Au fil de mes lectures
Gilles G. Jobin

Les Auteurs
À la suite de chaque auteur
se trouve, entre parenthèses,
le nombre de citations.
Abbé Ernest (13)
Achard Marcel (32)
Adams Douglas (11)
Aguéev M. (17)
Alain (169)
Albalat Antoine (57)
Albee Edward (10)
Alberoni Francesco (59)
Allen Woody (16)
Anaxagore (2)
Anonyme (30)
Anouilh Jean (201)
Aragon Louis (10)
Arcand Bernard (55)
Archambault Gilles (15)
Aristophane (1)
Aristote (8)
Asimov Isaac (6)
Auclair Marcelle (39)
Audeguy Stéphane (15)
Audiberti Jacques (7)
Auster Paul (14)
Aymé Marcel (3)
Bach Richard (12)
Bachelard Gaston (228)
Baillargeon Normand (8)
Balzac Honoré de (34)
Baricco Alessandro (88)
Barjavel René (82)
Baruk Stella (7)
Bashô Matsuo (2)
Bataille Georges (4)
Bauchau Henry (12)
Baudelaire Charles (12)
Bazin Hervé (18)
Beaumarchais (67)
Beauvoir Simone de (7)
Beckett Samuel (3)
Begeler Clémence (1)
Ben Jelloun Tahar (18)
Bennett Alan (2)
Berberova Nina (4)
Bergier Jacques (3)
Bergson Henri (13)
Bernanos Georges (17)
Bernard Tristan (7)
Bernhard Thomas (284)
Bernheim Emmanuèle (4)
Besnard Lucien (1)
Besnier Michel (6)
Bias (de Priène) (3)
Bidou Henry (1)
Bierce Ambrose (144)
Billon Pierre (2)
Bioy Casares Adolfo (7)
Birabeau André (5)
Bismuth Nadine (1)
Blais Marie-Claire (16)
Blake William (1)
Blanchot Maurice (7)
Blasband Philippe (1)
Block Lawrence (4)
Blondin Robert (15)
Bobin Christian (419)
Bonaventure d'Argonne (9)
Borges Jorge Luis (84)
Bouchard Serge (89)
Bouillier Henri (2)
Boulanger Daniel (8)
Boulgakov Mikhaïl (19)
Bourgault Pierre (29)
Bradbury Ray (6)
Brautigan Richard (13)
Brie Albert (271)
Brieux Eugène (1)
Brisebois Robert (26)
Bruckner Pascal (123)
Burroughs-Jobin (1)
Buson Yosa (18)
Butler Samuel (1)
Buzzati Dino (7)
Calvino Italo (8)
Camus Albert (190)
Canetti Elias (39)
Caragiale Ion Luca (2)
Card Orson Scott (7)
Carrel Alexis (45)
Carrère Emmanuel (3)
Carroll Lewis (6)
Carvel Paul (69)
Carver Raymond (9)
Cauvin Patrick (7)
Céline (78)
Chamfort Sébastien (88)
Chapsal Madeleine (22)
Char René (15)
Charon Jean E. (3)
Chateaubriand (19)
Chebel Malek (5)
Chesterton Gilbert Keith (16)
Chilon (Le Lacédémonien) (4)
Ciceron (11)
Cioran Emil Michel (176)
Claudel Paul (31)
Claudel Philippe (4)
Cléobule (de Lindos) (2)
Cocteau Jean (37)
Coelho Paulo (45)
Cohen Olivier (1)
Cohen Albert (27)
Collin D'Harleville (3)
Conan Doyle Sir Arthur (9)
Condé Maryse (1)
Confucius (31)
Connelly Michael (6)
Corneille Pierre (170)
Cossé Laurence (6)
Cossery Albert (5)
Cueco Henri (11)
Curel François de (6)
Cyrulnik Boris (40)
D'Amours Guy (12)
Dannemark Francis (12)
Dard Fréderic (34)
Darrieussecq Marie (2)
Daudet Alphonse (6)
Davies Robertson (31)
Davis P.J. (1)
De Luca Erri (14)
De Prada Juan Manuel (16)
Del Rey Lester (2)
Delerm Philippe (14)
Delorme Gilles (1)
Démocrite (27)
Desbordes Michèle (2)
Descaves Pierre (22)
Desplechin Marie (13)
Destouches (17)
Dhôtel André (3)
Dick Philip K. (1)
Diderot Denis (56)
Djian Philippe (2)
Dorin Françoise (5)
Dostoïevsky Fiodor M. (73)
Dubé Marcel (10)
Dubos René (15)
Duras Marguerite (34)
Durrell Lawrence (27)
Dürrenmatt Friedrich (1)
Eco Umberto (17)
Ehrenberg Alain (3)
Ehrenstein Albert (4)
Einstein Albert (27)
Eliot T.S. (13)
Empédocle (3)
Engel Peter (3)
Épictète (8)
Épicure (7)
Érasme (24)
Escarpit Robert (30)
Eschyle (66)
Euripide (174)
Fadiman Anne (12)
Faguet Émile (41)
Fante John (1)
Faraggi C. (2)
Faulkner William (25)
Fénéon Félix (9)
Ferguson Marylin (33)
Fermine Maxence (31)
Ferron Jacques (38)
Ferry Luc (20)
Fine Reuben (1)
Flaubert Gustave (60)
Folco Michel (10)
Fox Paula (4)
François Annie (9)
Franzen Jonathan (1)
Fuentes Carlos (16)
Fuyuno Niji (2)
Gaarder Jostein (34)
Gailly Christian (6)
Garcia Lorca Federico (6)
Garcia Marquez Gabriel (6)
Gary Romain (40)
Gauthier Louis (9)
Gavalda Anna (10)
Genet Jean (2)
Gibran Khalil (36)
Gide André (59)
Giono Jean (35)
Giraudoux Jean (168)
Goethe (19)
Gogol Nicolas (6)
Goldoni Carlo (5)
Gorki Maxime (6)
Gougaud Henri (64)
Gourio Jean-Marie (79)
Grangé (4)
Green Julien (14)
Grimaud Hélène (19)
Guedj Denis (13)
Guillevic Eugène (43)
Guilloux Louis (2)
Guiraud Edmond (4)
Guitry Sacha (301)
Guitton Jean (19)
Hadamard Jacques (29)
Hamsun Knut (2)
Handke Peter (14)
Hanff Helene (5)
Hashi Kanseki (1)
Havel Václav (4)
Hébert Anne (10)
Hemingway Ernest (1)
Héraclite (18)
Hérodote (1)
Herriot Édouard (80)
Hersh R. (1)
Hesse Hermann (72)
Higon Albert (3)
Hillerman Tony (4)
Himanen Pekka (21)
Homel David (17)
Horace (9)
Houellebecq Michel (16)
Hrabal Bohumil (7)
Hugo Victor (173)
Huston Nancy (8)
Ibsen Henrik (34)
Illich Ivan (45)
Inoué Yasushi (4)
Ionesco Eugène (50)
Israël Gérard (4)
Issa Kobayashi (9)
Jaccard Roland (57)
Jacquard Albert (47)
Jankélévitch Vladimir (2)
Jarry Alfred (10)
Joubert Joseph (514)
Jouhandeau Marcel (5)
Jouxtel Pascal (23)
Juliet Charles (8)
Jung Carl Gustav (16)
Jünger Ernst (14)
Kant Emmanuel (11)
Kawabata Yasunari (3)
Keelt Arthur (8)
Kerbaker Andrea (2)
Kerouac Jack (4)
Kierkegaard Sören (40)
Klein Gérard (7)
Kôda Rohan (1)
Koestler Arthur (38)
Kourkov Andreï (4)
Kourouma Ahmadou (19)
Kraus Karl (16)
Kubota Kuhona (1)
Kuhn Thomas S. (28)
Kundera Milan (330)
Kureishi Hanif (23)
La Fontaine Jean de (173)
La Rochefoucauld (176)
Labiche Eugène (11)
Lablénie Edmond (1)
Lachièze-Rey Marc (1)
Lafargue Paul (5)
Larbaud Valery (9)
LaRue Monique (24)
Latzarus Louis (28)
Laxness Halldor (8)
Le Clézio Jean-Marie G. (4)
Lec (166)
Leclerc Félix (37)
Lehane Dennis (14)
Leloup Jean-Yves (9)
Lemarchand Jacques (2)
Leon Donna (3)
Leopardi Giacomo (30)
Leroux Gaston (1)
Lesage Alain René (15)
Lescure Jean (7)
Lessing (1)
Leucippe (1)
Lewis Roy (13)
Lewis C.S. (10)
Lichtenberg G.C. (144)
Lieberman Herbert (4)
Lispector Clarice (45)
Lobo Antunes Antonio (14)
Lodge David (2)
Loranger Françoise (3)
Lorentz Konrad (11)
Louvet Jean (2)
Maalouf Amin (13)
Maeterlinck Maurice (6)
Manguel Alberto (18)
Mankell Henning (40)
Marc-Aurèle (16)
Marcel Gabriel (6)
Marinina Alexandra (33)
Marivaux (14)
Martel Yann (10)
Martinez Guillermo (6)
Mauriac François (9)
Maurois André (110)
Mauvignier Laurent (4)
McCoy Horace (2)
Mélissos (1)
Melville Herman (4)
Méré Charles (3)
Mérimée Prosper (2)
Merle Robert (22)
Meyrinck Gustav (8)
Mille Pierre (1)
Miller Arthur (3)
Miller Henry (13)
Millet Olivier (3)
Mingarelli Hubert (4)
Mishima Yukio (2)
Mithois Marcel (3)
Mitsuhashi Takajo (1)
Mitton Damien (2)
Modiano Patrick (2)
Molière (76)
Montaigne Michel de (201)
Montherlant Henry de (128)
Morand Paul (37)
Moravia Alberto (20)
Morin Edgar (202)
Murakami Haruki (4)
Murry John Middleton (1)
Musil Robert (8)
Musset Alfred de (36)
Nabokov Vladimir (28)
Nadolny Sten (30)
Naquet Philippe (3)
Negroponte Nicholas (14)
Neveu Richard (1)
Nietzsche Friedrich (42)
Nimier Roger (5)
Nooteboom Cees (17)
Nothomb Amélie (55)
Novalis (14)
Nyssen Hubert (4)
O'Casey Sean (2)
O'Neill Eugene (2)
Ollivier Mikaël (5)
Orsenna Erik (19)
Orwell George (10)
Osborne John (2)
Oster Christian (6)
Ozaki Hôsai (1)
Paasilinna Arto (12)
Page Martin (12)
Pagels Heinz (23)
Pagnol Marcel (32)
Pailleron Edouard (17)
Pamuk Orhan (21)
Papert Seymour (52)
Parménide (1)
Pascal Blaise (128)
Patier Xavier (6)
Pauwels Louis (92)
Péguy Charles (53)
Pelt Jean-Marie (2)
Pennac Daniel (153)
Penrose Roger (3)
Perec Georges (7)
Perez-Reverte Arturo (10)
Perret Jacques (4)
Perros Georges (79)
Perruchot Henri (40)
Pessoa Fernando (63)
Pieyre de Mandiargues (10)
Pilhes René Victor (9)
Pingaud Bernard (6)
Pirandello Luigi (16)
Plaute (7)
Plutarque (9)
Poe Edgar Allan (17)
Pontalis J.-B. (56)
Prévert Jacques (13)
Proulx Monique (10)
Proust Marcel (46)
Quignard Pascal (94)
Quint Michel (8)
Racine Jean (90)
Reeves Hubert (18)
Regnard Jean-François (12)
Renard Jules (381)
Reza Yasmina (7)
Ricoeur Paul (3)
Rilke Rainer Maria (11)
Rivarol Antoine de (42)
Rogers Carl (5)
Romains Jules (5)
Rostand Jean (282)
Rostand Edmond (14)
Roth Philip (11)
Rougier Stan (10)
Roussin André (13)
Roy Claude (140)
Russell Bertrand (39)
Sa Shan (10)
Sabato Ernesto (8)
Sablé Marquise de (36)
Sackville-West Vita (7)
Sagan Françoise (15)
Saint-Cyran (2)
Saint-Exupéry Antoine de (60)
Saint-Martin (1)
Sainte-Beuve (44)
Sakaguchi Ango (4)
Salinger Jerome David (12)
Salvayre Lydie (7)
Sansot Pierre (17)
Saramago José (76)
Sarment Jean (5)
Sartre Jean-Paul (103)
Satie Érik (35)
Saumont Annie (4)
Schmitt Eric-Emmanuel (22)
Schopenhauer Arthur (33)
Scutenaire Louis (147)
Senancour (1)
Séneque (13)
Sepulveda Luis (18)
Serres Michel (58)
Shakespeare William (204)
Shaw George Bernard (16)
Shiki Masaoka (2)
Sijie Dai (2)
Silesius Angelus (45)
Simenon Georges (2)
Singer Christiane (11)
Skemp Richard R. (9)
Solemne Marie de (7)
Soljenitsyne Alexandre (1)
Solon (1)
Sophocle (78)
Sorin Raphaël (1)
Sôseki Natsume (18)
Soupault Philippe (12)
Stapeldon Olaf (7)
Steiner Kurt (1)
Stendhal (1)
Sternberg Jacques (47)
Stevenson Robert Louis (1)
Strindberg August (10)
Sturgeon Theodor (1)
Swift Jonathan (1)
Süskind Patrick (17)
Tagore Rabindranath (15)
Takashima Shigeru (1)
Takayama Kyoshi (3)
Tchékhov Anton (20)
Thériault Yves (2)
Thibon Gustave (138)
Thom René (1)
Thomas Chantal (11)
Thoreau Henry David (15)
Tirtiaux Bernard (14)
Tolstoï Léon (1)
Toole J. Kennedy (1)
Tournier Michel (146)
Unamuno Miguel de (208)
Ungaretti Giuseppe (16)
Vadeboncoeur Pierre (10)
Valéry Paul (56)
Van Cauwelaert Didier (18)
Vaneigem Raoul (65)
Vargas Fred (5)
Vauvenargues (80)
Verne Jules (14)
Vialar Paul (21)
Vian Boris (8)
Vigneault Gilles (9)
Vila-Matas Enrique (3)
Villiers de l'Isle-Adam (19)
Voilquin Jean (1)
Voltaire (68)
Watzlawick Paul (3)
Weil Simone (36)
Wells H.G. (24)
Werber Bernard (18)
Weyergans François (9)
Wharton Edith (2)
Wilde Oscar (35)
Williams Tennessee (6)
Woolf Virginia (6)
Xénophane (2)
Yamaguchi Seishi (2)
Yeats William Butler (4)
Yourcenar Marguerite (64)
Zafón Carlos Ruiz (28)
Zola Émile (3)
Zweig Stefan (60)
    Jean Giraudoux
    1882-1944
  1. Elle ne fait rien. Elle ne dit rien. Mais elle est là.
    (Électre, Grasset (1937), p.25)
  2. Le bonheur n'a jamais été le lot de ceux qui s'acharnent.
    (Électre, Grasset (1937), p.28)
  3. Les fleurs, si elle [Électre] est un peu nerveuse, lui feront du bien.
    (Électre, Grasset (1937), p.32)
  4. [...] cette moisissure suprême et mobile de la terre qu'est l'humanité [...]
    (Électre, Grasset (1937), p.39)
  5. Je ne comprends pas les paroles des gens. Je n'ai pas d'instruction. Je comprends les gens...
    (Électre, Grasset (1937), p.48)
  6. Nous faisons une situation fausse aux morts en les raccrochant à la vie. C'est leur enlever, s'ils en ont une, leur liberté de mort.
    (Électre, Grasset (1937), p.61)
  7. La fraternité est ce qui distingue les humains. Les animaux ne connaissent que l'amour...
    (Électre, Grasset (1937), p.107)
  8. On réussit chez les rois les expériences qui ne réussissent jamais chez les humbles, la haine pure, la colère pure.
    (Électre, Grasset (1937), p.117)
  9. Ce n'est pas dans le rôle d'un jardinier de réclamer de Dieu un orage, même de tendresse.
    (Électre, Grasset (1937), p.118)
  10. Où qu'on aille, on se retrouve aussitôt face à face. La terre est ronde pour ceux qui s'aiment.
    (Électre, Grasset (1937), p.134)
  11. Je te perds ta vie, et je m'excuse.
    (Électre, Grasset (1937), p.139)
  12. Le scandale n'est jamais retombé que sur ceux qui le provoquent.
    (Électre, Grasset (1937), p.147)
  13. Le seul bonheur que j'ai connu en ce monde est l'attente.
    (Électre, Grasset (1937), p.151)
  14. Je suis jolie et il est laid. Je suis jeune et il est vieux. J'ai de l'esprit et il est bête. J'ai une âme et il n'en a pas. Et c'est lui qui a tout. En tout cas il m'a. Et c'est moi qui n'ai rien. En tout cas, je l'ai.
    (Électre, Grasset (1937), p.158)
  15. Il est des vérités qui peuvent tuer un peuple [...]
    (Électre, Grasset (1937), p.193)
  16. C'est là ce qui est si beau et si dur dans la vérité, elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair.
    (Électre, Grasset (1937), p.195)
  17. [...] la mort a ceci de bon qu'on peut se confier à elle [...]
    (Électre, Grasset (1937), p.210)
  18. Le cheval, comme chacun sait, est la part la plus importante du chevalier.
    (Ondine, p.12 Livre de Poche no1657)
  19. C'est ce que nous craignons le plus en armure, nous autres, chevaliers... La pluie... La pluie, et une puce.
    (Ondine, p.13 Livre de Poche no1657)
  20. [Ondine veut devenir humaine]
    Je savais bien qu'il devait y avoir une raison pour être fille. La raison est que les hommes sont si beaux...

    (Ondine, p.21 Livre de Poche no1657)
  21. Je suis toujours furieux contre moi, quand les autres ont tort !
    (Ondine, p.27 Livre de Poche no1657)
  22. Depuis que je t'aime, ma solitude commence à deux pas de toi.
    (Ondine, p.64 Livre de Poche no1657)
  23. [...] chaque théâtre n'est écrit que pour une seule pièce, et le seul secret de sa direction est de découvrir laquelle.
    (Ondine, p.70 Livre de Poche no1657)
  24. C'est le grand avantage du théâtre sur la vie, il ne sent pas le rance...
    (Ondine, p.77 Livre de Poche no1657)
  25. C'est une mauvaise action d'accélérer la vie ! Vous en supprimez les deux éléments sauveurs, la distraction et la paresse.
    (Ondine, p.77 Livre de Poche no1657)
  26. Il faut croire que la vertu des hommes est déjà un mensonge affreux. Il m'a dit qu'il m'aimerait toujours.
    (Ondine, p.120 Livre de Poche no1657)
  27. C'est tout petit dans l'univers, le milieu où l'on oublie, où l'on change d'avis, où l'on pardonne, l'humanité, comme vous dites...
    (Ondine, p.121 Livre de Poche no1657)
  28. L'âme du monde aspire et expire par les naseaux et les branchies. Mais l'homme a voulu son âme à soi. Il a morcelé stupidement l'âme générale. Il n'y a pas d'âme des hommes. Il n'y a qu'une série de petits lots d'âme où poussent de maigres fleurs et de maigres légumes. Les âmes d'homme avec les saisons entières, avec le vent entier, avec l'amour entier, c'est ce qu'il t'aurait fallu, c'est horriblement rare.
    (Ondine, p.124 Livre de Poche no1657)
  29. Le seul homme digne d'être aimé est celui qui ressemble à tous les hommes, qui a la parole, les traits de tous les hommes, qu'on ne distingue des autres que par des défauts ou des maladresses en plus...
    (Ondine, p.124 Livre de Poche no1657)
  30. Le plus bête des hommes voit toujours assez clair pour devenir aveugle.
    (Ondine, p.125 Livre de Poche no1657)
  31. Bertha: À quoi donc reconnais-tu les vraies femmes !
    Hans: À ce qu'elles trompent... Elle m'a trompé.

    (Ondine, p.146 Livre de Poche no1657)
  32. Le Premier Pêcheur: Monseigneur ! Monseigneur !
    Hans: Dis-le quatre fois et c'est un vers !

    (Ondine, p.150 Livre de Poche no1657)
  33. Seuls les faux coupables qui s'entendent répondent par les mêmes mots !
    (Ondine, p.173 Livre de Poche no1657)
  34. Beaucoup trompent celles qu'ils aiment pour ne pas être orgueilleux, pour abdiquer, pour se sentir peu de chose près d'elles qui sont tout.
    (Ondine, p.181 Livre de Poche no1657)
  35. [...] nous sommes chez les humains. Que je sois malheureuse ne prouve pas que je ne sois pas heureuse.
    (Ondine, p.181 Livre de Poche no1657)
  36. Un jour, elles partent. Le jour où tout vous devient clair, le jour où vous voyez que vous n'avez jamais aimé qu'elles, que vous mourrez si une minute elles partaient, ce jour-là, elles partent.
    (Ondine, p.185 Livre de Poche no1657)
  37. [...] l'amour d'une épouse sait faire de l'époux une part d'elle-même.
    (Amphitryon 38, p.15 Livre de Poche no2207)
  38. La principale difficulté, avec les femmes honnêtes, n'est pas de les séduire, c'est de les amener dans des endroits clos. Leur vertu est faite des portes entrouvertes.
    (Amphitryon 38, p.16 Livre de Poche no2207)
  39. Jupiter: [...] le plus beau moment de l'amour d'une femme.
    Mercure: [...] Lequel ?
    Jupiter: Le consentement.

    (Amphitryon 38, p.16 Livre de Poche no2207)
  40. [...] la paix [...] l'intervalle entre deux guerres !
    (Amphitryon 38, p.20 Livre de Poche no2207)
  41. Les femmes fidèles sont celles qui attendent du printemps, des lectures, des parfums, des tremblements de terre, les révélations que les autres demandent aux amants. En somme, elles sont infidèles à leurs époux avec le monde entier, excepté avec les hommes.
    (Amphitryon 38, p.48 Livre de Poche no2207)
  42. Jupiter : Pourquoi ne veux-tu pas d'amant ?
    Alcmène : Parce que l'amant est toujours plus près de l'amour que de l'aimée.

    (Amphitryon 38, p.57 Livre de Poche no2207)
  43. [Jupiter] a créé la terre. Mais la beauté de la terre se crée elle-même, à chaque minute. Ce qu'il y a de prodigieux en elle, c'est qu'elle est éphémère.
    (Amphitryon 38, p.72 Livre de Poche no2207)
  44. Devenir immortel, c'est trahir, pour un humain.
    (Amphitryon 38, p.79 Livre de Poche no2207)
  45. La santé et le bonheur sont le seul chantage des dieux...
    (Amphitryon 38, p.109 Livre de Poche no2207)
  46. C'est avec les mensonges du matin que les femmes font leurs vérités du soir.
    (Amphitryon 38, p.115 Livre de Poche no2207)
  47. Il ne faut pas se regarder trop en face, entre époux, si l'on veut s'éviter des découvertes...
    (Amphitryon 38, p.134 Livre de Poche no2207)
  48. Qu'on ne me parle pas de la fatalité, elle n'existe que par la veulerie des êtres. Ruses des hommes, désirs des dieux ne tiennent pas contre la volonté et l'amour d'une femme fidèle...
    (Amphitryon 38, p.138 Livre de Poche no2207)
  49. [...] les femmes fidèles sont toutes les mêmes, elles ne pensent qu'à leur fidélité et jamais à leurs maris.
    (Amphitryon 38, p.149 Livre de Poche no2207)
  50. Je te joindrai, je resterai près de toi : la présence est la seule race des amants.
    (Amphitryon 38, p.160 Livre de Poche no2207)
  51. Tu n'as pas, vers nos noces d'argent, trouvé plus jeune que moi une vierge de seize ans, à la fois timide et hardie, que ta vue et tes exploits tourmentaient, légère et ravissante, un monstre, quoi ?
    (Amphitryon 38, p.161 Livre de Poche no2207)
  52. [Le destin] est simplement la forme accélérée du temps.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.10 Livre de Poche no945)
  53. [...] on ne tue bien que ce qu'on aime.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.22 Livre de Poche no945)
  54. C'est la seule tâche digne d'une vraie armée : faire le siège paisible de sa patrie ouverte.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.24 Livre de Poche no945)
  55. Il aime les femmes distantes, mais de près.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.29 Livre de Poche no945)
  56. PÂRIS : Voyons, Hector ! Tu connais les femmes aussi bien que moi. Elles ne consentent qu'à la contrainte. Mais alors avec enthousiasme.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.29 Livre de Poche no945)
  57. Un seul être vous manque, et tout est repeuplé...
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.32 Livre de Poche no945)
  58. [...] l'amour comporte des moments vraiment exaltants, ce sont les ruptures...
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.33 Livre de Poche no945)
  59. HECTOR (en parlant d'Hélène){ : Que personnifie celle-là ?
    DEMOKOS : On te le répète, la beauté.
    HÉCUBE : Alors, rendez-la vite aux Grecs, si vous voulez qu'elle vous la personnifie pour longtemps. C'est une blonde.

    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.42 Livre de Poche no945)
  60. [...] faire la guerre pour une femme, c'est la façon d'aimer des impuissants.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.47 Livre de Poche no945)
  61. Il n'est qu'une humiliation pour la femme, l'injustice.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.48 Livre de Poche no945)
  62. C'est vraiment pénible de constater que les femmes sont les dernières à savoir ce qu'est la femme.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.48 Livre de Poche no945)
  63. Les guerriers qui n'ont pas un portrait de femme dans leur sac ne valent rien.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.49 Livre de Poche no945)
  64. Voilà cinquante ans que je suis femme et je n'ai jamais pu encore savoir au juste ce que j'étais.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.49 Livre de Poche no945)
  65. Demandez au moindre soldat. Tuer un homme c'est mériter une femme.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.49 Livre de Poche no945)
  66. À mesure que nous vieillissons, nous les femmes, nous voyons clairement ce qu'ont été les hommes, des hypocrites, des vantards, des boucs.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.50 Livre de Poche no945)
  67. Il n'y a pas deux façons de se rendre immortel ici-bas, c'est d'oublier qu'on est mortel !
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.53 Livre de Poche no945)
  68. Je ne connais pas d'emploi plus humiliant dans une famille que le rôle de fils séducteur.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.56 Livre de Poche no945)
  69. L'homme qui découvre la faiblesse d'une femme, c'est le chasseur à midi qui découvre une source. Il s'en abreuve.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.70 Livre de Poche no945)
  70. On croit lutter contre des géants, on va les vaincre, et il se trouve qu'on lutte contre quelque chose d'inflexible, qui est un reflet sur la rétine d'une femme.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.77 Livre de Poche no945)
  71. Il suffit de chanter un chant de paix avec grimace et gesticulation pour qu'il devienne un chant de guerre...
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.98 Livre de Poche no945)
  72. Dès que la guerre est déclarée, impossible de tenir les poètes. La rime, c'est encore le meilleur tambour.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.99 Livre de Poche no945)
  73. Voyez les officiers : Braves devant l'ennemi, lâches devant la guerre, c'est la devise des vrais généraux.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.99 Livre de Poche no945)
  74. [...] le droit est la plus puissante des écoles de l'imagination. Jamais poète n'a interprété la nature aussi librement qu'un juriste la réalité.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.111 Livre de Poche no945)
  75. BUSIRIS : Je ne peux vous donner qu'une aide, la vérité.
    HECTOR : Justement. Trouve une vérité qui nous sauve. Si le droit n'est pas l'armurier des innocents, à quoi sert-il ? Forge-nous une vérité.

    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.112 Livre de Poche no945)
  76. Un discours aux morts de la guerre, c'est un plaidoyer hypocrite pour les vivants, une demande d'acquittement. C'est la spécialité des avocats. Je ne suis pas assez sûr de mon innocence...
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.115 Livre de Poche no945)
  77. Personne, même le destin, ne s'attaque d'un coeur léger à la passion...
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.131 Livre de Poche no945)
  78. Aux approches de la guerre, tous les êtres sécrètent une nouvelle sueur, tous les événements revêtent un nouveau vernis, qui est le mensonge. Tous mentent.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.132 Livre de Poche no945)
  79. [...] il m'a toujours semblé [que les humains] se partageaient en deux sortes. Ceux qui sont, si vous voulez, la chair de la vie humaine. Et ceux qui en sont l'ordonnance, l'allure. Les premiers ont le rire, les pleurs, et tout ce que vous voudrez en sécrétions. Les autres ont le geste, la tenue, le regard. Si vous les obligez à ne faire qu'une race, cela ne va plus aller du tout. L'humanité doit autant à ses vedettes qu'à ses martyrs.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.133 Livre de Poche no945)
  80. Les gens ont pitié des autres dans la mesure où ils auraient pitié d'eux-mêmes.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.135 Livre de Poche no945)
  81. L'eau sur le canard marque mieux que la souillure sur la femme.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.153 Livre de Poche no945)
  82. Le privilège des grands, c'est de voir les catastrophes d'une terrasse.
    (La guerre de Troie n'aura pas lieu, p.170 Livre de Poche no945)
  83. Tous les symboles ont leur raison. Il suffit de les interpréter.
    (Intermezzo, p.9 Livre de Poche no1209)
  84. Dès qu'on laisse un peu de liberté à ces fourmis [il est question des femmes] dans l'édifice social, toutes les poutres en sont rongées en un clin d'oeil.
    (Intermezzo, p.38 Livre de Poche no1209)
  85. Isabelle : Avec ces écoles de plein ciel, il ne subsiste presque aucun motif de punir. Tout ce qui est faute dans une classe devient une initiative et une intelligence au milieu de la nature. Punir une élève qui regarde au plafond ? Regardez-le, ce plafond !
    [...]
    L'Inspecteur : Le plafond, dans l'enseignement, doit être compris de façon à faire ressortir la taille de l'adulte vis-à-vis de la taille de l'enfant. Un maître qui adopte le plein air avoue qu'il est plus petit que l'arbre, moins corpulent que le boeuf, moins mobile que l'abeille, et sacrifie la meilleure preuve de sa dignité.

    (Intermezzo, p.45 Livre de Poche no1209)
  86. Dieu n'a pas prévu le bonheur pour ses créatures : il n'a prévu que des compensations [...]
    (Intermezzo, p.58 Livre de Poche no1209)
  87. Une justice qui veut être saine exige des criminels sains.
    (Intermezzo, p.91 Livre de Poche no1209)
  88. Le bourreau n'est exact qu'à l'aurore.
    (Intermezzo, p.93 Livre de Poche no1209)
  89. Je veux un mari comme je voudrais un diamant, pour les joies et pour les feux qu'il me donnera sans s'en douter.
    (Intermezzo, p.100 Livre de Poche no1209)
  90. Rien d'inquiétant dans un mort comme un coeur qui bat.
    (Intermezzo, p.126 Livre de Poche no1209)
  91. L'humanité est... une entreprise surhumaine.
    (Intermezzo, p.142 Livre de Poche no1209)
  92. Il n'y a de simple que l'hypocrisie et la routine.
    (Intermezzo, p.152 Livre de Poche no1209)
  93. La contradiction entre la vie et la mort, c'est l'agitation humaine qui la crée.
    (Intermezzo, p.156 Livre de Poche no1209)
  94. Un secret inexpliqué tient souvent en vous une place plus noble et plus aérée que son explication. C'est l'ampoule d'air chez les poissons.
    (Intermezzo, p.168 Livre de Poche no1209)
  95. Ce qu'aiment les hommes, ce que tu aimes, ce n'est pas connaître, ce n'est pas savoir, c'est osciller entre deux vérités ou deux mensonges [...]
    (Intermezzo, p.174 Livre de Poche no1209)
  96. L'eau reste la grande dénonciatrice des secrets de la terre, et la plus belle source n'est qu'une trahison de ses entrailles.
    (La Folle de Chaillot, p.31, Livre de Poche no2373)
  97. Quelle est la seule sauvegarde, la seule tradition d'un monde vraiment moderne : c'est un type unique du travailleur, le même visage, les mêmes vêtements, les mêmes gestes et paroles pour chaque travailleur. Ainsi seulement le dirigeant en arrive à croire qu'un seul humain sue et travaille. Quelle facilité pour sa vue, quel repos pour sa conscience !
    (La Folle de Chaillot, p.37, Livre de Poche no2373)
  98. Tout chien, sans son vrai nom, maigrit...
    (La Folle de Chaillot, p.60, Livre de Poche no2373)
  99. LA FOLLE : Que cherchent-ils ? Ils ont perdu quelque chose ?
    PIERRE : Ils cherchent du pétrole.
    LA FOLLE : Curieux ! Qu'est-ce qu'ils veulent en faire ?
    PIERRE : Ce qu'on fait avec du pétrole. De la misère. De la guerre. De la laideur. Un monde misérable.

    (La Folle de Chaillot, p.66, Livre de Poche no2373)
  100. Où fait-on de mauvaises affaires ? Exclusivement dans les affaires.
    (La Folle de Chaillot, p.73, Livre de Poche no2373)
  101. [...] que penserait celui que j'attends s'il savait que j'ai dit je t'aime à ceux qui m'ont tenue avant lui dans leurs bras.
    (La Folle de Chaillot, p.79, Livre de Poche no2373)
  102. Le monde, où chaque être mort ou vivant doit fournir de lui cette preuve ignoble qu'est son corps, n'a pas besoin d'être sauvé !
    (La Folle de Chaillot, p.89, Livre de Poche no2373)
  103. L'occupation de l'humanité n'est qu'une entreprise universelle de démolition. Je parle de l'humanité mâle.
    (La Folle de Chaillot, p.94, Livre de Poche no2373)
  104. Tout le monde sait que les perles, sur la peau de celle qui les porte, deviennent peu à peu de vraies perles.
    (La Folle de Chaillot, p.98, Livre de Poche no2373)
  105. Le mal du monde est comme le mal des personnes. On n'y croira plus dès qu'il ne sera plus là.
    (La Folle de Chaillot, p.106, Livre de Poche no2373)
  106. Quand on détruit, il faut détruire par la masse. [...] Toutes les batailles ont ce principe. Tu rassembles dans le même lieu tous les ennemis, et tu les tues. S'il fallait les tuer individuellement en les cherchant dans leurs familles et leur métier, on se lasserait, on y renoncerait. Des gens se demandent pourquoi l'on a inventé la conscription et le service armé. C'est pour cela.
    (La Folle de Chaillot, p.111, Livre de Poche no2373)
  107. L'avocat qui défend le mieux l'assassin, c'est celui qui ne tuerait pas une mouche. Celui qui défend le mieux le voleur, c'est le plus honnête.
    (La Folle de Chaillot, p.115, Livre de Poche no2373)
  108. L'amour est le désir d'être aimé.
    (La Folle de Chaillot, p.154, Livre de Poche no2373)
  109. Si deux êtres qui s'aiment laissent une seule minute se loger entre eux, elle devient des mois, des années, des siècles.
    (La Folle de Chaillot, p.156, Livre de Poche no2373)
  110. Il suffit d'une femme de sens pour que la folie du monde sur elle casse ses dents.
    (La Folle de Chaillot, p.156, Livre de Poche no2373)
  111. Ferme les yeux, tout ce que tu vois t'appartient.
    (Provinciales, p.48, Livre de Poche no2811)
  112. Je connais les femmes, elles aiment qu'on soit brutal à condition qu'elles sachent qu'on l'est pour leur faire plaisir.
    (Provinciales, p.64, Livre de Poche no2811)
  113. Ne prenez jamais de confident à vos chagrins d'amour : il vous écoute deux minutes, puis vous étourdit de ses propres souffrances.
    (Provinciales, p.155, Livre de Poche no2811)
  114. La mise en scène, c'est bâtir pour la pièce une assise de béton comme pour un obusier. Et en avant le tir !
    (L'impromptu de Paris, p.19, Grasset)
  115. C'est une heure d'éternité, l'heure théâtrale !
    (L'impromptu de Paris, p.68, Grasset)
  116. Ceux qui veulent comprendre au théâtre sont ceux qui ne comprennent pas le théâtre.
    (L'impromptu de Paris, p.83, Grasset)
  117. [...] le théâtre n'est pas un théorème, mais un spectacle, pas une leçon, mais un filtre.
    (L'impromptu de Paris, p.84, Grasset)
  118. Quand on vit avec un monstre, on le préfère avec le sourire.
    (L'impromptu de Paris, p.105, Grasset)
  119. [...] un peuple n'a une vie réelle grande que s'il a une vie irréelle puissante. [...] la force d'un peuple est son imagination.
    (L'impromptu de Paris, p.132, Grasset)
  120. Dieu ne parvient que par sa pitié à distinguer le sacrifice du suicide.
    (Sodome et Gomorrhe, p.20, Grasset)
  121. C'est de là que vient tout le mal : Dieu est un homme.
    (Sodome et Gomorrhe, p.48, Grasset)
  122. [...] ici-bas on n'a jamais la récompense que l'on mérite...
    (Sodome et Gomorrhe, p.60, Grasset)
  123. Ne te trompe pas sur ta souffrance. Les seuls hommes qui souffrent sont les invalides. Car ce dont ils souffrent, c'est du membre qui leur manque.
    (Sodome et Gomorrhe, p.64, Grasset)
  124. Il était un pauvre serpent qui collectionnait toutes ses peaux. C'était l'homme.
    (Sodome et Gomorrhe, p.67, Grasset)
  125. [...] les hommes n'ont jamais deux amours. C'est là la barrière au coeur des hommes : le chiffre un.
    (Sodome et Gomorrhe, p.70, Grasset)
  126. Chaque femme qui veut partir simplement, son paquet à la main, doit se défendre contre tous les hommes et tout leur formulaire.
    (Sodome et Gomorrhe, p.75, Grasset)
  127. Les femmes ont toujours aimé le navire mieux que le pilote...
    (Sodome et Gomorrhe, p.79, Grasset)
  128. Vous qui êtes sans désir, donnez-moi ce plaisir suprême, qui est de ne pas en avoir.
    (Sodome et Gomorrhe, p.87, Grasset)
  129. [...] la nature de l'homme n'est pas de tuer des agneaux ou de casser les pierres, mais de circuler une rose à la main.
    (Sodome et Gomorrhe, p.95, Grasset)
  130. On appelle fin du monde le jour où le monde se montre juste ce qu'il est : explosible, submersible, combustible, comme on appelle guerre le jour où l'âme humaine se donne à sa nature. Nous vivons avec le feu qui brûle, l'eau qui noie, le gaz qui étouffe. Nous vivons avec la haine, la bêtise. Ce sont nos risques.
    (Sodome et Gomorrhe, p.97, Grasset)
  131. Un mari intelligent, c'est le juge qui vous confronte avec toutes les autres femmes, et surtout avec toutes les femmes que vous avez été. C'est l'espion du souvenir, la sentinelle du futur. Sous ses yeux chaque femme se sent en faute, en faute de vivre.
    (Sodome et Gomorrhe, p.109, Grasset)
  132. Je ne me suis jamais éloignée d'un centimètre de moi-même.
    (Sodome et Gomorrhe, p.110, Grasset)
  133. Les hommes n'éprouvent pas leurs sentiments : ils les miment, et cela leur suffit.
    (Sodome et Gomorrhe, p.126, Grasset)
  134. O Dieu, si tu veux que jamais plus femme n'élève la voix, crée un homme adulte ! Que veux-tu que nous fassions de ce fils maniaque que nous n'avons ni porté, ni nourri !
    (Sodome et Gomorrhe, p.127, Grasset)
  135. [...] les hommes ont inventé la guerre pour y être sans nous [les femmes] et entre hommes.
    (Sodome et Gomorrhe, p.130, Grasset)
  136. Il n'y a jamais eu de créature. Il n'y a jamais eu que le couple.
    (Sodome et Gomorrhe, p.134, Grasset)
  137. [...] je ne veux pas mourir avec ce que j'ai aimé, mais avec ce que j'aime.
    (Sodome et Gomorrhe, p.148, Grasset)
  138. Il n'y a pas d'homme dans le monde. Cet être avec sa panoplie de biceps et de devoirs promis à toute vierge, il n'existe pas. Cette force est faiblesse, ce travail est paresse, ce devoir vanité. L'homme est la plus fausse conquête de l'homme. Je ne l'ai jamais vu.
    (Sodome et Gomorrhe, p.149, Grasset)
  139. J'ai toujours souhaité avoir mes sentiments, non pas au coeur de moi-même, mais à côté de moi, dans un être semblable à moi, que je puisse étreindre et caresser.
    (Sodome et Gomorrhe, p.158, Grasset)
  140. Les pays sont comme les fruits, les vers sont toujours à l'intérieur.
    (Siegfried, p.39, Grasset)
  141. Le plagiat est la base de toutes les littératures, excepté de la première, qui d'ailleurs est inconnue.
    (Siegfried, p.43, Grasset)
  142. La moitié des êtres humains peut changer sans souffrance de nom et de nation, la moitié au moins : toutes les femmes...
    (Siegfried, p.134, Grasset)
  143. ÉVA : Que dites-vous, Mademoiselle ?
    GENEVIÈVE : Moi, je me tais.
    ÉVA : Vous n'en donnez pas l'impression. Votre silence domine nos voix.
    GENEVIÈVE : Chacun se sert de son langage.

    (Siegfried, p.140, Grasset)
  144. Une vie humaine n'est pas un ver. Il ne suffit pas de la trancher en deux pour que chaque part devienne une parfaite existence.
    (Siegfried, p.171, Grasset)
  145. La caractéristique de l'inventeur, c'est qu'il est modeste. L'orgueil a été inventé par les non-inventeurs.
    (L'Apollon de Bellac, p.155, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  146. Chaque homme, même le plus laid, nourrit en soi une amorce et un secret par lequel il se relie directement à la beauté même.
    (L'Apollon de Bellac, p.158, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  147. [Les femmes] sont sur terre pour dire aux hommes qu'ils sont beaux.
    (L'Apollon de Bellac, p.172, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  148. Vous ronflez ! Quelle chance. Dans mes insomnies j'ai si peur du silence.
    (L'Apollon de Bellac, p.175, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  149. Eugénie : On appelle amour le désir, la poursuite, le don, la jalousie, la béatitude et le désespoir.
    Lucile : Moi pas. J'appelle amour ce qui n'a pas d'autre nom.

    (Pour Lucrèce, p.265, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  150. [...] cette fosse commune de la vie qu'est la promiscuité...
    (Pour Lucrèce, p.268, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  151. Mon visage m'a toujours dispensé de mentir. C'est pour cela que je le regarde parfois dans un miroir. Grâce à Dieu il me ressemble.
    (Pour Lucrèce, p.268, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  152. Que c'est beau, le mensonge chez une femme vraie !
    (Pour Lucrèce, p.279, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  153. [...] la vertu était la faiblesse des militaires forts et la cuirasse des magistrats faibles.
    (Pour Lucrèce, p.279, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  154. Aucune mâchoire de bouledogue n'est plus tenace que les doigts d'une femme qui hait.
    (Pour Lucrèce, p.287, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  155. L'homme dans la nuit reste ce qu'il est dans le jour, un à peu près. L'homme le plus volontaire n'est qu'une esquisse, qu'un barbouillage sur le décor humain.
    (Pour Lucrèce, p.287, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  156. [...] la pureté est comme la sainteté, un débordement de l'imagination.
    (Pour Lucrèce, p.294, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  157. Votre vue distrait de vos paroles.
    (Pour Lucrèce, p.297, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  158. Qu'il est beau de voir la première défense que la vertu oppose à l'amour.
    (Pour Lucrèce, p.300, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  159. [...] la candeur, l'honneur, la vertu, ces trois formes adolescentes de l'audace, de la passion et de la jouissance.
    (Pour Lucrèce, p.307, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  160. Dans la catastrophe, il est bien rare que le malheur prenne le temps de nous fournir le vrai masque pour nos visages.
    (Pour Lucrèce, p.319, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  161. Les héros sont ceux qui magnifient une vie qu'ils ne peuvent plus supporter.
    (Pour Lucrèce, p.330, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  162. La vie est un cadeau si merveilleux que tout être généreux ne peut avoir qu'une ambition, l'offrir.
    (Les Gracques, p.348, in Théâtre complet 3, Grasset, 1971)
  163. Et dans les yeux du soldat, y a-t-il deux regards qui se ressemblent plus que celui de la déroute et celui de la lâcheté ?
    (Judith, p.51, Éd. Grasset, 1932)
  164. [...] pour un vrai soldat, il n'y a pas la victoire et la défaite, l'opprobre et la gloire : il y a le combat, dont elles sont les faces, éclairées ou sinistres.
    (Judith, p.53, Éd. Grasset, 1932)
  165. Il n'y a vraiment que les Juifs pour croire aussi sérieusement à l'éternité. Ils l'ont inventée comme intérêt à une minute, une seule minute de charité ou d'honnêteté. C'est leur idéal du placement.
    (Judith, p.131, Éd. Grasset, 1932)
  166. [...] le vide suprême, la jouissance.
    (Judith, p.151, Éd. Grasset, 1932)
  167. Auprès de toute honte privée ou publique, vous trouvez toujours aussitôt une femme qui s'en fait un trésor et un secret.
    (Judith, p.195, Éd. Grasset, 1932)
  168. [...] la vue d'un corps endormi peut-elle appeler autre chose que le meurtre comme suprême tendresse !
    (Judith, p.205, Éd. Grasset, 1932)
  169. Le sport consiste à déléguer au corps quelques-unes des vertus les plus fortes de l'âme : l'énergie, l'audace, la patience. C'est le contraire de la maladie.
    (Le Sport, p.8, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  170. Il y a des épidémies de tout ordre ; le goût du sport est une épidémie de santé.
    (Le Sport, p.9, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  171. Il n'est pas rare qu'un non sportif et un sportif meurent au même âge : mais celui-là a vécu en état de conservation et l'autre en état de vie.
    (Le Sport, p.11, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  172. L'homme qui ne sait pas courir, sauter, nager, c'est une automobile dont on n'aurait jamais employé que la première vitesse.
    (Le Sport, p.14, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  173. Que ton corps ne soit pas la première fosse de ton squelette.
    (Le Sport, p.16, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  174. Les héros de contes de fées passent leur temps à battre des records.
    (Le Sport, p.19, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  175. Un médecin qui n'est pas sportif est un chimiste dont les instruments sont sales.
    (Le Sport, p.21, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  176. Si Descartes et Kant avaient écrit côte à côte, sur le même pupitre, chacun devinant ce que l'autre pensait et le prévenant aussitôt dans sa phrase même, ils auraient eu une idée de ce que peut être la joie sportive.
    (Le Sport, p.28, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  177. On appelle miracle quand Dieu bat ses records.
    (Le Sport, p.31, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  178. La piste est l'image de l'infini, sur lequel chaque coureur découpe sa distance favorite.
    (Le Sport, p.32, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  179. La course à pied est aux autres sports ce que la géométrie est aux autres sciences.
    (Le Sport, p.33, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  180. - Où vas-tu ? demandait à son mari, à travers son sommeil, la femme du champion d'aviation qui partait pour le tour du monde et l'embrassait à la dérobée... Il ne voulut pas lui mentir.
    - Je reviens, fit-il...

    (Le Sport, p.34, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  181. Il y a progrès. Depuis que les jeux olympiques sont rétablis, trente ans et plus, aucun de ceux qui ont gagné la course de Marathon n'est encore mort.
    (Le Sport, p.50, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  182. Le gardien de but est la statue de la banlieue.
    (Le Sport, p.56, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
  183. Vous savez que le sportif a deux âmes, l'une d'admiration, l'autre de dénigrement, et souvent à la fois vis-à-vis du même champion.
    (Le Sport, p.61, Librairie Hachette coll. Notes et maximes, 1928)
Accueil
Derniers ajouts
Recherche par mots-clés
Historique des modifications
Qui suis-je ?
Foire aux questions
Jeux littéraires
Références moléculaires
Références virtuelles
Loi du retour
Bibliopathie
Incipit
Parcourez ces pages au son de la Pavane pour une infante défunte de Ravel

Actualisé le 29 août 2014

Plus de 520000 visites de septembre 95 à mai 2002 Depuis le 26 mai 2002
Pour une meilleure appréciation du site, je vous invite à utiliser une version plus récente d'un navigateur. Je vous suggère particulièrement Mozilla (www.mozilla.org) qui est libre. C'est une façon active et positive de promouvoir la liberté sur le net que d'utiliser ce puissant navigateur. Merci !