[...] lire est une obscénité bien douce. Qui peut comprendre quelque chose à la douceur s'il n'a jamais penché sa vie, sa vie tout entière, sur la première page d'un livre ? Non, l'unique, la plus douce protection contre toutes les peurs c'est celle-là - un livre qui commence. (A. Baricco, Châteaux de la colère, trad. Françoise Brun, p.82, Points P373)

Gilles G. Jobin
Buckingham, QC, Canada
Dernière mise à jour : 13 février 2008
Au fil de mes lectures
Épigraphe

Les contributeurs
Gaby Charron | Sébastien Clerc | Emilie Buchon | Christophe Pierard | Emilie Oléron
Daniel Tremblay | Christine Daffe | Benoît Rayneau | Erika Menu | Noa Boros
François Lazar | Benoît Clarat | François Direz | Bernard Paillard | Mariane Dalpé
Pierrette Denault | Philippe de Ladebat | Laurent Bohu | Christine Écuyer | Dominique Giraudet
Grégory Haleux | Julia Lobel | Florence Jaffry-Lardeux | Guy Vallières | Céline Brun-Picard | Fabien Caroulle
Jean-Claude Lyvinec | Bernard Keppenne | Agnès Kipper | Natacha Denis | Karine Villeneuve-Plouffe
Aggoun Ahcene | Benoît Chanut | Fabrice Costa | José Perez | Erica Freiberg
Michel Boustani | Naomi Lipson | Farida Belabbas | Stéphane Tufféry | Jean-Pierre Mora | Philippe Grandjean
Geneviève Bolduc | Ali Zebra | Max Ferri | Irène Jullien | Philippe Bisson | Jacques Ibanès
Michel Le Boulch | Michel Baraër | Romain Jalabert | Alger Ekoungoun | Pierre Josserand
Marie-Caroline Guilloteau | Sabine Lancelin | Thekla Christoforou | Marko Roy
Franck Nicholls | Ojo Brems | Mahmood Massoodi | Hugo Duguay
Monique Hawelka | Sandra Desureault | Antoine Cibirski | Marion Mikolajewski
Vanessa Bonnefont | Bénédicte Guilmot | Johann Garillon | Simon Chalifoux
Benoît St-Pierre | Axelle Pain | Françoise Acezat | Joël Perino
Luc Henri | Noémi Bromberg | Radi | Richard Evain

Pour contribuer à cette collection
Lire les cinq dernières contributions | Lire trois incipit choisis aléatoirement

(in-si-pit). n. m. invar. (1887, LITTRÉ  mot lat., 3e pers. sing. indic. de incipere, « commencer »). Se dit des premiers mots d'un manuscrit, d'un livre...
[Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Tome Troisième, 1963. Paul Robert, p.687]

La collection répertorie actuellement
765 œuvres de 435 auteurs

Cauwelaert Cauwelaert Didier Van
La demi-pensionnaire
 albin Michel
Ma deuxième vie a commencé un lundi matin, à neuf heures et demie. Je venais de m’asseoir à mon bureau, et de croiser les mains d’un air dispos derrière la petite pancarte qui définit mon rôle au sein de la société. Le mois dernier, c’était mon nom qui figurait encore sur le rectangle de plastique marron glacé. Au retour des vacances de la Toussaint, je l’avais trouvé remplacé par la mention « Renseignements ». C’est moins flatteur, mais plus pratique. Cela dit, malgré mon retour à l’anonymat, je demeure le personnage central du service des Déclarations. Je réceptionne, j’aiguille, je conseille ou j’éconduis. Beaucoup de gens croient qu’il suffit de venir se présenter à la Sociétés des auteurs, compositeurs, éditeurs de musique avec une cassette ou trois couplets sur une feuille pour devenir sociétaire. C’est un peu plus compliqué. Mais je suis très patient. Auparavant, j’étais serveur chez McDo. L’employé du mois, c’était moi. Chaque mois. Fidèle à mon image format poster dans le cadre en pin au-dessus de la poubelle marquée « Merci », j’étais ponctuel, aimable et propre. Je n’ai pas changé. Simplement, je porte les cheveux plus longs et je sens moins la frite.


Jean D'Ormesson
La Douane de mer
 Folio n.2801
Je meurs%%
Le 26 juin, un peu avant midi, il m'est arrivé quelque chose que je n'oublierai plus: je suis mort. La vie est injuste. La mort aussi. J'ai eu de la chance. Tout s'est passé assez vite. Le coeur a lâché. J'aurais pu me blesser. Pas du tout. Je suis tombé d'un seul coup, sans la moindre égratignure, dans les bras de Marie, devant la Douane de mer d'où la vue est si belle sur le palais des Doges et sur le haut campanile de San Giorgio Maggiore. J'avais essayé plus d'une fois de donner à l'un de mes livres le titre de %%La Douane de mer. On ne fait pas toujours ce qu'on veut. La Douane de mer s'est refusée à entrer dans ma vie. Elle est entrée dans ma mort.
L'être avec qui on meurt est aussi important que l'être de qui on naît. J'étais content de mourir devant la Douane de mer. J'étais content surtout de mourir auprès de Marie. J'avais été un vivant dans les bras de Marie. C'est aussi dans ses bras que je suis devenu un mort. Elle est restée longtemps avec moi au pied de la Douane de mer et j'avais, comme avant, ma tête sur ses genoux. Des larmes coulaient de ses yeux que j'avais tant aimés parce qu'ils étaient très bleus. Je ne bougeais pas. Je ne disais rien. Je n'ai jamais dit grand-chose. Je ne disais plus rien du tout. Elle baisait mes lèvres sans vie qui ne répondaient plus et elle pleurait en silence. Moi, je n'étais plus nulle part - ou peut-être déjà partout.


Aristote
Poétique
Trad. Odette Bellevenue et Séverine AuffretMille et une Nuits
Voulant traiter de l’art poétique en lui-même, de ses genres divers et des effets de chacun d’eux en particulier, de la manière dont il faut composer les histoires pour réussir une belle oeuvre poétique, sans rien oublier de ce qui concerne le nombre et la nature des éléments qui forment cet art, on suivra le mouvement de la nature en procédant par le commencement.
L'épopée, la poésie tragique, la comédie, le dithyrambe, et en grande partie le jeu de la flûte et de la cithare, tous ces arts, d'une manière générale, sont des imitations.
Ces imitations diffèrent les unes des autres par trois aspects : elles imitent, soit des objets différents, soit par des moyens différents, soit par des manières différentes.