Jobineries

Blogue de Gilles G. Jobin, Gatineau, Québec.

jeudi 23 décembre 2004

Ma citation quotidienne

« Un véritable système éducatif devrait se proposer trois objectifs. À tous ceux qui veulent apprendre, il faut donner accès aux ressources existantes, et ce à n'importe quelle époque de leur existence. Il faut ensuite que ceux qui désirent partager leurs connaissances puissent rencontrer toute autre personne qui souhaite les acquérir. Enfin, il s'agit de permettre aux porteurs d'idées nouvelles, à ceux qui veulent affronter l'opinion publique, de se faire entendre. »
I. Illich, Une société sans école, trad. Gérard Durand, p. 128, Éd. du Seuil, coll. Points n°117

Le temps d'un bac... du plaisir à l'écoeurite

En lisant un résumé des débats autour de la Réforme, curieusement, un souvenir m'est revenu. C'était à la toute fin de mon bac. J'étais avec une douzaine de mes copains de classe, et nous «fêtions», désabusés, notre diplôme. Puis, Brigitte s'approcha de moi, et me souffla à l'oreille :
- Te rends-tu compte, Gilles, de ce qu'ils ont fait de nous?
- Que veux-tu dire ?
- Tu te rappelles, quand nous sommes entrés à l'Université?
- Quoi ?
- Ben, on les aimait, les maths.
- Ouais.
- Pis là, nous en sommes tous écoeurés...

Alors
    pour moi
        l'enseignement explicite
                je regrette
        mais c'est de la merde.

Je suis profondément convaincu que ce qu'on apprend (disciplinairement parlant) au secondaire est absolument sans aucune importance. Ce qui compte, ce qui compte vraiment, c'est qu'en terminant son secondaire, l'élève, en franchissant la porte de sortie de son école, prenne une grande respiration et se dise : «Que la vie est belle ! Mais j'ai tant de choses encore à apprendre.» Je suggère donc l'abandon complet de l'enseignement des matières. Je suggère qu'on ne garde du programme que les compétences transversales. Le reste, on s'en balance.