Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

jeudi 2 février 2012

Chemin faisant, page 34

Ce qui distingue l'homme, c'est moins la manière de pécher que la manière de se repentir.

Quel luxe de conscience que de pouvoir attendre la mort tous les jours !

La vertu n'est pas l'ennemie de nos joies puisqu'elle les rationne.

Souffrir serait encore plus dur si faire souffrir n'existait pas.

Étrange effet de la douleur : je suis bien où j'étais mal, je suis mal où j'étais bien.

La douleur est comme la noblesse; elle n'accepte de comparaison qu'avec ses pairs.

Comme on serait moins fier de sa supériorité, si on ne l'était qu'en raison du bonheur qu'elle nous donne !

Anne Barratin, Chemin faisant, Ed. Lemerre, Paris, 1894

Lire le premier billet consacré à cette série.

Citations quotidiennes 02.02.12

Tout naturellement, j'aime les jaquettes. Mal ajustées aux livres, n'épousant pas leur corps, glissantes et bâillantes, je les aime, car je les jette. Alors, le livre est rendu à sa vérité, à sa candide simplicité originelle.
Annie François (Bouquiner, p.45, Ed. du Seuil, 2000)

Ce qui fait surtout notre misère, ce n'est pas la violence de nos passions, mais la faiblesse de nos vertus. Joseph Roux (Pensées, p.124, Lemerre, 1885)

Les hommes découvrent que pour la difficile entreprise de comprendre le monde - ce qui devrait être le but implicite de tout philosophe - il faut de la longueur de temps, et un esprit sans dogmatisme.
Bertrand Russell (Ma conception du monde, trad. Louis Evrard, p.20, idées/nrf n°17)

Nous sommes tous des imposteurs dans l'ensemble de ce monde, nous prétendons tous être quelque chose que nous ne sommes pas. Nous ne sommes pas des corps qui vont et viennent, nous ne sommes pas des atomes et des molécules, nous sommes des idées de l'Être, indestructibles, impérissables, et peu importe que nous soyons fortement persuadés du contraire...
Richard Bach (Illusions, trad. Guy Casaril, p. 142, Éd. J'ai Lu # 2111)

La volupté ne dure qu'un instant ; la vertu est immortelle.
Périandre (Moralistes anciens, p.534, choix de Louis Aimé-Martin, Lefèvre et Chapentier, Paris, 1844)

Voir Au fil de mes lectures.