Le travail s'est accumulé au bureau, après une belle semaine à l'Aquops.

J'ai mis en ligne mon application de réservation des salles à la CS. Nous avons en effet 5 salles qui peuvent être réservées en AM, PM ou en soirée. Tout ça était géré par une secrétaire qui entrait les demandes dans un carnet papier. Mon script permet maintenant l'entrée directement dans une base de données et les réservistes potentiels peuvent vérifier, en ligne, la disponibilité de la salle. Si le temps me le permet, j'essaierai d'en faire un package et posterai le tout sur mon wiki. J'ai intégré au système d'administration un joli Javascript gratuit qui permet l'entrée d'une date en cliquant dans un calendrier. C'est beaucoup plus intéressant que de toujours choisir une date via des boîtes de type select.

Conséquence d'un de mes ateliers au colloque, j'ai eu quelques demandes pour les sources du bulletin informatisé. J'ai commencé à mettre le tout sur mon wiki, mais j'en suis au tout début.

Le Cyberfolio EHDAA fait aussi l'objet de demandes. De plus, grâce au soutien d'une école privée de Montréal, une version anglaise du Cyberfolio devrait être disponible en septembre.

L'inscription à notre colloque régional va bon train. Je suis assez content de ce script d'inscription en ligne. Javasciptement parlant, le défi était intéressant. De plus, les gens du projet MILLE m'ont envoyé près de 200 CD Colibris. Il y en aura un dans chaque pochette des participants. J'ai aussi deux distributions complètes d'ÉDULINUX qui seront tirées en prix de présence. Mes collègues régionaux ont décroché aussi plusieurs prix de présence intéressants.

Concomitamment, je lis toujours quelques livres : généralement un au salon, un autre au lit et encore un autre au... petit coin privé. Cette semaine, c'est Variations sauvages de la pianiste Hélène Grimaud, L'Anniversaire, une pièce de Pinter et le roman L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón. En lisant ce dernier, j'écoute en même temps du Mompou.

Estéban a une deuxième dent !

On ne parle que du Pape dans les médias. Pourquoi ne pas attendre qu'il soit vraiment mort avant de nous marteler d'émissions spéciales ? Je trouve ça morbide.