Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

samedi 2 août 2014

Les voyages

Trouvé dans "Le magasin pittoresque" vol. 46, 1878.

Un sot disait à Socrate :
- On prétend qu'il est utile de connaître les pays étrangers. Pour moi, je voyage beaucoup, et cela ne me sert à rien.
Socrate lui répondit :
- Ce qui vous arrive est tout simple : vous voyagez avec vous.

Anglais/Anglicisme

Anglais

Vous autres Anglais, vous vous amusez à la façon dont nous, Français, nous nous ennuierions.
Max O'Rell

Note du transcripteur :
Sous l'item SALONS LITTÉRAIRES (Dictionnaire universel des littératures, Hachette et cie. 1876) de Gustave Vapereau, on trouve :

Au commencement du siècle, l'anglomanie s'est efforcée d'y substituer, sous le nom de raouts, d'aristocratiques cohues où la morgue et le flegme britanniques se complaisaient dans un silencieux tournoiement. « Vous vous amusez, disait aux Anglais une célèbre artiste, Mme Vigée-Lebrun à propos de ces réunions à la fois taciturnes et tumultueuses, vous vous amusez comme nous nous ennuierions à Paris. »

Par ailleurs, dans «Souvenirs de Madame Vigée Lebrun», T.3, (Paris, 1836), on lit :

Dans cette foule on est pressé, heurté continuellement, au point que cela devient une grande fatigue , et pourtant rien pour s’asseoir. À l’un de ces routs, où je me trouvais, un Anglais que j’avais connu en Italie m’aperçut; il vint à moi, et me dit , au milieu du profond silence qui règne toujours dans ces assemblées: « N’est-ce pas que ces réunions sont amusantes ? — Vous vous amusez comme nous nous ennuierions ,» lui répondis-je. Je ne voyais pas, en effet, quel plaisir on pouvait trouver à s’étouffer ainsi dans une foule qui est telle qu’on ne peut approcher la maîtresse de la maison.

Il y a donc de fortes chances que Max O'Rell ne soit pas l'auteur de cette citation.
Si les Anglais n'aiment pas la sainte Vierge, ce sont des imbéciles, voilà tout. Je veux vouer notre armée à cette puissante Protectrice.
Pélissier

Note du transcripteur :
Citation non vérifiée.
Et alors, nous pourrons dire : Vive la vieille Angleterre! car vraiment, quand ils veulent se contenter de ce qui leur appartient, ils ont d'excellentes qualités, ces Anglais, mais grand Dieu! qu'il y a longtemps qu'ils ont désappris la science de distinguer le tien du mien!
Henri Bourassa

Note du transcripteur :
Dans «La prochaine guerre impériale ; en serons-nous?» Montréal, 1920.
Milord Hervay, voyageant dans l'Italie, et se trouvant non loin de la mer, traversa une lagune d'eau dans laquelle il trempa son doigt. « Ah! dit-il, l'eau est salée : ceci est à nous! »

Note du transcripteur :
La citation est de Chamfort dans «Caractères et anecdotes.» Il est curieux que Blanchard ait omis le nom de l'auteur.
Parfait Anglais, voyageant sans dessein,
Achetant cher de modernes antiques
Regardant tout avec un air hautain,
Et méprisant les saints et leurs reliques.
Voltaire

Note du transcripteur :
Dans «La Pucelle», chant VIII.
L'Angleterre n'est après tout qu'une colonie française qui a mal tourné.
Douville-Maillefeu

Note du transcripteur :
Plusieurs attribuent cette citation à Georges Clemenceau, et plusieurs à Douville-Maillefeu. Mes recherches ne m'ont pas permis de tirer une conclusion claire quant à l'auteur de cette boutade.

Anglicisme

Que de mots à déchirer le fer,
Le railway, le tunnel, le ballast, le tender,
Express, trucks et wagons, une bouche française
Semble broyer du fer et mâcher de la braise.
Jean-Pons-Guillaume Viennet

Note du transcripteur :
«Mais quels termes nouveaux nous portent ces chemins?
C'est là que l'étranger les verse à pleines mains.
La vapeur, renversant douanes et barrières,
Les fait entrer sans droits par toutes nos frontières.
On n'entend que des mots à déchirer le fer,
Le rail-way, le tunnel, le ballast, le tender,
Express, trucks et wagons.... Une bouche française
Semble broyer du verre et mâcher de la braise.
Eh ! qu'avons-nous besoin de ces termes bâtards,
Pour peindre ces chemins, merveille de nos arts
[...]»
Épître à Boileau (1855)
Ne désespérons pas d'avoir, au premier jour,
De bridge pour des ponts et des streets pour des rues.
Combien je vois encore d'intrus vieux et nouveaux!
Les speechs nous font bailler dans un club politique
Le spleen flatte l'Orgueil d'un malade hépatique
Le tattersall abonde en frauduleux chevaux;
D'un bon sur un banquier le chèque est synonyme;
Le nom de pick-pocket exalte nos filous;
Des triomphes du puff le canard est jaloux;
Le revolver de Judd souilla l'express du crime
Qu'un verdict du jury doit punir au palais;
Par des squares grillés nous égayons nos villes.
Et les water-closets, laissons-les aux Anglais.
Barthélemy

Note du transcripteur :
Dans «Mosaïque: amusettes vieilles et nouvelles», Arthur Murcier cite aussi ce Barthélemy avec cependant une variante sur l'un des vers :
«l'express d'un crime»
au lieu de la version Blanchard :
«l'express du crime».
Étienne Blanchard, Recueil d'idées, 1928, 1929, 1941, 1947. Voir le premier billet.
cul-de-lampe