citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 16 juillet 2018

L'argent, ah ! maudite engeance, fléau des humains !
Sophocle (Antigone, trad. Robert Pignarre, p.75 , in Théâtre complet, Garnier-Flammarion, #18)

Le monde a fait de moi une putain ; je veux faire du monde un bordel.
Friedrich Dürrenmatt (La visite de la vieille dame, trad. Jean-Pierre Porret, p.103, Livre de poche/Biblio n°3102)

[...] le propre de l'homme, ou en tout cas son passe-temps favori, l'essentiel de son activité, consiste à spéculer sur l'issue incertaine des événements.
Pascal Jouxtel (Comment les systèmes pondent, p.250, Éd. Le Pommier, 2005)

Mais qu'est-ce au fond que le communautarisme ? C'est à la fois une pensée de la différence, qui rigidifie celle-ci en posant des frontières étanches qui interdisent toute communication et tout mélange entre les groupes humains, et une pensée de l'identité, c'est-à-dire de l'uniformité de tous les membres du groupe. À l'encontre de l'existentialisme qui met l'accent sur la décision de l'individu, le communautarisme prétend que ce dernier est déterminé par une nature immuable et qu'il est défini exhaustivement par une essence, qui est la propriété commune à tous les éléments de l'ensemble.
Étienne Naveau (La foule, c'est le mensonge (Kierkegaard), p.19, Pleins Feux, coll. Variations, 2002)

Aphorisme : assertion gratuite ou pertinente, péremptoire ou douteuse, dont les termes sont interchangeables.
Ex. - « La poésie est une religion sans espoir », dit Cocteau. Mais la religion est poésie sans espoir, ou espoir sans poésie. Et l'espoir, c'est vraiment une religion sans poésie, sinon une poésie sans religion.
Georges Elgozy (L'esprit des mots ou l'antidictionnaire, p.28, Denoël, 1981)

Épictète du jour

Se croit-on musicien pour avoir acheté un livre de musique, un violon et un archet ? Se croit-on maréchal, pour avoir un bonnet et un tablier de cuir ? Mais tu te crois philosophe pour avoir une longue barbe, une besace, un bâton et un manteau. Mon ami, l'habit est convenable à l'art ; mais le nom, c'est l'art qui le donne et non pas l'habit.
Entretiens, Livre IV, XXXI.