Avertissement

Ce manuel à l'usage des élèves québécois s'adresse particulièrement aux élèves du secondaire qui désirent comprendre un peu plus leur rôle dans le contexte du renouveau pédagogique.
Notez que pour bien indiquer que le manuel s'adresse à un élève, j'ai pris le partie de l'écrire dans le mode tutoiement.
Prenez le temps de lire l'avertissement du premier billet de cette catégorie.
Si vous désirez participer à l'écriture du MUEQ, envoyez-moi un courriel.

Il y a trois compétences reliées au domaine des mathématiques dans le Programme de formation. Il est bien important que tu saches exactement ce que signifie ces trois compétences. N'hésite donc pas à poser des questions d'éclaircissement à ton enseignant de mathématique pour être bien au fait du sens donné à ces compétences.

Compétence 1 : Résoudre une situation-problème.

En mathématique, cette compétence permet d'apporter une solution cohérente à une situation-problème qui répond à l'une des conditions suivantes : ­
  • la situation n'a pas été présentée antérieurement en cours d'apprentissage;
  • l'obtention d'une solution satisfaisante exige le recours à une combinaison non apprise de règles ou de principes dont l'élève a ou non fait l'apprentissage;
  • le produit, ou sa forme attendue, n'a pas été présenté antérieurement.
(PDF, p. 240)
C'est dans cette compétence que tu développeras ta créativité dans les solutions, que tu pourras faire toutes sortes de liens qui sont tout à fait nouveaux et que tu pourras laisser aller ton imagination.
Si tu trouves que les problèmes sont ennuyants, c'est sans doute que tu n'es pas en train de développer cette compétence. Demande à ton enseignant des problèmes qui stimulent ton imagination et qui te permettent d'apporter des solutions originales.

Compétence 2 : Déployer un raisonnement mathématique.
Déployer un raisonnement mathématique consiste à formuler des conjectures, à critiquer, à justifier ou à infirmer une proposition en faisant appel à un ensemble organisé de savoirs mathématiques.
(PDF, p. 242)
Les situations d'application auxquelles on fait appel pour l'évaluation de cette compétence nécessitent le recours à une combinaison connue de concepts et de processus appris antérieurement ainsi qu'à certaines aptitudes développées par l'élève. Ces situations peuvent être simples ou complexes. Dans une situation simple, l'évaluation porte sur la maîtrise d'un réseau de concepts et de processus mobilisés. Dans une situation complexe, elle porte sur la maîtrise de plusieurs réseaux.
(PDF, p. 243)
Cette compétence en est une de techniques mathématiques. C'est ici que tu pratiqueras des nouveaux concepts dans des problèmes qui pourront parfois te paraître simples et répétitifs. Si c'est le cas, c'est peut-être que tu as très bien assimilé les concepts et que tu es prêt à passer à autre chose ! Essaie cependant d'appliquer ces nouvelles idées mathématiques lorsque tu utiliseras ton imagination pour résoudre des problèmes (compétence 1). Si tu as des difficultés à faire des liens entre ces concepts appris et la résolution de problèmes, demande à ton enseignant de l'aide.

Ton enseignant t'évaluera (et tu peux t'évaluer toi-même!) dans ton développement de cette compétence :
  • en vérifiant que tu appliques les bons concepts pour résoudre des problèmes
  • en te demandant de trouver des règles ou des propriétés se dégageant des problèmes;
  • en te demandant d'expliquer ton raisonnement quand tu résous un problème;
  • en vérifiant l'organisation de ton travail;
  • etc.
Compétence 3 : Communiquer à l'aide du langage mathématique.
Communiquer à l'aide du langage mathématique, c'est interpréter et produire des messages en combinant le langage courant et des éléments spécifiques du langage mathématique : termes, symboles et notations. L'utilisation d'outils de communication obtenus par le recours à la mathématique permet, dans certains contextes, d'être plus précis. Outre l'attention portée aux qualités habituellement recherchées dans des messages, telles la clarté et la concision, le développement de cette compétence vise à susciter chez l'élève une sensibilité à l'égard de la précision et de la rigueur.
(PDF, page 246)
Cette compétence sera la plupart du temps intégrée aux deux autres. C'est ici que tu apprendras à t'exprimer dans un langage mathématique correct. Par exemple, certains élèves disent : «j'ai fait un plus» au lieu «j'ai fait une somme». Si tu fais ce genre d'erreur, ton enseignant te donnera des défis pour les corriger car cette troisième compétence exige un langage mathématique précis. Note aussi que toutes tes solutions doivent utiliser un langage rigoureux et tu dois bien garder en tête qu'une communication est toujours faite pour que ton interlocuteur (qui est souvent ton professeur ou un coéquipier) comprenne tes solutions sans ambiguïté.

Il est très possible que tu résolves les problèmes mathématiques, mais que tu aies des difficultés à mettre ta solution sur papier. Si cela est le cas, tu auras certains défis à relever.