais 2.8, p.82, Folio no290)
  190. Le vieux Caton disait en son temps, qu'autant de valets autant d'ennemis.
    (Essais 2.8, p.89, Folio no290)
  191. Quand j'ouïs réciter l'état de quelqu'un, je ne m'amuse pas à lui ; je tourne incontinent les yeux à moi, voir comment j'en suis. Tout ce qui le touche me regarde. Son accident m'avertit et m'éveille de ce côté-là. Tous les jours et à toutes les heures, nous disons d'un autre ce que nous dirions plus proprement de nous, si nous savions replier aussi bien qu'étendre notre considération.
    (Essais 2.8, p.89, Folio no290)
  192. [...] il n'est aucune si douce consolation en la perte de nos amis que celle que nous apporte la science de n'avoir rien oublié à leur dire, et d'avoir eu avec eux une parfaite et entière communication.
    (Essais 2.8, p.90, Folio no290)
  193. [...] ce que nous engendrons par l'âme, les enfantements de notre esprit, de notre courage et suffisance, sont produits par une plus noble partie que la corporelle, et sont plus nôtres ; nous sommes père et mère ensemble en cette génération ; ceux-ci nous coûtent bien plus cher, et nous apportent plus d'honneur, s'ils ont quelque chose de bon. Car la valeur de nos autres enfants est beaucoup plus leur que nôtre ; la part que nous y avons est bien légère ; mais de ceux-ci toute la beauté, toute la grâce et prix est nôtre.
    (Essais 2.8, p.95, Folio no290)
  194. [...] la reconnaissance de l'ignorance est l'un des plus beaux et plus sûrs témoignages de jugement que je trouve.
    (Essais 2.10, p.105, Folio no290)
  195. Je ne cherche aux livres qu'à m'y donner du plaisir par un honnête amusement ; ou si j'étudie, je n'y cherche que la science qui traite de la connaissance de moi-même, et qui m'instruise à bien mourir et à bien vivre.
    (Essais 2.10, p.107, Folio no290)
  196. [...] il fait beau d'apprendre la théorique de ceux qui savent bien la pratique.
    (Essais 2.10, p.113, Folio no290)
  197. Toute mort doit être de même sa vie. Nous ne devenons pas autres pour mourir.
    (Essais 2.11, p.124, Folio no290)
  198. La faute d'appréhension et la bêtise contrefont ainsi parfois les effets vertueux : comme j'ai vu souvent advenir qu'on a loué des hommes de ce quoi ils méritaient du blâme.
    (Essais 2.11, p.126, Folio no290)
  199. [...] quand on juge d'une action particulière, il faut considérer plusieurs circonstances et l'homme tout entier qui l'a produite, avant la baptiser.
    (Essais 2.11, p.126, Folio no290)
  200. Je hais, entre autres vices, cruellement la cruauté, et par nature et par jugement, comme l'extrême de tous les vices.
    (Essais 2.11, p.129, Folio no290)
  201. [Il y a] un certain respect qui nous attache, et un général devoir d'humanité, non aux bêtes seulement qui ont vie et sentiment, mais aux arbres et aux plantes.
    (Essais 2.11, p.136, Folio no290)
Accueil
Derniers ajouts
Recherche par mots-clés
Historique des modifications
Qui suis-je ?
Foire aux questions
Jeux littéraires
Références moléculaires
Références virtuelles
Loi du retour
Bibliopathie
Incipit
Parcourez ces pages au son de la Pavane pour une infante défunte de Ravel

Actualisé le 13 octobre 2014

Plus de 520000 visites de septembre 95 à mai 2002 Depuis le 26 mai 2002
Pour une meilleure appréciation du site, je vous invite à utiliser une version plus récente d'un navigateur. Je vous suggère particulièrement Mozilla (www.mozilla.org) qui est libre. C'est une façon active et positive de promouvoir la liberté sur le net que d'utiliser ce puissant navigateur. Merci !