Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

dimanche 28 mai 2006

Encore Mankell

La lecture d'un bon polar fait toujours du bien. Le retour du professeur de danse d'Henning Mankell vient tout juste de paraître en français et, comme pour tous ses livres, je m'y suis précipité.

Les connaisseurs de cet auteur suédois savent qu'il a publié une série dont le héros est le commissaire Wallender. Mais ici, point de Wallender : on y trouve plutôt le commissaire Stefan Lindman, 37 ans, à qui on annonce qu'il est atteint d'un cancer de la langue. Au même moment, il apprend qu'un de ses anciens collègues de travail, à la retraite depuis une dizaine d'années, a été sauvagement assassiné.

Évidemment, un polar, c'est d'abord pour se détendre. Mais Mankell a l'art de confectionner des personnages solides et crédibles. Et quelques questions sont intéressantes : comment réagir lorsqu'on se sait atteint d'un cancer ? L'étonnement qu'on peut ressentir quant, après avoir travaillé pendant des années avec un collègue, on se rend compte qu'on ne le connaissait pas du tout ? Mankell explore la collaboration de la Suède durant la Seconde Guerre mondiale. Et, plus actuel, de l'expansion des réseaux néo-nazis.

Si nous n'avez jamais lu de Mankell, c'est là une excellente introduction à son style et sa méthode. Vous ne serez pas déçu et vous aurez passé un bon moment. Si vous êtes déjà fan, je n'ai pas à vous convaincre : ce livre vous plaira certainement.

Dernier détail, sans doute insignifiant, mais qui a attiré mon attention. Tous les personnages se tutoient : même quand un policier interroge pour la première fois un personnage, il le tutoie. La réceptionniste de l'hôtel tutoie les clients, etc. La traductrice du livre est Anna Gibson. Elle a déjà traduit plusieurs de ses bouquins et, après vérification parmi ceux-ci, il semble bien que c'est la première fois qu'elle ait pris ce partie. Je ne connais évidemment rien au suédois, mais je me demande si c'est vraiment son choix, comme traductrice, de procéder ainsi où si c'est Mankell qui a employé systématiquement le tutoiement. D'ailleurs, y a-t-il, en suédois, une marque distinctive comme en français qui indique le tutoiement ?

lundi 22 mai 2006

Positivement tordu

Hier, on a eu droit à quelques heures d'ensoleillement. Nous sommes donc allés sur le marché à Ottawa prendre une petite soupe, acheter du poisson et des légumes. Évidemment, la librairie du Soleil étant tout à côté, je n'ai pu résister à la tentation d'y faire un p'tit tour. J'ai acheté le dernier Mankell et le Science avec Conscience d'Edgar Morin.

Cela faisait un bout de temps que j'avais visité réellement - j'y achète virtuellement - Chapters qui est au coin de Sussex et Rideau. En farfouillant dans la section mathematics, je suis tombé sur Negative Math sous-titré How mathematical rules can be positively bent qu'on pourrait traduire littéralement par « comment les règles mathématiques peuvent être positivement pliées. » Un survol du livre me suggère qu'il serait sans doute préférable de traduire bent par « torduees » ou « fléchies ». Toujours est-il que je pouvais difficilement résister à un livre où il est question des nombres entiers. Ce résumé me met déjà l'eau à la bouche.

jeudi 18 mai 2006

ANKS

Le livre, commandé dimanche dernier chez Chapters, est arrivé deux jours plus tard. A New Kind of Science jette les bases d'une science qui ne s'exprime plus avec les mathématiques mais bien à partir de programmes informatiques simples.
Indeed, I even have increasing evidence that thinking in terms of simple programs will make it possible to construct a single truly fundamental theory of physics, from which space, time, quantum mechanics and all the other known features of our universe will emerge. (p. 4)

Feuilleter ce pavé de près de 1300 pages est un véritable plaisir. Pour ceux qui le préfèrent, ce livre est disponible gratuitement en ligne. Comme je me voyais mal le lire sur écran, j'ai choisi de l'acheter pour goûter, bien ancré dans mon sofa, sa lecture.

Je compte bien, au fur et à mesure que je terminerai un chapitre, faire un résumé de ma compréhension ici. Le livre en contenant douze, je m'embarque donc dans une aventure scientifico-littéraire qui devrait prendre un an à compléter.

dimanche 14 mai 2006

Le peuple des connecteurs

Notes de lecture


Estéban, futur connecteur !


Prélude : ne pas obéir. Dans ce chapitre, l'auteur introduit la notion de décentralisation. L'idée centrale des connecteurs est le principe d'auto-organisation en l'absence de chef. [...]

Lire la suite