Au fil de mes lectures
Gilles G. Jobin

Les Auteurs
À la suite de chaque auteur
se trouve, entre parenthèses,
le nombre de citations.
Abbé Ernest (13)
Achard Marcel (32)
Adams Douglas (11)
Aguéev M. (17)
Alain (169)
Albalat Antoine (57)
Albee Edward (10)
Alberoni Francesco (59)
Allen Woody (16)
Anaxagore (2)
Anonyme (30)
Anouilh Jean (201)
Aragon Louis (10)
Arcand Bernard (55)
Archambault Gilles (15)
Aristophane (1)
Aristote (8)
Asimov Isaac (6)
Auclair Marcelle (39)
Audeguy Stéphane (15)
Audiberti Jacques (7)
Auster Paul (14)
Aymé Marcel (3)
Bach Richard (12)
Bachelard Gaston (228)
Baillargeon Normand (8)
Balzac Honoré de (34)
Baricco Alessandro (88)
Barjavel René (82)
Baruk Stella (7)
Bashô Matsuo (2)
Bataille Georges (4)
Bauchau Henry (12)
Baudelaire Charles (12)
Bazin Hervé (18)
Beaumarchais (67)
Beauvoir Simone de (7)
Beckett Samuel (3)
Begeler Clémence (1)
Ben Jelloun Tahar (18)
Bennett Alan (2)
Berberova Nina (4)
Bergier Jacques (3)
Bergson Henri (13)
Bernanos Georges (17)
Bernard Tristan (7)
Bernhard Thomas (284)
Bernheim Emmanuèle (4)
Besnard Lucien (1)
Besnier Michel (6)
Bias (de Priène) (3)
Bidou Henry (1)
Bierce Ambrose (144)
Billon Pierre (2)
Bioy Casares Adolfo (7)
Birabeau André (5)
Bismuth Nadine (1)
Blais Marie-Claire (16)
Blake William (1)
Blanchot Maurice (7)
Blasband Philippe (1)
Block Lawrence (4)
Blondin Robert (15)
Bobin Christian (419)
Bonaventure d'Argonne (9)
Borges Jorge Luis (84)
Bouchard Serge (89)
Bouillier Henri (2)
Boulanger Daniel (8)
Boulgakov Mikhaïl (19)
Bourgault Pierre (29)
Bradbury Ray (6)
Brautigan Richard (13)
Brie Albert (271)
Brieux Eugène (1)
Brisebois Robert (26)
Bruckner Pascal (123)
Burroughs-Jobin (1)
Buson Yosa (18)
Butler Samuel (1)
Buzzati Dino (7)
Calvino Italo (8)
Camus Albert (190)
Canetti Elias (39)
Caragiale Ion Luca (2)
Card Orson Scott (7)
Carrel Alexis (45)
Carrère Emmanuel (3)
Carroll Lewis (6)
Carvel Paul (69)
Carver Raymond (9)
Cauvin Patrick (7)
Céline (78)
Chamfort Sébastien (88)
Chapsal Madeleine (22)
Char René (15)
Charon Jean E. (3)
Chateaubriand (19)
Chebel Malek (5)
Chesterton Gilbert Keith (16)
Chilon (Le Lacédémonien) (4)
Ciceron (11)
Cioran Emil Michel (176)
Claudel Paul (31)
Claudel Philippe (4)
Cléobule (de Lindos) (2)
Cocteau Jean (37)
Coelho Paulo (45)
Cohen Olivier (1)
Cohen Albert (27)
Collin D'Harleville (3)
Conan Doyle Sir Arthur (9)
Condé Maryse (1)
Confucius (31)
Connelly Michael (6)
Corneille Pierre (170)
Cossé Laurence (6)
Cossery Albert (5)
Cueco Henri (11)
Curel François de (6)
Cyrulnik Boris (40)
D'Amours Guy (12)
Dannemark Francis (12)
Dard Fréderic (34)
Darrieussecq Marie (2)
Daudet Alphonse (6)
Davies Robertson (31)
Davis P.J. (1)
De Luca Erri (14)
De Prada Juan Manuel (16)
Del Rey Lester (2)
Delerm Philippe (14)
Delorme Gilles (1)
Démocrite (27)
Desbordes Michèle (2)
Descaves Pierre (22)
Desplechin Marie (13)
Destouches (17)
Dhôtel André (3)
Dick Philip K. (1)
Diderot Denis (56)
Djian Philippe (2)
Dorin Françoise (5)
Dostoïevsky Fiodor M. (73)
Dubé Marcel (10)
Dubos René (15)
Duras Marguerite (34)
Durrell Lawrence (27)
Dürrenmatt Friedrich (1)
Eco Umberto (17)
Ehrenberg Alain (3)
Ehrenstein Albert (4)
Einstein Albert (27)
Eliot T.S. (13)
Empédocle (3)
Engel Peter (3)
Épictète (8)
Épicure (7)
Érasme (24)
Escarpit Robert (30)
Eschyle (66)
Euripide (174)
Fadiman Anne (12)
Faguet Émile (41)
Fante John (1)
Faraggi C. (2)
Faulkner William (25)
Fénéon Félix (9)
Ferguson Marylin (33)
Fermine Maxence (31)
Ferron Jacques (38)
Ferry Luc (20)
Fine Reuben (1)
Flaubert Gustave (60)
Folco Michel (10)
Fox Paula (4)
François Annie (9)
Franzen Jonathan (1)
Fuentes Carlos (16)
Fuyuno Niji (2)
Gaarder Jostein (34)
Gailly Christian (6)
Garcia Lorca Federico (6)
Garcia Marquez Gabriel (6)
Gary Romain (40)
Gauthier Louis (9)
Gavalda Anna (10)
Genet Jean (2)
Gibran Khalil (36)
Gide André (59)
Giono Jean (35)
Giraudoux Jean (168)
Goethe (19)
Gogol Nicolas (6)
Goldoni Carlo (5)
Gorki Maxime (6)
Gougaud Henri (64)
Gourio Jean-Marie (79)
Grangé (4)
Green Julien (14)
Grimaud Hélène (19)
Guedj Denis (13)
Guillevic Eugène (43)
Guilloux Louis (2)
Guiraud Edmond (4)
Guitry Sacha (301)
Guitton Jean (19)
Hadamard Jacques (29)
Hamsun Knut (2)
Handke Peter (14)
Hanff Helene (5)
Hashi Kanseki (1)
Havel Václav (4)
Hébert Anne (10)
Hemingway Ernest (1)
Héraclite (18)
Hérodote (1)
Herriot Édouard (80)
Hersh R. (1)
Hesse Hermann (72)
Higon Albert (3)
Hillerman Tony (4)
Himanen Pekka (21)
Homel David (17)
Horace (9)
Houellebecq Michel (16)
Hrabal Bohumil (7)
Hugo Victor (173)
Huston Nancy (8)
Ibsen Henrik (34)
Illich Ivan (45)
Inoué Yasushi (4)
Ionesco Eugène (50)
Israël Gérard (4)
Issa Kobayashi (9)
Jaccard Roland (57)
Jacquard Albert (47)
Jankélévitch Vladimir (2)
Jarry Alfred (10)
Joubert Joseph (514)
Jouhandeau Marcel (5)
Jouxtel Pascal (23)
Juliet Charles (8)
Jung Carl Gustav (16)
Jünger Ernst (14)
Kant Emmanuel (11)
Kawabata Yasunari (3)
Keelt Arthur (8)
Kerbaker Andrea (2)
Kerouac Jack (4)
Kierkegaard Sören (40)
Klein Gérard (7)
Kôda Rohan (1)
Koestler Arthur (38)
Kourkov Andreï (4)
Kourouma Ahmadou (19)
Kraus Karl (16)
Kubota Kuhona (1)
Kuhn Thomas S. (28)
Kundera Milan (330)
Kureishi Hanif (23)
La Fontaine Jean de (173)
La Rochefoucauld (176)
Labiche Eugène (11)
Lablénie Edmond (1)
Lachièze-Rey Marc (1)
Lafargue Paul (5)
Larbaud Valery (9)
LaRue Monique (24)
Latzarus Louis (28)
Laxness Halldor (8)
Le Clézio Jean-Marie G. (4)
Lec (166)
Leclerc Félix (37)
Lehane Dennis (14)
Leloup Jean-Yves (9)
Lemarchand Jacques (2)
Leon Donna (3)
Leopardi Giacomo (30)
Leroux Gaston (1)
Lesage Alain René (15)
Lescure Jean (7)
Lessing (1)
Leucippe (1)
Lewis Roy (13)
Lewis C.S. (10)
Lichtenberg G.C. (144)
Lieberman Herbert (4)
Lispector Clarice (45)
Lobo Antunes Antonio (14)
Lodge David (2)
Loranger Françoise (3)
Lorentz Konrad (11)
Louvet Jean (2)
Maalouf Amin (13)
Maeterlinck Maurice (6)
Manguel Alberto (18)
Mankell Henning (40)
Marc-Aurèle (16)
Marcel Gabriel (6)
Marinina Alexandra (33)
Marivaux (14)
Martel Yann (10)
Martinez Guillermo (6)
Mauriac François (9)
Maurois André (110)
Mauvignier Laurent (4)
McCoy Horace (2)
Mélissos (1)
Melville Herman (4)
Méré Charles (3)
Mérimée Prosper (2)
Merle Robert (22)
Meyrinck Gustav (8)
Mille Pierre (1)
Miller Arthur (3)
Miller Henry (13)
Millet Olivier (3)
Mingarelli Hubert (4)
Mishima Yukio (2)
Mithois Marcel (3)
Mitsuhashi Takajo (1)
Mitton Damien (2)
Modiano Patrick (2)
Molière (76)
Montaigne Michel de (201)
Montherlant Henry de (128)
Morand Paul (37)
Moravia Alberto (20)
Morin Edgar (202)
Murakami Haruki (4)
Murry John Middleton (1)
Musil Robert (8)
Musset Alfred de (36)
Nabokov Vladimir (28)
Nadolny Sten (30)
Naquet Philippe (3)
Negroponte Nicholas (14)
Neveu Richard (1)
Nietzsche Friedrich (42)
Nimier Roger (5)
Nooteboom Cees (17)
Nothomb Amélie (55)
Novalis (14)
Nyssen Hubert (4)
O'Casey Sean (2)
O'Neill Eugene (2)
Ollivier Mikaël (5)
Orsenna Erik (19)
Orwell George (10)
Osborne John (2)
Oster Christian (6)
Ozaki Hôsai (1)
Paasilinna Arto (12)
Page Martin (12)
Pagels Heinz (23)
Pagnol Marcel (32)
Pailleron Edouard (17)
Pamuk Orhan (21)
Papert Seymour (52)
Parménide (1)
Pascal Blaise (128)
Patier Xavier (6)
Pauwels Louis (92)
Péguy Charles (53)
Pelt Jean-Marie (2)
Pennac Daniel (153)
Penrose Roger (3)
Perec Georges (7)
Perez-Reverte Arturo (10)
Perret Jacques (4)
Perros Georges (79)
Perruchot Henri (40)
Pessoa Fernando (63)
Pieyre de Mandiargues (10)
Pilhes René Victor (9)
Pingaud Bernard (6)
Pirandello Luigi (16)
Plaute (7)
Plutarque (9)
Poe Edgar Allan (17)
Pontalis J.-B. (56)
Prévert Jacques (13)
Proulx Monique (10)
Proust Marcel (46)
Quignard Pascal (94)
Quint Michel (8)
Racine Jean (90)
Reeves Hubert (18)
Regnard Jean-François (12)
Renard Jules (381)
Reza Yasmina (7)
Ricoeur Paul (3)
Rilke Rainer Maria (11)
Rivarol Antoine de (42)
Rogers Carl (5)
Romains Jules (5)
Rostand Jean (282)
Rostand Edmond (14)
Roth Philip (11)
Rougier Stan (10)
Roussin André (13)
Roy Claude (140)
Russell Bertrand (39)
Sa Shan (10)
Sabato Ernesto (8)
Sablé Marquise de (36)
Sackville-West Vita (7)
Sagan Françoise (15)
Saint-Cyran (2)
Saint-Exupéry Antoine de (60)
Saint-Martin (1)
Sainte-Beuve (44)
Sakaguchi Ango (4)
Salinger Jerome David (12)
Salvayre Lydie (7)
Sansot Pierre (17)
Saramago José (76)
Sarment Jean (5)
Sartre Jean-Paul (103)
Satie Érik (35)
Saumont Annie (4)
Schmitt Eric-Emmanuel (22)
Schopenhauer Arthur (33)
Scutenaire Louis (147)
Senancour (1)
Séneque (13)
Sepulveda Luis (18)
Serres Michel (58)
Shakespeare William (204)
Shaw George Bernard (16)
Shiki Masaoka (2)
Sijie Dai (2)
Silesius Angelus (45)
Simenon Georges (2)
Singer Christiane (11)
Skemp Richard R. (9)
Solemne Marie de (7)
Soljenitsyne Alexandre (1)
Solon (1)
Sophocle (78)
Sorin Raphaël (1)
Sôseki Natsume (18)
Soupault Philippe (12)
Stapeldon Olaf (7)
Steiner Kurt (1)
Stendhal (1)
Sternberg Jacques (47)
Stevenson Robert Louis (1)
Strindberg August (10)
Sturgeon Theodor (1)
Swift Jonathan (1)
Süskind Patrick (17)
Tagore Rabindranath (15)
Takashima Shigeru (1)
Takayama Kyoshi (3)
Tchékhov Anton (20)
Thériault Yves (2)
Thibon Gustave (138)
Thom René (1)
Thomas Chantal (11)
Thoreau Henry David (15)
Tirtiaux Bernard (14)
Tolstoï Léon (1)
Toole J. Kennedy (1)
Tournier Michel (146)
Unamuno Miguel de (208)
Ungaretti Giuseppe (16)
Vadeboncoeur Pierre (10)
Valéry Paul (56)
Van Cauwelaert Didier (18)
Vaneigem Raoul (65)
Vargas Fred (5)
Vauvenargues (80)
Verne Jules (14)
Vialar Paul (21)
Vian Boris (8)
Vigneault Gilles (9)
Vila-Matas Enrique (3)
Villiers de l'Isle-Adam (19)
Voilquin Jean (1)
Voltaire (68)
Watzlawick Paul (3)
Weil Simone (36)
Wells H.G. (24)
Werber Bernard (18)
Weyergans François (9)
Wharton Edith (2)
Wilde Oscar (35)
Williams Tennessee (6)
Woolf Virginia (6)
Xénophane (2)
Yamaguchi Seishi (2)
Yeats William Butler (4)
Yourcenar Marguerite (64)
Zafón Carlos Ruiz (28)
Zola Émile (3)
Zweig Stefan (60)
    Blaise Pascal
    1623-1662
  1. Deux visages semblables, dont aucun ne fait rire en particulier font rire ensemble par leur ressemblance.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.502, Seuil, 1963)
  2. Qu'une chose aussi visible qu'est la vanité du monde soit si peu connue, que ce soit une chose étrange et surprenante de dire que c'est une sottise de chercher les grandeurs. Cela est admirable.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.502, Seuil, 1963)
  3. La science des choses extérieures ne me consolera pas de l'ignorance de la morale au temps d'affliction, mais la science des moeurs me consolera toujours de l'ignorance des sciences extérieures.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.503, Seuil, 1963)
  4. Condition de l'homme.
    Inconstance, ennui, inquiétude.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.503, Seuil, 1963)
  5. La nature de l'homme n'est pas d'aller toujours ; elle a ses allées et venues.
    La fièvre a ses frissons et ses ardeurs. Et le froid montre aussi bien la grandeur de l'ardeur de la fièvre que le chaud même.
    Les inventions des hommes de siècle en siècle vont de même, la bonté et la malice du monde en général en est de même.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.503, Seuil, 1963)
  6. [...] la faiblesse de l'homme paraît bien davantage en ceux qui ne la connaissent pas qu'en ceux qui la connaissent.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.503, Seuil, 1963)
  7. Qui ne voit pas la vanité du monde est bien vain lui-même. Aussi qui ne la voit, excepté de jeunes gens qui sont tous dans le bruit, dans le divertissement et dans la pensée de l'avenir.
    Mais ôtez leur divertissement vous les verrez se sécher d'ennui. Ils sentent alors leur néant sans le connaître, car c'est bien être malheureux que d'être dans une tristesse insupportable, aussitôt qu'on est réduit à se considérer, et à n'en être point diverti.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  8. La douceur de la gloire est si grande qu'à quelque objet qu'on l'attache, même à la mort, on l'aime.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  9. Les hommes s'occupent à suivre une balle et un lièvre : c'est le plaisir même des rois.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  10. Quelle vanité que la peinture qui attire l'admiration par la ressemblance des choses, dont on n'admire point les originaux !
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  11. Quand on lit trop vite ou trop doucement on n'entend rien.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  12. Combien de royaumes nous ignorent !
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  13. Peu de chose nous console parce que peu de chose nous afflige.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  14. Le plus grand philosophe du monde sur une planche plus large qu'il ne faut, s'il y a au-dessous un précipice, quoique sa raison le convainque de sa sûreté, son imagination prévaudra. Plusieurs n'en sauraient soutenir la pensée sans pâlir et suer.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.504, Seuil, 1963)
  15. L'homme n'est qu'un sujet plein d'erreur naturelle, et ineffaçable sans la grâce.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.505, Seuil, 1963)
  16. Que chacun examine ses pensées. Il les trouvera toutes occupées au passé ou à l'avenir. Nous ne pensons presque point au présent, et si nous y pensons ce n'est que pour en prendre la lumière pour disposer de l'avenir. Le présent n'est jamais notre fin.
    Le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivrons jamais, mais nous espérons de vivre, et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.506, Seuil, 1963)
  17. Pourquoi me tuez-vous à votre avantage ? Je n'ai point d'armes - Et quoi, ne demeurez-vous pas de l'autre côté de l'eau ? Mon ami, si vous demeuriez de ce côté, je serais un assassin, et cela serait injuste de vous tuer de la sorte. Mais puisque vous demeurez de l'autre côté, je suis un brave et cela est juste.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.506, Seuil, 1963)
  18. Les choses ont diverses qualités et l'âme diverses inclinations, car rien n'est simple de ce qui s'offre à l'âme, et l'âme ne s'offre jamais simple à aucun sujet. De là vient qu'on pleure et qu'on rit d'une même chose.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.506, Seuil, 1963)
  19. Nous sommes si malheureux que nous ne pouvons prendre plaisir à une chose qu'à condition de nous fâcher si elle réussit mal, ce que mille choses peuvent faire et font à toute heure. (Qui) aurait trouvé le secret de se réjouir du bien sans se fâcher du mal contraire aurait trouvé le point. C'est le mouvement perpétuel.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.506, Seuil, 1963)
  20. Il n'est pas bon d'être trop libre.

    Il n'est pas bon d'avoir toutes les nécessités.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.506, Seuil, 1963)

  21. Quand je considère la petite durée de ma vie absorbée dans l'éternité précédente et suivante - memoria hospitis unius diei praetereuntis - le petit espace que je remplis et même que je vois abîmé dans l'infinie immensité des espaces que j'ignore et qui m'ignorent, je m'effraye et m'étonne de me voir ici plutôt que là, car il n'y a point de raison pourquoi ici plutôt que là, pourquoi à présent plutôt que lors. Qui m'y a mis ? Par l'ordre et la conduite de qui ce lieu et ce temps a(-t-)il été destiné à moi ?
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.508, Seuil, 1963)
  22. Il faut se connaître soi-même. Quand cela ne servirait pas à trouver le vrai cela au moins sert à régler sa vie, et il n'y a rien de plus juste.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.508, Seuil, 1963)
  23. Le sentiment de la fausseté des plaisirs présents et l'ignorance de la vanité des plaisirs absents cause l'inconstance.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.508, Seuil, 1963)
  24. Curiosité n'est que vanité. Le plus souvent on ne veut savoir que pour en parler, autrement on ne voyagerait pas sur la mer pour ne jamais en rien dire et pour le seul plaisir de voir, sans espérance d'en jamais communiquer.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.509, Seuil, 1963)
  25. Description de l'homme.
    Dépendance, désir d'indépendance, besoins.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.509, Seuil, 1963)
  26. Plus on a de bras, plus on est fort. Être brave c'est montrer sa force.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.511, Seuil, 1963)
  27. D'où vient qu'un boiteux ne nous irrite pas et un esprit boiteux nous irrite ? À cause qu'un boiteux reconnaît que nous allons droit et qu'un esprit boiteux dit que c'est nous qui boitons. Sans cela nous en aurions pitié et non colère.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.511, Seuil, 1963)
  28. L'homme est ainsi fait qu'à force de lui dire qu'il est un sot il le croit. Et à force de se le dire à soi-même on se le fait croire, car l'homme fait lui seul une conversation intérieure, qu'il importe de bien régler.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.511, Seuil, 1963)
  29. La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.512, Seuil, 1963)
  30. Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le coeur. C'est de cette dernière sorte que nous connaissons les premiers principes et c'est en vain que le raisonnement, qui n'y a point de part essaie de le combattre.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.512, Seuil, 1963)
  31. Roseau pensant.
    Ce n'est point de l'espace que je dois chercher ma dignité, mais c'est du règlement de ma pensée. Je n'aurai point d'avantage en possédant des terres. Par l'espace l'univers me comprend et m'engloutit comme un point : par la pensée je le comprends.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.513, Seuil, 1963)
  32. La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se connaît misérable  un arbre ne se connaît pas misérable.
    C'est donc être misérable que de (se) connaître misérable, mais c'est être grand que de connaître qu'on est misérable.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.513, Seuil, 1963)
  33. Deux choses instruisent l'homme de toute sa nature : l'instinct et l'expérience.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.514, Seuil, 1963)
  34. S'il se vante je l'abaisse.
    S'il s'abaisse je le vante.
    Et le contredis toujours.
    Jusqu'à ce qu'il comprenne
    Qu'il est un monstre incompréhensible.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.514, Seuil, 1963)
  35. Qui sait si cette autre moitié de la vie où nous pensons veiller n'est pas un autre sommeil un peu différent du premier.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.514, Seuil, 1963)
  36. Quelle chimère est-ce donc que l'homme ? quelle nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradictions, quel prodige ? Juge de toutes choses, imbécile ver de terre, dépositaire du vrai, cloaque d'incertitude et d'erreur, gloire et rebut de l'univers.
    Qui démêlera cet embrouillement ?

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.515, Seuil, 1963)
  37. [...] j'ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.516, Seuil, 1963)
  38. Le roi est environné de gens qui ne pensent qu'à divertir le roi et à l'empêcher de penser à lui. Car il est malheureux tout roi qu'il est s'il y pense.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.517, Seuil, 1963)
  39. Ainsi s'écoule toute la vie ; on cherche le repos en combattant quelques obstacles et si on les a surmontés le repos devient insupportable par l'ennui qu'il engendre. Il en faut sortir et mendier le tumulte.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.517, Seuil, 1963)
  40. Ainsi l'homme est si malheureux qu'il s'ennuierait même sans aucune cause de l'ennui par l'état propre de sa complexion. Et il est si vain, qu'étant plein de mille causes essentielles d'ennui, la moindre chose comme un billard et une balle qu'il pousse, suffisent pour le divertir.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.517, Seuil, 1963)
  41. Notre instinct nous fait sentir qu'il faut chercher notre bonheur hors de nous. Nos passions nous poussent au-dehors, quand même les objets ne s'offriraient pas pour les exciter. Les objets du dehors nous tentent d'eux-mêmes et nous appellent quand même nous n'y pensons pas. Et ainsi les philosophes ont beau dire : rentrez-vous en vous-mêmes, vous y trouverez votre bien ; on ne les croit pas et ceux qui les croient sont les plus vides et les plus sots.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.519, Seuil, 1963)
  42. Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que de voir, et assez d'obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.521, Seuil, 1963)
  43. [Il faut vivre dans le monde comme] s'il est sûr qu'on y sera pas longtemps, et incertain si on y sera dans une heure.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.522, Seuil, 1963)
  44. Il y a trois sortes de personnes : les uns qui servent Dieu l'ayant trouvé, les autres qui s'emploient à le chercher ne l'ayant pas trouvé, les autres qui vivent sans le chercher ni l'avoir trouvé. Les premiers sont raisonnables et heureux, les derniers sont fous et malheureux. Ceux du milieu sont malheureux et raisonnables.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.522, Seuil, 1963)
  45. Pyrrhonien, géomètre, chrétien : doute, assurance, soumission.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.523, Seuil, 1963)
  46. Si on soumet tout à la raison notre religion n'aura rien de mystérieux et de surnaturel.
    Si on choque les principes de la raison notre religion sera absurde et ridicule.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.523, Seuil, 1963)
  47. Contradiction est une mauvaise marque de vérité.
    Plusieurs choses certaines sont contredites.
    Plusieurs faussent passent sans contradiction.
    Ni la contradiction n'est marque de fausseté ni l'incontradiction n'est marque de vérité.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.523, Seuil, 1963)
  48. 2. excès
    exclure la raison, n'admettre que la raison.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.524, Seuil, 1963)
  49. Puisqu'on ne peut être universel en sachant tout ce qui se peut savoir sur tout, il faut savoir peu de tout, car il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d'une chose. Cette universalité est la plus belle. Si on pouvait avoir les deux encore mieux, mais s'il faut choisir il faut choisir celle-là. Et le monde le sait et le fait, car le monde est un bon juge souvent.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.525, Seuil, 1963)
  50. [Le monde] est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.526, Seuil, 1963)
  51. Car enfin qu'est-ce que l'homme dans la nature ? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et tout, infiniment éloigné de comprendre les extrêmes ; la fin des choses et leurs principes sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable.
    Également - incapable de voir le néant d'où il est tiré et l'infini où il est englouti.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.526, Seuil, 1963)
  52. Donc toutes choses étant causées et causantes, aidées et aidantes, médiates et immédiates et toutes s'entretenant par un lien naturel et insensible qui lie les plus éloignées et les plus différentes, je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement les parties.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.527, Seuil, 1963)
  53. L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature, mais c'est un roseau pensant. Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser ; une vapeur, une goutte d'eau suffit pour le tuer. Mais quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue, puisqu'il sait qu'il meurt et l'avantage que l'univers a sur lui, l'univers n'en sait rien.
    Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C'est de là qu'il nous faut relever et non de l'espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.528, Seuil, 1963)
  54. Le silence de ces espaces infinis m'effraie.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.528, Seuil, 1963)
  55. [...] l'orgueil et la paresse qui sont les deux sources de tous les vices [...]
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.528, Seuil, 1963)
  56. Il ne faut pas confondre et égaler les choses qui ne se ressemblent que par l'obscurité et non pas par la clarté qui mérite qu'on révère les obscurités.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.530, Seuil, 1963)
  57. Qui veut donner le sens de l'Écriture et ne le prend point de l'Écriture est ennemi de l'Écriture.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.532, Seuil, 1963)
  58. Deux erreurs. 1. Prendre tout littéralement. 2. Prendre tout spirituellement.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.532, Seuil, 1963)
  59. La grandeurs des gens d'esprit est invisible aux rois, aux riches, aux capitaines, à tous ces gens de chair.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.540, Seuil, 1963)
  60. Les grands génies ont leur empire, leur éclat, leur grandeur, leur victoire et leur lustre, et n'ont nul besoin des grandeurs charnelles où elles n'ont pas de rapport. Ils sont vus, non des yeux mais des esprits. C'est assez.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.540, Seuil, 1963)
  61. Tous les corps, le firmament, les étoiles, la terre et ses royaumes, ne valent pas le moindre des esprits. Car il connaît tout cela, et soi, et les corps rien.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.540, Seuil, 1963)
  62. Tous les corps ensemble et tous les esprits ensemble et toutes les productions ne valent pas le moindre mouvement de charité. Cela est d'un ordre infiniment plus élevé.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.540, Seuil, 1963)
  63. La misère persuade le désespoir.
    L'orgueil persuade la présomption.
    L'incarnation montre à l'homme la grandeur de sa misère par la grandeur du remède qu'il a fallu.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.544, Seuil, 1963)
  64. Es-tu moins esclave pour être aimé et flatté de ton maître ; tu as bien du bien, esclave, ton maître te flatte. Il te battra bientôt.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.545, Seuil, 1963)
  65. Il faut n'aimer que Dieu et ne haïr que soi.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.546, Seuil, 1963)
  66. Afin que la passion ne nuise point, faisons comme s'il n'y avait que 8 jours dans la vie.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.547, Seuil, 1963)
  67. J'aurais bien plus peur de me tromper et de trouver que la religion chrétienne soit vraie que non pas de me tromper en la croyant vraie.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.547, Seuil, 1963)
  68. L'homme ne sait à quel rang se mettre, il est visiblement égaré et tombé de son vrai lieu sans le pouvoir retrouver. Il le cherche partout avec inquiétude et sans succès dans des ténèbres impénétrables.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.548, Seuil, 1963)
  69. Je blâme également et ceux qui prennent parti de louer l'homme, et ceux qui le prennent de le blâmer, et ceux qui le prennent de se divertir et je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.549, Seuil, 1963)
  70. Les stoïques disent : rentrez au-dedans de vous-même, c'est là où vous trouverez votre repos. Et cela n'est pas vrai.
    Les autres disent : sortez dehors et cherchez le bonheur en un divertissement. Et cela n'est pas vrai, les maladies viennent.
    Le bonheur n'est ni hors de nous ni dans nous ; il est en Dieu et hors et dans nous.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.549, Seuil, 1963)
  71. Nous avons une si grande idée de l'âme de l'homme que nous ne pouvons souffrir d'en être méprisés et de n'être pas dans l'estime d'une âme. Et toute la félicité des hommes consiste dans cette estime.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.549, Seuil, 1963)
  72. Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n'être pas fou.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.549, Seuil, 1963)
  73. Qui voudrait connaître à plein la vanité de l'homme n'a qu'à considérer les causes et les effets de l'amour. La cause en est un je ne sais quoi. Corneille. Et les effets en sont effroyables. Ce je ne sais quoi, si peu de chose qu'on ne peut le reconnaître, remue toute la terre, les princes, les armées, le monde entier.
    Le nez de Cléopâtre s'il eût été plus court toute la face de la terre aurait changé.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.549, Seuil, 1963)
  74. La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement. Et cependant c'est la plus grande de nos misères. Car c'est cela qui nous empêche principalement de songer à nous et qui nous fait perdre insensiblement. Sans cela nous serions dans l'ennui, et cet ennui nous pousserait à chercher un moyen plus solide d'en sortir, mais le divertissement nous amuse et nous fait arriver insensiblement à la mort.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.549, Seuil, 1963)
  75. Infini rien.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.550, Seuil, 1963)
  76. C'est en manquant de preuves qu'ils [les chrétiens] ne manquent pas de sens.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.550, Seuil, 1963)
  77. Dieu est ou il n'est pas ; mais de quel côté pencherons-nous ? la raison n'y peut rien déterminer. Il y a un chaos infini qui nous sépare. Il se joue un jeu à l'extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile. Que gagerez-vous ? par raison vous ne pouvez faire ni l'un ni l'autre ; par raison vous ne pouvez défaire nul des deux.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.550, Seuil, 1963)
  78. Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.552, Seuil, 1963)
  79. [...] les hommes n'aiment naturellement que ce qui peut leur paraître utile.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.554, Seuil, 1963)
  80. Notre imagination nous grossit si fort le temps présent à force d'y faire des réflexions continuelles, et amoindrit tellement l'éternité, manque d'y faire réflexion, que nous faisons de l'éternité un néant, et du néant une éternité.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.556, Seuil, 1963)
  81. Qu'on s'imagine un nombre d'hommes dans les chaînes, et tous condamnés à la mort, dont les uns étant chaque jour égorgés à la vue des autres, ceux qui restent voient leur propre condition dans celle de leurs semblables, et, se regardant les uns et les autres avec douleur et sans espérance, attendent à leur tour. C'est l'image de la condition des hommes.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.556, Seuil, 1963)
  82. Toute histoire qui n'est pas contemporaine est suspecte.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.556, Seuil, 1963)
  83. La plus grande bassesse de l'homme est la recherche de la gloire, mais c'est cela même qui est la plus grande marque de son excellence ; car, quelque possession qu'il ait sur la terre, quelque santé et commodité essentielle qu'il ait, il n'est pas satisfait, s'il n'est dans l'estime des hommes. Il estime si grande la raison de l'homme que, quelque avantage qu'il ait sur la terre, s'il n'est placé avantageusement aussi dans la raison de l'homme, il n'est pas content. C'est la plus belle place du monde, rien ne le peut détourner de ce désir, et c'est la qualité la plus ineffaçable du coeur de l'homme.
    Et ceux qui méprisent le plus les hommes, et les égalent aux bêtes, encore veulent-ils en être admirés et crus, et se contredisent à eux-mêmes par leur propre sentiment ; leur nature, qui est plus forte que tout, les convainquant de la grandeur de l'homme plus fortement que la raison ne les convainc de leur bassesse.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.562, Seuil, 1963)
  84. L'autorité. Tant s'en faut que d'avoir ouï dire une chose soit la règle de votre créance, que vous ne devez rien croire sans vous mettre en l'état comme si jamais vous ne l'aviez ouï.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.574, Seuil, 1963)
  85. Nier, croire et douter sont à l'homme ce que le courir est au cheval.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.575, Seuil, 1963)
  86. Il y a des lieux où il faut appeler Paris, Paris, et d'autres où il la faut appeler capitale du royaume.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.575, Seuil, 1963)
  87. À mesure qu'on a plus d'esprit on trouve qu'il y a plus d'hommes originaux. Les gens du commun ne trouvent point de différence entre les hommes.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.575, Seuil, 1963)
  88. Il y a donc deux sortes d'esprit, l'une de pénétrer vivement et profondément les conséquences des principes, et c'est là l'esprit de justesse. L'autre de comprendre un grand nombre de principes sans les confondre et c'est là l'esprit de géomètre. L'un est force et droiture d'esprit. L'autre est amplitude d'esprit. Or l'un peut bien être sans l'autre, l'esprit pouvant être fort et étroit, et pouvant être aussi ample et faible.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.576, Seuil, 1963)
  89. Tous les géomètres seraient donc fins s'ils avaient la vue bonne car ils ne raisonnent pas faux sur les principes qu'ils connaissent. Et les esprits fins seraient géomètres s'ils pouvaient plier leur vue vers les principes inaccoutumés de géométrie.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.576, Seuil, 1963)
  90. Se moquer de la philosophie, c'est vraiment philosopher.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.576, Seuil, 1963)
  91. Quand dans un discours se trouvent des mots répétés et qu'essayant de les corriger on les trouve si propres qu'on gâterait le discours, il les faut laisser, c'en est la marque. Et c'est là la part de l'envie qui est aveugle et qui ne sait pas que cette répétition n'est pas faute en cet endroit, car il n'y a point de règle générale.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.576, Seuil, 1963)
  92. On aime la sûreté, on aime que le pape soit infaillible en la foi, et que les docteurs graves le soient dans les moeurs, afin d'avoir son assurance.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.576, Seuil, 1963)
  93. Ainsi quand on veut montrer une chose générale il faut en donner la règle particulière d'un cas, mais si on veut montrer un cas particulier il faudra commencer par la règle (générale). Car on trouve toujours obscure la chose que l'on veut prouver et claire celle qu'on emploie à la preuve, car quand on propose une chose à prouver, d'abord on se remplit de cette imagination qu'elle est donc obscure, et au contraire que celle qui la doit prouver est claire, et ainsi on l'entend aisément.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.578, Seuil, 1963)
  94. Qu'il est difficile de proposer une chose au jugement d'un autre sans corrompre son jugement par la manière de la lui proposer.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.578, Seuil, 1963)
  95. J'écrirai ici mes pensées sans ordre et non pas peut-être dans une confusion sans dessein. C'est le véritable ordre et qui marquera toujours mon objet par le désordre même.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.578, Seuil, 1963)
  96. Il y a des vices qui ne tiennent à nous que par d'autres, et qui en ôtant le tronc s'emportent comme des branches.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.578, Seuil, 1963)
  97. À celui qui a le plus reçu sera le plus grand compte demandé à cause du pouvoir qu'il a par le secours.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.579, Seuil, 1963)
  98. Toutes les bonnes maximes sont dans le monde ; on ne manque qu'à les appliquer.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.579, Seuil, 1963)
  99. L'imagination grossit les petits objets jusqu'à en remplir notre âme par une estimation fantasque, et par une insolence téméraire elle amoindrit les grandes jusqu'à sa mesure, comme en parlant de Dieu.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.580, Seuil, 1963)
  100. La force est la reine du monde et non pas l'opinion, mais l'opinion est celle qui use de la force.
    C'est la force qui fait l'opinion.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.580, Seuil, 1963)
  101. Il y en a qui parlent bien et qui n'écrivent pas bien. C'est que le lieu, l'assistance les échauffe et tire de leur esprit plus qu'ils n'y trouvent sans cette chaleur.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.580, Seuil, 1963)
  102. Je n'ai jamais jugé d'une chose exactement de même, je ne puis juger d'un ouvrage en le faisant. Il faut que je fasse comme les peintres et que je m'en éloigne, mais non pas trop. De combien donc ? Devinez...
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.580, Seuil, 1963)
  103. Il n'y a que deux sortes d'hommes, les uns justes qui se croient pécheurs, les autres pécheurs qui se croient justes.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.580, Seuil, 1963)
  104. Car il n'est pas certain que nous voyions demain, mais il est certainement possible que nous ne le voyions pas.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.582, Seuil, 1963)
  105. L'éloquence est une peinture de la pensée, et ainsi ceux qui après avoir peint ajoutent encore font un tableau au lieu d'un portrait.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.582, Seuil, 1963)
  106. Le moi est haïssable.
    [...] En un mot le moi a deux qualités. Il est injuste en soi en ce qu'il se fait centre de tout. Il est incommode aux autres en ce qu'il les veut asservir, car chaque moi est l'ennemi et voudrait être le tyran de tous les autres.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.584, Seuil, 1963)
  107. Différence entre repos et sûreté de conscience. Rien ne donne l'assurance que la vérité ; rien ne donne le repos que la recherche sincère de la vérité.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.584, Seuil, 1963)
  108. La multitude qui ne se réduit pas à l'unité est confusion. L'unité qui ne dépend pas de la multitude est tyrannie.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.585, Seuil, 1963)
  109. On ne consulte que l'oreille parce qu'on manque de coeur.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.585, Seuil, 1963)
  110. L'homme est visiblement fait pour penser. C'est toute sa dignité et tout son mérite ; et tout son devoir est de penser comme il faut.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.586, Seuil, 1963)
  111. Si c'est un aveuglement surnaturel de vivre sans chercher ce qu'on est, c'en est un terrible de vivre mal en croyant Dieu.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.587, Seuil, 1963)
  112. Le commun des hommes met le bien dans la fortune et dans des biens du dehors ou au moins dans le divertissement.
    Les philosophes ont montré la vanité de tout cela et l'ont mis où ils ont pu.

    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.587, Seuil, 1963)
  113. Du désir d'être estimé de ceux avec qui on est.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.587, Seuil, 1963)
  114. Malgré la vue de toutes nos misères qui nous touchent, qui nous tiennent à la gorge, nous avons un instinct que nous ne pouvons réprimer qui nous élève.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.587, Seuil, 1963)
  115. Notre nature est dans le mouvement, le repos entier est la mort.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.588, Seuil, 1963)
  116. Ce que Montaigne a de bon ne peut être acquis que difficilement. Ce qu'il a de mauvais, j'entends hors les moeurs, pût être corrigé en un moment si on l'eût averti qu'il faisait trop d'histoires et qu'il parlait trop de soi.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.588, Seuil, 1963)
  117. Quand un discours naturel peint une passion ou un effet on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, de sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous la fait sentir, car il ne nous a point fait montre de son bien mais du nôtre. Et ainsi ce bien fait nous le rend aimable, outre que cette communauté d'intelligence que nous avons avec lui incline nécessairement le coeur à l'aimer.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.588, Seuil, 1963)
  118. En écrivant ma pensée elle m'échappe quelquefois ; mais cela me fait souvenir de ma faiblesse que j'oublie à toute heure, ce qui m'instruit autant que ma pensée oubliée, car je ne tiens qu'à connaître mon néant.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.589, Seuil, 1963)
  119. Ainsi l'opinion est comme la reine du monde mais la force en est le tyran.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.589, Seuil, 1963)
  120. Diseur de bons mots, mauvais caractère.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.589, Seuil, 1963)
  121. Voulez-vous qu'on croie du bien de vous, n'en dites pas.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.589, Seuil, 1963)
  122. Il n'aime plus cette personne qu'il aimait il y a dix ans. Je crois bien : elle n'est plus la même ni lui non plus. Il était jeune et elle aussi ; elle est tout autre. Il l'aimerait peut-être encore telle qu'elle était alors.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.589, Seuil, 1963)
  123. Quand on voit le style naturel on est tout étonné et ravi, car on s'attendait de voir un auteur et on trouve un homme. Au lieu que ceux qui ont le goût bon et qui en voyant un livre croient trouver un homme sont tout surpris de trouver un auteur.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.590, Seuil, 1963)
  124. L'homme n'est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.590, Seuil, 1963)
  125. Quand on veut reprendre avec utilité et montrer à un autre qu'il se trompe il faut observer par quel côté il envisage la chose, car elle est vraie ordinairement de ce côté-là et lui avouer cette vérité, mais lui découvrir le côté par où elle est fausse. Il se contente de cela car il voit qu'il ne se trompait pas et qu'il y manquait seulement à voir tous les côtés. Or on ne se fâche pas de ne pas tout voir, mais on ne veut pas être trompé, et peut-être cela vient de ce que naturellement l'homme ne peut tout voir, et de ce que naturellement il ne se peut tromper dans le côté qu'il envisage, comme les appréhensions des sens sont toujours vraies.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.592, Seuil, 1963)
  126. Les rivières sont des chemins qui marchent et qui portent où l'on veut aller.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.593, Seuil, 1963)
  127. Quand on lit trop vite ou trop doucement on n'entend rien.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.594, Seuil, 1963)
  128. Ce que peut la vertu d'un homme ne se doit pas mesurer par ses efforts mais par son ordinaire.
    (Pensées in Oeuvres Complètes, p.594, Seuil, 1963)
Accueil
Derniers ajouts
Recherche par mots-clés
Historique des modifications
Qui suis-je ?
Foire aux questions
Jeux littéraires
Références moléculaires
Références virtuelles
Loi du retour
Bibliopathie
Incipit
Parcourez ces pages au son de la Pavane pour une infante défunte de Ravel

Actualisé le 25 octobre 2014

Plus de 520000 visites de septembre 95 à mai 2002 Depuis le 26 mai 2002
Pour une meilleure appréciation du site, je vous invite à utiliser une version plus récente d'un navigateur. Je vous suggère particulièrement Mozilla (www.mozilla.org) qui est libre. C'est une façon active et positive de promouvoir la liberté sur le net que d'utiliser ce puissant navigateur. Merci !