Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

samedi 3 mars 2012

Études : Collection H. Mattison (7 - 12)

Études 7 - 12 de Herman Mattison
Les diagrammes sont cliquables.


7. Rigaer Tageblatt
1913
=
8. Rigaer Tageblatt
1913
=
9. Rigaer Tageblatt
1913
=
10. Rigaer Tageblatt
1913
=
11. Rigasche Rundschau
1913
+
12. Rigasche Rundschau
1913
=

Un grand merci au superbe script PGN-VIEWER trouvé sur Chess Tempo.

Les technologies dérangeantes

Dès que nous tenons une opinion, elle nous tient.
Alain, Propos sur l'éducation, p.101, P.U.F 1969.


Cette lettre d’opinion d’une enseignante de cinquième secondaire n’est pas vraiment étonnante. Elle reflète ce que bien des personnes pensent relativement aux outils technologiques personnels : des distractions qui empêchent les élèves de gober les précieuses connaissances dispensées par l’enseignant et qui en font des êtres antisociaux !

Dans l’entrevue accordée à Radio-Canada, Mme Fortin suggère que les élèves ne devraient avoir que crayons et cartables en classe. (J'ai bien souri en l'entendant «ploguer» la sortie de son dernier roman.)

Clairement, nous sommes ici devant une enseignante qui semble complètement dépassée par les technologies et qui préférerait ne pas avoir à s’en préoccuper. Elle suggère donc cette solution simpliste : les bannir !

Je sais que mon propos est stéréotypé, mais n’est-ce pas le rôle de l’école d’éduquer nos enfants ? entre autres aux bienfaits et aux méfaits des technologies ? Il me semble que les textos sont un bon prétexte pour parler des différents niveaux de la langue, et faire ressortir les forces et les faiblesses de chacun.

Bien sûr, chacun a droit à son opinion, mais j’ai peine à croire qu’une enseignante ne puisse profiter des moments d’écriture pour en retirer un certain jus pédagogique. Peut-être ne sait-elle pas comment ? Auquel cas, elle aurait dû, il me semble, demander l’aide du leader pédagogique de son école (normalement, c’est son directeur). Elle aurait pu aussi faire appel à son conseiller pédagogique en français ou en technologies.

Chemin faisant, page 65

Que de gens sont heureux d'être les enfants de leur père, les neveux de leur oncle et même les filleuls de leur parrain !

Les grands sentiments sont des océans qui montent jusqu'à ce que toute la plage soit à eux.

On aime le peuple en masse plus qu'en particulier.

Les gens qui blâment sont comme les mouches : toutes ne piquent pas.

On peut être amoureux de tout, excepté de ses défaites.

La chanson du coeur commence au berceau et ne finit qu'à la tombe.

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.