Au fil de mes lectures
Gilles G. Jobin

Les Auteurs
À la suite de chaque auteur
se trouve, entre parenthèses,
le nombre de citations.
Abbé Ernest (13)
Achard Marcel (32)
Adams Douglas (11)
Aguéev M. (17)
Alain (169)
Albalat Antoine (57)
Albee Edward (10)
Alberoni Francesco (59)
Allen Woody (16)
Anaxagore (2)
Anonyme (30)
Anouilh Jean (201)
Aragon Louis (10)
Arcand Bernard (55)
Archambault Gilles (15)
Aristophane (1)
Aristote (8)
Asimov Isaac (6)
Auclair Marcelle (39)
Audeguy Stéphane (15)
Audiberti Jacques (7)
Auster Paul (14)
Aymé Marcel (3)
Bach Richard (12)
Bachelard Gaston (228)
Baillargeon Normand (8)
Balzac Honoré de (34)
Baricco Alessandro (88)
Barjavel René (82)
Baruk Stella (7)
Bashô Matsuo (2)
Bataille Georges (4)
Bauchau Henry (12)
Baudelaire Charles (12)
Bazin Hervé (18)
Beaumarchais (67)
Beauvoir Simone de (7)
Beckett Samuel (3)
Begeler Clémence (1)
Ben Jelloun Tahar (18)
Bennett Alan (2)
Berberova Nina (4)
Bergier Jacques (3)
Bergson Henri (13)
Bernanos Georges (17)
Bernard Tristan (7)
Bernhard Thomas (284)
Bernheim Emmanuèle (4)
Besnard Lucien (1)
Besnier Michel (6)
Bias (de Priène) (3)
Bidou Henry (1)
Bierce Ambrose (144)
Billon Pierre (2)
Bioy Casares Adolfo (7)
Birabeau André (5)
Bismuth Nadine (1)
Blais Marie-Claire (16)
Blake William (1)
Blanchot Maurice (7)
Blasband Philippe (1)
Block Lawrence (4)
Blondin Robert (15)
Bobin Christian (419)
Bonaventure d'Argonne (9)
Borges Jorge Luis (84)
Bouchard Serge (89)
Bouillier Henri (2)
Boulanger Daniel (8)
Boulgakov Mikhaïl (19)
Bourgault Pierre (29)
Bradbury Ray (6)
Brautigan Richard (13)
Brie Albert (271)
Brieux Eugène (1)
Brisebois Robert (26)
Bruckner Pascal (123)
Burroughs-Jobin (1)
Buson Yosa (18)
Butler Samuel (1)
Buzzati Dino (7)
Calvino Italo (8)
Camus Albert (190)
Canetti Elias (39)
Caragiale Ion Luca (2)
Card Orson Scott (7)
Carrel Alexis (45)
Carrère Emmanuel (3)
Carroll Lewis (6)
Carvel Paul (69)
Carver Raymond (9)
Cauvin Patrick (7)
Céline (78)
Chamfort Sébastien (88)
Chapsal Madeleine (22)
Char René (15)
Charon Jean E. (3)
Chateaubriand (19)
Chebel Malek (5)
Chesterton Gilbert Keith (16)
Chilon (Le Lacédémonien) (4)
Ciceron (11)
Cioran Emil Michel (176)
Claudel Paul (31)
Claudel Philippe (4)
Cléobule (de Lindos) (2)
Cocteau Jean (37)
Coelho Paulo (45)
Cohen Olivier (1)
Cohen Albert (27)
Collin D'Harleville (3)
Conan Doyle Sir Arthur (9)
Condé Maryse (1)
Confucius (31)
Connelly Michael (6)
Corneille Pierre (170)
Cossé Laurence (6)
Cossery Albert (5)
Cueco Henri (11)
Curel François de (6)
Cyrulnik Boris (40)
D'Amours Guy (12)
Dannemark Francis (12)
Dard Fréderic (34)
Darrieussecq Marie (2)
Daudet Alphonse (6)
Davies Robertson (31)
Davis P.J. (1)
De Luca Erri (14)
De Prada Juan Manuel (16)
Del Rey Lester (2)
Delerm Philippe (14)
Delorme Gilles (1)
Démocrite (27)
Desbordes Michèle (2)
Descaves Pierre (22)
Desplechin Marie (13)
Destouches (17)
Dhôtel André (3)
Dick Philip K. (1)
Diderot Denis (56)
Djian Philippe (2)
Dorin Françoise (5)
Dostoïevsky Fiodor M. (73)
Dubé Marcel (10)
Dubos René (15)
Duras Marguerite (34)
Durrell Lawrence (27)
Dürrenmatt Friedrich (1)
Eco Umberto (17)
Ehrenberg Alain (3)
Ehrenstein Albert (4)
Einstein Albert (27)
Eliot T.S. (13)
Empédocle (3)
Engel Peter (3)
Épictète (8)
Épicure (7)
Érasme (24)
Escarpit Robert (30)
Eschyle (66)
Euripide (174)
Fadiman Anne (12)
Faguet Émile (41)
Fante John (1)
Faraggi C. (2)
Faulkner William (25)
Fénéon Félix (9)
Ferguson Marylin (33)
Fermine Maxence (31)
Ferron Jacques (38)
Ferry Luc (20)
Fine Reuben (1)
Flaubert Gustave (60)
Folco Michel (10)
Fox Paula (4)
François Annie (9)
Franzen Jonathan (1)
Fuentes Carlos (16)
Fuyuno Niji (2)
Gaarder Jostein (34)
Gailly Christian (6)
Garcia Lorca Federico (6)
Garcia Marquez Gabriel (6)
Gary Romain (40)
Gauthier Louis (9)
Gavalda Anna (10)
Genet Jean (2)
Gibran Khalil (36)
Gide André (59)
Giono Jean (35)
Giraudoux Jean (168)
Goethe (19)
Gogol Nicolas (6)
Goldoni Carlo (5)
Gorki Maxime (6)
Gougaud Henri (64)
Gourio Jean-Marie (79)
Grangé (4)
Green Julien (14)
Grimaud Hélène (19)
Guedj Denis (13)
Guillevic Eugène (43)
Guilloux Louis (2)
Guiraud Edmond (4)
Guitry Sacha (301)
Guitton Jean (19)
Hadamard Jacques (29)
Hamsun Knut (2)
Handke Peter (14)
Hanff Helene (5)
Hashi Kanseki (1)
Havel Václav (4)
Hébert Anne (10)
Hemingway Ernest (1)
Héraclite (18)
Hérodote (1)
Herriot Édouard (80)
Hersh R. (1)
Hesse Hermann (72)
Higon Albert (3)
Hillerman Tony (4)
Himanen Pekka (21)
Homel David (17)
Horace (9)
Houellebecq Michel (16)
Hrabal Bohumil (7)
Hugo Victor (173)
Huston Nancy (8)
Ibsen Henrik (34)
Illich Ivan (45)
Inoué Yasushi (4)
Ionesco Eugène (50)
Israël Gérard (4)
Issa Kobayashi (9)
Jaccard Roland (57)
Jacquard Albert (47)
Jankélévitch Vladimir (2)
Jarry Alfred (10)
Joubert Joseph (514)
Jouhandeau Marcel (5)
Jouxtel Pascal (23)
Juliet Charles (8)
Jung Carl Gustav (16)
Jünger Ernst (14)
Kant Emmanuel (11)
Kawabata Yasunari (3)
Keelt Arthur (8)
Kerbaker Andrea (2)
Kerouac Jack (4)
Kierkegaard Sören (40)
Klein Gérard (7)
Kôda Rohan (1)
Koestler Arthur (38)
Kourkov Andreï (4)
Kourouma Ahmadou (19)
Kraus Karl (16)
Kubota Kuhona (1)
Kuhn Thomas S. (28)
Kundera Milan (330)
Kureishi Hanif (23)
La Fontaine Jean de (173)
La Rochefoucauld (176)
Labiche Eugène (11)
Lablénie Edmond (1)
Lachièze-Rey Marc (1)
Lafargue Paul (5)
Larbaud Valery (9)
LaRue Monique (24)
Latzarus Louis (28)
Laxness Halldor (8)
Le Clézio Jean-Marie G. (4)
Lec (166)
Leclerc Félix (37)
Lehane Dennis (14)
Leloup Jean-Yves (9)
Lemarchand Jacques (2)
Leon Donna (3)
Leopardi Giacomo (30)
Leroux Gaston (1)
Lesage Alain René (15)
Lescure Jean (7)
Lessing (1)
Leucippe (1)
Lewis Roy (13)
Lewis C.S. (10)
Lichtenberg G.C. (144)
Lieberman Herbert (4)
Lispector Clarice (45)
Lobo Antunes Antonio (14)
Lodge David (2)
Loranger Françoise (3)
Lorentz Konrad (11)
Louvet Jean (2)
Maalouf Amin (13)
Maeterlinck Maurice (6)
Manguel Alberto (18)
Mankell Henning (40)
Marc-Aurèle (16)
Marcel Gabriel (6)
Marinina Alexandra (33)
Marivaux (14)
Martel Yann (10)
Martinez Guillermo (6)
Mauriac François (9)
Maurois André (110)
Mauvignier Laurent (4)
McCoy Horace (2)
Mélissos (1)
Melville Herman (4)
Méré Charles (3)
Mérimée Prosper (2)
Merle Robert (22)
Meyrinck Gustav (8)
Mille Pierre (1)
Miller Arthur (3)
Miller Henry (13)
Millet Olivier (3)
Mingarelli Hubert (4)
Mishima Yukio (2)
Mithois Marcel (3)
Mitsuhashi Takajo (1)
Mitton Damien (2)
Modiano Patrick (2)
Molière (76)
Montaigne Michel de (201)
Montherlant Henry de (128)
Morand Paul (37)
Moravia Alberto (20)
Morin Edgar (202)
Murakami Haruki (4)
Murry John Middleton (1)
Musil Robert (8)
Musset Alfred de (36)
Nabokov Vladimir (28)
Nadolny Sten (30)
Naquet Philippe (3)
Negroponte Nicholas (14)
Neveu Richard (1)
Nietzsche Friedrich (42)
Nimier Roger (5)
Nooteboom Cees (17)
Nothomb Amélie (55)
Novalis (14)
Nyssen Hubert (4)
O'Casey Sean (2)
O'Neill Eugene (2)
Ollivier Mikaël (5)
Orsenna Erik (19)
Orwell George (10)
Osborne John (2)
Oster Christian (6)
Ozaki Hôsai (1)
Paasilinna Arto (12)
Page Martin (12)
Pagels Heinz (23)
Pagnol Marcel (32)
Pailleron Edouard (17)
Pamuk Orhan (21)
Papert Seymour (52)
Parménide (1)
Pascal Blaise (128)
Patier Xavier (6)
Pauwels Louis (92)
Péguy Charles (53)
Pelt Jean-Marie (2)
Pennac Daniel (153)
Penrose Roger (3)
Perec Georges (7)
Perez-Reverte Arturo (10)
Perret Jacques (4)
Perros Georges (79)
Perruchot Henri (40)
Pessoa Fernando (63)
Pieyre de Mandiargues (10)
Pilhes René Victor (9)
Pingaud Bernard (6)
Pirandello Luigi (16)
Plaute (7)
Plutarque (9)
Poe Edgar Allan (17)
Pontalis J.-B. (56)
Prévert Jacques (13)
Proulx Monique (10)
Proust Marcel (46)
Quignard Pascal (94)
Quint Michel (8)
Racine Jean (90)
Reeves Hubert (18)
Regnard Jean-François (12)
Renard Jules (381)
Reza Yasmina (7)
Ricoeur Paul (3)
Rilke Rainer Maria (11)
Rivarol Antoine de (42)
Rogers Carl (5)
Romains Jules (5)
Rostand Jean (282)
Rostand Edmond (14)
Roth Philip (11)
Rougier Stan (10)
Roussin André (13)
Roy Claude (140)
Russell Bertrand (39)
Sa Shan (10)
Sabato Ernesto (8)
Sablé Marquise de (36)
Sackville-West Vita (7)
Sagan Françoise (15)
Saint-Cyran (2)
Saint-Exupéry Antoine de (60)
Saint-Martin (1)
Sainte-Beuve (44)
Sakaguchi Ango (4)
Salinger Jerome David (12)
Salvayre Lydie (7)
Sansot Pierre (17)
Saramago José (76)
Sarment Jean (5)
Sartre Jean-Paul (103)
Satie Érik (35)
Saumont Annie (4)
Schmitt Eric-Emmanuel (22)
Schopenhauer Arthur (33)
Scutenaire Louis (147)
Senancour (1)
Séneque (13)
Sepulveda Luis (18)
Serres Michel (58)
Shakespeare William (204)
Shaw George Bernard (16)
Shiki Masaoka (2)
Sijie Dai (2)
Silesius Angelus (45)
Simenon Georges (2)
Singer Christiane (11)
Skemp Richard R. (9)
Solemne Marie de (7)
Soljenitsyne Alexandre (1)
Solon (1)
Sophocle (78)
Sorin Raphaël (1)
Sôseki Natsume (18)
Soupault Philippe (12)
Stapeldon Olaf (7)
Steiner Kurt (1)
Stendhal (1)
Sternberg Jacques (47)
Stevenson Robert Louis (1)
Strindberg August (10)
Sturgeon Theodor (1)
Swift Jonathan (1)
Süskind Patrick (17)
Tagore Rabindranath (15)
Takashima Shigeru (1)
Takayama Kyoshi (3)
Tchékhov Anton (20)
Thériault Yves (2)
Thibon Gustave (138)
Thom René (1)
Thomas Chantal (11)
Thoreau Henry David (15)
Tirtiaux Bernard (14)
Tolstoï Léon (1)
Toole J. Kennedy (1)
Tournier Michel (146)
Unamuno Miguel de (208)
Ungaretti Giuseppe (16)
Vadeboncoeur Pierre (10)
Valéry Paul (56)
Van Cauwelaert Didier (18)
Vaneigem Raoul (65)
Vargas Fred (5)
Vauvenargues (80)
Verne Jules (14)
Vialar Paul (21)
Vian Boris (8)
Vigneault Gilles (9)
Vila-Matas Enrique (3)
Villiers de l'Isle-Adam (19)
Voilquin Jean (1)
Voltaire (68)
Watzlawick Paul (3)
Weil Simone (36)
Wells H.G. (24)
Werber Bernard (18)
Weyergans François (9)
Wharton Edith (2)
Wilde Oscar (35)
Williams Tennessee (6)
Woolf Virginia (6)
Xénophane (2)
Yamaguchi Seishi (2)
Yeats William Butler (4)
Yourcenar Marguerite (64)
Zafón Carlos Ruiz (28)
Zola Émile (3)
Zweig Stefan (60)
    Pascal Bruckner
    1948
  1. Qui enseignera à nos gamins que les ogres ne plaisantent jamais ?
    (Les Ogres anonymes, p.45, Livre de Poche n°15094)
  2. La plus belle femme du monde ne remplacera jamais un bon banquet.
    (Les Ogres anonymes, p.53, Livre de Poche n°15094)
  3. [...] la chimie, art des métamorphoses, art de sorcier.
    (L'Effaceur in Les Ogres anonymes, p.82, Livre de Poche n°15094)
  4. [...] l'abstraction même du bonheur explique sa séduction et l'angoisse qu'il génère. Non seulement nous nous méfions des paradis préfabriqués mais nous ne sommes jamais sûrs d'être vraiment heureux. Se le demander, c'est déjà ne plus l'être.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.16, Livre de Poche n°15230)
  5. Notre temps raconte d'ailleurs une étrange fable : celle d'une société tout entière vouée à l'hédonisme et à qui tout devient irritation, supplice. Le malheur n'est pas seulement le malheur : il est, pire encore, l'échec du bonheur.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.17, Livre de Poche n°15230)
  6. Reçu ou recalé : le Paradis a toute la structure de l'institution scolaire.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.25, Livre de Poche n°15230)
  7. Toute la notion moderne du bonheur repose sur une phrase célèbre de Voltaire tirée de son poème Le Mondain (1736) : « Le Paradis terrestre est où je suis », formule matricielle, génératrice que l'on ne cessera ensuite de pasticher ou de répéter comme pour s'assurer de sa vérité.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.43, Livre de Poche n°15230)
  8. [...] les sociétés démocratiques se caractérisent par une allergie croissante à la souffrance. Que celle-ci perdure ou se multiplie nous scandalise d'autant plus que nous n'avons plus le recours de Dieu pour nous en consoler.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.50, Livre de Poche n°15230)
  9. [...] contrairement à l'adage célèbre, le bonheur peut avoir une histoire. Elle se résume à la manière dont chaque époque, chaque société dessine sa vision du désirable et départage le plaisant de l'intolérable. Le bonheur relève de la jouissance immédiate autant que de l'espérance en un projet capable de révéler de nouvelles sources de joie, de nouvelles perfections.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.52, Livre de Poche n°15230)
  10. Alors qu'à l'époque médiévale, chaque vivant était un mort en sursis, aujourd'hui, grâce à la science, chacun est promis à devenir un immortel en puissance ; mais que de peines, de sacrifices pour gagner quelques années et accéder au « paradis » des centenaires. Peut-être devrons-nous un jour, contre le nouveau dogme de l'immortalité, réclamer le droit de mourir, tout simplement, comme nos ancêtres.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.78, Livre de Poche n°15230)
  11. [Le dalaï-lama] était venu annoncer l'Orient, nous en avons fait un histrion à notre image. Au supermarché de la foi, il s'est hissé à la toute première place, évacuant pape, pasteurs, rabbins, patriarches, imams, décidément trop rébarbatifs. Sans préjuger de l'avenir, je ne suis pas certain que le bouddhisme et le peuple tibétain aient beaucoup gagné à cette promotion.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.82, Livre de Poche n°15230)
  12. Mais nous constituons probablement les premières sociétés dans l'histoire à rendre les gens malheureux de ne pas être heureux.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.86, Livre de Poche n°15230)
  13. C'est cela la découverte moderne : que la vie n'est pas aussi répétitive qu'on le dit, que du neuf peut être inventé mais aussi qu'elle se répète atrocement.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.90, Livre de Poche n°15230)
  14. À la question : comment vivre selon Dieu, qui fut durant plus d'un millénaire celle de l'humanité occidentale, s'en substitue peu à peu une autre qui retrouve les préoccupations des Anciens : comment vivre tout court ?
    (L'Euphorie perpétuelle, p.92, Livre de Poche n°15230)
  15. Qu'est-ce qu'une habitude ? Une certaine technique d'économie d'énergie. [...]
    Il y a même une volupté de la répétition dont la ruse ultime consiste à s'effacer, à passer inaperçue au moment où elle règne sans partage. En elle, le temps disparaît à force de revenir à l'identique. Obsédé d'originalité, l'Occident cultive une vision trop négative du répétitif. Il est des cultures où le retour d'un même thème, comme dans la musique arabe ou indienne, l'immobilité d'une note indéfiniment tenue finit par creuser d'imperceptibles différences. Ces mélodies d'apparence follement monotones sont travaillées d'infimes variations. Elle font concurrence au silence et nous hypnotisent par cette façon singulière de progresser en restant sur place.

    (L'Euphorie perpétuelle, p.94, Livre de Poche n°15230)
  16. [...] c'est peut-être ça la destinée de la démocratie : l'extension à tous des souffrances des élites moins leurs privilèges.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.96, Livre de Poche n°15230)
  17. Si le remords selon Baudelaire c'est l'impuissance à défaire, la banalité à l'inverse c'est l'impuissance à faire, à inaugurer du neuf, à ouvrir une brèche dans la pâte des instants tous semblables.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.99, Livre de Poche n°15230)
  18. [...] cet état moderne par excellence, la fatigue.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.100, Livre de Poche n°15230)
  19. Et le contraste est saisissant entre la morosité de notre vie et l'allure trépidante des images et des médias : le train rapide du monde accentue le train-train de mon existence. Tout bruit d'exploits et de drames et ma vie est si plate. C'est un étrange paradoxe qui veut que la banalité vienne à nous sous les traits du désordre et que l'asthénie s'impose sous le masque de la vitesse et du tourbillon.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.101, Livre de Poche n°15230)
  20. L'enfer de nos contemporains s'appelle la platitude. Le paradis qu'ils recherchent la plénitude. Il y a ceux qui ont vécu et ceux qui ont duré.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.104, Livre de Poche n°15230)
  21. Il est donc deux manières d'insuffler du romanesque dans la vie quand il ne nous arrive rien : par l'écoute de son psychisme ou la narration de ses misères physiologiques.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.122, Livre de Poche n°15230)
  22. Moment euphorique où une infection se retire, vous restitue vos forces et l'usage de votre corps : c'est le propre de l'épuisement que de rendre merveilleux le bien-être ordinaire et si désirables les premiers jours d'une convalescence. On en revient tout auréolé de la gloire des conquérants et les maladies sont les batailles du citoyen moderne qu'il évoque et rapporte comme jadis le soldat ses campagnes. Et certains s'inventent des plaies terribles comme d'autres des péchés en confession pour se singulariser.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.125, Livre de Poche n°15230)
  23. Se faire peur pour apprivoiser la peur, telle est la volupté du roman noir, du film d'épouvante.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.126, Livre de Poche n°15230)
  24. [...] sérénité ou inquiétude, autarcie ou ivresse, nous échappons rarement à ce dilemme.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.134, Livre de Poche n°15230)
  25. On n'abolit pas le quotidien, on le détourne parfois, on le densifie. La vraie vie n'est pas absente, elle est intermittente, un éclair dans la grisaille dont on garde ensuite la nostalgie émue. Ou plutôt il n'y a pas de « vraie vie » au sens d'une vérité et d'une seule mais beaucoup de vies intéressantes possibles et c'est cela la bonne nouvelle.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.142, Livre de Poche n°15230)
  26. C'est à l'intérieur de la contrainte horaire, cette nouvelle table des Lois, que fleurissent désormais les pathologies. Il y a ceux qui sont toujours en avance ou toujours en retard : deux façons de déjouer la règle, par une exactitude qui frise l'insolence, par une désinvolture proche de la muflerie (surtout dans cette situation où chaque minute compte pour un siècle : le rendez-vous amoureux). Il y a ces faux décontractés qui vivent l'oeil fixé sur leur montre et semblent requis en permanence par des tâches impératives. Sans oublier ces retraités qui sont debout aux aurores, errent ensuite désoeuvrés, rivés aux réflexes d'une vie de labeur ; ou la pose du surmenage chez certains oisifs qui ne peuvent vous accorder un quart d'heure sans éplucher frénétiquement leur agenda.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.145, Livre de Poche n°15230)
  27. Sans l'ennui, sans cette somnolence du temps où les choses perdent leur saveur, qui ouvrirait jamais un livre, quitterait sa ville natale ? L'on a tout à redouter d'une société du divertissement continu qui saturerait jour et nuit nos moindres envies.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.149, Livre de Poche n°15230)
  28. Rien de plus triste que l'avenir quand il ressemble à ce que nous avions imaginé.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.174, Livre de Poche n°15230)
  29. [...] Aristote, ce philosophe de la mitoyenneté humaine [...]
    (L'Euphorie perpétuelle, p.178, Livre de Poche n°15230)
  30. La force du marginal, c'est son exotisme qui fait de lui un être à la fois dangereux et attirant : par sa manière de transgresser les règles, il échappe à l'uniformité ambiante.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.198, Livre de Poche n°15230)
  31. Il y a plus de noblesse d'âme à se réjouir de la gaieté d'autrui qu'à s'affliger de son malheur.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.239, Livre de Poche n°15230)
  32. Il n'est pas vrai que vivre c'est se préparer à la mort et à la ruine : c'est épuiser toutes les possibilités que nous offre le séjour terrestre en dépit des vicissitudes et de la conclusion inéluctable, c'est agir comme si l'on était immortels.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.247, Livre de Poche n°15230)
  33. [...] le « secret » d'une bonne vie, c'est de se moquer du bonheur.
    (L'Euphorie perpétuelle, p.270, Livre de Poche n°15230)
  34. [En parlant de la Suisse]
    [...] la nation maternelle par excellence, le téton de l'Europe qui répand alentour miel, chocolat et torrents de lait.

    (Les Voleurs de beauté, p.12, Livre de Poche n°14626)
  35. [...] l'esprit des frontières, ces zones d'échanges et de tensions où une culture s'esquisse, où une autre s'estompe.
    (Les Voleurs de beauté, p.13, Livre de Poche n°14626)
  36. Le charme : cette part de romanesque qu'une personne propage autour d'elle et qui la rend à nulle autre pareille.
    (Les Voleurs de beauté, p.61, Livre de Poche n°14626)
  37. Le dragueur est le cousin du mendiant, il répond comme lui au principe de l'espérance statistique : il s'attache aux nombres, jamais aux personnes. Sur dix femmes qu'il aborde, une au moins, il le sait, consentira à prendre un café avec lui. Et sur dix qui boiront en sa compagnie, ce serait bien le diable si une ou deux, de guerre lasse, n'acceptait d'aller plus loin. Il ne séduit pas, il harcèle, emporte la place à la fatigue.
    (Les Voleurs de beauté, p.72, Livre de Poche n°14626)
  38. Le mensonge [...] est la politesse qu'on doit aux autres pour ne pas les ennuyer.
    (Les Voleurs de beauté, p.73, Livre de Poche n°14626)
  39. Le miracle de l'amour, c'est de resserrer le monde autour d'un être qui vous enchante, l'horreur de l'amour, c'est de resserrer le monde autour d'un être qui vous enchaîne.
    (Les Voleurs de beauté, p.81, Livre de Poche n°14626)
  40. À vingt ans la beauté est une évidence, à trente-cinq une récompense, à cinquante un miracle.
    (Les Voleurs de beauté, p.134, Livre de Poche n°14626)
  41. [...] contrairement à l'adage célèbre, la beauté n'est pas une promesse de bonheur mais une certitude de désastre. Les êtres beaux, hommes ou femmes, sont des dieux descendus parmi nous et qui nous narguent de leur perfection. Là où ils passent, ils sèment la division, le malheur et renvoient chacun à sa médiocrité. La beauté est peut-être une lumière mais qui approfondit la nuit ; elle nous soulève très haut et nous dépose ensuite si bas qu'on regrette de l'avoir approchée.
    (Les Voleurs de beauté, p.134, Livre de Poche n°14626)
  42. La beauté est un fragment d'éternité que le temps finit toujours par détruire.
    (Les Voleurs de beauté, p.146, Livre de Poche n°14626)
  43. Le couple est la capitalisation des griefs que chacun fait payer à l'autre avec intérêts.
    (Les Voleurs de beauté, p.170, Livre de Poche n°14626)
  44. C'est l'avantage des grands bouleversements : ils inhibent les émotions habituelles, font paraître dérisoire ce qui terrifie le commun des mortels.
    (Les Voleurs de beauté, p.173, Livre de Poche n°14626)
  45. Le touriste ne croit aux choses qu'après les avoir transformées en clichés.
    (Les Voleurs de beauté, p.175, Livre de Poche n°14626)
  46. L'imperfection est tellement plus séduisante que la morne régularité. Une figure émouvante, c'est un assemblage de défauts harmonieusement répartis !
    (Les Voleurs de beauté, p.212, Livre de Poche n°14626)
  47. [...] une douleur surmontée, c'est presque une joie de gagnée.
    (Les Voleurs de beauté, p.235, Livre de Poche n°14626)
  48. La force d'un récit ne réside pas dans sa conformité aux faits mais dans les ruptures qu'il provoque.
    (Les Voleurs de beauté, p.242, Livre de Poche n°14626)
  49. J'appelle innocence cette maladie de l'individualisme qui consiste à vouloir échapper aux conséquences de ses actes, cette tentative de jouir des bénéfices de la liberté sans souffrir aucun de ses inconvénients. Elle s'épanouit dans deux directions, l'infantilisme et la victimisation, deux manières de fuir la difficulté d'être, deux stratégies de l'irresponsabilité bienheureuse.
    (La Tentation de l'innocence, p.14, Livre de Poche n°13927)
  50. Jouer à l'enfant quand on est adulte, au misérable quand on est prospère, c'est dans les deux cas chercher des avantages immérités, placer les autres en état de débiteurs à son égard.
    (La Tentation de l'innocence, p.17, Livre de Poche n°13927)
  51. [...] les Confessions de Rousseau [...] constituent l'acte de naissance littéraire de l'individualisme contemporain.
    (La Tentation de l'innocence, p.23, Livre de Poche n°13927)
  52. « Je ne sais pas ce que je suis, je ne suis pas ce que je sais », avait déjà dit au XVIIe siècle le franciscain allemand Angelus Silesius.
    (La Tentation de l'innocence, p.27, Livre de Poche n°13927)
  53. Naître, c'est comparaître.
    (La Tentation de l'innocence, p.28, Livre de Poche n°13927)
  54. [...] Mémoires d'outre-tombe, un merveilleux mausolée de papier.
    (La Tentation de l'innocence, p.30, Livre de Poche n°13927)
  55. Comment ne pas voir en effet que la victoire de l'individualisme sur la société est une victoire ambiguë et que les libertés accordées au premier - libertés d'opinion, de conscience, de choix, d'action - sont un cadeau empoisonné et la contrepartie d'un terrible commandement : C'est à chacun désormais qu'est dévolue la tâche de se construire et de trouver un sens à son existence.
    (La Tentation de l'innocence, p.32, Livre de Poche n°13927)
  56. Mais il n'est pas de pire dressage que celui que s'infligent les individus en compétition lorsqu'ils aspirent collectivement aux mêmes buts. L'envie, le ressentiment, la jalousie et la haine impuissante, avant d'être de vilains défauts de la nature humaine, sont les conséquences directes de la révolution démocratique.
    (La Tentation de l'innocence, p.35, Livre de Poche n°13927)
  57. Se plaindre est une manière réticente de vivre, de monnayer notre ennui, notre abattement, de ne jamais pactiser avec tout ce qui dans l'existence relève du machinal, du ressassé.
    (La Tentation de l'innocence, p.37, Livre de Poche n°13927)
  58. Tous les hommes prétendent se faire eux-mêmes sans l'aide de personne mais tous se pillent et se dévalisent effrontément : styles de vie, manières de se vêtir, de parler, moeurs amoureuses, goûts culturels, on ne s'invente jamais sans s'affilier à des standards dont on s'arrache peu à peu comme d'une gangue. Se créer c'est d'abord copier : à chacune de mes pensées, chacun de mes gestes, j'expérimente l'empreinte d'autrui en moi.
    (La Tentation de l'innocence, p.40, Livre de Poche n°13927)
  59. Ce qui fédère les hommes maintenant, c'est un même malaise devant leur identité, une même doléance devant les injustices du sort puisqu'ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes de leur infortune. Même triomphant, l'individu aime à se penser vaincu : dans sa victoire il soupçonne que quelque chose d'essentiel a été perdu, la chaleur matricielle de la tradition, la tutelle protectrice de la collectivité. Sa détresse est le résultat d'une avancée et non d'une défaite et il voudrait, vainqueur, continuer à être vu comme un persécuté.
    (La Tentation de l'innocence, p.43, Livre de Poche n°13927)
  60. Le loisir, le divertissement, l'abondance matérielle constituent [...] une tentative pathétique de réenchantement du monde, l'une des réponses que la modernité apporte à la souffrance d'être libre, à l'immense fatigue d'être soi.
    (La Tentation de l'innocence, p.45, Livre de Poche n°13927)
  61. Si la pauvreté, selon saint Thomas, c'est de manquer du superflu alors que la misère est manque du nécessaire, nous sommes tous pauvres en société de consommation : nous manquons forcément à tout puisque tout est en excès.
    (La Tentation de l'innocence, p.50, Livre de Poche n°13927)
  62. La consommation est une religion dégradée, la croyance dans la résurrection infinie des choses dont le supermarché forme l'Église et la publicité les Évangiles.
    (La Tentation de l'innocence, p.52, Livre de Poche n°13927)
  63. Si pour Galilée le langage de la nature était écrit sous forme mathématique, le langage de la consommation est écrit sous forme magique : il procède par syncrétisme sauvage, accueille dans son panthéon les résidus des mythes, légendes, religions et idéologies qu'il bricole à sa convenance. Tout notre univers technologique est hanté par l'occulte, les causalités folles ou fabuleuses. La publicité est aussi une forme souriante de la sorcellerie. Elle ne cesse de faire en sorte que les choses conspirent à notre contentement et élèvent chacun de nous au rang d'un monarque qui mérite un service parfait.
    (La Tentation de l'innocence, p.57, Livre de Poche n°13927)
  64. Le loisir moderne ? L'art de brasser du vent travesti en surmenage.
    (La Tentation de l'innocence, p.59, Livre de Poche n°13927)
  65. La technique nous entretient dans la religion de l'avidité : avec elle le possible devient souhaitable, le souhaitable nécessaire.
    (La Tentation de l'innocence, p.65, Livre de Poche n°13927)
  66. La télévision n'exige du spectateur qu'un acte de courage - mais il est surhumain - , c'est de l'éteindre.
    (La Tentation de l'innocence, p.68, Livre de Poche n°13927)
  67. Kant disait de l'école qu'elle nous apprend d'abord à rester assis ; la télévision nous assigne à résidence mais sans rien exiger et sur le mode d'une dilution permanente de soi vers les images.
    (La Tentation de l'innocence, p.69, Livre de Poche n°13927)
  68. La libération de la nécessité matérielle n'est qu'une des conditions de la liberté, elle n'en est pas synonyme. De même les revues et associations de défense des consommateurs ont en commun avec les journaux et magazines ordinaires de nous obséder sur les objets, leurs qualités et leurs défauts au lieu de nous en affranchir. Il y a bien eu révolution mais à l'intérieur du monde de la marchandise : le contre-pouvoir des acheteurs signifie simplement qu'on maîtrise mieux les règles du jeu, on qu'on cesse de jouer.
    (La Tentation de l'innocence, p.78, Livre de Poche n°13927)
  69. Notre époque privilégie un seul rapport entre les âges : le pastiche réciproque. Nous singeons nos enfants qui nous copient.
    (La Tentation de l'innocence, p.95, Livre de Poche n°13927)
  70. Nous le savons depuis Flaubert, la bêtise est l'une des formes de l'infini ; et le mauvais goût peut devenir une mystique s'il est associé au douceâtre, au gentillet. Cette molle sentimentalité réconcilie tous les âges : elle rassure, apaise, forme un rempart puissant contre les atteintes du réel. « Disneylandiser » le monde et l'histoire, c'est les édulcorer pour les escamoter.
    (La Tentation de l'innocence, p.105, Livre de Poche n°13927)
  71. En un mot devenir adulte - si tant est qu'on y parvienne jamais -, c'est faire l'apprentissage des limites, c'est en rabattre de nos folles espérances et travailler à être autonome, capable de s'inventer autant que de s'abstraire de soi.
    (La Tentation de l'innocence, p.106, Livre de Poche n°13927)
  72. Là réside le lien commun entre l'infantilisme et la victimisation : l'un et l'autre se fondent sur la même idée d'un refus de la dette, sur une même négation du devoir, sur la même certitude de disposer d'une créance infinie sur ses contemporains. Ce sont deux manières, l'une risible, l'autre sévère, de se mettre en marge du monde en récusant toute responsabilité, deux façons de se retrancher du combat de la vie, la victimisation n'étant jamais qu'une forme dramatisée de l'infantilisme.
    (La Tentation de l'innocence, p.108, Livre de Poche n°13927)
  73. Ainsi se dessine l'un des visages possibles de l'individu contemporain : celui d'un vieux poupon geignard flanqué d'un avocat qui l'assiste. L'alliance des nourrissons séniles que nous sommes et du clergé chicaneur des hommes de loi, voilà peut-être l'avenir qui nous attend.
    (La Tentation de l'innocence, p.125, Livre de Poche n°13927)
  74. Lorsque les élites se veulent au-delà du bien et du mal et refusent toute espèce de sanction, c'est l'ensemble du corps social qui est invité à bannir l'idée même de responsabilité (c'est exactement le risque de la corruption : ridiculiser l'honnêteté, faire de celle-ci une exception aussi vaine que désuète).
    (La Tentation de l'innocence, p.128, Livre de Poche n°13927)
  75. Qu'est-ce que l'ordre moral aujourd'hui ? Non pas tant le règne des bien-pensants que celui des bien-souffrants., le culte du désespoir convenu, la religion du larmoiement obligatoire, le conformisme de la détresse dont tant d'auteurs font un miel un peu trop frelaté. Je souffre donc je vaux.
    (La Tentation de l'innocence, p.135, Livre de Poche n°13927)
  76. Le ressassement stupéfait de nos problèmes, cette espèce d'onanisme mental nous interdit de distinguer entre le transformable qui relève de notre seule volonté et l'immuable qui ne dépend pas ne nous.
    (La Tentation de l'innocence, p.141, Livre de Poche n°13927)
  77. « On appelle esprit libre, dit Nietzsche [in Humain, trop humain, Folio, p.207], celui qui pense autrement qu'on ne s'y attend en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction ou en raison des opinions régnantes de son temps. » Être libre en d'autres termes, c'est s'arracher à sa naissance tout en l'assumant.
    (La Tentation de l'innocence, p.162, Livre de Poche n°13927)
  78. Apprendre l'amour, c'est d'abord apprendre à parler d'amour et on ne l'apprend jamais aussi bien que chez les poètes, les romanciers, les philosophes.
    (La Tentation de l'innocence, p.173, Livre de Poche n°13927)
  79. Aimer, c'est accorder à l'autre, de notre plein gré, les pleins pouvoirs sur nous, se rendre dépendant de ses caprices, se mettre sous la coupe d'un despote aussi fantasque que charmant.
    (La Tentation de l'innocence, p.175, Livre de Poche n°13927)
  80. Aimer c'est vivre l'alliance indissoluble de la terreur et du miracle.
    (La Tentation de l'innocence, p.177, Livre de Poche n°13927)
  81. On peut bien piétiner l'amour, le maudire, il n'empêche que lui et lui seul nous donne le sentiment de vivre à haute altitude et de condenser dans les brefs instants où il nous enfièvre les étapes les plus précieuses d'un destin. Une liberté exigeante n'est pas une liberté qui se préserve mais s'expose à s'en brûler.
    (La Tentation de l'innocence, p.178, Livre de Poche n°13927)
  82. [...] la séduction n'est pas seulement une propédeutique à la courtoisie, elle civilise les désirs en les contraignant à s'avancer masqués.
    (La Tentation de l'innocence, p.179, Livre de Poche n°13927)
  83. L'art de faire sa cour, lorsqu'il se réduit à une confession réciproque, à ce que le langage populaire appelle un déballage, tombe dans la platitude de l'aveu et tue cette capacité de la rencontre d'éveiller un monde qui s'ouvre lentement à nous et dont la perception nous chavire.
    (La Tentation de l'innocence, p.180, Livre de Poche n°13927)
  84. En définitive, le pire des complots est l'indifférence : combien d'entre nous survivraient à l'idée qu'ils ne suscitent chez les autres ni assez d'amour ni assez de haine pour justifier la moindre malveillance ?
    (La Tentation de l'innocence, p.215, Livre de Poche n°13927)
  85. Raffinement suprême du Salaud : imputer à sa victime le mal qu'il lui a infligé.
    (La Tentation de l'innocence, p.217, Livre de Poche n°13927)
  86. L'obscénité de la guerre, c'est l'inévitable complicité qu'elle finit par tisser entre des ennemis qui croient n'avoir rien en commun et se ressemblent de plus en plus.
    (La Tentation de l'innocence, p.218, Livre de Poche n°13927)
  87. [...] dès qu'un peuple aspire à la sainteté en raison de ses souffrances, dès qu'il exhibe ses plaies, convoque ses morts, méfions-nous. C'est qu'il mijote un mauvais coup et que la mémoire, au lieu de prévenir le retour du meurtre de masse, n'est convoquée que pour le perpétrer à nouveau.
    (La Tentation de l'innocence, p.221, Livre de Poche n°13927)
  88. Les journalistes appellent « kilomètre sentimental » cette loi qui veut que notre intérêt pour les autres soient inversement proportionnel à la distance qui nous sépare d'eux : un mort chez nous est un drame, dix mille outre-mer une anecdote.
    (La Tentation de l'innocence, p.234, Livre de Poche n°13927)
  89. Être humain aujourd'hui, c'est choisir entre deux sortes d'inhumanités : celle du survol et celle de la sélection. Car s'engager c'est toujours exclure, pratiquer un oubli choquant d'autres causes que nous ignorons délibérément.
    (La Tentation de l'innocence, p.241, Livre de Poche n°13927)
  90. Dans l'indigent, on ne perçoit que l'indigence, pas l'homme.
    (La Tentation de l'innocence, p.246, Livre de Poche n°13927)
  91. Quand le marché se met au service de la morale et prétend promouvoir l'entraide et la solidarité, c'est la morale qu'il met à son service parce qu'elle est devenue rentable.
    (La Tentation de l'innocence, p.254, Livre de Poche n°13927)
  92. La compassion devient une variante du mépris dès qu'elle informe à elle seule notre rapport à autrui à l'exclusion d'autres sentiments comme le respect, l'admiration ou la joie.
    (La Tentation de l'innocence, p.260, Livre de Poche n°13927)
  93. Seul nous concerne non ce qui nous émeut mais ce qui nous menace ou nous rapporte.
    (La Tentation de l'innocence, p.263, Livre de Poche n°13927)
  94. Aucune difficulté n'est en soi insurmontable, seul est dangereux d'apporter des réponses anciennes à des situations nouvelles, de perdre le sens des proportions, de traduire les moindres désagréments dans les termes de l'Apocalypse. C'est pourquoi l'optimisme comme le pessimisme sont impropres en ce qu'ils manquent la vérité contrastée de notre univers, celui d'un funambulisme entre deux extrêmes. Ni désespoir ni béatitude, un éternel inconfort qui nous demande de nous battre alternativement sur plusieurs fronts sans jamais croire détenir la solution ou le repos.
    (La Tentation de l'innocence, p.273, Livre de Poche n°13927)
  95. On a toujours raison de se révolter lorsque c'est la seule manière de devenir humains.
    (La Tentation de l'innocence, p.275, Livre de Poche n°13927)
  96. l'économie :[...] la dernière spiritualité du monde développé.
    (Misère de la prospérité, p.13, Livre de Poche, n°30025)
  97. La foi n'est jamais si dangereuse que dans les périodes de scepticisme quand l'esprit, désemparé, se saisit du premier objet pour y retrouver la fièvre perdue.
    (Misère de la prospérité, p.14, Livre de Poche, n°30025)
  98. L'économie était censée nous affranchir de la nécessité. Qui nous affranchira de l'économie ?
    (Misère de la prospérité, p.15, Livre de Poche, n°30025)
  99. À quoi servent les analystes financiers ? À rationaliser l'aléa, à rassurer, à donner à tout ce chaos une apparence de logique. L'économie, science de l'incertitude, devrait enseigner à ses étudiants la parole oraculaire : l'art de ne dire ni oui ni non, de ne rien préciser, de ne rien démentir, de noyer chaque proposition dans un flou salvateur. Quel aveu dans ce mot d'Alan Greenspan à des journalistes : « Si vous avez compris ce que je viens de dire, c'est que je me suis mal exprimé ! »
    (Misère de la prospérité, p.32, Livre de Poche, n°30025)
  100. La mondialisation, c'est d'abord la mondialisation du doute quant à ses bienfaits [...]
    (Misère de la prospérité, p.36, Livre de Poche, n°30025)
  101. [...] on ne devrait pas oublier toutefois que le pire ennemi de la vérité ce n'est pas « le mensonge mais les convictions » (Nietzsche).
    (Misère de la prospérité, p.48, Livre de Poche, n°30025)
  102. On a peut-être toujours une raison de se révolter, comme on disait jadis, mais on n'a pas raison sur tout quand on se révolte : cela ne justifie ni les injustices ni les crimes ni les attentats commis au nom des damnés de la terre.
    (Misère de la prospérité, p.57, Livre de Poche, n°30025)
  103. Seul ce qui nous résiste peut prétendre à une valeur : si une oeuvre d'art, un paysage nous émeuvent, c'est que nous n'en avons jamais fini avec eux.
    (Misère de la prospérité, p.69, Livre de Poche, n°30025)
  104. Pour toute réflexion guettée par le doute, le manichéisme reste la béquille idéale.
    (Misère de la prospérité, p.78, Livre de Poche, n°30025)
  105. Qu'est-ce que l'homme contemporain ? La somme de toutes les luttes qui l'ont façonné, la joyeuse cacophonie d'un progressiste et d'un réactionnaire, d'un nationaliste et d'un cosmopolite, d'un agnostique et d'un croyant qui tirent à hue et à dia ; un petit chaos d'idées adverses qui désire tout et son contraire, parcouru d'engouements passagers comme de convictions aléatoires.
    (Misère de la prospérité, p.89, Livre de Poche, n°30025)
  106. L'équation américaine : le bonheur pour tous plus l'optimisme historique. L'équation française : la culture des plaisirs plus le scepticisme raisonné. La première dégénère parfois en entreprise insensée, la seconde en paralysie.
    (Misère de la prospérité, p.101, Livre de Poche, n°30025)
  107. [...] les riches, derrière les hauts murs de leurs clubs, de leurs palaces, sont plus occupés à défendre leur statut qu'à jouir de leurs biens.
    (Misère de la prospérité, p.144, Livre de Poche, n°30025)
  108. Être aimé, c'est d'abord être choisi de façon indue par une adhésion, un acquiescement total. Aucune mesure ne pourra abolir cette part d'arbitraire qui fait d'un être le centre unique de mon attention au détriment de tous les autres.
    (Misère de la prospérité, p.164, Livre de Poche, n°30025)
  109. C'est la force du capitalisme que de s'appuyer sur les instincts les plus vils de l'homme pour les convertir en marchandises, en culture, en institutions. « L'économie, c'est la science du sordide, pas de la pureté » (Alfred Sauvy).
    (Misère de la prospérité, p.165, Livre de Poche, n°30025)
  110. À la question qu'est-ce que la télévision, Piet Hein, représentant au Portugal de la société Endemol, producteur de Loft Story et de Big Brother a répondu : «  C'est, entre chaque écran publicitaire, créer un contenu suffisamment attirant pour que les écrans pub aient des audiences. C'est tout. » Journal du Dimanche, 4.11.01.
    (Misère de la prospérité (Note de bas de page), p.166, Livre de Poche, n°30025)
  111. Le marché accompagne la définition de l'individu comme être essentiellement désirant. Désormais, nous sommes d'abord ce que nous désirons : des objets, des êtres, des styles de vie, des expériences.
    (Misère de la prospérité, p.169, Livre de Poche, n°30025)
  112. La conclusion logique de la société de marché, c'est la prostitution généralisée, la transformation du genre humain en prestataire ou clients, une armée de petites mains prodiguant des soins multiples aux prospères pressés. Mais c'est aussi la généralisation du soupçon puisqu'il n'est pas un sourire, un geste qui ne puisse être vu comme un calcul, ne soit chargé d'arrière-pensées mercenaires.
    (Misère de la prospérité, p.170, Livre de Poche, n°30025)
  113. Plus les rapports humains sont soumis à l'emprise du service, plus ils se dégradent, s'étiolent. C'est le revers de la médaille. Les autres ne sont pas que des serviteurs destinés à étancher toutes mes soifs, assouvir toutes mes lubies. À chacun de nous de savoir s'il veut habiter cette terre en petit maître ou en poète, en parasite ou en ami.
    (Misère de la prospérité, p.171, Livre de Poche, n°30025)
  114. La soif de publicité culmine dans le processus de l'épiphanie médiatique où il me suffit d'apparaître pour être : révélation instantanée qui me dispense de toute activité, de tout travail sur moi-même.
    (Misère de la prospérité, p.173, Livre de Poche, n°30025)
  115. Quelle tristesse pourtant que d'être soi, de coïncider avec son être ! Alors que la beauté de l'existence, c'est de s'échapper, de s'ouvrir à la multitude des destins possibles que nous portons en nous-mêmes. Plutôt que d'être quelqu'un, pourquoi ne pas vouloir être plusieurs ? Se connaître n'est utile que pour mieux s'oublier, n'être plus encombré de soi, se rendre disponible à la splendeur du monde.
    (Misère de la prospérité, p.175, Livre de Poche, n°30025)
  116. [...] si la paix favorise le commerce, le commerce n'a jamais garanti la paix.
    (Misère de la prospérité, p.190, Livre de Poche, n°30025)
  117. [...] la phrase lumineuse et troublante de Spinoza : « La liberté est l'intelligence de la nécessité. ».
    (Misère de la prospérité, p.191, Livre de Poche, n°30025)
  118. Il faut distinguer deux modes du désir : l'un, qui tente de tuer le manque par saturation ; l'autre, qui l'utilise comme un élément structurant, positif et ne redoute rien tant que la satiété.
    (Misère de la prospérité, p.207, Livre de Poche, n°30025)
  119. Paradoxe du multiple : plus nous disposons de centaines de chaînes de télévision et de radio, de produits et d'objets, plus ils tendent à se ressembler. Sous le bariolage de surface sévit une affligeante compétition dans la similitude. Dans l'univers de l'abondance l'ennui naquit un jour de la diversité. La consommation ne nous éduque à rien d'autre qu'à elle-même, ne nous « civilise » pas, fait de nous des usagers, c'est-à-dire des êtres exclusivement ancrés dans les facilités marchandes et qui ne savent parler que l'argent. Ce type de volupté nous délasse et nous distrait mais sa valeur pédagogique est nulle.
    (Misère de la prospérité, p.208, Livre de Poche, n°30025)
  120. L'étau monétaire et marchand s'est infiltré dans tous les interstices de la vie. « Événement aussi monstrueux, disait Péguy à propos de l'argent, que si l'horloge se mettait à être le temps. »
    (Misère de la prospérité, p.220, Livre de Poche, n°30025)
  121. La passion de l'argent pour l'argent n'est pas criminelle ou pathologique : elle est juste désolante quand elle n'est pas équilibrée par d'autres jouissances, d'autres passions plus délicates, plus précieuses. Misère de la prospérité quand elle n'est que matérielle, n'est animée d'aucun souffle, d'aucune noblesse, n'est pas réinvestie socialement, partagée au profit du plus grand nombre.
    (Misère de la prospérité, p.227, Livre de Poche, n°30025)
  122. Dans nos sociétés de grande vulnérabilité, tout est toujours possible, surtout le pire. Le risque est partout. Telle est la sagesse désenchantée de ce début de siècle : nous savons que nos avancées se paient de reculs terrifiants, que chaque conquête est aussi un terrain perdu, chaque démonstration de force un aveu de faiblesse. Et que l'humanité va simultanément et d'un même pas vers le meilleur et vers le pire.
    (Misère de la prospérité, p.235, Livre de Poche, n°30025)
  123. [...] être barbare, c'est se croire civilisé, rejeter les autres dans le néant. Alors qu'être civilisé, c'est se savoir barbare, connaître la fragilité des barrières qui nous séparent de notre propre ignominie et que le même monde porte en lui la possibilité de l'infamie et du sublime.
    (Misère de la prospérité [Excipit], p.246, Livre de Poche, n°30025)
Accueil
Derniers ajouts
Recherche par mots-clés
Historique des modifications
Qui suis-je ?
Foire aux questions
Jeux littéraires
Références moléculaires
Références virtuelles
Loi du retour
Bibliopathie
Incipit
Parcourez ces pages au son de la Pavane pour une infante défunte de Ravel

Actualisé le 05 août 2014

Plus de 520000 visites de septembre 95 à mai 2002 Depuis le 26 mai 2002
Pour une meilleure appréciation du site, je vous invite à utiliser une version plus récente d'un navigateur. Je vous suggère particulièrement Mozilla (www.mozilla.org) qui est libre. C'est une façon active et positive de promouvoir la liberté sur le net que d'utiliser ce puissant navigateur. Merci !