Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

vendredi 20 avril 2012

Chemin faisant, page 115

Les retours sur les peines endurées sont des poisons lents pour le courage.

Oui, certaines insolences sentent vraiment bon.

Il est plus ordinaire de ne pas être de son âge dans la vieillesse que dans la jeunesse

Frôler le mensonge sans le commettre, c'est une adresse plus qu'une vertu.

J'ai été disposée à pardonner plus facilement ce que j'ai deviné; est-ce parce que j'y étais préparée ou parce que la perspicacité était flattée en moi?

La tentation dédaigne certains êtres, comme le goût certains palais.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

Une autre question ?

Si j'étais journaliste, je poserais des questions du genre :

- Madame Beauchamp, condamnez-vous la violence de certains policiers lorqu'ils sont intervenus à l'UQO cette semaine ?
- Nunc suscipit lorem condimentum justo tincidunt congue. Maecenas non orci lectus. (Réponse incompréhensible.)
- Donc, si je comprends bien, vous ne condamnez pas ces gestes-là.
- Je le répète : Nunc suscipit lorem condimentum justo tincidunt congue. Maecenas non orci lectus.
- Madame la ministre, vos critères pour condamner la violence sont-ils des absolus ?
(Intervention de l'attaché de presse.)
- Autre question s'il-vous-plaît !