Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

dimanche 29 septembre 2013

2013.39

Cynique n. Grossier personnage dont la vision déformée voit les choses comme elles sont, et non comme elles devraient être. De là l'ancienne coutume scythe d'arracher les yeux d'un cynique pour améliorer sa perspective.
A. Bierce

Autant la tolérance est aisée à l'indifférent et au cynique, autant elle est difficile à celui qui possède une conviction. La tolérance comporte la souffrance, la souffrance de tolérer l'expression d'idées révoltantes sans se révolter.
Edgar Morin



Si j'étais journaliste

J'ai entendu F. Gendron, apparemment outré, devant la caméra : «Allez-y, demandez-y à C. St-Pierre, ce qu'elle a fait quand elle était (bla-bla-bla).».

Un journaliste ne doit-il pas poser à M. Gendron une question du genre :

- Voulez-vous dire que les comportements de cette ancienne ministre justifie les comportements actuels de votre gouvernement ?

Le travail d'un journaliste ne serait-il pas de mettre en lumière «on the spot» les sophismes de nos politiciens ?

Faire de la politique «autrement»

Ce n'est pas parce qu'on a l'impression de faire de la politique «autrement» que c'est ce qui se passe dans la réalité. La sortie de M. Duchesneau et sa CAQ en sont un bel exemple.

Je ne suis plus capable d'entendre des arguments du genre : «Les autres sont des pas bons. Votez pour moi, ce sera beaucoup mieux.» C'est nous prendre pour des cruches.

Et puis, quand j'entends les «cheap shots» des hommes politiques, je me dis que faire de la politique contribue certainement à diminuer leur intelligence.

Lancement de la course aux élections municipales

tête de politicien
coup de vent
la pancarte louche

La conduite des femmes


Du grand n'importe quoi : Driving affects ovary and pelvis, Saudi sheikh warns women.

Imageries


Trouvé sur le Google+ de
Paolo Massimiliano Paolella


Échecs

Jobin – Guimond : Analyse de ma défaite (encore !) de mardi soir dernier. C'est sur Matoutaouais.

* * *

Mon projet de bénévolat dans les écoles de Buckingham commence bientôt. J'ai reçu les jeux et les horloges ; je rencontre les responsables dans les écoles cette semaine.

* * *

Il est vraiment difficile de bien penser aux échecs. Magnus Carlsen donne un indice d'un processus possible. (C'est en anglais.)

Du Stop Motion en IPad

J'adore entendre les enfants sur leurs productions.

J'admire Julia pour au moins deux raisons : Elle laisse les enfants créer. Et elle prend le temps de partager sur Internet.



dimanche 22 septembre 2013

2013.38

La feuille morte
doucement se pose,
caressant la pierre tombale.
Ransetsou (1654–1707)


Ce serait cool si (Dieu/Allah/Vishnu/etc) faisait une apparition pendant les débats à l'Assemblée nationale. Ça règlerait bien des choses...

Ça me fait penser à ce petit paragraphe dans la page de Jean-Pascal :

On peut y croire ou pas, ce qui est certain c'est que Dieu est absolument silencieux. Si on regarde ce qui se passe effectivement, il devient évident que Dieu est, en plus, absolument absent (en tout cas, s'il est présent, il est invisible et non agissant). Ça, c'est juste la réalité.

* * *


«Teaching is not about information. It’s about having an honest intellectual relationship with your students. It requires no method, no tools, and no training. Just the ability to be real. And if you can’t be real, then you have no right to inflict yourself upon innocent children.
In particular, you can’t teach teaching. Schools of education are a complete crock. Oh, you can take classes in early childhood development and whatnot, and you can be trained to use a blackboard “effectively” and to prepare an organized “lesson plan” (which, by the way, insures that your lesson will be planned, and therefore false), but you will never be a real teacher if you are unwilling to be a real person. Teaching means openness and honesty, an ability to share excitement, and a love of learning. Without these, all the education degrees in the world won’t help you, and with them they are completely unnecessary.»
Paul Lockhart (A Mathematician's Lament, p.46, Bellevue literacy press, 2009)

* * *

Le nationalisme est la culture de l'inculte, la religion de l'esprit de clocher et un rideau de fumée derrière lequel nichent le préjugé, la violence et souvent le racisme.
Mario Vargas Llosa, Les enjeux de la liberté, (trad. Albert Bensoussan), éd. Gallimard, 1997, p. 70.

* * *

Think of it this way: you can appreciate art without acquiring the ability to paint, or enjoy a symphony without being able to read music. Math also deserves to be enjoyed for its own sake, without being constantly subjected to the question, “When will I use this?”
MANIL SURI Réf.

* * *

Les politiciens sont de plus en plus méprisables. Cette semaine, Philippe Couillard qui (cache/cache pas) des informations dont, de toute évidence, il a honte. Il a même demandé aux avocats de son parti de s'opposer à la prise de connaissance du contenu du mandat de perquisition. Vive la transparence !

Et puis, il y a Mme Maltais qui (innocente !) nous annonce qu'elle ne fait aucune ingérence politique en nommant 4 membres pro charte sur le CA du Conseil du statut de la femme.

Il ne faut pas oublier le chef de l'Église catholique, le pape François qui ouvre la porte du confessionnal aux homosexuels et aux divorcés. Une manière de mettre une ou deux gouttes d'eau dans son vin de messe.

Je n'en démords pas : les politiciens sont d'une médiocrité affligeante. Oui, je mets tout le monde dans le même paquet, parce qu'aucun d'entre eux ne vient dire devant la caméra que le comportement de leurs collègues les écœure au plus haut point. C'est connu : dans un parti politique, l'auto-critique - celle qui fait avancer la compréhension publique - n'est jamais bienvenue.


* * *

Depuis vendredi 20 septembre, officiellement, je suis à la retraite. Mais je continue de travailler deux jours par semaine comme consultant.

* * *

J'ai encore perdu ma partie d'échecs mardi soir. J'avais une partie archi gagnante ayant même raté, à un moment donné, un gain forcé en deux coups. Saurez-vous le voir ?

Les Blancs jouent et gagnent.



* * *




* * *


Billet en anglais : Comment tomber en amour avec les maths. (New York Times)

* * *


J'ai dépassé les 2000 billets sur mes Jobineries. J'en suis bien fier de ce blogue.

* * *

lundi 16 septembre 2013

2013.37

Charte... bof !

La religion institutionnelle (peu importe laquelle) c'est du poison. Mais qu'un type porte un symbole nous signifiant qu'il croit à Dieu, à Vishnou ou au Père Noël, moi, je n'ai rien contre. L'important est qu'il me foute la paix avec sa croyance et qu'il me rende le service auquel j'ai droit.

D'un fonctionnaire, je ne désire pas L'APPARENCE d'impartialité. Je désire un bon service! Et je me fous qu'il croit à Dieu ou au Père Noël.

Citations

»Les vaincus doivent se taire. Comme les graines.» St-Exupéry

«Pouvoir, vouloir, savoir. Les trois leviers.» - V. Hugo

«L'hindouisme la religion aux 33 millions de dieux !» Le Dieu chrétien, c'est du 3 en un... Il nous en manque pas mal...

Le problème avec les gens religieux, c'est qu'ils croient avoir la vérité; donc leur respect pour les autres croyances, c'est du fake.

Les hommes ont créé x dieux où x>10000. Un monothéiste ne croit pas en (x-1) dieux. La différence avec un athée n'est pas grande!

Nous promettant le Paradis à la fin de nos jours (si on est gentil), Jésus est une espèce de Père Noël de la mort.

Le problème avec les gens religieux, c'est qu'ils ne tolèrent pas qu'on critique leur religion. Ils appellent ça «manquer de respect.»

« J’ai été enfant de choeur et militant socialiste. C'est dire si j'ai entendu des conneries. » Michel Audiard

« La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées. » Victor Hugo

Échecs

Ah ! J'ai perdu ma première partie du Tournoi des Bénévoles. Pendant les 13 premièrs coups, mon Cavalier b8 est passé en g8 ! Allez sur Matoutaouais pour la rejouer.


En fin de semaine, j'ai montré les règles du jeu à ma p'tite Aurélie Marilise. 5 ans et demi est un bel âge pour apprendre à jouer.

Matou

J'ai créé, dans les années 80, la revue Matou. J'ai été bien content de trouver qu'elle était répertoriée dans l'excellent Chess Periodicals de l'archiviste Italien Gino Di Felice.

En passant, tous les numéros sont disponibles gratuitement sur Matoutaouais.

Lockhart

Paul Lockhart est un très grand pédagogue. A mathematician's lament représente tout ce que je pense de l'enseignement des maths. Je vais commander son Measurement.



dimanche 8 septembre 2013

2013.36

Pennac au cinéma

La bande-annonce d'Au bonheur des ogres de Nicolas Bary, d'après l'oeuvre de Daniel Pennac.



Les fameux parents

Encore une étude universitaire qui ne servira pas à grand chose.

Pour aider les relations école-parents, c'est assez simple.

1- Qu'en formation initiale, tous les futurs enseignants soient sérieusement initiés aux difficultés d'apprentissages.
2- Qu'en formation initiale, tous les futurs enseignants soient sérieusement initiés à l'art de communiquer diplomatiquement avec les parents lorsque vient le temps de leur suggérer de consulter un spécialiste pour leur enfant. Il est bien important de comprendre qu'un enseignant n'a pas l'autorité ni la compétence pour poser un diagnostic.
3- Que l'école cesse de donner des devoirs aux enfants.
4- Que l'école cesse de trier les élèves sur la base d'examens ridicules. Les parents d'enfants qui ont de la misère à l'école n'ont pas besoin de ça !
5- Que l'école qui a de la misère avec le comportement de certains enfants n'hésite pas à appeler le parent pour qu'il vienne chercher le petit à l'école. Je crois que si un enfant a un comportement indésirable, c'est aux parents à régler ça. L'école doit éduquer les enfants, mais c'est le rôle des parents de les élever. Un enfant qui ne sait pas vivre doit retourner chez lui pour qu'il l'apprenne.
6- L'école doit prendre ses responsabilités : qualifier, socialiser et instruire. Mais elle doit aussi faire comprendre aux parents qu'elle n'a pas à se substituer à eux en ce qui concerne la bonne éducation de leur enfant.
7- Que l'école soit prête à offrir des ressources et de l'aide aux parents qui volontairement en demandent.

Les échecs, le talent et la musique

C'était l'ouverture de la saison au Cercle d'Échecs de Hull. Pour l'occasion, le maître international Deen Hergott nous a offert une simultanée. 19 joueurs participaient. Le Maître a gagné 15 parties, perdu 2 et a fait deux nulles dont une contre moi. J'en suis bien heureux.


Jobin, Gilles G. - Deen Hergott
Simultanée, Gatineau, 2013.09.03
(Un grand merci au superbe script PGN-VIEWER trouvé sur Chess Tempo.)

«La ministre déléguée à la réussite éducative a tenu à rappeler que le jeu d'échecs permet "d'installer un environnement favorable à l'apprentissage. Il contribue au développement des attitudes et des aptitudes intellectuelles propices à l'émancipation intellectuelle, fondamentale à chaque enfant".» (Source)


Jolie pub de 8 minutes présentant les protagonistes au futur Championnat du Monde.


Bien sûr qu'il y a un lien entre l'intelligence et bien jouer aux échecs.
Mais le talent, le talent... qu'est-ce exactement ? Comment le définir ? Pour ma part, je pense que pour devenir assez bon à peu importe quoi, il suffit de deux choses : de la motivation intrinsèque (c'est-à-dire la volonté d'apprendre) et ressentir du plaisir pendant qu'on apprend.

Pour tester ma théorie sur vous-même, je vous suggère l'expérience suivante :

1 - Procurez-vous une flûte à bec ;
2 - Choisissez une partition assez simple genre Greensleaves ;
3 - Donnez-vous 20 heures d'apprentissage (par exemple, pour apprendre à lire la feuille de musique, apprendre à poser vos doigts sur la flûte, etc.) et 20 heures pour pratiquer le morceau musical ;
4 - Observez-vous en train d'apprendre et notez ces observations sur un carnet (votre portfolio d'apprentissage) au regard des deux conditions émises plus haut.

Je vous suggère de faire cette expérience avec d'autres personnes. Vous verrez ainsi que certains jouent beaucoup mieux la pièce (pour un même investissement de temps), mais que TOUS la joueront d'une manière (auto)satisfaisante. Et oui ! certains apprennent la musique plus facilement que d'autres, mais tout le monde peut développer une certaine compétence !

Ah, le PQ !

Le gouvernement Marois songe à baisser le salaire des profs de Cegep. Je ne comprends pas qu'un enseignant puisse encore voter PQ. On ne se rappelle donc pas qu'en 1983, René Lévesque avait traîné tout le corps enseignant dans la merde ? Les dommages causés par ce dénigrement sont encore bien présents aujourd'hui !

Lectures

Je lis (dévore?) le pavé de Roberto Bolaño intitulé 2666. Une merveille.

Et je poursuis toujours ma lecture des Contradictions de Charles Régismanset. Deux petits extraits :

Rien de plus pénible que le mécontentement de soi avéré, sans excuse valable, sans recours possible contre un tiers. J'ai vu jadis, au cirque, un clown prestidigitateur qui illustrait assez bien cela : quand, par hasard, il avait raté un de ses tours, il se faisait punir par un compère qui lui administrait une formidable gifle. Est-il un seul de nos hommes d'État qui accepterait pareille sanction ? Il faudrait écrire un Éloge du Cirque, refuge de la vertu ! (p. 93)

Dans un salon, un jour, quelqu'un pose cette question :
« Un mari confiant est-il moins trompé qu'un mari soupçonneux et jaloux ? »
À quoi une jolie femme de l'assistance de déclarer :
« Une femme qui a bien envie de tromper son mari ne s'occupe pas de ces détails ! »
(p. 191)


lundi 2 septembre 2013

2103.33.34.35


Le Chaos qui inspire.


Antifragilité

Thierry Crouzet a débranché de l'écriture pendant un mois.

Chez lui, c'est un événement. En est-ce un chez la plupart des gens ? Qui « écrit » ? Évidemment, avec la planète sur Facebook, je suppose qu'on passe difficilement un mois sans envoyer un petit «j'aime» ou encore un «Bonne fête !» qui s'ajoutera à une liste interminable de bons souhaits.

Pourtant.

Pourtant, j'ai l'impression que l'écriture demeure un lieu de souffrance chez la majorité des gens.


Retraite.

Ma retraite se passera en douceur, ayant eu un petit contrat de 2 jours par semaine comme consultant pour un petit bout de temps.

Linux et Kat à Hudson

 

Avec Marie et nos deux lévriers, nous avons passé un petit moment au kiosque de SOS Lévrier Québec au marché Finnigan de Hudson.
Les lévriers sont de merveilleuses bêtes. Pensez à en adopter un si vous aimez les chiens «low energy».

Bénévolat

Le budget demandé pour mon projet « Réussir avec les échecs » a été amputé de plus de 50 %. Cela ne m'empêchera pas de continuer, mais c'est tout de même un peu triste. Heureusement, la Ligue d'échecs de l'Outaouais m'accorde son appui.

Les enseignants: des professionnels qu’on ignore.

À moins d'un lien qui m'y envoie, je ne lis pas les blogueurs anonymes.

J'ai cependant lu le billet cité en titre chez le Prof Masqué.
Les enseignants du niveau secondaire ne sont pas .... « faciles ». Dans son billet, l'auteur mentionne qu'ils ne sont pas consultés avant la prise d'une décision. Comme ils sont les premiers intervenants, ils devraient avoir leur mot à dire...

Ouais...

J'ai fait affaire avec plusieurs groupes d'enseignants. Et j'avoue que l'accueil accordé aux conseillers pédagogiques au secondaire est... glacial. Tellement que, dans mon cas, j'ai totalement abdiqué de rencontrer les profs en groupe : on dirait que lorsqu'on les rassemble à plus de 10 dans une formation, leur QI baisse dramatiquement. J'ai donc travaillé avec des personnes ; et là, c'était vraiment agréable.

Je me rappelle un moment plutôt pénible. C'était dans une formation sur le «nouveau» programme de mathématiques. Je voulais consulter les enseignants sur les besoins en formation et aussi sur comment ils voyaient cette implantation et leurs souhaits par rapport à une possible collaboration avec les services pédagogiques.

Dans le coin inférieur gauche, un prof d'expérience de sec. V m'a lancé.

- Gilles, té ben gentil, mais cé pas d'ça qu'on a besoin. Donne-moi les infos sur les examens de fin d'année ; pour le reste, j'vais m'arranger.

Dans la salle, plusieurs avaient des sourires en coin.

La Réforme au secondaire est un échec lamentable. Et il est certain que les services pédagogiques de nos CS en sont en très grande partie responsables. Mais il n'en demeure pas moins que travailler avec les gens qui se prennent pour le nombril du monde, c'est pas facile. Professionnels ou pas.

Quant à l'objet du billet en question, j'en aurais long à dire. Je me contenterai de souligner que plusieurs enseignants du secondaire (surtout des niveaux IV et V) aiment bien leur rôle d'évaluateur. Pour certains, trier les élèves en se basant sur des notes leur donne une impression de puissance. Enlevez-leur ce pouvoir, et plusieurs ne sauraient pas «motiver» les élèves ; car enseigner des connaissances (oublier les compétences !) ne sert que s'il y a des examens.

Un jour, peut-être, aurons-nous le culot de dire :

«Cher ministère de l'Éducation, vos examens, mettez-vous-les à quelque part. Nous travaillons pour que nos élèves apprennent ; on ne trie pas  ! »

Échecs

La saison reprend le 3 septembre par une simultanée du MI Deen Hergott.

J'ai par ailleurs participé à un petit tournoi blitz à Aylmer.

J'ai aussi suivi assez assidûment l'extraordinaire Coupe du Monde.

Sciences : briser des mythes



Chétienneries de 1915

- Nous ne croyons pas, dit le pape Benoît XV, que la paix ait quitté le monde sans l'assentiment divin. Dieu permet que les nations qui avaient placé toutes leurs pensées dans les choses de cette terre se punissent les unes les autres par des carnages mutuels du mépris et de la négligence avec lesquels elles l'ont traité....
- Le malheur national, vaticina Paul Bouget, est une expiation de nos péchés. Il y a un sens à ce cataclysme et toutes les religions sont unanimes à reconnaître dans le malheur national une expiation... Il faut organiser des prières publiques pour apaiser la colère de Dieu !
Charles Régismanset, Contradictions, G. Doin et Cie, 1937

Twitteries

Plus capable de lire «amener un changement de pratique». C'est tellement condescendant ! (25 août)

Qu'attend donc le système d'éducation pour effectuer un saut quanTIC? Je suppose qu'il ne sait pas ouvrir un parachute. (24 août)

Mon p'tit fils entre en 4e année. Touchera-t-il un ordi plus d'1 fois en 2-3 semaines? J'en doute... Au secondaire, c'est pire ! (24 août)

Mon souhait pour la rentrée : que tous les enfants aient un accès permanent (et non pas anecdotiquement) aux TIC pour apprendre. (24 août)
Ce souhait, bien sûr, ne se réalisera pas. Trop d'intervenants croient encore que les petits pas font avancer. Mais c'est un saut qu'il faut. (24 août)

Qu'un enseignant apprenne ou non les rouages de la techno, je m'en fous. 1/2
Mais qu'un élève n'apprenne pas à apprendre avec la technologie, ça je trouve ça grave. 2/2 (19 août)

Prière pour la rentrée

Ministère de l'Éducation qui êtes à Québec
Restez-y
Et nous nous resterons à l'école
Qui est quelquefois si jolie.