citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 15 décembre 2018

La lumière est une part de Dieu comme le regard est une part de l'homme.
Bernard Tirtiaux (Le passeur de lumière, p.75, Folio n°2688)

Être malheureux est certes à la porté du premier venu. Mais se rendre malheureux, faire soi-même son propre malheur sont des techniques qu'il faut apprendre : à cet apprentissage-là, quelques coups du destin ne suffisent pas.
Paul Watzlawick (Faites vous-même votre malheur, trad. Jean-Pierre Carasso, p.13, éd. Seuil, 1984)

Il existe une analogie théorique, en effet, entre les mathématiques et la criminalistique : [...] nous nous livrons l'un et l'autre à des conjectures.
Guillermo Martinez (Mathématique du crime, trad. Eduardo Jiménez , p.128, Nil éditions, 2004)

Il n'est d'oracles sûrs que les évènements.
Claude Guimond de La Touche (Iphigénie en Tauride, acte 1, sc. 2 (Isménie), 1757)

Sans doute il est mieux d'aimer sagement, mais mieux vaut encore aime follement que de ne pas être capable d'amour.
William Makepeace Thackeray (Histoire de Pendennis, t.1, trad. Édouard Scheffter, p.85, Hachette, 1858)

Épictète du jour

Si un philosophe malpropre, négligé et horrible comme un criminel qui sort d'un cachot, me débite ses belles maximes, comment m'attirera-t-il ? Comment me fera-t-il aimer la philosophie, qui laisse un homme en cet état ? Je ne puis pas même me décider à l'entendre, et pour rien au monde je ne m'attacherais à lui. Ayons donc de la propreté et de la décence. Je dis la même chose des disciples. Pour moi, j'aime beaucoup mieux qu'un jeune homme qui veut s'adonner à la philosophie vienne m'entendre bien propre et mis décemment, que s'il y venait malpropre, les cheveux gras et mal peignés. Car par là je juge qu'il a quelque idée du beau et qu'il se porte à ce qui est séant et honnête. Il a soin de la beauté qu'il connaît. Ainsi on peut espérer qu'il aura soin aussi de celle qu'on lui fera connaître, de cette beauté intérieure qui consiste à faire usage de sa raison, et auprès de laquelle la beauté du corps n'est que laideur. Mais si un homme vient sale, hideux, couvert de crasse et d'ordure, les cheveux non peignés et mêlés, et la barbe jusqu'à la ceinture, que puis-je lui dire pour lui faire connaître la beauté dont il n'a aucune idée ? C'est un pourceau qui préférera toujours son bourbier à la plus belle fontaine.
Entretiens, Livre IV, XLI.