Au fil de mes lectures
Gilles G. Jobin

Les Auteurs
À la suite de chaque auteur
se trouve, entre parenthèses,
le nombre de citations.
Abbé Ernest (13)
Achard Marcel (32)
Adams Douglas (11)
Aguéev M. (17)
Alain (169)
Albalat Antoine (57)
Albee Edward (10)
Alberoni Francesco (59)
Allen Woody (16)
Anaxagore (2)
Anonyme (30)
Anouilh Jean (201)
Aragon Louis (10)
Arcand Bernard (55)
Archambault Gilles (15)
Aristophane (1)
Aristote (8)
Asimov Isaac (6)
Auclair Marcelle (39)
Audeguy Stéphane (15)
Audiberti Jacques (7)
Auster Paul (14)
Aymé Marcel (3)
Bach Richard (12)
Bachelard Gaston (228)
Baillargeon Normand (8)
Balzac Honoré de (34)
Baricco Alessandro (88)
Barjavel René (82)
Baruk Stella (7)
Bashô Matsuo (2)
Bataille Georges (4)
Bauchau Henry (12)
Baudelaire Charles (12)
Bazin Hervé (18)
Beaumarchais (67)
Beauvoir Simone de (7)
Beckett Samuel (3)
Begeler Clémence (1)
Ben Jelloun Tahar (18)
Bennett Alan (2)
Berberova Nina (4)
Bergier Jacques (3)
Bergson Henri (13)
Bernanos Georges (17)
Bernard Tristan (7)
Bernhard Thomas (284)
Bernheim Emmanuèle (4)
Besnard Lucien (1)
Besnier Michel (6)
Bias (de Priène) (3)
Bidou Henry (1)
Bierce Ambrose (144)
Billon Pierre (2)
Bioy Casares Adolfo (7)
Birabeau André (5)
Bismuth Nadine (1)
Blais Marie-Claire (16)
Blake William (1)
Blanchot Maurice (7)
Blasband Philippe (1)
Block Lawrence (4)
Blondin Robert (15)
Bobin Christian (419)
Bonaventure d'Argonne (9)
Borges Jorge Luis (84)
Bouchard Serge (89)
Bouillier Henri (2)
Boulanger Daniel (8)
Boulgakov Mikhaïl (19)
Bourgault Pierre (29)
Bradbury Ray (6)
Brautigan Richard (13)
Brie Albert (271)
Brieux Eugène (1)
Brisebois Robert (26)
Bruckner Pascal (123)
Burroughs-Jobin (1)
Buson Yosa (18)
Butler Samuel (1)
Buzzati Dino (7)
Calvino Italo (8)
Camus Albert (190)
Canetti Elias (39)
Caragiale Ion Luca (2)
Card Orson Scott (7)
Carrel Alexis (45)
Carrère Emmanuel (3)
Carroll Lewis (6)
Carvel Paul (69)
Carver Raymond (9)
Cauvin Patrick (7)
Céline (78)
Chamfort Sébastien (88)
Chapsal Madeleine (22)
Char René (15)
Charon Jean E. (3)
Chateaubriand (19)
Chebel Malek (5)
Chesterton Gilbert Keith (16)
Chilon (Le Lacédémonien) (4)
Ciceron (11)
Cioran Emil Michel (176)
Claudel Paul (31)
Claudel Philippe (4)
Cléobule (de Lindos) (2)
Cocteau Jean (37)
Coelho Paulo (45)
Cohen Olivier (1)
Cohen Albert (27)
Collin D'Harleville (3)
Conan Doyle Sir Arthur (9)
Condé Maryse (1)
Confucius (31)
Connelly Michael (6)
Corneille Pierre (170)
Cossé Laurence (6)
Cossery Albert (5)
Cueco Henri (11)
Curel François de (6)
Cyrulnik Boris (40)
D'Amours Guy (12)
Dannemark Francis (12)
Dard Fréderic (34)
Darrieussecq Marie (2)
Daudet Alphonse (6)
Davies Robertson (31)
Davis P.J. (1)
De Luca Erri (14)
De Prada Juan Manuel (16)
Del Rey Lester (2)
Delerm Philippe (14)
Delorme Gilles (1)
Démocrite (27)
Desbordes Michèle (2)
Descaves Pierre (22)
Desplechin Marie (13)
Destouches (17)
Dhôtel André (3)
Dick Philip K. (1)
Diderot Denis (56)
Djian Philippe (2)
Dorin Françoise (5)
Dostoïevsky Fiodor M. (73)
Dubé Marcel (10)
Dubos René (15)
Duras Marguerite (34)
Durrell Lawrence (27)
Dürrenmatt Friedrich (1)
Eco Umberto (17)
Ehrenberg Alain (3)
Ehrenstein Albert (4)
Einstein Albert (27)
Eliot T.S. (13)
Empédocle (3)
Engel Peter (3)
Épictète (8)
Épicure (7)
Érasme (24)
Escarpit Robert (30)
Eschyle (66)
Euripide (174)
Fadiman Anne (12)
Faguet Émile (41)
Fante John (1)
Faraggi C. (2)
Faulkner William (25)
Fénéon Félix (9)
Ferguson Marylin (33)
Fermine Maxence (31)
Ferron Jacques (38)
Ferry Luc (20)
Fine Reuben (1)
Flaubert Gustave (60)
Folco Michel (10)
Fox Paula (4)
François Annie (9)
Franzen Jonathan (1)
Fuentes Carlos (16)
Fuyuno Niji (2)
Gaarder Jostein (34)
Gailly Christian (6)
Garcia Lorca Federico (6)
Garcia Marquez Gabriel (6)
Gary Romain (40)
Gauthier Louis (9)
Gavalda Anna (10)
Genet Jean (2)
Gibran Khalil (36)
Gide André (59)
Giono Jean (35)
Giraudoux Jean (168)
Goethe (19)
Gogol Nicolas (6)
Goldoni Carlo (5)
Gorki Maxime (6)
Gougaud Henri (64)
Gourio Jean-Marie (79)
Grangé (4)
Green Julien (14)
Grimaud Hélène (19)
Guedj Denis (13)
Guillevic Eugène (43)
Guilloux Louis (2)
Guiraud Edmond (4)
Guitry Sacha (301)
Guitton Jean (19)
Hadamard Jacques (29)
Hamsun Knut (2)
Handke Peter (14)
Hanff Helene (5)
Hashi Kanseki (1)
Havel Václav (4)
Hébert Anne (10)
Hemingway Ernest (1)
Héraclite (18)
Hérodote (1)
Herriot Édouard (80)
Hersh R. (1)
Hesse Hermann (72)
Higon Albert (3)
Hillerman Tony (4)
Himanen Pekka (21)
Homel David (17)
Horace (9)
Houellebecq Michel (16)
Hrabal Bohumil (7)
Hugo Victor (173)
Huston Nancy (8)
Ibsen Henrik (34)
Illich Ivan (45)
Inoué Yasushi (4)
Ionesco Eugène (50)
Israël Gérard (4)
Issa Kobayashi (9)
Jaccard Roland (57)
Jacquard Albert (47)
Jankélévitch Vladimir (2)
Jarry Alfred (10)
Joubert Joseph (514)
Jouhandeau Marcel (5)
Jouxtel Pascal (23)
Juliet Charles (8)
Jung Carl Gustav (16)
Jünger Ernst (14)
Kant Emmanuel (11)
Kawabata Yasunari (3)
Keelt Arthur (8)
Kerbaker Andrea (2)
Kerouac Jack (4)
Kierkegaard Sören (40)
Klein Gérard (7)
Kôda Rohan (1)
Koestler Arthur (38)
Kourkov Andreï (4)
Kourouma Ahmadou (19)
Kraus Karl (16)
Kubota Kuhona (1)
Kuhn Thomas S. (28)
Kundera Milan (330)
Kureishi Hanif (23)
La Fontaine Jean de (173)
La Rochefoucauld (176)
Labiche Eugène (11)
Lablénie Edmond (1)
Lachièze-Rey Marc (1)
Lafargue Paul (5)
Larbaud Valery (9)
LaRue Monique (24)
Latzarus Louis (28)
Laxness Halldor (8)
Le Clézio Jean-Marie G. (4)
Lec (166)
Leclerc Félix (37)
Lehane Dennis (14)
Leloup Jean-Yves (9)
Lemarchand Jacques (2)
Leon Donna (3)
Leopardi Giacomo (30)
Leroux Gaston (1)
Lesage Alain René (15)
Lescure Jean (7)
Lessing (1)
Leucippe (1)
Lewis Roy (13)
Lewis C.S. (10)
Lichtenberg G.C. (144)
Lieberman Herbert (4)
Lispector Clarice (45)
Lobo Antunes Antonio (14)
Lodge David (2)
Loranger Françoise (3)
Lorentz Konrad (11)
Louvet Jean (2)
Maalouf Amin (13)
Maeterlinck Maurice (6)
Manguel Alberto (18)
Mankell Henning (40)
Marc-Aurèle (16)
Marcel Gabriel (6)
Marinina Alexandra (33)
Marivaux (14)
Martel Yann (10)
Martinez Guillermo (6)
Mauriac François (9)
Maurois André (110)
Mauvignier Laurent (4)
McCoy Horace (2)
Mélissos (1)
Melville Herman (4)
Méré Charles (3)
Mérimée Prosper (2)
Merle Robert (22)
Meyrinck Gustav (8)
Mille Pierre (1)
Miller Arthur (3)
Miller Henry (13)
Millet Olivier (3)
Mingarelli Hubert (4)
Mishima Yukio (2)
Mithois Marcel (3)
Mitsuhashi Takajo (1)
Mitton Damien (2)
Modiano Patrick (2)
Molière (76)
Montaigne Michel de (201)
Montherlant Henry de (128)
Morand Paul (37)
Moravia Alberto (20)
Morin Edgar (202)
Murakami Haruki (4)
Murry John Middleton (1)
Musil Robert (8)
Musset Alfred de (36)
Nabokov Vladimir (28)
Nadolny Sten (30)
Naquet Philippe (3)
Negroponte Nicholas (14)
Neveu Richard (1)
Nietzsche Friedrich (42)
Nimier Roger (5)
Nooteboom Cees (17)
Nothomb Amélie (55)
Novalis (14)
Nyssen Hubert (4)
O'Casey Sean (2)
O'Neill Eugene (2)
Ollivier Mikaël (5)
Orsenna Erik (19)
Orwell George (10)
Osborne John (2)
Oster Christian (6)
Ozaki Hôsai (1)
Paasilinna Arto (12)
Page Martin (12)
Pagels Heinz (23)
Pagnol Marcel (32)
Pailleron Edouard (17)
Pamuk Orhan (21)
Papert Seymour (52)
Parménide (1)
Pascal Blaise (128)
Patier Xavier (6)
Pauwels Louis (92)
Péguy Charles (53)
Pelt Jean-Marie (2)
Pennac Daniel (153)
Penrose Roger (3)
Perec Georges (7)
Perez-Reverte Arturo (10)
Perret Jacques (4)
Perros Georges (79)
Perruchot Henri (40)
Pessoa Fernando (63)
Pieyre de Mandiargues (10)
Pilhes René Victor (9)
Pingaud Bernard (6)
Pirandello Luigi (16)
Plaute (7)
Plutarque (9)
Poe Edgar Allan (17)
Pontalis J.-B. (56)
Prévert Jacques (13)
Proulx Monique (10)
Proust Marcel (46)
Quignard Pascal (94)
Quint Michel (8)
Racine Jean (90)
Reeves Hubert (18)
Regnard Jean-François (12)
Renard Jules (381)
Reza Yasmina (7)
Ricoeur Paul (3)
Rilke Rainer Maria (11)
Rivarol Antoine de (42)
Rogers Carl (5)
Romains Jules (5)
Rostand Jean (282)
Rostand Edmond (14)
Roth Philip (11)
Rougier Stan (10)
Roussin André (13)
Roy Claude (140)
Russell Bertrand (39)
Sa Shan (10)
Sabato Ernesto (8)
Sablé Marquise de (36)
Sackville-West Vita (7)
Sagan Françoise (15)
Saint-Cyran (2)
Saint-Exupéry Antoine de (60)
Saint-Martin (1)
Sainte-Beuve (44)
Sakaguchi Ango (4)
Salinger Jerome David (12)
Salvayre Lydie (7)
Sansot Pierre (17)
Saramago José (76)
Sarment Jean (5)
Sartre Jean-Paul (103)
Satie Érik (35)
Saumont Annie (4)
Schmitt Eric-Emmanuel (22)
Schopenhauer Arthur (33)
Scutenaire Louis (147)
Senancour (1)
Séneque (13)
Sepulveda Luis (18)
Serres Michel (58)
Shakespeare William (204)
Shaw George Bernard (16)
Shiki Masaoka (2)
Sijie Dai (2)
Silesius Angelus (45)
Simenon Georges (2)
Singer Christiane (11)
Skemp Richard R. (9)
Solemne Marie de (7)
Soljenitsyne Alexandre (1)
Solon (1)
Sophocle (78)
Sorin Raphaël (1)
Sôseki Natsume (18)
Soupault Philippe (12)
Stapeldon Olaf (7)
Steiner Kurt (1)
Stendhal (1)
Sternberg Jacques (47)
Stevenson Robert Louis (1)
Strindberg August (10)
Sturgeon Theodor (1)
Swift Jonathan (1)
Süskind Patrick (17)
Tagore Rabindranath (15)
Takashima Shigeru (1)
Takayama Kyoshi (3)
Tchékhov Anton (20)
Thériault Yves (2)
Thibon Gustave (138)
Thom René (1)
Thomas Chantal (11)
Thoreau Henry David (15)
Tirtiaux Bernard (14)
Tolstoï Léon (1)
Toole J. Kennedy (1)
Tournier Michel (146)
Unamuno Miguel de (208)
Ungaretti Giuseppe (16)
Vadeboncoeur Pierre (10)
Valéry Paul (56)
Van Cauwelaert Didier (18)
Vaneigem Raoul (65)
Vargas Fred (5)
Vauvenargues (80)
Verne Jules (14)
Vialar Paul (21)
Vian Boris (8)
Vigneault Gilles (9)
Vila-Matas Enrique (3)
Villiers de l'Isle-Adam (19)
Voilquin Jean (1)
Voltaire (68)
Watzlawick Paul (3)
Weil Simone (36)
Wells H.G. (24)
Werber Bernard (18)
Weyergans François (9)
Wharton Edith (2)
Wilde Oscar (35)
Williams Tennessee (6)
Woolf Virginia (6)
Xénophane (2)
Yamaguchi Seishi (2)
Yeats William Butler (4)
Yourcenar Marguerite (64)
Zafón Carlos Ruiz (28)
Zola Émile (3)
Zweig Stefan (60)
    Alessandro Baricco
    1958
  1. [Le ragtime] est la musique sur laquelle Dieu danse quand personne ne le regarde.
    (Novecento : pianiste, p.12, Mille et une nuits, n°146)
  2. [...] les gens sont comme ça, méchants avec ceux qui perdent.
    (Novecento : pianiste, p.45, Mille et une nuits, n°146)
  3. [Il est question de la mer]
    C'est comme un hurlement géant mais qui ne s'arrêterait jamais de crier, et ce qu'il crie c'est  : "bande de cocus, la vie c'est quelque chose d'immense, vous allez comprendre ça oui ou non ? Immense !"

    (Novecento : pianiste, p.52, Mille et une nuits, n°146)
  4. C'était un de ces hommes qui aiment assister à leur propre vie, considérant comme déplacée toute ambition de la vivre.
    (Soie, p.10, Albin Michel)
  5. [...] le problème n'était pas à résoudre mais à contourner.
    (Soie, p.14, Albin Michel)
  6. - Je n'ai même jamais entendu sa voix.
    Et un instant plus tard :
    - C'est une souffrance étrange.
    Doucement.
    - Mourir de nostalgie pour quelque chose que tu ne vivras jamais.

    (Soie, p.98, Albin Michel)
  7. L'obscurité suspend tout. Il n'y a rien qui puisse, dans l'obscurité, devenir vrai.
    (Océan Mer, p.14, Albin Michel)
  8. Atterdel leva les yeux sur le père Pluche. C'était plus qu'un regard. C'était une visite médicale.
    (Océan Mer, p.31, Albin Michel)
  9. [...] la vie, je la veux, je ferai n'importe quoi pour l'avoir, toute la vie possible, même si je deviens folle, peu importe, je deviendrai folle tant pis mais la vie je ne veux pas la rater, je la veux, vraiment, même si ça devait faire mal à en mourir c'est vivre que je veux.
    (Océan Mer, p.36, Albin Michel)
  10. La nature a une perfection à elle, surprenante, et qui résulte d'une addition de limites. La nature est parfaite parce qu'elle n'est pas infinie. Si on comprend les limites, on comprend comment le mécanisme fonctionne.
    (Océan Mer, p.43, Albin Michel)
  11. [La pension Almayer] avait cette beauté que seuls peuvent avoir les vaincus. Et la limpidité de ce qui est faible. Et la solitude, parfaite, de ce qui s'est perdu.
    (Océan Mer, p.46, Albin Michel)
  12. [....] un regard qui ne prend pas mais qui reçoit, dans le silence le plus absolu de l'esprit [....]
    (Océan Mer, p.48, Albin Michel)
  13. [...] la mer est sans routes, la mer est sans explications.
    (Océan Mer, p.59, Albin Michel)
  14. Il ressentit une grande ivresse : comme s'il venait de se jeter par la fenêtre. C'était un homme qui avait un certain esprit pratique : puisqu'il était là, dans les airs, il décida qu'il pouvait aussi bien essayer de voler.
    (Océan Mer, p.61, Albin Michel)
  15. Vraiment, il y a des instants où l'enchaînement logique omniprésent des causes et des effets craque, pris au dépourvu par la vie même, et descend dans le parterre, se mêlant au public, laissant sur scène, sous les projecteurs d'une liberté vertigineuse et soudaine, une main invisible pêcher dans le giron illimité du possible, et, entre des millions de choses, n'en laisser advenir qu'une seule.
    (Océan Mer, p.62, Albin Michel)
  16. [...] combien ce serait beau si, pour chaque mer qui nous attend, il y avait un fleuve pour nous. Et quelqu'un - un père, un amour, quelqu'un - capable de nous prendre par la main et de trouver ce fleuve - l'imaginer, l'inventer - et nous poser dans son courant, avec la légèreté de ce seul mot, adieu.
    (Océan Mer, p.66, Albin Michel)
  17. On croit que c'est autre chose qui sauve les gens : le devoir, l'honnêteté, être bon, être juste. Non. Ce sont les désirs qui vous sauvent. Ils sont la seule chose vraie.
    (Océan Mer, p.99, Albin Michel)
  18. S'il y a, dans le monde, un endroit où tu peux penser que tu n'es rien, cet endroit, c'est ici. Ce n'est plus la terre, et ce n'est pas encore la mer. Ce n'est pas une vie fausse, et ce n'est pas une vie vraie. C'est du temps. Du temps qui passe. Rien d'autre.
    (Océan Mer, p.100, Albin Michel)
  19. Ne rien faire est une chose. Ne rien pouvoir faire en est une autre.
    (Océan Mer, p.124, Albin Michel)
  20. - Quelquefois je me demande ce que nous sommes en train d'attendre.
    Silence.
    - Qu'il soit trop tard, madame.

    (Océan Mer, p.105, Albin Michel)
  21. Elles font des choses quelquefois, les femmes, ça vous tue. Toi, même dans une vie entière, tu ne serais pas capable un seul instant d'avoir cette légèreté qu'elles ont, elles, quelquefois. Elles sont légères de l'intérieur. De l'intérieur.
    (Océan Mer, p.144, Albin Michel)
  22. [...] n'est véritablement sauvé que celui qui n'a jamais été en péril.
    (Océan Mer, p.154, Albin Michel)
  23. Elle marchait, et elle savait vers quoi. C'était ça l'important. Une sensation merveilleuse. Quand le destin finalement s'entrouvre, et devient chemin visible, trace indéniable, et direction certaine. Le temps interminable de l'approche. Ce moment où l'on accoste. On voudrait qu'il ne finisse jamais. Le geste de s'en remettre au destin. C'est une émotion, ça. Plus de dilemmes, plus de mensonges. Savoir où. Et y aller. Quel qu'il soit, ce destin.
    (Océan Mer, p.169, Albin Michel)
  24. [...] on n'est jamais assez loin pour ne pas se trouver [...]
    (Océan Mer, p.171, Albin Michel)
  25. [...] le destin n'est pas une chaîne mais un envol [...]
    (Océan Mer, p.174, Albin Michel)
  26. C'est la musique qui est difficile, voilà la vérité, c'est la musique qui est difficile à trouver, pour se dire ces choses, quand on est si proche l'un de l'autre, la musique et les gestes, pour dissoudre le chagrin, quand il n'y a vraiment plus rien à faire, la juste musique, pour que ce soit une danse, un peu, et non pas un arrachement, de partir, de se laisser glisser loin de l'autre, vers la vie et loin de la vie, étrange pendule de l'âme, salvateur et assassin, si on savait danser cette chose-là, elle ferait moins mal, et c'est pourquoi les amants, tous, cherchent cette musique, à ce moment-là, à l'intérieur des mots, sur la poussière des gestes ; et ils savent que, s'ils en avaient le courage, seul le silence pourrait être cette musique, musique exacte, un vaste silence amoureux, clairière de l'adieu, lac fatigué qui s'écoule enfin dans la paume d'une petite mélodie, connue depuis toujours, à chanter à mi-voix.
    (Océan Mer, p.174, Albin Michel)
  27. [...] il faut toujours semer derrière soi un prétexte pour revenir, quand on part.
    (Océan Mer, p.177, Albin Michel)
  28. [...] parmi toutes les vies possibles, il faut en choisir une à laquelle s'ancrer, pour pouvoir contempler, sereinement, toutes les autres.
    (Océan Mer, p.182, Albin Michel)
  29. On prie
    pour ne pas rester seul
    on prie
    pour tromper l'attente
    que Dieu
    qu'il plaît à Dieu
    de nous entendre.

    (Océan Mer, p.195, Albin Michel)
  30. [...] écrire à quelqu'un est la seule manière de l'attendre sans se faire de mal.
    (Océan Mer, p.224, Albin Michel)
  31. C'est une belle manière de se perdre, que se perdre dans les bras l'un de l'autre.
    (Océan Mer, p.224, Albin Michel)
  32. [La vie] te saute dessus quand tu as l'âme encore tout endormie, et elle t'y fait germer une image, ou une odeur, ou un son qu'ensuite tu ne peux plus ôter de là. Et le bonheur, c'était ça. Tu le découvres après, quand il est trop tard. Quand tu es déjà, pour toujours, un exilé : à des milliers de kilomètres de cette image, de ce son, de cette odeur. À la dérive.
    (Châteaux de la colère, p.28, Points P373)
  33. [...] elle commença à pleurer, de cette manière qui est une manière magnifique, un secret de quelques-uns, ils pleurent seulement avec les yeux, comme des verres remplis à ras bord de tristesse, et impassibles, pendant que cette goutte de trop finit par avoir raison d'eux et glisser par-dessus bord, suivie de milliers d'autres, et ils restent là immobiles, pendant que s'écoule sur eux leur menue défaite.
    (Châteaux de la colère, p.29, Points P373)
  34. [...] écrire une chose c'est la posséder - illusion à laquelle est encline une part non insignifiante de l'humanité.
    (Châteaux de la colère, p.57, Points P373)
  35. Dans l'impossibilité de bénéficier d'un avenir heureux, elle se construisit un passé heureux.
    (Châteaux de la colère, p.60, Points P373)
  36. On donne toujours un nom à ce qui fait peur, raison pour laquelle d'ailleurs, par prudence, les hommes en ont deux.
    (Châteaux de la colère, p.73, Points P373)
  37. [...] lire ce n'est jamais que fixer un point pour ne pas se laisser séduire, et détruire, par la fuite incontrôlable du monde.
    (Châteaux de la colère, p.81, Points P373)
  38. [...] lire est un obscénité bien douce. Qui peut comprendre quelque chose à la douceur s'il n'a jamais penché sa vie, sa vie tout entière, sur la première page d'un livre ? Non, l'unique, la plus douce protection contre toutes les peurs c'est celle-là - un livre qui commence.
    (Châteaux de la colère, p.82, Points P373)
  39. [À propos d'un musicien]
    Il avait trop de notes en lui pour trouver la sienne. C'est difficile à expliquer. Mais c'était comme ça. L'infini l'avait engloutie, cette note, comme la mer peut engloutir une larme.

    (Châteaux de la colère, p.95, Points P373)
  40. [...] ce qu'il y a de beau dans la vie est toujours un secret [...]
    (Châteaux de la colère, p.119, Points P373)
  41. L'idée n'apparut pas clairement à tout le monde, mais chacun acquiesça avec beaucoup d'éducation.
    (Châteaux de la colère, p.135, Points P373)
  42. [...] chacun [...] hurlant ceci ou cela qu'importe, pour le plaisir, après, d'avoir hurlé.
    (Châteaux de la colère, p.144, Points P373)
  43. Il était sans défense contre l'étonnement.
    (Châteaux de la colère, p.145, Points P373)
  44. Démons. Anges ayant mal tourné. Mais très beaux.
    (Châteaux de la colère, p.148, Points P373)
  45. L'angoisse lui descendit dans l'âme comme une gorgée d'eau-de-vie dans la gorge... il devint fou d'un seul coup... tandis que d'autres c'est par petits bouts...
    (Châteaux de la colère, p.150, Points P373)
  46. [Un homme au chevet de son ami en train de mourir.]
    Ils restèrent là, à se parler en silence, durant un temps infini.

    (Châteaux de la colère, p.169, Points P373)
  47. Le destin donne d'étranges rendez-vous.
    (Châteaux de la colère, p.175, Points P373)
  48. Mais des navires sont venus s'échouer dans les endroits les plus absurdes. Une vie peut bien elle aussi venir s'échouer sur un visage quelconque.
    (Châteaux de la colère, p.176, Points P373)
  49. La toile d'araignée qu'était son âme pouvait à nouveau servir de piège pour ces étranges mouches que sont les idées.
    (Châteaux de la colère, p.181, Points P373)
  50. Il est des gestes qui trouvent une justification bien des années plus tard : le bon sens posthume.
    (Châteaux de la colère, p.185, Points P373)
  51. [Les fils] naissent avec en eux ce que la vie, chez les pères, a laissé à moitié.
    (Châteaux de la colère, p.189, Points P373)
  52. [...] ils se tiennent là, appuyés sur eux-mêmes, sans rien d'autre à faire, pour un instant encore, qu'être eux-mêmes - tâche immense - cruel, merveilleux devoir.
    (Châteaux de la colère, p.214, Points P373)
  53. [...] là où la vie brûle, la mort vraiment n'est rien [...]
    (Châteaux de la colère, p.227, Points P373)
  54. Être là, c'est déjà un geste.
    (Châteaux de la colère, p.241, Points P373)
  55. Chacun a le monde qu'il mérite.
    (Châteaux de la colère, p.259, Points P373)
  56. Il y a une dignité immense, chez les gens, quand ils portent leurs propres peurs sur eux, sans tricher, comme des médailles de leur médiocrité.
    (Châteaux de la colère, p.260, Points P373)
  57. Des choses arrivent qui sont comme des questions. Une minute se passe, ou bien des années, puis la vie répond.
    (Châteaux de la colère, p.261, Points P373)
  58. On aurait dit un homme vêtu du néant.
    (Châteaux de la colère, p.279, Points P373)
  59. Quelquefois, hasarder des réponses est seulement une manière d'éclaircir pour soi-même des questions.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.9, Albin Michel 1998)
  60. L'aphorisme, même quand il se présente sous la forme d'un jugement définitif et péremptoire, ne fait pas autre chose qu'inaugurer la réflexion : jamais la conclure.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.11, Albin Michel 1998)
  61. Aucune oeuvre d'art n'est assez forte pour survivre à la surdité de ceux qui l'écoutent.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.43, Albin Michel 1998)
  62. La liberté de l'interprétation réside dans le fait qu'il lui faut inventer quelque chose qui n'existe pas : ce texte-là dans cette époque-ci. En fin de compte, ce n'est plus l'interprète qui est libre : c'est l'oeuvre qui, à travers le geste de l'interprétation, se libère. Se libère de cette identité dans laquelle la tradition l'avait figée. Devient libre de se réinventer suivant les dynamiques de l'époque nouvelle qu'elle rencontre. L'interprète est l'instrument, non le sujet, de cette liberté.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.55, Albin Michel 1998)
  63. La musique contemporaine est le prix ennuyeux auquel on achète au présent un visa pour le passé.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.70, Albin Michel 1998)
  64. [...] les gens ont peur de leur propre époque mais en même temps ils la désirent, et ne veulent pas en être dépossédés.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.104, Albin Michel 1998)
  65. [...] le néant d'une chanson commerciale.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.105, Albin Michel 1998)
  66. L'histoire de la musique est d'abord et avant tout l'histoire d'une recherche sans fin de spectaculaire. L'émotion et la surprise : pas une seule marche, dans l'aventure de la musique cultivée, qui n'ait été gravie dans le but de créer d'abord ces deux sortilèges.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.144, Albin Michel 1998)
  67. Vivre la modernité et lui résister. La construire et non pas simplement la consommer.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.146, Albin Michel 1998)
  68. Les oeuvres d'art ne se font pas. Elles adviennent.
    (L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, p.147, Albin Michel 1998)
  69. Il faisait partie de ces gens qui sucent la branche de leurs lunettes.
    (City, p.15, Albin Michel 2000)
  70. [...] il y a toujours quelque chose de bon même chez le pire des pères [...].
    (City, p.21, Albin Michel 2000)
  71. [...] ce n'est pas la même chose d'entendre quelqu'un rester muet et d'entendre un muet se taire. C'est un silence différent.
    (City, p.33, Albin Michel 2000)
  72. Il soutenait que l'univers était " un match joué sans arbitre " mais à sa manière croyait en Dieu : " C'est un juge de touche qui laisse passer tous les hors-jeu. "
    (City, p.38, Albin Michel 2000)
  73. [...] pour apprendre à boxer il suffit d'une nuit. [...] il faut une vie entière pour apprendre à combattre.
    (City, p.77, Albin Michel 2000)
  74. Rien ne peut devenir aussi insignifiant que ce à côté de quoi l'on se réveille chaque matin de son existence.
    (City, p.106, Albin Michel 2000)
  75. Mais c'est un élément constitutif du génie que cette obstination sans limites qui le pousse à poursuivre ses propres objectifs avec un souci hypertrophié de perfection.
    (City, p.107, Albin Michel 2000)
  76. Car c'est exactement ainsi qu'apparaît la position destinale de l'homme : être face au monde, avec soi-même dans le dos.
    (City, p.172, Albin Michel 2000)
  77. Des fois les gens se punissent pour des choses qu'ils ne savent même pas, comme ça, pour le goût de se punir... ils décident de se punir...
    (City, p.184, Albin Michel 2000)
  78. Tout serait plus simple si on ne t'avait pas inculqué cette histoire d'arriver quelque part, si seulement on t'avait appris, plutôt, à être heureux, en restant immobile. Toutes ces histoires à propos de ton propre chemin. Trouver ton chemin. Suivre son chemin. Alors que si ça se trouve on est fait pour vivre sur une place, ou dans un jardin public, là sans bouger, à faire que la vie passe, si ça se trouve on est un carrefour, le monde a besoin qu'on reste là sans bouger, ce serait une catastrophe si on s'en allait, à un moment donné, suivre notre route, mais quelle route ? les autres sont des routes, moi je suis une place, je ne mène à aucun endroit, je suis un endroit.
    (City, p.209, Albin Michel 2000)
  79. [...] tu ne trouveras jamais rien de plus sauvage ni de plus primitif que deux intellectuels se livrant un duel. Ni rien de plus malhonnête.
    (City, p.224, Albin Michel 2000)
  80. [...] l'idée même d'honnêteté intellectuelle est un oxymore.
    (City, p.237, Albin Michel 2000)
  81. [...] les médiocres ne savent pas qu'ils sont médiocres, c'est ça leur problème, parce qu'ils sont médiocres il leur manque l'imagination pour penser que quelqu'un peut être meilleur qu'eux, alors si quelqu'un l'est effectivement c'est qu'il a quelque chose qui ne va pas, c'est qu'il a triché quelque part, ou finalement c'est un fou qui s'imagine être meilleur qu'eux, donc c'est un prétentieux, comme ils vont sûrement te le faire comprendre très vite et avec des systèmes pas vraiment agréables, et même avec cruauté, des fois, ça c'est typique des médiocres, être cruels, la cruauté c'est la vertu par excellence des médiocres, ils ont besoin d'exercer leur cruauté, un exercice pour lequel il n'est pas nécessaire d'avoir la moindre intelligence, et ça les aide, évidemment, ça leur rend l'opération facile, ça les fait exceller, si on peut dire, dans cette opération d'être cruels, chaque fois qu'ils le peuvent, c'est-à-dire souvent, plus souvent que tu ne t'y attendras [...].
    (City, p.246, Albin Michel 2000)
  82. La Grèce était pleine de Grecs qui n'y sont pas, dans Homère, de même que le monde est plein de gens qui ne sont pas prévus dans les films d'Hollywood. Homère, c'est la culture des vainqueurs, du plus grand nombre, de ceux qui avaient réussi. Il faut vous faire une raison : Homère, c'était les Américains.
    (Next, p.63, Albin Michel, 2002)
  83. Je ne crois pas que, s'il y a une « bonne » globalisation, elle peut être réalisée par des têtes qui s'en vont détruire les McDonald's ou qui ne voient que des films français. Ce à quoi je pense, c'est autre chose. Je pense à des gens convaincus que la globalisation, telle qu'on est en train de nous la vendre, n'est pas un rêve erroné : c'est une rêve petit. Arrêté. Bloqué. C'est un rêve en gris, parce qu'il sort directement de l'imaginaire des chefs d'entreprise et des banquiers. En un certain sens, il s'agirait de commencer à rêver à ce rêve à leur place : et à le réaliser. C'est une question d'imagination, de ténacité et de colère. C'est peut-être cela, la tâche qui nous attend.
    (Next, p.69, Albin Michel, 2002)
  84. [...] les choses ne sont plus ce qu'elles sont mais ce qu'elles génèrent.
    (Next, p.74, Albin Michel, 2002)
  85. Se demander si les choses sont vraies avant de se demander ce que nous en pensons est un exercice qui finit par paraître ingénu, tant il est passé de mode.
    (Next, p.77, Albin Michel, 2002)
  86. [La République de Platon] est un genre de pamphlet contre Hollywood.
    (Next, p.101, Albin Michel, 2002)
  87. Nous avons bouleversé la terre d'une manière si violente que nous avons réveillé la férocité des enfants.
    (Sans sang, p.69, Albin Michel, 2003)
  88. On a beau s'efforcer de vivre une seule vie, les autres verront mille autres vies dedans, et c'est pour ça qu'on n'arrive pas à éviter de se faire du mal.
    (Sans sang, p.87, Albin Michel, 2003)
Accueil
Derniers ajouts
Recherche par mots-clés
Historique des modifications
Qui suis-je ?
Foire aux questions
Jeux littéraires
Références moléculaires
Références virtuelles
Loi du retour
Bibliopathie
Incipit
Parcourez ces pages au son de la Pavane pour une infante défunte de Ravel

Actualisé le 29 septembre 2013

Plus de 520000 visites de septembre 95 à mai 2002 Depuis le 26 mai 2002
Pour une meilleure appréciation du site, je vous invite à utiliser une version plus récente d'un navigateur. Je vous suggère particulièrement Mozilla (www.mozilla.org) qui est libre. C'est une façon active et positive de promouvoir la liberté sur le net que d'utiliser ce puissant navigateur. Merci !