La souffrance à l'âme chrétienne : Je te veux le matin, je te veux le soir, je te veux à toute heure, je te veux quand je te veux.

Il ne faut jamais vouloir donner aux autres une leçon, même utile, au détriment de qui que ce soit.

Chacun de nous doit tremper son suaire de larmes avant d'en être enveloppé.

C'est toujours amusant d'entendre qui veut éclairer ou instruire plus éclairé ou plus instruit que soi.

Le jour où vous portez fièrement votre douleur, bourdonne dans l'air l'essaim des envieux.

Revenir à la jeunesse, peut-être; à la naïveté, jamais !

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.